GOV't MULE LA CIGALE 04/06/2019

Aller en bas

06062019

Message 

GOV't MULE LA CIGALE 04/06/2019 Empty GOV't MULE LA CIGALE 04/06/2019




GOV't MULE LA CIGALE 04/06/2019 61880910

GOV't MULE LA CIGALE 04/06/2019 61546510



Orage, pluie diluvienne, et grosse chaleur dans la salle, une Cigale pas entièrement remplie, ce qui est un comble, car Gov’t Mule est à Paris.

Plus de cacophonie musicale pour annoncer le début du concert qui démarre par « Soulshine », le morceau écrit pour les Allman Brothers et dès le premier chorus, Warren envoie le public dans les étoiles. Ouvrons tout de suite une parenthèse sur la composition des set-list. En étudiant les différents concerts de la récente tournée européenne on s’aperçoit que chaque soir, un thème principal donne l’ambiance, le blues à Bruxelles, les cover des Allman à Manchester, les chansons du dernier album un autre soir. Pour Paris ce sera des improvisations.

Ainsi, « Soulshine », est plus souvent joué en fin de show alors qu’ici il ouvre le concert. Et le scénario du premier show puise dans les anciens albums, avec une immense version de « Mule » tiré du premier album, et »Million Miles from Yesterday » extrait de « High and Mighty ». Puis le concert se dirige dans une autre direction avec le groupe qui part dans de longues jams (on entendra beaucoup de commentaires défavorables, mais cet aspect est complètement indissociable de la musique du groupe). Pourtant la complicité entre les musiciens est toujours très forte, Matt Abts caresse toujours ses cymbales et s’adapte magnifiquement aux envolées du guitariste. De même Danny Louis est excellent aux claviers, et le son, parfaitement réglé lui rend hommage. Je suis toujours plus réservé sur le jeu du bassiste, qui n’a jamais fait oublier Allen Woody, et qui, en changeant d’instrument, va plomber la version de « Broke Down on the Brazos » qui termine le premier set. Une version époustouflante de « She Said, She Said » des Beatles avec aussi des tease de « Norwegian Wood » et « Helter Skelter ». « Unring the Bell » avec son tempo reggae semble ne pas vraiment faire l’unanimité, j’avoue que ce n’est pas mon morceau préféré du groupe.

Le second set débute par « Thornes of Life » premier extrait du nouveau CD, et toujours ses inspirations foudroyantes de Warren, ses chorus inspirés, son accompagnement en finesse quand les autres musiciens s’expriment, c’est du grand art. On plonge de nouveau dans les archives avec un excellent « Rockin Horse » puis des jams dans les morceaux de Deep End, « Banks of the Deep End », ‘Time to Confess » qui intègrera « Things Ain't What They Used to Be » un morceau de Duke Ellington joué avec une T-Bone. Retour au dernier album avec «Pressure under fire » (on remarque que les titres « phares » « Revolution Come, Revolution Go » et « Travelin Tunes » ne sont pas joués ce qui en dit long sur la volonté de bouleverser les set-list mais aussi de surprendre le public en proposant d’autres morceaux moins abordables).

Une belle version de « I Am a Ram » tiré encore de Mighty High mis en évidence ce soir, avant la cover « Dark Was the Night cold was the ground » de Blind Willie Johnson.

Pour le rappel, Tyler Bryant rejoint le groupe pour une jam sur « Feel Like Bush ». La majorité du public a apprécié, et Warren a semblait heureux de jouer avec ce jeune guitariste. A titre personnel ; j’aurais préféré Warren seul dans une cover genre « Cortez the Killer » ou « Dreams ». Certes le gars Tyler a le chapeau et les poses flashy du guitariste à la mode, mais Warren c’est quand même une autre galaxie.

Un grand moment bien sûr, avec une set list plus difficile à aborder, mais des moments somptueux, des envolées divines. Gov’t Mule est un grand groupe et Warren Haynes un pur génie de la six cordes modeste, souriant, concentré sur son art.








_________________
Mon Blog
http://mick.over-blog.com/
BAYOU
BAYOU
Admin
Admin

Nombre de messages : 5088
Age : 65
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 28/10/2005

http://mick.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

GOV't MULE LA CIGALE 04/06/2019 :: Commentaires

Flovia

Message le Ven 7 Juin 2019 - 18:26 par Flovia

A l'égal de Michel, j'ai trouvé ce concert de très bonne facture! Et Haynes, un virtuose de la guitare, quel que soit le style de musique abordé. Alors disons que si l'on y ajoute ses performances de chanteur sans faille, pour un premier contact en live avec Gov't Mule, je n'ai nullement été déçue.
Dommage que l'exiguïté des sièges de la Cigale, et surtout l'absence de place pour étendre de temps à autres ses jambes, aient vite tourné au supplice, me concernant. Petit détail qui a bien souvent réduit mon attention, m'empêchant de profiter pleinement du show.

Concernant maintenant la teneur des deux sets, je reconnais néanmoins avoir été surprise par la prépondérance de jazz-rock inscrite au programme.
Et tout en affectionnant ce style musical, je m'attendais à davantage de morceaux Southern rock de la part du groupe.

Cette prestation, faite pour un public d'initiés, m'a également paru sans véritable relation avec tout ce que j'avais pu écouté de Gov't Mule auparavant, qu'il s'agisse de leurs productions studio ou de leurs albums live.
Chez Haynes, un certain défaut de sentiments dans l'interprétation des morceaux m'a également interpellée. La reprise du titre de Duke Ellington manquait de swing, et parmi les titres phares du groupe, à mon modeste niveau, j'ai entendu de bien meilleures versions de 'I'm a ram' , 'Broke down on the Brazos', ou 'Million miles from yesterday'.

On sentait Warren concentré à l'extrême sur son jeu, au point que son feeling s'en trouvait par moment singulièrement bridé, son absence de communication avec le public et le choix du répertoire sélectionné ce soir-là faisant en outre du spectacle quelque chose de finalement assez impersonnel.
La maîtrise de Warren dans les différentes disciplines abordées n'était pas en cause, toutes ses impro ont été aussi pertinentes qu'inspirées, c'est à mon avis plutôt le choix du registre d'interprétation qui en fut responsable.

Et c'est peut-être la raison pour laquelle l'intervention de Tyler Bryant, en clôture de concert, a autant enthousiasmé la salle. Outre les solides et vivifiants chorus de blues que ce talentueux jeune guitariste nous a livrés, sa fraîcheur, son énergie, son exubérance primesautière et sa générosité toute conviviale ont comblé d'un seul coup tout le manque de chaleur ressenti durant le show. Par effet ricochet, Warren est lui-même sorti de sa réserve pour se mettre à l'unisson et nous offrir enfin un véritable moment d'émotions.

Avoir ainsi à cœur de renouveler sa set list est tout à l'honneur du combo, lequel, à l'évidence, place haut le respect de son public qu'il entend surprendre à chacun de ses passages parisiens. Il me semble toutefois que la communion avec celui-ci est aussi un élément essentiel d'une prestation scénique.
A cet égard, l'on ne peut que saluer la performance de l'excellent et charismatique Matt Abts, dont les facéties aux fûts ont, à plusieurs reprises, réchauffé l'ambiance un peu trop rigoureuse du show.

Aucun titre ne fut annoncé, ni encore moins commenté, ce qui donnait l'impression d'un spectacle réservé à un auditoire d'inconditionnels. Pour preuve, Warren souriait de satisfaction lorsque le public manifestait par des applaudissements nourris sa reconnaissance immédiate d'un pilier de leur répertoire.

L'époustouflante technique guitariste de Warren Haynes ne saurait cependant nous faire oublier qu'en bons latins il nous faut aussi l'éventail complet d'exaltation des sens (les frissons d'excitation, les vertiges, les serrements de cœur, les picotements d'épiderme, les délicieuses ondes qui tiraillent nos nerfs et se propagent jusqu'à notre moelle épinière) pour dire d'un spectacle musical qu'il fut une expérience émotionnelle inoubliable.

La prochaine fois sera la bonne, j'en suis pour ma part d'ors et déjà convaincue!

Revenir en haut Aller en bas

BAYOU

Message le Sam 8 Juin 2019 - 18:35 par BAYOU

Alors, j'ai vu le groupe une bonne dizaine de fois, JAMAIS il ne présente les morceaux, le truc traditionnel de Warren est toujours Ar" you doing en début de show.
Les avis étaient divisés sur le show, par contre, Warren est toujours très concentré sur son jeu de guitare, certes il ne fait pas le show comme Tyler Bryant mais perso, j'aurais préféré sans Tyler et avec un autre morceau du groupe. Prendre des poses et des attitudes c'est très rock mais on a déjà Keith Richards en mieux dans le genre !
Et certes la reprise de Duke Ellington était un peu gonflante, mais Soulshine était d'anthologie, à faire dresser les poils, comme les titres des premiers albums.
Ce n'était pas le meilleur concert du groupe que j'ai vu (Telluride en 2018 et le Beacon Theatre 2013 avec les morceaux des 3 King étaient inoubliables mais c'était aux USA où le groupe joue autrement), mais c'est très nettement sur le dessus du panier.

Revenir en haut Aller en bas

Flovia

Message le Mar 11 Juin 2019 - 9:16 par Flovia

Clairement le dessus du panier, je suis totalement de ton avis sur ce point, Michel!
Tu n'es d'ailleurs pas sans ignorer que je considère Warren Haynes comme l'un des tous meilleurs, sinon le meilleur guitariste-chanteur du circuit blues-rock actuel.
Il n'empêche que sa dispersion stylistique tout azimut, pourtant habituelle, m'a parfois donné l'impression que son show tournait à la démonstration de compétences pluridisciplinaires. Outre le lassant registre reggae dans lequel je l'apprécie moins, pourquoi ce choix du classique jazz, 'Things ain't what they used to be', sorte de break plutôt déconcertant (exercice un rien laborieux, itou) en plein milieu du second set? Et ce changement de guitare très remarqué pour un unique morceau? Je n'ai pas trop compris...

Revenir en haut Aller en bas

BAYOU

Message le Mar 11 Juin 2019 - 9:44 par BAYOU

Je crois que cette guitare lui avait été prêté par The BIG HOUSE, la maison des Allman Brothers.
Cela étant, quasiment tous les guitaristes changent de guitare pendant un concert (sauf Beck) même pour un morceau ! Warren a utilisé trois guitares pendant le show rien d'anormal.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 19 Juin 2019 - 18:56 par marcel

Je les ai vu 2 jours après à Francfort (20h>>>23h10)
Au set1 faut rajouter "Mountain Jam" (ABB Cover)
et Encore + "32-20 Blues" (Robert Johnson Cover)
GOV't MULE LA CIGALE 04/06/2019 Mule2010
GOV't MULE LA CIGALE 04/06/2019 Mule2011

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 19 Juin 2019 - 19:06 par marcel

Depuis 2007 c'était la 12ème fois que je les vois et je n'est jamais eu droit à "Soulshine"
GOV't MULE LA CIGALE 04/06/2019 Warren10

Revenir en haut Aller en bas

Message  par Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum