John Mayall - Nobody Told Me

Aller en bas

22022019

Message 

John Mayall - Nobody Told Me Empty John Mayall - Nobody Told Me




John Mayall - Nobody Told Me 81HjE08yVkL._SL1200_

John Mayall - Nobody Told Me 51PIhuw03VL

Date de sortie :22 février 2019
Label: Forty

John Mayall : clavier, harmonica, chant
Jay Davenport : batterie
Greg Rzab : basse
Billy Watts : guitare rythmique
: section cuivres

Invités aux guitares :
Joe Bonamassa
Larry McCray
Alex Lifeson
Todd Rundgren
Carolyn Wonderland
Steven Van Zandt

01 - What Have I Done Wrong (feat. Joe Bonamassa)
02 - The Moon Is Full (feat. Larry McCray)
03 - Evil and Here to Stay (feat. Alex Lifeson)
04 - That's What Love Will Make You Do (feat. Todd Rundgren)
05 - Distant Lonesome Train (feat. Carolyn Wonderland)
06 - Delta Hurricane (feat. Joe Bonamassa)
07 - The Hurt Inside (feat. Larry McCray)
08 - It's so Tough (feat. Steve Van Zandt)
09 - Like It Like You Do (feat. Carolyn Wonderland)
10 - Nobody Told Me (feat. Carolyn Wonderland)

01 What Have I Done Wrong :


02 The Moon Is Full


03  Evil and Here to Stay


04 That's What Love Will Make You Do :


05 Distant Lonesome Train :


06 Delta Hurricane


07 The Hurt Inside


08 It's So Tough :


09 Like It Like You Do :


10 Nobody Told Me :

_________________
Play fast. Life is short

https://www.youtube.com/user/sergio88000

=================================

Le véritable mélomane est l'homme qui, entendant une femme chanter dans sa salle de bain, s'approche du trou de la serrure et y colle... l'oreille.
Francis Blanche
sergio88
sergio88
Admin
Admin

Nombre de messages : 11163
Age : 56
Localisation : Epinal, enfin tout près.
Date d'inscription : 16/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

John Mayall - Nobody Told Me :: Commentaires

Jipem

Message le Sam 23 Fév 2019 - 7:44 par Jipem

Merci Sergio pour cette info Surprised

J'admire le bonhomme depuis longtemps Very Happy 85 ans passé et il sort un nouveau disque. Je n'imaginais pas en 1967 que je l'écouterai 52 ans plus tard. Au moins, c'est une petite satisfaction de la vie.

Revenons au contenu de cet album Embarassed A la première écoute, je n'ai été emballé que par trois morceaux : Evil and Here to Stay, The Hurt Inside et surtout Nobody Told Me. Je me pose la question de la présence de Bonamassa ou Wonderland ? Recherche de reconnaissance ?

En tout cas, au niveau musical, c'est bien fait et agréable à écouter. Mais quoi de neuf sous le soleil ?

Du coup, est-ce que je vais l'acheter ? Satané question  Idea

Revenir en haut Aller en bas

Flovia

Message le Sam 23 Fév 2019 - 9:04 par Flovia

Je ne sais pas trop si ta question concerne les crédits, en tout cas, c'est bien Carolyn Wonderland qui officie à la guitare sur 'Nobody told me'. Il est d'ailleurs traité dans une veine texane qui lui ressemble assez.

John Mayall - Nobody Told Me Jm10

Personnellement, j'ai admiré son travail à la lap steel sur 'Distant lonesome train', un petit bijou.
Inutile de préciser mon estime pour cette nana, que je suis depuis longtemps déjà, et qui, malgré ses hauts et bas discographiques, n'en demeure pas moins une guitariste de premier ordre.
Quand à l'album, il est sympa, mais il ne rejoindra pas pour autant ma discothèque. J'adorais ce que Mayall faisait jusqu'au début des années 70. Ensuite,  j'ai décroché...

Revenir en haut Aller en bas

Phil cotton color

Message le Sam 23 Fév 2019 - 12:38 par Phil cotton color

Oui là aussi je suis de l'avis de Jipem et de Flo.

Un album de bonne facture, bien produit et bien joué, on sent que les invités se sont mis au service du vieux boss et ont fait l'effort de renter dans les morceaux sans se la jouer perso. Un bon point donc.  Twisted Evil

Le problème est que hors "Nobody told me", à mes oreilles un petit cran au dessus du reste, du fait surtout de la superbe partie de guitare (solo et accompagnement) de Carolyn Wonderland), ça ne décolle pas beaucoup. Alors pas vraiment de morceaux faibles, mais pas non plus de trucs qui accrochent vraiment. Alors sans doute un peu de routine là dedans, également aussi la voix de John, pas mauvaise mais qui a du mal à vraiment transcender un morceau, toujours est-il qu'au fil des plages une petite lassitude peut pointer.

C'est sûr que John Mayall a fait mieux dans sa longue carrière, mais d'un autre côté il n'y a pas grand monde qui à 85 ans peut encore sortir un album de cette qualité globale, d'autant plus qu'à cet âge là on a forcément dit depuis longtemps ce que l'on avait à dire !  John Mayall - Nobody Told Me 524602

Le verre à moitié plein ou à moitié vide, à chacun et chacune selon sa vision des choses…  Laughing

Revenir en haut Aller en bas

Jipes

Message le Sam 23 Fév 2019 - 17:26 par Jipes

C'est marrant je ne suis pas sur la même longueur d'onde je le trouve bon cet album, bob peut être parce que la dernière fournée du Power Blues (mois de Mars) m'a laissé sur ma faim.

Je trouve qu'il y a des titres qui envoient bien What I have done wrong ou The Moon is full avec l'excellent Larry Mc Cray ça dépotte bien non ?

En plus je trouve que John chante bien mieux que sur son dernier disque en quartet, la voix est plus claire et porte mieux. J'aime bien le poisseux Delta Hurricane

Revenir en haut Aller en bas

BAYOU

Message le Mar 5 Mar 2019 - 8:44 par BAYOU


Malgré un problème de santé, juste après l’enregistrement de cet album, John Mayall 85 ans continue de sortir des disques, et de donner des concerts, une cinquantaine de dates en Europe en mars/avril suivie d’une tournée américaine cet été.
Et pour son nouvel album, il a invité quelques-uns de ses guitaristes préférés.
Liste surprenante où figure Todd Rundgren, Steve Van Zandt l’homme du E Street Band ou Alex Lifeson qui officie chez Rush. Pas vraiment des guitaristes de blues, mais quand même la présence de Joe Bonamassa et de Larry McCray est plus « logique ».
La section rythmique habituelle de Mayall, Greg Rzab à la guitare basse et Jay Davenport à la batterie, est présente, épaulée par Billy Watts (Lucinda Williams) à la guitare. Autre nouveauté, Carolyn Wonderland qui chante sur plusieurs morceaux a rejoint le groupe, au moins pour la tournée.
L’album a été produit par Eric Corne, fondateur de Forty Below Records, au studio 606 de The Foo Fighters sur la même console légendaire de Sound City Neve, que Fleetwood Mac avait utilisé pour enregistrer l’album Rumours.
Quelque soit le CV des invités un album de Mayall sonne comme du Mayall. On ne vit pas dans le blues depuis des dizaines d’années pour ne pas continuer de tracer son sillon.
Et sur le premier titre Joe Bonamassa en personne met sa guitare au service du patriarche, se fond dans la musique (il faut admettre que le Bonamassa est peu du genre caméléon), et puis avec les cuivres qui pulsent on se dit que non on a « pas fait de mal ».
Tiens un genre de truc qui m’énerve : Larry McCray n’a jamais été reconnu à la hauteur de son immense talent c’est lui qui tient le lead dans "The Moon is Full" un titre mâtiné de funk et qui envoie du plomb sur "The Hurt Inside" du regretté Gary Moore. Quand je pense, que suite à une erreur de date, j’ai loupé Larry à Chicago en 2016 ! ! ! !
Et première surprise, la performance d’Alex Lifeson, qui fait dans le genre rock progressif avec Rush, nous sort un superbe solo dans la dernière partie de la cover du Jeff Healey Band «Evil And Here To Stay». Le père Mayall a toujours fait marcher les musiciens à la baguette !
Todd Rundgren participe à «That’s What Love Will You You Do» de Little Milton et c’est le chant de Mayall qui est un peu juste mais le morceau retrouve néanmoins l’esprit de Booker T., les MG avec les Memphis Horns.
L’homme des Soprano, qui a un bon bagage rock avec le Boss, se montre aussi à son avantage dans « It’s So Tough », et puis Bonamassa démontre, que bien canalisé, il est capable de nous sortir une petite merveille « Delta Hurricane »
Il convient de souligner enfin la performance de Carolyn Wonderland qui, outre ses talents de chanteuse, chose assez rare, voire exceptionnelle, dans la carrière de John, nous gratifient de superbes envolées de slide dans « Distant Lonesome Train ». son apport donne une profondeur nouvelle à la musique de Mayall.
Au final, un des meilleurs albums de Mayall depuis un moment, allez depuis le départ du fabuleux Buddy Whittington.

Revenir en haut Aller en bas

Message  par Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum