The Joey Gilmore band – 'Respect the blues' (2016)

Aller en bas

16122016

Message 

The Joey Gilmore band – 'Respect the blues' (2016)




The Joey Gilmore band – 'Respect the blues' (2016)



Date de sortie : 1er septembre 2016
Label : Mosher St. Records
Genre : Blues électrique, Chicago blues, Memphis blues, N.O blues, Louisiana blues, Soul-blues, Blues-rock

Liste des titres :

1- Man of my word
2- Can’t kill nothin'
3- Brownskin woman
4- Livin' a lie
5- A little love (always makes it bettah)
6- Breakin' up somebody’s home
7- This time I’m gone for good  
8- Chain of fools  
9- Room 244  
10- Sole survivor
11- Night time is the right time

Personnel :

Joey Gilmore / Guitare & chant
Robert 'Hi-Hat' Carter / Basse
Raul Hernandez / Batterie
Maurice Dukes/ Batterie
Sonny Boy Williams/ Claviers
Ivan Chopix/ Guitare
- - -
Rockin' Jake/ harmonica
Drew Preston/ guitare
Edlene Hart/ vocaux
Domino Johnson/ vocaux
- - - -
Arlene Coutee/ choeurs additionnels
Yoel Hyman/ Cuivres et cordes

CD dédicacé à la mémoire de David Shelley

Liens d'écoute :

https://www.amazon.com/Respect-Blues-Explicit-Joey-Gilmore/dp/B01M1O10HI
https://www.reverbnation.com/joeygilmoreband/song/25462724-brownskin-woman
http://www.cdbaby.com/cd/thejoeygilmoreband
avatar
Flovia
The voice of Bluesland
The voice of Bluesland

Nombre de messages : 6838
Age : 61
Localisation : Bourgogne sud
Date d'inscription : 19/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

The Joey Gilmore band – 'Respect the blues' (2016) :: Commentaires

avatar

Message le Ven 16 Déc 2016 - 10:32 par Flovia

Concernant Joey Gilmore, j'en étais restée à 'Can't kill nothin' ' (1993), d'orientation rhythm'n' blues beaucoup plus prononcée que sur le présent album, 8ème du guitariste-chanteur .
(Pour rappel, Joey Gilmore, né en 1944, à Ocala – Floride, sortit son premier single en 1971 et son premier LP en 1977. )

Aussi, avant même de présenter cette nouvelle mouture, me fallait-il au minimum écouter  'Brandon's blues' (2015), à propos duquel l'avis plutôt engageant de Bayou m'avait malencontreusement échappé...
C'est à présent chose faite. Et à l'issue, les deux dernières productions du bluesman m'ont, peu ou prou, paru élaborées dans une veine blues assez similaire.

Sur 'Respect the blues', Gilmore conserve sa formation précédente, augmentée pour l'occasion de deux excellents guitaristes, le presque trentenaire virtuose d'origine russe Ivan Chopik  et la célèbre figure guitaristique du South Florida, le fin et très éclectique Drew Preston  (hard blues, jazz-fusion) ainsi que d'un batteur supplémentaire, Maurice Dukes.

Les interventions solistes de Chopik et Preston apportent un réel coup de jeune aux reprises de 'Man of my word', 'Brownskin woman', ''A little love', 'Chain of fools', 'Sole survivor', 'Night Time' (le pont central de 'Brownskin woman' valant particulièrement le détour)
Quant aux cuivres, ils se veulent savamment dosés.

L'autre évolution notable dudit ouvrage réside dans l'arrivée d'Edlene Hart au chant, et sur trois morceaux complets ('Livin' a lie', 'This time I'm gone for good', 'Sole survivor'). Pour l'auditeur, cette toute nouvelle mixité des vocaux de tête dissipe l'effet de saturation parfois engendré par l'écoute au long cours d'une même voix.
Celle de Joey, puissante, convaincante, est faite pour le blues. Son timbre, rauque et légèrement nasal, donne du mordant à ses interprétations. Il chante au demeurant toujours fort juste, avec un entrain, du reste, assez surprenant pour son âge. Et pourtant, lorsqu'il cède le micro à cette chanteuse d'envergure, ou lui donne la réplique ('Chain of fools', 'Night time is the right time'), il nous offre un bénéfique changement d'horizon.

En conclusion, Gilmore signe ici un très bon album, certainement le meilleur et le plus abouti des trois pré-cités.
Ne vous attendez cependant pas au suprême frisson ''bluesistique'', mais plutôt (et déjà) à la profonde satisfaction de redécouvrir, dans une version contemporaine spécialement pêchue, quelques uns des standards les moins rebattus du genre blues/soul-blues, tous tirés des répertoires de Sunnyland Slim, Roosevelt Sykes, Albert King, Little Milton,  Johnny Adams, Lou Pride, Johnny Rawls, Beau Jocque ou encore Aretha Franklin.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Dim 18 Déc 2016 - 21:52 par Blind Willie Régis

La galette est effectivement bien agréable à écouter! J'aime beaucoup la voix de Joey Gilmore et le morceau qui, pour moi, sort du lot est certainement le magnifique Brownskin Woman!

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 20 Déc 2016 - 19:38 par Flovia

Blind Willie Régis a écrit:La galette est effectivement bien agréable à écouter! J'aime beaucoup la voix de Joey Gilmore et le morceau qui, pour moi, sort du lot est certainement le magnifique Brownskin Woman!

Cent pour cent de ton avis, Régis! Wink Et puis, sympa à toi d'y avoir jeté une oreille.  

Revenir en haut Aller en bas

Message  par Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum