Beth HART Fire On the Floor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

16102016

Message 

Beth HART Fire On the Floor






01. Jazz Man 03:52
02. Love Gangster 04:09
03. Coca Cola 03:38
04. Let’s Get Together 03:39
05. Love Is A Lie 03:15
06. Fat Man 03:51
07. Fire On The Floor 05:12
08. Woman You’ve Been Dreaming Of 04:22
09. Baby Shot Me Down 03:22
10. Good Day To Cry 04:32
11. Picture In A Frame 04:39
12. No Place Like Home 03:53

_________________
Mon Blog
http://mick.over-blog.com/
avatar
BAYOU
Admin
Admin

Nombre de messages : 4604
Age : 63
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 28/10/2005

http://mick.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Beth HART Fire On the Floor :: Commentaires

avatar

Message le Dim 16 Oct 2016 - 11:30 par BAYOU

Bon je sens que la discussion sera riche et animée...
Le nouveau Beth Hart donc qui (après deux écoutes) confirme le virage amorcée à savoir loucher du côté variétés internationales.

Et pour mon ami Phil Cotton qui aime mon sens de la nuance, une petite formule:
Beth elle a commencé comme Janis*, elle finira comme Céline*

*Joplin, *Dion



Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Dim 16 Oct 2016 - 12:49 par el335

En même temps, elle n'a plus 27 ans...

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Dim 16 Oct 2016 - 16:29 par mud

ouais offf...

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 17 Oct 2016 - 9:07 par el335

Derrière la vanne facile, il y a aussi quelques interrogations plus.... concrètes et aussi contradictoires !

Qui peut affirmer comment Janis aurait vieilli ?
Même interrogation pour d'autres légendes du club des 27 !

Il y a tellement de stars vieillissantes qui nous servent de la soupe ou du réchauffé (et d'autres qui sont "restés les mêmes").
Pèle mèle: Elvis Presley, Demis Roussos d'Aphrodite's Child, Les Stones, Joe Cocker, Santana, Neil Young, Bob Dylan, Jimmy Page, The Who, Lou Reed... Je laisse aux grands spécialistes du Blues le soin de compléter la liste.

Au fait, quelle chanteuse était Céline à ses débuts, quand elle faisait la "tournée des bars" ?

N'y voyez pas une défense aveugle de Beth Hart, mais juste une petite "relativisation".

Dernière édition par el335 le Lun 17 Oct 2016 - 9:16, édité 1 fois

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 17 Oct 2016 - 9:10 par Phil cotton color

BAYOU a écrit:Et pour mon ami Phil Cotton qui aime mon sens de la nuance, une petite formule:
Beth elle a commencé comme Janis*, elle finira comme Céline*

*Joplin, *Dion

Laughing   Laughing   Laughing
Bon... On verra, mais cette fois ci je pense que ce n'est peut être pas tout à fait faux... Wink

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 17 Oct 2016 - 9:17 par Phil cotton color

el335 a écrit:Derrière la vanne facile, il y a aussi quelques interrogations plus.... concrètes et aussi contradictoires !

Qui peut affirmer comment Janis aurait vieilli ?
Même interrogation pour d'autres légendes du club des 27 !

Il y a tellement de stars vieillissantes qui nous servent de la soupe ou du réchauffé (et d'autres qui sont "restés les mêmes").
Pèle mèle: Elvis Presley, Demis Roussos d'Aphrodite's Child, Les Stones, Joe Cocker, Santana, Neil Young, Bob Dylan, Jimmy Page, The Who, Lou Reed... Je laisse aux grands spécialistes du Blues le soin de compléter la liste.

Au fait, quelle chanteuse était Céline à ses débuts ?

N'y voyez pas une défense aveugle de Beth Hart, mais juste une petite "relativisation".
Tu n'as pas tort du tout dans tes interrogations... Twisted Evil
L'avantage de ne pas mourir vieux est de rester jeune à jamais.. Wink
On peut constater l'évolution (ou la non évolution, ce qui n'est pas non plus si réjouissant...) de beaucoup de nos vieilles "idoles", on peut simplement discuter à loisir sur l'évolution supposée de celles et ceux qui sont morts il y a 40 ou 50 ans...

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 17 Oct 2016 - 9:41 par BAYOU

Allez alors on remplace Janis par Etta James dont plusieurs chansons sont reprises par Beth Hart. Là on a une carrière complète....
Mais le problème n'est pas de discuter sur le bien fondé d'une comparaison, mais bien de parler de l'évolution de la carrière de Beth Hart.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 17 Oct 2016 - 11:15 par el335

Etta James est une chanteuse de Blues pur beurre et Beth Hart est une chanteuse de Rock qui a touché au blues (en particulier celui de Madame James - pas Marianne, on est d'accord) d'une façon plus qu'honnête.

Elle a de plus, il n'y a pas si longtemps, superbement repris "Strange Fruits" de la grande Billie (avec un certain guitariste prénommé Joe).

Certains puristes n'ont rien trouvé de mieux, en guise de critique, de lui dénier le droit de chanter cette chanson à cause de la couleur de sa peau...

Pour ce qui est de l'évolution de sa carrière, sachant qu'il y a de grands ponts, voire des viaducs entre le rock et la "variété dite internationale", le mélange des genres est si facilement inévitable. Va-t-elle se "ressaisir" ?

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 17 Oct 2016 - 15:07 par Flovia

el335 a écrit:Va-t-elle se "ressaisir" ?
Quel intérêt aurait-elle à le faire?
Soyons honnêtes, le blues demeure un style musical relativement confidentiel. Ses adeptes ne sont pas légion.
Et à l'échelle des ventes CD mondiales, déjà en chute libre tout azimut, le plafond du secteur blues est ridiculement bas.
Dans de telles conditions, il n'est pas étonnant que les artistes du genre, aussi passionnés soient-ils, s'orientent vers des mouvances plus actuelles, a fortiori s'ils peinent à en vivre décemment.
Robben Ford lui-même, amorce un surprenant virage en s'ouvrant aux dernières tendances californiennes du moment. (Cf son dernier et assez déconcertant album 'Into the sun').
Et il n'est pas le seul. Combien, par le passé, se sont convertis à la soul ou au R'n'b? Voire à la country? Une flopée!
Parce que, pour une majeure partie de la population afro-américaine, le blues porte encore et toujours en lui les stigmates indélébiles de l'esclavage. Elle n'en veut résolument pas.
Quant au public blanc américain qui suit encore cette musique, il est également minoritaire, là-bas où la country music, le hip-hop/rap/r'n'b et le rock se partagent la part du lion.
Bref, nous autres européens (plus une poignée d'irréductibles japonnais) ne faisons pas le poids, face aux States, dans la balance des royalties!...
Regrets ou pas, nous pouvons donc comprendre pourquoi Beth Hart élargit petit à petit son champ d'investigation musical.

En revanche, je ne te rejoins plus du tout lorsque tu évoques la superbe reprise 'Strange fruit' du duo Bonamassa-Hart. Non seulement je l'ai trouvée insipide, dénuée de la moindre substance, tant dans l'accompagnement guitaristique que côté chant, mais surtout, toute dimension dramatique en a été expulsée.
Un texte aussi poignant mériterait une toute autre mise en relief! Outre l'original de Billie Holiday, tu devrais réécouter la version de Nina Simone, monumentale!
La différence est impressionnante. Wink

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 17 Oct 2016 - 15:21 par BAYOU

Je me souviens encore de ce concert de Beth HART au New-Morning en mars 2012 avec un gamin de 22 ans à la guitare (Josh Gooch) qui amplifiait et magnifiait le chant superbe de la dame.
Quatre ans plus tard, quatre ans seulement mais une éternité pour le monde musical…Elle a fait son chemin en France et en Europe remplissant à plusieurs reprises l’Olympia, emportant l’adhésion dans les festivals.
Pourtant au fur et à mesure de ses prestations, de ses albums, une crevasse, puis une faille….Incontestablement sa voix est l’une des plus belles, elle peut chanter dans tous les styles, et c’est peut-être là l’origine de cette fameuse faille.
Déjà dans les deux précédents albums studios on percevait une tendance à élargir son public en lorgnant du côté fourre-tout de la variété internationale, en tentant de mélanger Billie Holiday, Etta James et Marylin Monroe (ou pire Céline Dion)

Et cette fois, on amplifie le système, on ratisse encore plus large, avec « Jazz Man » une chanson à la Melodie Gardot, puis deux bluettes « Love Gangster » et l’indigeste « Coca Cola » avec des paroles aussi mauvaises que la boisson « We lie on the Beach / And we mess up the Sheets / And it tastes like Coca Cola / Just like Coca Cola /He tastes like Coca Cola do”
Après ce monument de médiocrité, l’album déroule son ennui, seuls quelques beaux chorus de guitare dans « Fire On The Floor » le titre le plus réussi secouent la morosité qui s’installe.

Certes la voix est toujours émouvante, l’intro de « Woman You’ve Been Dreaming » au piano puis le chant sont bourrés d’émotion, et l’accompagnement dépouillée (pour une fois) permet à la chanteuse de s’exprimer.
Et on retombe dans la variété avec « Baby Shot Me Down » assez simpliste, puis le sucré « Good Day To Cry » idéal pour attaquer une petite sieste.
Et encore de la guimauve « Picture In A Frame ». Frankie sort de ce corps, on note d’ailleurs que la plupart des morceaux débutent par une introduction au piano électrique, (l’instrument de la dame sur scène) puis continue tranquille, pépère.

L’évolution de Beth Hart n’est pas surprenante, entre la fille qui mettait le feu au Paradiso avec une version sensuelle et haute énergie de « Whole Lotta Love » et celle qui fait de la publicité gratuite pour une boisson gazeuse d’Atlanta, on mesure le chemin parcouru.
Beth Hart continuera de remplir de Olympia, proposera des chansons de plus en plus aseptisées, avec de temps à autre un disque avec Joe Bonamassa, pour remettre quelques dollar dans le cochon du blues, histoire de montrer qu’elle ne renie pas son histoire.

Pourtant, c’est bien à une retraite en rase campagne d’une musique authentique à laquelle nous assistons. Le problème toutefois, n’est pas aussi simple, car si elle peut espérer avec cette formule atteindre un public dépassant les puristes du blues, elle ne pourra jamais concurrencer les stars de la variété, à presque 45 ans, ce train est déjà parti.
Finalement, si cet album faisait un vrai flop, on pourrait assister à un sursaut salutaire, la Beth vire son manager, son mari, les musiciens de studio qui ont joué sur l’album, forme un groupe de blues et nous fait un récital sans s’occuper des ventes.
Bon on peut rêver quand même ?

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 17 Oct 2016 - 16:32 par mud

c'est vrai que " strange fruit " chantée par billie te fout une baffe dont tu te souviens longtemps...

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 17 Oct 2016 - 21:26 par Flovia

Eh bien, tu n'y vas pas de main morte, Michel!  
Et dire que je m'apprête à en rajouter une couche d'une nature autrement plus lapidaire. Quelle inconscience!... 

Peu de divergence entre nos impressions mutuelles, si ce n'est sur 'Love is a lie' , fort bien chanté, abstraction faite de l'accompagnement, résolument détestable. Tous les arrangements sont d'ailleurs à ... jeter.
Pour parler franc, c'est par pur acquit de conscience que j'ai écouté ce CD, mon opinion sur la chanteuse étant arrêtée depuis 'Better than home'.
 
Encore une fois, je déplore que Beth ne soit pas parvenue à gommer ce grain de vulgarité qui demeure selon moi sa marque de 'fabrique' originelle, et que je ne supporte définitivement plus.
A cet égard, 'Baby shot me down' atteint des sommets de trivialité comme jamais auparavant.
'Fire on the floor' m'a écorché les tympans sans pour autant me procurer le moindre frisson. Seul 'Good day to cry' m'a vocalement émue.
Beth chante juste, elle a du coffre, un timbre de voix singulier, percutant, qui retient l'attention, nous sommes pratiquement tous unanimes à ce sujet.
Elle sort la plupart du temps ses tripes, aucun doute à ce propos non plus, mais voilà, en vain et depuis quelques temps déjà, me concernant.

Dans le registre soft, sa voix est plate, banale, ses modulations un soupçon chevrotantes. Il lui faut monter en puissance pour débloquer son vibrato. Ce faisant, sa voix s’épanouît, certes, mais l'âpreté des bas-fonds ressurgit au triple galop, et voilà le cercle vicieux bouclé.
Arrivée à ce stade de mes réflexions, je ne puis que répéter ce que j'en disais précédemment: ''C'est là que se situe le véritable paradoxe de cette chanteuse, a priori incapable d'un positionnement vocal médian, et surtout d'un choix plus judicieux de mélodies adaptées à sa propre tessiture.''

J'ajouterais juste qu'il lui manque le relief de l'émotion, la finesse et l'élégance, une bonne dose d'apaisement itou, et probablement une certaine forme de bonheur au quotidien pour atteindre cet état de grâce (privilège de peu d'élues), qui nous entraîne haut, très haut.
Hélas, elle n'a ni les cordes vocales appropriées, ni finalement le mental adapté à de telles subtilités.
Et quand bien même, il serait malheureusement trop tard pour elle, sa voix étant irrémédiablement formatée.
Dommage...

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Sam 11 Mar 2017 - 16:39 par linardpascal

Je ne dois pas être un "bluesman" averti et pure car je vous trouve bien sévères avec Beth Hart. Certes, elle vieillit (mal) et on sent bien tout ce qu'il y a d'américain par ce côté pompe à fric qui tire sur tout azimut. Certes, elle a acquit une forte notoriété en Europe et en use et en abuse. Pourtant, son dernier concert à l'Olympia, moi, ne m'a pas laissé indifférent. Il y a toujours cette voix puissante et je vous accorde qu'on aimerait bien la voir utilisée pour du chant d'une meilleure qualité. Mais, peut-être Bayou avait-il raison l'année dernière en me disant que je me laissais distraire par le charme de la dame, j'ai aimé l'attitude amicale de cette femme, cette façon de se donner au public qui fait que ce n'est pas qu'un tour de chant.
Maintenant, c'est vrai, "Fire on the floor" n'est pas à la hauteur de nos espérances. Toujours pas. J'avoue avoir été "envouté" mon cher Bayou!

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Dim 7 Mai 2017 - 23:16 par Pierre d'Ardèche

Certains trouvent que c'est chouette de se gaver toujours de la même bouffe, d'autres ( les artistes, les musiciens) trouvent intéressant d'explorer, d'innover, de se faire plaisir et ils changent de resto et de bouffe. Cette nana a du talent et n'a plus grand chose à prouver; elle a pas de raison de se faire chier à jouer toujours la même zic pour quelques mecs qui détestent le changement. Quand on écoute avec son coeur et son épiderme alors elle est toujours bandante et ses concerts c'est pas du fric volé.
Pour ce qui est de vieillir certains sont vieux depuis leur naissance et d'autres ne vieilliront jamais parce qu'ils savent se renouveler et surtout se faire plaisir; C'est pas parce qu'on a du blé qu'il faut s'emmerder !

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 8 Mai 2017 - 8:13 par Old_Debris

Oui mais bon si tu manges dans un resto étoilé, aller bouffer dans un McDo c'est aussi un changement.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 8 Mai 2017 - 9:41 par Pierre d'Ardèche

Je suis pas un fan des MacDo mais ça peut rendre service sur l'autoroute.... moi j'aime bien le fromage de chèvre, le p'tit canon de rougeot qui va avec et le pain bio de ma voisine; justement ça me change comme entre deux blues une petite balade rock ou un Brassens.
Les artistes nous proposent et nous ont choisis: mais ils ont le droit de changer de direction, de se tromper et même de pas rejouer notre hit préféré.
Je suis toujours content d'écouter un nouveau disque mais des fois je me dis que c'est pas pour moi ce truc: ça fait ça avec le rap, le slam et différentes choses du genre. Pas pour moi !
Beth Hart j'aime bien ( faut dire que j'ai un faible pour les nanas ) et ça me gênerait pas de vieillir avec elle !

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 8 Mai 2017 - 10:34 par Old_Debris

Disons que ça tournait un peu autour du blues, ce qui se comprend dans cette partie du forum et là sans présumer de son talent on ne peut pas dire qu'elle en donne une image juste.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 8 Mai 2017 - 11:15 par Phil cotton color

Pierre d'Ardèche a écrit:Certains trouvent que c'est chouette de se gaver toujours de la même bouffe, d'autres ( les artistes, les musiciens) trouvent intéressant d'explorer, d'innover, de se faire plaisir et ils changent de resto et de bouffe. Cette nana a du talent et n'a plus grand chose à prouver; elle a pas de raison de se faire chier à jouer toujours la même zic pour quelques mecs qui détestent le changement. Quand on écoute avec son coeur et son épiderme alors elle est toujours bandante et ses concerts c'est pas du fric volé.
Pour ce qui est de vieillir certains sont vieux depuis leur naissance et d'autres ne vieilliront jamais parce qu'ils savent se renouveler et surtout se faire plaisir; C'est pas parce qu'on a du blé qu'il faut s'emmerder !

C'est toujours un peu la même histoire, on peut glorifier ou à l'inverse reprocher tout et son contraire aux artistes, et même à chacun d'entre nous en général. Celui qui reste "droit dans ses bottes" sera authentique et aura des convictions, ou bien sera "momifié" et incapable d'évoluer. celui qui a "la bougeote" sera un esprit novateur et curieux, ou alors "un touche à tout" superficiel, voire un opportuniste.

C'est sans doute plus une question de personnalité, que le fait d'être "vieux depuis sa naissance" ou de ne "jamais vieillir" (ah si c'était possible... Laughing). Certains ont le besoin et le goût d'évoluer constamment (Picasso, Bob Dylan, Jimi Hendrix malgré sa mort précoce...), d'autres se forgent un style personnel dans un idiome précis et s'y tiennent (les bluesmen roots en général, ou même Brassens que tu cites dans un autre post...).  L'essentiel est sans doute de rester fidèle à ce que l'on est.

Et je pense que l'on se peut "se faire chier" quand justement on n'est plus fidèle à ce que l'on est, le plus souvent pour des raisons commerciales. Et que ce soit parce que l'on reste dans un style précis (Chuck Berry, par exemple, qui disait pouvoir penser à ses impôts en concert), ou à l'inverse parce que l'on aborde artificiellement des styles très différents dans l'espoir de toucher un plus large public.

Alors, ne la connaissant pas, je ne sais pas quel est le cas de Beth Hart. Après chacun apprécie selon ses goûts et sa propre sensibilité.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 8 Mai 2017 - 11:26 par Pierre d'Ardèche

farpètement d'accord moi non plus.
Connaissez vous une anthologie un peu récente des chanteuses et guitareuses de blues ?

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 8 Mai 2017 - 17:14 par Phil cotton color

Pierre d'Ardèche a écrit:farpètement d'accord moi non plus.
Connaissez vous une anthologie un peu récente des chanteuses et guitareuses de blues ?
Tu veux dire une anthologie des chanteuses de blues récentes ? Wink Si c'est ça, je n'en ai pas en tête... scratch
Evidemment tout dépend ce que l'on appelle "récent"... Laughing

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 8 Mai 2017 - 19:58 par Pierre d'Ardèche

J'ai lu sur Wikipedia que Sue Foley constituait une anthologie des guitareuses ce qui me plait déjà beaucoup mais j'aimerais trouver un peu ça pour des musiciennes et chanteuses de blues. J'ai des "compiles" mais elles sont limitées en nombres d'artistes.
Dans les guitareuses je suis sous le charme de Muriel Anderson aux doigts de fée.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 8 Mai 2017 - 20:37 par Jungleland

ben si on parle de blues on peut commencer plus facilement avec la sublime Big Mama Thornton puis se diriger vers Ma Rainey et Memphis Minnie

et après le chemin est large pour célébrer ces femmes qui ont cumulées les handicaps d'être femmes et noires ...

en plus "récent" il y a la très belle compilation de Dixiefrog "Sisters South" parue il y a quelques années

perso je déconseille les compils Blues Guitar Women qui sont très réductrices

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 8 Mai 2017 - 20:49 par Phil cotton color

Je crois que Pierre parle surtout des blues women guitaristes, ce qui limite quand même un peu le champ des possibles, et élimine toutes celles qui ne se sont consacrées qu'au chant. Memphis Minnie est en effet un très bon exemple des chanteuses guitaristes de Blues et mérite ô combien sa place dans l'anthologie.
On pourrait d'ailleurs essayer de la monter cette anthologie, avec des youtuberies... dans un topic spécifique, bien entendu... Wink

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 9 Mai 2017 - 1:58 par Pierre d'Ardèche

En fait j'ai découvert le blues avec des chanteuses de gospel quasi toutes afro-américaines il y a de cela environ 45 ans...à présent je me régale avec des chanteuses et / ou guitaristes de la génération d'après Bonnie Raitt. Certaines sont aussi pianistes ou jouent d'autres instruments. Je trouve que depuis deux ou trois décennies les femmes apportent vraiment un sang neuf et en plus du charme, une créativité et originalité qui en disques ou en concerts m'enthousiasme souvent. Mais j'ai le même plaisir en pop, en jazz ou en musiques traditionnelles. Autour de moi plusieurs nanas amènent vraiment un plus dans les orchestres régionaux.

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum