DIRTY DOZEN BRASS BAND -Pan Piper 17/03/2017

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

19032017

Message 

DIRTY DOZEN BRASS BAND -Pan Piper 17/03/2017










C’est un peu un tour de chauffe. Avant de partir le quinze avril pour le Mississippi et la Louisiane, on a vu dans la même semaine Charles Musselwhite et le Dirty Dozen Brass Band à Paris.
Une découverte le Pan Piper, une salle sympa à proximité du Père Lachaise, un public nombreux assez jeune et comme souvent avec les brass band très enthousiasme.
Certes, le DDBB n’engendre jamais la mélancolie….on peut se dire qu’il est un peu à part, dans sa catégorie car contrairement aux Hot 8 Brass Band ou au Rebirth Brass Band, il joue avec un guitariste (ce soir l’excellent Takeshi Shimmura) et un batteur (le jeune Julian Addison qui lance en l’air ses baguettes en maintenant un groove d’enfer).
Bien le DBB ce sont les cuivres, Gregory Davis (trompette, voix), Efrem Towns (trompette, flugelhorn), Kevin Harris (saxophone tenor), Roger Lewis (saxophone baryton, saxophone soprano) l’homme au tuba Môssieur Kirk Joseph. Incroyable la pêche, la joie que procure cette musique. Si vous avez un pote neurasthénique amenez-le à un concert du groupe, il va sauter comme un haricot mexicain tout le temps.
Et comme dans les clubs de NOLA, le groupe fait monter sur scène des filles pour danser sous l’impulsion de Gregory Davis puis dans le final la fameuse « danse du sexe » de Roger Lewis.
On a droit aux standards avec « Mardi-Gras in New-Orlans » avec l’intro superbement sifflé par Gregory Davis et « Superstition » où Kevin Harris court voir Efrem Townd pour lui dire qu’il veut chanter un couplet le tout dans la bonne humeur.
Plus de heures de fête, nous sommes placés juste en face Roger Lewis et Kirk Joseph, ce dernier d’ailleurs me semble amaigri et termine le show fatigué. D’un autre côté je ne connais pas grand monde qui peut jouer du sousaphone plus de deux heures avec un groove d’enfer sans sentir une petite fatigue.
Le groupe est fidèle à lui-même les chorus de Roger Lewis sont diaboliques, Efrem Towns nous fait toujours le coup de jouer de deux trompettes en même temps, Gregory Davis chante par instants comme un rappeur, du bonheur vous-dis-je.

La bonne nouvelle c’est que nous les reverrons bientôt à la Jazz Fest

Gregory Davis Trompette, Chant
Roger Lewis Saxophone baryton, saxophone soprano
Kevin Harris Saxophone tenor
Efrem Towns Trompette, flugelhorn
Kirk Joseph Tuba
Julian Addison Batterie
Takeshi Shimmura – Guitare






_________________
Mon Blog
http://mick.over-blog.com/
avatar
BAYOU
Admin
Admin

Nombre de messages : 4613
Age : 63
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 28/10/2005

http://mick.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum