BETH HART Front & Center Live From New-York

Aller en bas

02052018

Message 

BETH HART Front & Center Live From New-York






01 – Let’s Get Together
02 – Baddest Blues
03 – Jazz Man
04 – Delicious Surprise
05 – Broken And Ugly
06 – St. Teresa
07 – Isolation
08 – Tell Her You Belong To Me
09 – Fat Man
10 – Love Gangster
11 – Leave The Light On
12 – As Long As I Have A Song
13 Can’t Let Go
14 For my friends
15 No Place Like Home

_________________
Mon Blog
http://mick.over-blog.com/
avatar
BAYOU
Admin
Admin

Nombre de messages : 4875
Age : 64
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 28/10/2005

http://mick.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

BETH HART Front & Center Live From New-York :: Commentaires

avatar

Message le Mer 2 Mai 2018 - 12:54 par BAYOU

Treize ans que la dame n’avait pas sorti d’album en public. De quoi mesurer l’évolution de sa carrière. Le live au Paradiso était un brûlot intense, sauvage, d’une sensualité animale, celui de 2018 enregistré dans le célèbre Iridium jazz club à New York, est plus consensuel, grand public.
C’est vrai que l’on raconte que Beth est un peu bi-polaire, qu’elle part en sucette très vite, bref qu’il faut la « surveiller ». C’est le job à plein temps de Scott Guetzkow, son mari, road-manager, garde du corps, conseiller…et de David Wolff son manager historique.
Il semble que ces deux gars ont pris en main, non seulement la santé physique et mentale de Beth, mais aussi sa carrière musicale en canalisant son énergie, pour en faire un produit grand public, présentable.
On mesure le résultat en se souvenant de son passage au New Morning en 2012 où avec un jeune guitariste excellent (Josh Gooch), elle avait scotché le public. Maintenant elle se produit au Palais des Congrès et je suis quasiment certain que le public en sortira ravi.
Je ne veux pas faire l’ancien combattant, le grincheux, le c’était mieux avant, d’autant que la sanction du public lui est favorable, mais l’écoute de ce live me conforte dans mon choix de ne pas aller la voir au Palais des Congrès.
La voix est toujours superbe, on évoque souvent Janis Joplin ou Etta James, peu importe, c’est incontestablement une grande interprète. Sauf que la machine tourne bien mais aussi quasiment à vide.
Elle est toujours émouvante dans les morceaux dépouillés comme « Baddest Blues », ou « St. Teresa » mais l’accompagnement du groupe dans les morceaux full band est devenu lourdingue, sans finesse, comme je le disais on passe quasiment d’Etta James à Adele.
Dommage, l’endroit, ce club magnifique qui contient deux cents spectateurs était l’endroit idéal pour proposer autre chose, des versions plus intimistes, que la reproduction du show habituel proposé dans les grandes salles même si les chansons avec un accompagnement à minima sont plus nombreuses. A noter que le groupe s’est séparé du second guitariste qui était particulièrement pénible et que Sonny Landreth est invité sur la reprise de Lucinda Williams « Can’t Let Go »
Certes on est content du succès de la dame, elle pourra agrandir sa maison à Los Angeles, toutefois on peut aussi considérer que son immense talent, ses immenses possibilités sont en train d’être gâchées, sacrifiées sur le grand hôtel du show-biz avec des billets verts qui tombent partout.
Je suis certain, il suffit de lire les premières critiques sur les sites US, que cet album sera encensé, rencontrera son public, qui sera heureux de se ruer dessus à la sortie des concerts.
Ceux qui ont vu Beth Hart dans les années 2012/2013 seront certainement plus circonspects.

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum