Magic Slim & The Teardrops – I'm gonna play the blues (2019)

Aller en bas

23032019

Message 

Magic Slim & The Teardrops – I'm gonna play the blues (2019) Empty Magic Slim & The Teardrops – I'm gonna play the blues (2019)




Magic Slim & The Teardrops – I'm gonna play the blues / Live 2010 (2019)

Magic Slim & The Teardrops – I'm gonna play the blues (2019) Ms10


Date de sortie : 28 Février 2019
Label : Wolf Records
Genre : Chicago blues

Il s'agit-là d'une rétrospective de ses meilleures prestations captées Live au ''Blues Spring Festival'' de Vienne (Autriche), le 20 & 21 Mars 2010.

Set list :

01- Come on in this house (Jon McDonald à la guitare et au chant)
02- I'm gonna play the blues
03- Please don't dog me
04- 4.59 A.M.
05- It hurts me too
06- Think
07- Love somebody
08- She's though
09- The things that I used to do
10- Playin' with my mind
11- That will never do
12- Bad boy
13- Older woman
14- Rough dried woman

Personnel :

Magic Slim/ lead guitare, chant (excepté titre n°1)
Jon McDonald / guitare, vocaux
Andrew Howard/ basse
Brian Jones aka B.J./ batterie



Dernière édition par Flovia le Dim 24 Mar 2019 - 11:26, édité 1 fois
Flovia
Flovia
The voice of Bluesland
The voice of Bluesland

Nombre de messages : 7106
Age : 62
Localisation : Bourgogne sud
Date d'inscription : 19/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Magic Slim & The Teardrops – I'm gonna play the blues (2019) :: Commentaires

Jipes

Message le Dim 24 Mar 2019 - 10:47 par Jipes

Très étrange cette sortie posthume 🤔 Cependant cette formation était plutôt bonne même si je lui préfère celle avec le frangin de Magic et John Primer à la guitare

Revenir en haut Aller en bas

Flovia

Message le Dim 24 Mar 2019 - 10:49 par Flovia

Il faut être inconditionnels de Magic Slim (et j'en suis une) pour trouver quelque intérêt à ces enregistrements live, le label Wolf abusant un tantinet de notre nostalgie pour cette légende du Southside chicagoan.

La voix fêlée, tremblotante, parfois même fausse, de Morris Holt fait d'emblée peine à entendre.
Je ne gardais pas souvenir qu'elle le fût déjà autant lorsqu'il s'était produit  ''A Vaulx Jazz'' en Mars 2010 (soit à la même époque que ces deux concerts viennois). En revanche, je me rappelle qu'en dépit de son évidente fatigue, il nous avait gratifié d'un set magistral, illuminé par ce jeu de guitare incisif, pétri de feeling, qui fit sa renommée.

Ce style ''rentre dedans'', il le conserve par moments ici, et la cohésion des musiciens est intacte.
On s'aperçoit néanmoins assez vite que le répertoire choisi vise à économiser le jeu du géant. Malgré de nombreuses fulgurances solistes, les prestations manquent dans l'ensemble cruellement de pêche ('It hurts me too', 'The things I used to do', 'Love somebody'), la prépondérance de morceaux mid et low tempo n'arrangeant rien.

Je ne me remémore pas la setlist du Vaulx Jazz, et c'était peut-être bien la même, finalement. Seuls les lancinants ''shame'' à répétitions de 'Love somebody' me reviennent, de mémoire beaucoup plus intenses que ceux scandés sur ce live.
Maintenant, je veux bien croire que le voir jouer devant soi donne un tout autre ressenti du spectacle, l'ambiance aidant elle-aussi, et il est fort possible que cette fascination ait en grande partie effacé les imperfections décelées ici-même.

Comme à son habitude, le bluesman laisse à Jon McDonald le soin de chauffer la salle le temps d'un premier morceau ('Come on in this house') avant d'enchaîner lui-même avec 'I'm gonna play the blues'. Tout en n'ayant rien d'exceptionnel, ce titre définit assez bien le style de l'artiste. Ce n'est donc pas par hasard qu'il a été sélectionné par Wolf pour la promo du disque.

Mais attention tout de même, ce sympathique et entraînant extrait, volontairement court, constitue la meilleure partie du morceau. Il est, de surcroît, loin de refléter la teneur du show. Sa tonalité globale tirerait davantage vers un 'It hurts me too', rythmiquement beaucoup plus lent.

Deux ou trois titres émergent toutefois, notamment le slow blues 'Please don't dog me' où l'on retrouve chez Magic Slim son attaque mordante des cordes, un vrai régal, et puis deux boogies, '4.59 A.M.'  et l'endiablé 'Bad boy'.

'Rough dried woman' est, quant à lui, hors contexte puisque McDonald reprend à nouveau le contrôle, Magic ayant déjà dû quitter la scène. Signalons au passage que les crédits n'en font pas mention.

Au terme de cet opus, plutôt décevant, et c'est un crève-cœur de l'admettre, l'opportuniste du label apparaît très clairement. Wolf records ne fait en tout cas pas particulièrement honneur à la mémoire de Magic Slim en le publiant.

Ce live n'est pas non plus idéal pour découvrir l'étoffe de ce monument du blues en concert. Mieux vaut, à mon sens, l'aborder le plus loin possible en amont, par exemple, avec l'un des 5 Live de la Collection ''Zoo Bar'' datant des années 80, en particulier le Vol. 4 ('Highway is my home') et le Vol. 5 ('Spider in my stew').

Revenir en haut Aller en bas

Flovia

Message le Dim 24 Mar 2019 - 11:04 par Flovia

Jipes a écrit:Très étrange cette sortie posthume 🤔 Cependant cette formation était plutôt bonne même si je lui préfère celle avec le frangin de Magic et John Primer à la guitare
Etrange est en effet le terme adéquat. Rolling Eyes Démarche plutôt consternante venant de cette prestigieuse maison de disque, à mon avis...
Concernant ta préférence pour Nick Holt à la basse et Primer, je te rejoins également, JP. J'aimais bien aussi lorsque Alabama Jr Pettis officiait comme guitariste des Teardrops, avant John Primer, donc.

Revenir en haut Aller en bas

Phil cotton color

Message le Dim 24 Mar 2019 - 11:09 par Phil cotton color

Je n'ai pas écouté cet opus, mais je pense que je vois bien ce que tu veux dire, Flo.

J'ai personnellement assisté à de nombreux concerts de Magic Slim depuis sa première tournée en France suite à sa "découverte" due à son album MCM fin des années 70, et j'avoue que les dernières fois il m'était apparu fatigué. Tout en restant de très bon niveau, ses prestations étaient un bon ton en dessous de celles auxquelles j'avais souvent assistées auparavant.

Aussi je ne pense pas que je me procurerai cet enregistrement qui de toute évidence ne doit rien apporter de plus à l'œuvre de ce "vrai" bluesman urbain tellement ancré dans la tradition, authentique et talentueux. Sans aucun doute, l'un des dernier de cet acabit que nous avons pu connaître.

Revenir en haut Aller en bas

Phil cotton color

Message le Dim 24 Mar 2019 - 11:19 par Phil cotton color

Je n'ai pas écouté cet opus, mais je pense que je vois bien ce que tu veux dire, Flo.

J'ai personnellement assisté à de nombreux concerts de Magic Slim depuis sa première tournée en France suite à sa "découverte" due à son album MCM fin des années 70, et j'avoue que les dernières fois il m'était apparu fatigué. Tout en restant de très bon niveau, ses prestations étaient un bon ton en dessous de celles auxquelles j'avais souvent assistées auparavant.

Aussi je ne pense pas que je me procurerai cet enregistrement qui de toute évidence ne doit rien apporter de plus à l'œuvre de ce "vrai" bluesman urbain tellement ancré dans la tradition, authentique et talentueux. Sans aucun doute, l'un des dernier de cet acabit que nous avons pu connaître.

Revenir en haut Aller en bas

Message  par Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum