L'intelligence artificielle et nous - Débat

Aller en bas

L'intelligence artificielle et nous - Débat

Message par Flovia le Sam 9 Fév 2019 - 11:11

L'intelligence artificielle menace-t-elle, à votre avis, nos libertés individuelles ?

Vaste sujet, n'est-ce pas ?
Et pourtant, c'est une question qui me taraude depuis un certain temps.

En effet, les toutes puissantes firmes qui régissent le web (les gaffes-A !...) stockent, analysent, utilisent et même revendent nos informations personnelles. Le ''nuage'' ricain stocke tous les documents que nous avons la faiblesse de lui confier (factures, comptabilité, bulletins de salaire, papiers d'identité, déclaration d'impôts, numéros de téléphone, mails et adresses de nos relations, courriers, photos, fichiers musicaux et vidéo...).
Il en va de même pour nos références bancaires grâce à la technologie NFC dont sont équipés nos smartphones pour le Paylib.
Soit autant de données qui nous caractérisent très précisément en tant individus.

Ses mêmes ''mobiles'' géolocalisent nos moindres déplacements, des caméras observent nos faits et gestes au nom de la sacro-sainte sécurité du territoire, les puces électroniques de nos cartes bancaires pistent nos habitudes consommatrices, en tirent un profil type qui nous classe d'ors et déjà dans une catégorie sociale particulière.
Les agences bancaires comme les distributeurs de billets disparaissent au profit du paiement par CB et bientôt nous ne pourrons plus régler notre baguette quotidienne qu'avec le sans-contact ou le paiement mobile de nos smartphones.

Nos GSM s'équipent de système de reconnaissance individuelle, empreinte digitale, reconnaissance faciale, vocale.
Certaines applications stockent et analysent nos compétences sportives, nos informations médicales, nos habitudes consommatrices.
Certains avant-gardistes convaincus vont même jusqu'à se faire implanter des puces sous-cutanées en guise de Pass.
Les technologies dotées de l'IA investissent davantage chaque année nos logements, nos voitures, nos équipements électro-ménagers, et même la santé de nos propres corps par le biais des avancées médicales, devenant ainsi de véritables assistants-outils pour toujours plus de confort et de sécurité.

Mais toutes ses données sont-elles vraiment sécurisées ?

Il devient également légitime de se poser la question de l'éventuelle exploitation de cette énorme banque de données dématérialisées à des fins stratégiques plus inavouables que le simple aspect commercial souvent évoqué.


Allons-nous bientôt suivre l'exemple de la Chine, où déjà quelques 170 millions de caméras équipées de l'IA surveillent les moindres faits et gestes de sa population, enregistrent leurs données biométriques ?
Le web y est sous contrôle étatique, les réseaux sociaux sont surveillés, le comportement des accros aux jeux de rôles en ligne analysés (tactique, taux d'agressivité).
Pire, le système du crédit social est d'ors et déjà instauré, procédé, proche de notre permis de conduire à points, par lequel, bientôt, chaque infraction, chaque propos diffamatoire, chaque amitié suspecte fera l'objet d'un retrait de points sur le ''passeport'' social des chinois.
Déjà quelque chose comme 4 millions d'individus sont répertoriés sur liste noire et ne peuvent plus ni acheter de billets d'avion et de train, ni accéder aux meilleurs emplois, services d'états, prêts bancaires, logements sociaux et même à certains sites web, jusqu'à ce qu'ils aient, par leur conduite exemplaire, graduellement regagné lesdits sésames.

Sans en arriver à de pareils extrêmes, faut-il, selon vous, craindre ou non l'intelligence artificielle qui, c'est évident, nous facilite l'existence par bien des aspects, mais qui, de part la masse de renseignements individuels collectés, risque éventuellement de nous mener un jour futur vers un genre de totalitarisme à l'échelle mondiale?

A vos claviers, chers amis!
Flovia
Flovia
The voice of Bluesland
The voice of Bluesland

Nombre de messages : 7030
Age : 61
Localisation : Bourgogne sud
Date d'inscription : 19/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'intelligence artificielle et nous - Débat

Message par BAYOU le Sam 9 Fév 2019 - 11:41

Le syndrome Big Brother.
Un monde connecté où tout est transparent est dangeureux. Dave Eggers a écrit un roman sur le sujet Le Cercle (un film aussi est sorti), qui résume assez bien le concept.
Chaque individu doit pouvoir garder un part de mystère, avoir des fantasmes, des secrets sinon on file directement vers une dictature de l'IA qui dans les mains de certains devient une bombe à fragmentation.
Il faut utiliser les nouvelles technologies sans en devenir esclave et surtout conserver un libre arbitre, une possiblité de se débrancher, sinon les dérives arriveront très vite.

_________________
Mon Blog
http://mick.over-blog.com/
BAYOU
BAYOU
Admin
Admin

Nombre de messages : 4983
Age : 65
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 28/10/2005

http://mick.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'intelligence artificielle et nous - Débat

Message par Jipes le Sam 9 Fév 2019 - 15:11

Ah oui que bien sûr nous sommes déjà prisonniers et nos libertés sont déjà sévèrement amputés. L'exemple chinois est terrifiant en effet affraid Le fait d'être noté en permanence et de voir son profil se dégrader de plus en plus jusqu'à ne plus pouvoir faire quoi que ce soit c'est un totalitarisme terrifiant
Jipes
Jipes
Admin
Admin

Nombre de messages : 9372
Age : 59
Localisation : Mulhouse (Alsace)
Date d'inscription : 29/06/2006

https://www.mixcloud.com/radio-mne/playlists/kind-of-blues/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'intelligence artificielle et nous - Débat

Message par Jipem le Lun 11 Fév 2019 - 13:13

Flovia, c'est une analyse très pertinente et je me demande si le citoyen lambda est conscient de tout cela.

Quand je suis rentré à 23 ans chez un constructeur d'ordinateurs, je n'avais que peu conscience du futur qui nous était réservé. Mais le boulot des informaticiens de l'époque était d'écrire des programmes permettant de gérer déjà des données humaines, comptables, industrielles ou marketing. Jusqu'au cours des années 80, les données étaient sur du matériel qui n'était pas forcément accessible au commun des mortels. Mais les problèmes de sécurité informatique commençaient déjà à poindre leur nez.

Au début des années 90, l'internet est apparu dans les entreprises d'une certaine taille. L'ordinateur personnel a permis dès 1994 (via RTC) de vulgariser les connexions internet au domicile. Après tout a été très vite et je pense surtout que les états se sont faits dépasser par les GAFA qui sont eux mêmes devenus une forme d'état et de dictature.

La question est de se demander comment on peut laisser le moins de traces possibles sur l'Internet. Ces dernières années, on a pu remarquer que des personnes se sont fait avoir par leur employeur au travers des réseaux sociaux. Considérés comme souffrants, ils se vantaient de leurs vacances pendant leur pseudo maladie. Au même titre des employeurs se sont penchés au travers des mêmes réseaux sociaux sur les profils des candidats à l'embauche. Certaines personnes partageaient tellement de moments de leur vie à la vue de tout le monde qu'il était très facile d'établir un profil précis de du candidat.

Bien que pour naviguer, on peut utiliser un VPN (réseau privé virtuel) qui permet d'avoir une adresse IP anonyme, il reste un dernier point obscur : la journalisation par le fournisseur de cet outil ? Même à ce niveau des données sont collectées et qu'est-ce qu'elles deviennent ? Idem pour les plugins gratuits que l'on met dans son navigateur pour ne pas être pisté.

Aujourd'hui toutes nos données personnelles sont croisées entre les différents services de l'état.

Malheureusement, je pense qu'il est un peu tard et de toute façon, nous sommes aussi fichés sous une forme ou une autre par les GAFA.

Pour revenir au sujet initial qui était l'Intelligence artificielle, j'ai eu l'occasion de suivre une formation dans les années 90 sur ce domaine déjà utilisé dans les outils décisionnels. Aujourd'hui, cela apparaît dans un tas d'applications et cela peut ouvrir des voies intéressantes en médecine par exemple. Mais à condition de ne pas détourner cette intelligence artificielle à des fins dictatoriales.
Jipem
Jipem
At The Crossroad
At The Crossroad

Nombre de messages : 78
Age : 69
Localisation : Pays d'Auge
Date d'inscription : 12/10/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'intelligence artificielle et nous - Débat

Message par sergio88 le Lun 11 Fév 2019 - 17:36

Je ne sais pas si certains d'entre vous connaissent ou ont vu la série  "Person of Interest", et bien aujourd'hui nous y sommes.
Il devient de plus en plus difficile de se prémunir de cette collecte géante d'infos, appelée Big Data. Quand on voit que l'on parvient à identifier un utilisateur en constituant une empreinte unique à partir du paramétrage et autres caractéristiques de son navigateur web, il devient difficile de contrer tout celà.


Dernière édition par sergio88 le Mar 12 Fév 2019 - 8:56, édité 1 fois

_________________
Play fast. Life is short

https://www.youtube.com/user/sergio88000

=================================

Le véritable mélomane est l'homme qui, entendant une femme chanter dans sa salle de bain, s'approche du trou de la serrure et y colle... l'oreille.
Francis Blanche
sergio88
sergio88
Admin
Admin

Nombre de messages : 11128
Age : 56
Localisation : Epinal, enfin tout près.
Date d'inscription : 16/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'intelligence artificielle et nous - Débat

Message par Flovia le Lun 11 Fév 2019 - 17:46

BAYOU a écrit:Le syndrome Big Brother.
Un monde connecté où tout est transparent est dangeureux. Dave Eggers a écrit un roman sur le sujet Le Cercle (un film aussi est sorti), qui résume assez bien le concept.

Intéressant! Je vais essayer de me le procurer.
BAYOU a écrit:Chaque individu doit pouvoir garder un part de mystère, avoir des fantasmes, des secrets sinon on file directement vers une dictature de l'IA qui dans les mains de certains devient une bombe à fragmentation.
Il faut utiliser les nouvelles technologies sans en devenir esclave et surtout conserver un libre arbitre, une possiblité de se débrancher, sinon les dérives arriveront très vite.

Garder son libre arbitre, tel est aussi mon avis, Michel.
Mais aurons-nous encore longtemps la possibilité du choix? Je veux dire celui de décider par soi-même de quel service décrocher à temps, et peut-être même jusqu'à comment suspendre ou arrêter telle ou telle technologie IA?

Des dérives, il y en a déjà. Elles prennent de multiples formes, aussi bien côté usagers que côté concepteurs.

Versant concepteurs, je pense en particulier à des logiciels intelligents comme Cortana (particulièrement intrusif celui-là) dont sont équipés les derniers OS windows d'une majorité de nos ordi, sofware impossible à verrouiller sauf en bidouillant le registre ou en désinstallant ledit programme- et là gare aux dysfonctionnements, en particulier avec les MàJ très régulières - ainsi qu'à la messagerie google dont on ne peut désormais plus forcer l'arrêt, sauf en résiliant son compte.
Sans oublier, les bugs, hameçonnages, malwares et trojans qui pénètrent profondément les systèmes de nos PC, par l'intermédiaire des failles de nos applications PC favorites (le player flash, par ex. l'an dernier), ainsi que les pertes de données qu'elles peuvent entraîner.

Côté usagers, il faudrait également évoquer les problèmes de piratage des données, de leur rançonnement éventuel, du hack de nos identifiants bancaires (à l'heure actuelle de plus en plus par mobiles interposés) ou encore celui des codes de verrouillage et de démarrage automobiles, avec pour conséquences le vol de nos comptes bancaires, ou de nos véhicules.

A chaque nouvelle défectuosité d'un système, le mode de sécurisation doit s'adapter, fournir des solutions par le biais d'applications toujours plus pointues, toujours plus défensives jusqu'à ne plus vraiment savoir nous-même ni comment elles fonctionnent, ni quelles en sont les faiblesses, ni quelle nouvelle faille elles nous réservent.

Un véritable cycle infernal, et qui nous mènera où?


Jipes a écrit:Ah oui que bien sûr nous sommes déjà prisonniers et nos libertés sont déjà sévèrement amputés. L'exemple chinois est terrifiant en effet affraid Le fait d'être noté en permanence et de voir son profil se dégrader de plus en plus jusqu'à ne plus pouvoir faire quoi que ce soit c'est un totalitarisme terrifiant

Oui, JP, cette perspective a de quoi nous glacer d'effroi.


Jipem a écrit:Flovia, c'est une analyse très pertinente et je me demande si le citoyen lambda est conscient de tout cela.

Quand je suis rentré à 23 ans chez un constructeur d'ordinateurs, je n'avais que peu conscience du futur qui nous était réservé. Mais le boulot des informaticiens de l'époque était d'écrire des programmes permettant de gérer déjà des données humaines, comptables, industrielles ou marketing. Jusqu'au cours des années 80, les données étaient sur du matériel qui n'était pas forcément accessible au commun des mortels. Mais les problèmes de sécurité informatique commençaient déjà à poindre leur nez.

Au début des années 90, l'internet est apparu dans les entreprises d'une certaine taille. L'ordinateur personnel a permis dès 1994 (via RTC) de vulgariser les connexions internet au domicile. Après tout a été très vite et je pense surtout que les états se sont faits dépasser par les GAFA qui sont eux mêmes devenus une forme d'état et de dictature.

C'est tout à fait juste, et je le sais d'autant mieux que l'un de mes frères (de douze ans mon aîné), a probablement eu la même amorce de parcours professionnel que toi : il avait rejoint les rangs d'IBM au tout début de son l'implantation en France, à l'époque déjà très lointaine où la firme recrutait uniquement sur tests, sans se soucier du cursus scolaire. Plus tard, mon frangin a monté sa propre boite d'informatique, période faste jusqu'à la démocratisation de la micro-informatique à l'échelle domestique, qui lui a mis un sérieux plomb dans l'aile, et l'a obligé à totalement changer d'orientation.
Mais comme tu le précises, l'informatique était, au départ, uniquement un outil facilitant la gestions des données dans les entreprises d'une certaine importance. Avec l'arrivée de la micro-informatique et surtout l'extension du réseau internet à grande échelle, tout s'est largement compliqué.


Jipem a écrit:La question est de se demander comment on peut laisser le moins de traces possibles sur l'Internet. Ces dernières années, on a pu remarquer que des personnes se sont fait avoir par leur employeur au travers des réseaux sociaux. Considérés comme souffrants, ils se vantaient de leurs vacances pendant leur pseudo maladie. Au même titre des employeurs se sont penchés au travers des mêmes réseaux sociaux sur les profils des candidats à l'embauche. Certaines personnes partageaient tellement de moments de leur vie à la vue de tout le monde qu'il était très facile d'établir un profil précis de du candidat.

S'il n'existait que ce genre de dérive sur  'face-bouc', ce serait moindre mal, car après tout, il fallait être plus qu'insouciant, voire un rien nigaud, pour s'aventurer, par ex., à débiner son employeur sur ce type de plate-forme, non? Et également peu prévoyant de laisser traîner sur ce même support des documents, avis et commentaires, ou toutes autres traces de parcours individuel, susceptibles d'être consultés par n'importe quel quidam.

Malheureusement, tout un lot d'autres dérives se greffent.
Par extension, difficile de passer sous silence l'incroyable escalade de violences verbales qui, sous couvert d'anonymat, se déchaînent sur les messageries instantanées, comme sur l'ensemble des réseaux sociaux.  S'y ajoutent les médisances verbales, photo, ou vidéo compromettantes, parfois prises à l'insu de l’intéressé, le tout largement diffusé, compliqué à faire disparaître et par dessus tout susceptible d'entraîner de graves traumatismes chez nos plus jeunes.


Jipem a écrit:Bien que pour naviguer, on peut utiliser un VPN (réseau privé virtuel) qui permet d'avoir une adresse IP anonyme, il reste un dernier point obscur : la journalisation par le fournisseur de cet outil ? Même à ce niveau des données sont collectées et qu'est-ce qu'elles deviennent ? Idem pour les plugins gratuits que l'on met dans son navigateur pour ne pas être pisté.
Eh oui, en effet!!! Judicieuse question dont le sujet m'avait complètement échappé...

Jipem a écrit:Pour revenir au sujet initial qui était l'Intelligence artificielle, j'ai eu l'occasion de suivre une formation dans les années 90 sur ce domaine déjà utilisé dans les outils décisionnels. Aujourd'hui, cela apparaît dans un tas d'applications et cela peut ouvrir des voies intéressantes en médecine par exemple. Mais à condition de ne pas détourner cette intelligence artificielle à des fins dictatoriales.

Comme par exemple l'implantation des pace-makers cardiaques, gérés par des logiciels et qui pourraient fort bien être détournés par n'importe quel criminel ayant les capacités informatiques adéquates. Ou bien celle des puces implantées au niveau cérébral, capables de palier certains dysfonctionnements moteurs et dont on pourrait aussi imaginer qu'elles soient dévoyées à d'autres fins beaucoup moins philanthropiques.
Sinon, il est évident qu'en médecine, l'IA rend aujourd'hui des services impressionnants, ne serait-ce que par sa capacité à analyser et  comparer en un temps record toute une batterie de symptômes décrits avec une banque de données similaires pour en tirer diagnostic et traitement.
Sans oublier les progrès colossaux en chirurgie et micro-chirurgie qu'on lui doit...
Flovia
Flovia
The voice of Bluesland
The voice of Bluesland

Nombre de messages : 7030
Age : 61
Localisation : Bourgogne sud
Date d'inscription : 19/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'intelligence artificielle et nous - Débat

Message par Jipem le Lun 11 Fév 2019 - 20:39

"C'est tout à fait juste, et je le sais d'autant mieux que l'un de mes frères (de douze ans mon aîné), a probablement eu la même amorce de parcours professionnel que toi : il avait rejoint les rangs d'IBM au tout début de son l'implantation en France, à l'époque déjà très lointaine où la firme recrutait uniquement sur tests, sans se soucier du cursus scolaire. Plus tard, mon frangin a monté sa propre boite d'informatique, période faste jusqu'à la démocratisation de la micro-informatique à l'échelle domestique, qui lui a mis un sérieux plomb dans l'aile, et l'a obligé à totalement changer d'orientation.
Mais comme tu le précises, l'informatique était, au départ, uniquement un outil facilitant la gestions des données dans les entreprises d'une certaine importance. Avec l'arrivée de la micro-informatique et surtout l'extension du réseau internet à grande échelle, tout s'est largement compliqué."


Effectivement, l'informatique au cours des années 60 puis 70, a été un sacré tremplin pour nombre de personnes. Pour ma part, cela été un concours de circonstances puisque je sortais d'une formation supérieure en électronique. En plus, je continuais le soir au CNAM à Paris. Au début des années 70, il y avait une pénurie d'informaticiens ce qui a conduit les constructeurs dans un premier temps a recruter dans des filières techniques. Dix ans plus tard, ils récupéraient des ingénieurs grandes écoles qui ne trouvaient pas de boulot pour faire ce métier (Quand même des gars qui avaient fait urbanisme ou des métiers qui étaient très loin de l'informatique). A la fin des années 70 puis 80, il y a eu l'émergence des sociétés de services en informatique et il faut dire que c'était une époque faste pour les informaticiens. A cet époque là, j'ai aussi pris le train en marche de la création d'entreprise ce qui m'a permis d'aller sans trop d'encombres jusqu'à la retraite.

"A chaque nouvelle défectuosité d'un système, le mode de sécurisation doit s'adapter, fournir des solutions par le biais d'applications toujours plus pointues, toujours plus défensives jusqu'à ne plus vraiment savoir nous-même ni comment elles fonctionnent, ni quelles en sont les faiblesses, ni quelle nouvelle faille elles nous réservent."


Exact et je l'ai encore vécu hier. Pourtant les outils de sécurisation ne manquent pas mais deviennent vite obsolètes. Là aussi a été créé un marché sur la base de ces défaillances dans lequel se sont développés des services au particulier. Bref tout cela n'est guère réjouissant.


Jipem
Jipem
At The Crossroad
At The Crossroad

Nombre de messages : 78
Age : 69
Localisation : Pays d'Auge
Date d'inscription : 12/10/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'intelligence artificielle et nous - Débat

Message par Phil cotton color le Mar 12 Fév 2019 - 17:42

A vrai dire, personnellement j’ai beaucoup de mal à discuter de ces questions, tant je suis à la fois pessimiste et peu enclin à me transformer en Don Quichotte.

L’IA est un progrès comme un autre. Le progrès est indissociable de l’espèce humaine et de ses facultés à innover et à se servir de ses connaissances accumulées pour en acquérir d’autres et aller toujours plus loin. C’est donc un « paquet-cadeau » que l’on ne peut refuser, au moins collectivement, et dont on est bien obligé d’accepter les avantages et les inconvénients, même si ces derniers ne sont pas immédiats.

Alors ce sera comme pour tout, l’être humain profitera des avantages de l’IA, au point qu’ils lui deviendront vite indispensables, et quant aux inconvénients il fera comme d’habitude, il s’adaptera. Et ce, quitte à perdre peu à peu beaucoup de choses qui donnaient du sens à sa vie d’autrefois, en particulier sa liberté.

Au début certains lutteront, essaieront de mettre des garde fous, lesquels voleront en éclat au hasard des circonstances, tant il est vrai qu’une fois que la possibilité est offerte, il ne faut pas compter sur tous les êtres humains pour être raisonnables. Après au fil des générations, ça se tassera. Ceux qui seront nés avec auront intégré dès l’enfance ses avantages et ses inconvénients, qu’ils ne considèreront d’ailleurs plus comme tels, mais comme de simples caractéristiques de vie tout à fait normales.

Ben oui, je crains fort que dans quelques dizaines d’années, les humains moyens aient pris l’habitude d’être surveillés, contrôlés, de s’autocensurer en permanence, et de n’avoir comme principale ambition que de vivre la vie de tout le monde. Et beaucoup se sentiront heureux comme cela.

Mais pour nous qui sommes dans la phase de transition, c’est différent. Nous sommes, nous les peu ou prou soixantenaires, définitivement des gens du 20ème siècle, pas du 21ème,  et nous avons tout à fait logiquement du mal à assumer, voire à simplement comprendre, les changements qui s’opèrent de plus en plus rapidement. Alors évidemment nous allons protester… en pure perte bien entendu, et d’ailleurs on ne nous combattra même pas, la mort s’en chargera peu à peu. Et je suppose que nos aïeux ont vécu à peu près la même histoire...
Phil cotton color
Phil cotton color
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 5185
Age : 64
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'intelligence artificielle et nous - Débat

Message par Jipem le Mer 13 Fév 2019 - 9:29

Phil ton constat est assez réaliste. Pour ma part, je ne m'élève pas contre le progrès et bien au contraire, j'en profite chaque jour. Je te rejoins sur le fait que nous sommes du 20° siècle et je pense en disant cela que nous avons peu de différence d'âge. La durée de vie (sans incident de parcours) nous permet d'espérer une bonne vingtaine d'années devant nous ce qui est peu par rapport à notre vécu du 20° siècle.

Je voudrai revenir sur un point qui concerne ces réseaux sociaux : il ne faut pas perdre de vue que ce sont des sociétés qui sont là pour faire de l'argent (destination normale d'un entreprise commerciale) mais qui n'ont aucun complexe quand il s'agit d'exercer leur coeur de métier dans une dictature.

Effectivement, l'adaptation des nouvelles générations à ces nouvelles émergences technologiques se fait automatiquement mais voient-ils la réalité quotidienne ?
Jipem
Jipem
At The Crossroad
At The Crossroad

Nombre de messages : 78
Age : 69
Localisation : Pays d'Auge
Date d'inscription : 12/10/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'intelligence artificielle et nous - Débat

Message par Flovia le Ven 15 Fév 2019 - 12:02

Jipem a écrit:
Je voudrai revenir sur un point qui concerne ces réseaux sociaux : il ne faut pas perdre de vue que ce sont des sociétés qui sont là pour faire de l'argent (destination normale d'un entreprise commerciale) mais qui n'ont aucun complexe quand il s'agit d'exercer leur coeur de métier dans une dictature.

Effectivement, l'adaptation des nouvelles générations à ces nouvelles émergences technologiques se fait automatiquement mais voient-ils la réalité quotidienne ?

Et c'est peut-être bien là que se situe le cœur du problème!
Comment les plus jeunes générations, l’œil en permanence vissé sur leurs écrans mobiles, peuvent-elles appréhender la marche du monde, ses enjeux, ses avancées bénéfiques mais aussi ses chausses-trappes avec suffisamment d’acuité ? Comment peuvent-elles analyser les informations et les situations auxquelles elles sont confrontés avec le recul et l'esprit critique nécessaires? En vivant quasi continuellement dans l'instantané virtuel de leur propre microcosme, non seulement nos jeunes finissent par se déconnecter de la réalité quotidienne à plus large échelle, mais encore par manquer de repères / jalons de références dans tous domaines.

@ Phil : L'intention n'est nullement de remettre en cause quelque forme de progrès technique que ce soit, Phil, mais seulement de s'interroger sur les à-côtés pervers de l'IA, réfléchir à son impact sur nos libertés individuelles, son influence sur notre libre arbitre.
Et peut-être même commencer à s'inquiéter d'une certaine forme d'abêtissement qui risque d'atteindre nos jeunes générations à force d'assimilation à tel ou tel groupe social d'échanges en ligne.  
Le chercheur californien Jaron Lanier évoque déjà ''l'esprit de ruche'' pour qualifier le phénomène de standardisation humaine que les réseaux sociaux contribuent à instaurer, et qui tendrait à estomper la singularité de chaque individu.

Il est également permis de mettre en doute les motivations profondes de certains concepteurs de programmes intelligents, malgré l'affirmation aujourd'hui véhémente d'une poignée d'entre eux (comme par exemple ceux de ''Watson'' ou de  ''Woodside'') selon laquelle l'IA reste au service de l'homme, pour son ''meilleur usage possible'', alors que d'autres chercheurs évoquent parallèlement la nette tendance de l'IA aux mutations algorithmiques, vilain petit travers qu'il convient d'absolument réguler à la base.
Et, dans la mesure où, parmi les deux premiers développeurs cités, l'un confesse ignorer si l'intelligence dite ''augmentée'' sera jamais capable d'éprouver et d'exprimer des émotions, nous ne pouvons écarter le pire.

A quel quotidien nos arrière-(arrière?)- petits-enfants devront-ils donc s'adapter, ainsi confrontés à d'aussi froides intelligences, dépourvues de tout sens affectif, voire même dénuées de la moindre valeur morale?  
En l'absence de garde-fous éthiques, entre temps, universellement érigés, et de principes humanistes clairement définis, quelle sera l'existence de nos descendants, lorsque ces machines intelligentes parviendront définitivement à penser, imaginer, créer plus vite et mieux que l'homme, lorsque leur suprématie sur l'homme sera établie?
Jouiront-ils d'une douce oisiveté, ou à l'extrême opposé, souffriront-ils d'une sinistre forme d'asservissement, sous le joug d'entités robotiques dont seuls quelques dictateurs détiendront les commandes?
Supputations invraisemblables, pure science-fiction? N'en soyons pas si sûrs...
Et restons vigilants!
Flovia
Flovia
The voice of Bluesland
The voice of Bluesland

Nombre de messages : 7030
Age : 61
Localisation : Bourgogne sud
Date d'inscription : 19/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'intelligence artificielle et nous - Débat

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum