Walter Trout – We're all in this together (2017)

Aller en bas

11092017

Message 

Walter Trout – We're all in this together (2017)




Walter Trout – We're all in this together (2017)




Date de sortie: 1er Septembre 2017

Label: Provogue

Genre: Blues-rock, Blues électrique & acoustique, Rock, Funk -R'n'B, Jazz...

Liste des titres:

01- Gonna hurt like hell  (avec KW Shepherd)
02-  Ain't goin' back  (avec Sonny Landreth)
03- The other side of the pillow  (avec Charlie Musselwhite)
04- She listens to the blackbird sing (avec Mike Zito)
05- Mr Davis (instrumental avec Robben Ford)
06- The sky is crying (avec Warren haynes)
07- Somebody goin' down (avec Eric Gale)
08- She steels my heart away (avec Edgar Winter)
09- Crash and burn (avec Joe Louis Walker)
10- Too much to carry (avec John Nemeth)
11- Do you still see me at all (avec Jon Trout)
12- Got nothin' left (avec Randy Bachman)
13- Blues for Jimmy T. (avec John Mayall)
14- We're all in this together  (avec Joe Bonamassa)


Personnel: Walter Trout/ guitare électrique, guitare acoustique, chant ; Johnny Griparic/ basse ;  Sammy Avila /claviers ; Mike Leasure/ batterie.

Artistes invités: Kenny Wayne Shepherd/ guitare ; Sonny Landreth/ slide guitare ; Charlie Musselwhite/ harmonica, vocaux ; Mike Zito/ guitare, chant; Robben Ford/ guitare ; Warren Haynes/ guitare, vocaux ; Eric Gales/guitare, vocaux ; Edgar Winter/ saxo, vocaux ; Joe Louis Walker/ guitare, vocaux; John Nemeth/ harmonica, vocaux ; Jon Trout/ guitare, vocaux ; Randy Bachman/ chant ; John Mayall/ harmonica ; Joe Bonamassa/ guitare, vocaux

Walter Trout réunit ici une belle brochette d'amis musiciens, des pointures du blues pour la plupart, ainsi que son fils aîné Jon, pour la première fois convié en session studio.

Treize nouveautés nous sont offertes, toutes composées par Trout, lequel s'est attaché à mettre en lumière le talent respectif de ses invités, chacun d'entre eux ayant ensuite mission de lui donner, tour à tour, la réplique (ou vice versa).
Et c'est spontanément qu'il propose à Warren Haynes de réinterpréter 'The sky is Crying' à ses côtés, titre déjà repris ensemble avec succès, lors d'une prestation du Gov't Mule au New Orleans jazz fest.

La majorité des morceaux sont déclinés en électrique, excepté 'Blues for Jimmy T.', un acoustique à la mémoire de Jimmy Trapp, défunt ami et ex-bassiste de Trout. Mayall vient l'y soutenir à l'harmonica, lui-aussi en vieille connaissance, puisque pour rappel, Walter officia comme guitariste au sein de ses Bluesbreakers de 1985 à 89.



'The sky is crying'


'She steels my heart away'


'Gonna hurt like hell'
avatar
Flovia
The voice of Bluesland
The voice of Bluesland

Nombre de messages : 6879
Age : 61
Localisation : Bourgogne sud
Date d'inscription : 19/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Walter Trout – We're all in this together (2017) :: Commentaires

avatar

Message le Lun 11 Sep 2017 - 20:32 par Flovia

Encore un très bon album de Walter Trout, puissant, équilibré, soutenu, avec de chouettes duos de guitare à la clef, dans une déferlante de watts. Les prestations harmo de Musselwhite et Mayall sont tip-top et c'est un plaisir de réentendre Edgar Winter au sax, pour ma part perdu de vue depuis des lustres.

PS: L'intégralité de ce nouveau cru est, pour l'instant, disponible à l'écoute sur le tube:

https://youtu.be/R2ZNefOLDGI


Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 12 Sep 2017 - 9:51 par BAYOU

Walter Trout évolue dans le monde du blues depuis déjà un sacré bout de temps. Il a accompagné quelques grands noms (Percy Mayfield, Deacon Jones, John Lee Hooker et Joe Tex) avant de rejoindre John Mayall puis Canned Heat.
C’est en 1990 qu’il se met à son compte et débute une carrière solo qui a bien failli s’arrêter en 2013 quand il a subi une transplantation du foie.
Cette grave maladie a décuplé son énergie et, depuis son retour en 2014, il multiplie les albums et les concerts comme si, profitant d’un sursis, il attrapait la vie à pleines dents.
Sa lourde opération du foie a été en partie financée grâce aux dons de ses fans et de ses amis musiciens (Je me souviens d’une superbe soirée à Nashville avec Royal Southern Brotherhood, Jack Pearson, Jimmy Hall, Damon Fowler…)
Aussi après The Blues Came Callin' en 2014, Battle Scars en 2015, et un Alive in Amsterdam en 2016, un nouveau CD est dans les bacs en 2017 Whe’re All In This Together.

J’ai toujours une forte aversion pour les albums avec un invité différent sur chaque titre. En général le tout manque de cohérence et d’unité, chacun envoyant sa participation d’un coin du monde donnant un résultat inégal et souvent décevant eu égard à la qualité des intervenants.

Pourtant, ici c’est différent, déjà, treize des quatorze titres sont des originaux. Et le quatorzième ?
Mes amis, une version d’anthologie de « The Sky Is Crying » avec la présence de Warren Haynes qui nous livre une interprétation stratosphérique de ce classique, que les deux guitaristes avaient joué sur la scène du New Orleans Jazz Festival voici quelques années.
Sinon et par ordre d’apparition on retrouve Kenny Wayne Shepherd, Sonny Landreth, Charlie Musselwhite, Mike Zito, Robben Ford, Warren Haynes, Eric Gales, Edgar Winter, Joe Louis Walker, John Nemeth, Jon Trout, Randy Bachman, John Mayall et Joe Bonamassa.
Un aéropage de jeunes, de moins jeunes et d’ancêtres, encore que le père Mayall du haut de ses 82 ans n’est pas le moins fringuant.
Trout qui n’est pas non plus un perdreau de l’année a proposé à chaque invité un morceau qui correspondait à son style musical ce qui au final donne un sacré panoroma du blues et du blues-rock dans son ensemble.

Et pourtant la cohérence globale de l’album est très forte. Certes selon ses goûts chacun peut y trouver chaussure à son pied et je préfère la slide magique de Sonny Landreth dans Ain't Goin' Back que le jeu de guitare d’Eris Gales sur « Somebody Goin' Down » ;
Pourtant même Joe Bonamassa sur le morceau éponyme n’en fait pas des tonnes, c’est dire que le gars Walter sait y faire. L’ami Mike Zito est présent sur “She Listens To The Blackbird Sing”, l’harmonica de l’immense Charlie Musselwhite donne toujours le frisson dans“The Other Side Of The Pillow”. Et comme signalé plus haut John Mayall le vieux maître du british-boom, l’homme qui a couvé des générations de grands guitaristes, dont Walter, dans ses Bluesbreakers envoie la purée sur. « Blues For Jimmy T »

Toutefois, et sans nier le grand talent des autres invités, Warren Haynes écrase tout, dans sa manière de revisiter son morceau, en exécutant une synthèse des versions d’Elmore James, d’Albert King et de Steve Ray Vaughan.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 12 Sep 2017 - 10:02 par sergio88

Quoi dire d'autre, nos deux chroniqueurs en chef talentueux ont tout dit. Alors il n'y a plus qu'à écouter religieusement ce super album.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Sam 7 Oct 2017 - 17:51 par Blind Willie Régis

Cet album regorge de bons morceaux! "The sky is crying" avec Warren Haynes est effectivement la pépite de l'album mais le reste est également d'un bien bon niveau! Very Happy Outre les morceaux cités avec John Mayall, Charlie Musselwhite, Sonny Landreth qui sont en effet excellents, je trouve que le morceau Crash and burn avec joe louis walker met bien la peche !!!! Very Happy

Quel autre album me conseilleriez vous de lui ?

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Dim 8 Oct 2017 - 10:30 par BAYOU

Je trouve qu'il est un peu "bavard" dans son jeu.
Le live in Amsterdam est pas mal mais je le préfère quand il joue avec Mayall

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 9 Oct 2017 - 20:07 par Blind Willie Régis

Merci Bayou! Je vais écouter cet album "Alive In Amsterdam" et je mettrai mon avis dans le sujet spécial sur cet album car j'ai vu qu'il y en avait un !!

Revenir en haut Aller en bas

Message  par Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum