The Marcus King Band

Aller en bas

15102016

Message 

The Marcus King Band




Artist: The Marcus King Band
Title: The Marcus King Band
Year Of Release: 2016
Label: Concord Music Group




Tracklist:
1. Ain’t Nothin’ Wrong With That (3:47)
2. Devil’s Land (5:08)
3. Rita Is Gone (4:23)
4. Self-Hatred (Feat. Derek Trucks) (5:32)
5. Jealous Man (4:34)
6. The Man You Didn’t Know (4:39)
7. Plant Your Corn Early (5:05)
8. Radio Soldier (4:51)
9. Guitar In My Hands (2:51)
10. Thespian Espionage (5:31)
11. Virginia (Feat. Warren Hayes) (6:31)
12. Sorry 'bout Your Lover (3:23)
13. The Mystery Of Mr. Eads (1:41)

Marcus KING a 20 ans !

La relève produit par Warren HAYNES !

_________________
Mon Blog
http://mick.over-blog.com/
avatar
BAYOU
Admin
Admin

Nombre de messages : 4851
Age : 64
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 28/10/2005

http://mick.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

The Marcus King Band :: Commentaires

avatar

Message le Sam 15 Oct 2016 - 16:15 par BAYOU (En ligne)

L’industrie musicale permet quelquefois (trop rarement) l’éclosion de grands musiciens. Même si, dès leur plus jeune âge, les bonnes fées de la musique se sont penchées sur leur berceau.
Prenez Marcus King, 20 ans, né à Greenville (Caroline du Sud) fils du bluesman Marvin King, et petit fils d’un guitariste.
Il sort actuellement, avec son groupe, son deuxième album produit par Warren Haynes après un premier essai intitulé Soul Insight qui alternait les belles promesses mais aussi des morceaux assez convenus.
Avec ce CD éponyme enregistré aux Carriage House Studios à Stamford (Connecticut), on change de registre.
Le groupe qui se compose de Marcus King Vocaux, Guitare, Jack Ryan Batterie, Stephen Campbell (basse), Justin Johnson (trompette, trombone), Matt Jennings (claviers) et Dean Mitchell (Saxophone) est produit par Warren Haynes (qui joue aussi de la slide sur « Virginia ») ce qui est déjà une sacrée carte de visite.
"Marcus est le premier guitariste depuis Derek Trucks que j'ai entendu jouer avec la maturité d'un musicien bien plus âgé», a déclaré Warren Haynes. «Il est très influencé par le blues, mais aussi par le jazz, le rock, la soul. Vous pouvez entendre toutes ces influences, dans sa musique mais il se les approprie à sa propre manière. »

La référence à son compère des Allman Brothers n’est pas innocente, car Derek Trucks est présent sur « Self-Hatred »
Ces éléments mettent bien sur l’eau à la bouche, et Warren ne se trompe pas. Déjà avant le jeu de guitare, c’est la voix de Marcus qui accroche, semblant venir d’un musicien beaucoup plus âgé. Puis le line-up du groupe, avec claviers et cuivres, assez rare dans les groupes récents, qui bien souvent se contentent d’envoyer du son sans trop bien le maîtriser. Si on ajoute une qualité d’écriture très mature et incisive et un toucher de guitare exceptionnel (écoutez donc comment il répond à Derek Trucks sur ce fameux « Self Hatred ») on a comme dirait gagner le jackpot.

Ce groupe est frais mais ancré dans la tradition, puissant mais aérien en même temps, Marcus King ne joue pas au guitar-hero (vous savez comme le types qui alignent trois plans en faisant des tonnes de rictus, avec des positions killer, bâillements), mais exécute des chorus somptueux. Derrière la console on reconnait la patte de Warren discrète mais qui sait parfaitement mettre en valeur les instruments et les qualités intrinsèques des musiciens.
Et comme le souligne Warren la musique est un mélange, on y retrouve des atmosphères proches du Tedeschi Trucks Band, le groove de Gov’t Mule mais aussi la southern-touch des groupes sudistes (« Radio Soldier ») sans oublier que Marcus joue aussi de la guitare acoustique de la steel et de la lap-steel. Justin Johnson à la trompette nous gratifie aussi de quelques belles interventions qui donnent au groupe cette touche soul.

Clairement, cela fait longtemps, peut-être depuis la révélation de Blackberry Smoke qu’un album d’un jeune groupe n’avait pas produit un tel engouement, d’autant que le southern-rock a bien besoin de renouveau même si dans ce cas, Marcus fait exploser les barrières des genres en assimilant toutes sortes d’influences, celles des différentes musiques du Sud pour en donner une lecture originale,

De toute évidence, ce groupe et son leader ont un potentiel énorme ils tournent beaucoup aux USA et seront pour la première fois à Paris au Sunset le premier novembre 2016. Un rendez-vous à ne pas louper !

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Dim 16 Oct 2016 - 17:52 par Flovia

Ouh la oui, dis-donc! Very Happy En effet, il promet, ce garçon!  cheers
Déjà guitariste accompli, et doté d'un séduisant timbre de voix, aussi original que soulful, il ne lui reste guère plus qu'à donner du corps à son chant - encore un rien juvénile, peaufiner ses intonations, et surtout trouver le bon rythme de respiration contre l'essoufflement. Ça ne saurait tarder.
Nul doute que pourvu de tels atouts, l'éclectisme de ses goûts musicaux aidant, il vole très vite vers des sommets 'Haynesques'!

Extraits:

'Rita is gone'


'Ain't nothing wrong with that'


Et parmi la multitude d'extraits vidéo écoutés, deux de ses prestations antérieures, l'une publique, l'autre studio, m'ayant tout autant conquise,

'Keep moving'/ Until I'm gone/ Can't take it' - Medley


'I won't be here'


j'ai pré-commandé l'album M.K.B. ainsi que le précédent 'Soul inside'. Vivement le 26 octobre!  bounce

Et merci pour cette réjouissante découverte, Michel!

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Dim 16 Oct 2016 - 19:52 par BAYOU (En ligne)

Soul Inside est d'un niveau plus faible !

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Dim 16 Oct 2016 - 20:30 par Flovia

BAYOU a écrit:Soul Inside est d'un niveau plus faible !

Je l'avais bien compris en lisant ton commentaire, j'aimerais néanmoins me faire ma propre opinion. Nous sommes assez souvent du même avis disco, toi et moi, mais il arrive aussi que nos ressentis diffèrent. Parfois... Wink

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 17 Oct 2016 - 22:00 par Blind Willie Régis

J'ai écouté cet album en entier et je le trouve plutôt de bonne facture. J'ai 3 coups de coeur :
- Rita Is Gone : je trouve que beaucoup de soul se dégage de sa voix sur cette chanson, il y aurait presque un côté Lee Moses en moins mature !
- The Man You Didn't Know : sur ce morceau, on retrouve clairement une touche Tedeschi Trucks Band. Je trouve la slide guitar parfaite tout au long de la chanson et les vocaux et la mélodie sont très intéressants.
- Guitar In My Hands : la chanson est plutôt toute en simplicité mais je trouve qu'elle fait son effet

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 2 Nov 2016 - 17:43 par Flovia

Magie du mixage ou bénéfice d'une piste chant séparée, peu importe, aucune trace des légères imperfections vocales perceptibles en live chez Marcus King ne subsiste ici.
C'est parfaitement interprété!
L'album est d'ailleurs une belle réussite, dans plusieurs domaines.
Il tourne beaucoup depuis samedi midi, jour de sa réception.
Et je le trouve finalement plutôt mature, cet enregistrement, nonobstant les trois ballades country plus communes qui l'émaillent.
Une petite facilité (ou concession musicale au conformisme US ambiant) qui sera d'autant mieux pardonnée que 'The man you didn't know' émerge haut la main de ce lot nonchalant, grâce à l'excellence de son pont instrumental, à ses sonorités de slide hindoustani, ou encore au beat appuyé qui vient relever à intervalles réguliers un tempo parfois lénifiant.
Mais c'est sans véritable lassitude que les deux autres se laissent écouter, probablement en raison du timbre de voix très typé de Marcus, exempt de toute fadeur.

Mes préférences vont néanmoins aux titres qui tendent vers le jazz fusion, comme sur 'Vespian espionnage', 'Devil's land' (je raffole de ces climats ultra plombés), et 'Plant your corn early', tous aussi inventifs qu'aboutis.
On y sent l'influence de l'Allman bros (en particulier sur 'Vespian espionnage', une composition dans la veine ABB de 'In memory of Elisabeth Reed') et bien entendu celle de Gov't mule.
Alors, en effet, Haynes s'est investi dans l'affaire, et il est indéniable que ça s'entend.
Le jeune King maîtrise néanmoins son sujet, c'est hyper bien construit, efficacement conduit jusque dans les variations de thèmes. Et malgré une légère impression de ''déjà entendu'', quelques passages particulièrement lumineux s'y distinguent: le chorus tout en verve du trompettiste jazz Justin Johnson sur 'Vespian espionnage' ou encore la flûte enchanteresse de Kofi Burbridge dans 'Plant your corn early' (deux moments d'inspiration très TTB)
Sur l'ensemble de ces morceaux, la cohésion du groupe se révèle remarquable, la rythmique efficace, les cuivres s'intègrent parfaitement à l'ensemble, et le bon sens de Marcus lui évite une mise en avant systématique de ses capacités guitaristiques.
Bref, j'ai été emballée par ces trois-là tant ils sont joués avec finesse, talent et brio.

Dans mon hit-parade personnel, l'atypique 'Self-hatred' les suit de près. Plage au prime abord un rien déroutante de par sa structure (débuter par un refrain répétitif, au texte à la fois succinct et ambigu, en voilà une idée singulière!...), celle-ci se voit très vite repêchée par l'envolée des guitares de Trucks & King, qui se répondent dans un échange crescendo, slide v/ flatpicking, d'une éblouissante subtilité. Magistral!

'Virginia' constitue selon moi l'ultime temps fort de l'album.  
Son tempo alerte et ses traits slidés le rattacherait davantage à la mouvance rock sudiste. Il y a du groove dans la rythmique, un intermède piano de Matt Jennings digne de l'ABB. Warren Haynes s'illustre de façon royale à la slide et c'est encore un épatant duo qui nous est offert par les guitaristes en fin de morceau. Là-dessus, comme d'ailleurs sur le final de 'Self-hatred', le jeu nerveux et incroyablement mûr de Marcus m'ont laissée pantoise.

L'atmosphère des autres pistes verse davantage côté soul, registre qui valorise a maxima la tessiture de Marcus. Celles-ci sont bien ficelées, efficaces, et toujours toniques.
Je privilégierais néanmoins 'Ain't nothin' wrong with that' où l'empreinte californienne, désinvolte et enjouée, se détache plus nettement.

En dehors de la part encore ici toute relative laissée au blues (à mon grand regret!), chacune de ces douze plages s'avère en définitive délicate à définir en terme de courant musical. Des touches habilement mesurées de soul, jazz-rock, rock sudiste, psyché, blues-rock, jazz N.O., funk, s'y mêlent la plupart du temps intimement.
Et pour l'auditeur, l'équilibre d'un tel dosage présente, à mon sens, le double avantage d'un abord facilité et d'une meilleure assimilation globale.  
Comparé au 'Let me get by' du Tedeschi Trucks Band, la teneur en est sans doute moins subtile et moins originale, la sensibilité moins vive, et pourtant, cet enregistrement me paraît, comment dire?... plus concis ou condensé (sans éparpillement superflu) et surtout centré sur un même objectif : la transmission d'énergie. Et ma foi, entre ce dynamisme bouillonnant et le caractère déjà très affirmé de son leader, il possède d'entrée deux atouts majeurs.  

En revanche, il serait vain d'accorder trop de crédit aux textes, un tantinet inconsistants, les préoccupations existentielles de Marcus King, outre un fervent attachement à sa terre natale, se limitant à celles inhérentes à tout jeune américain issu d'un milieu social aisé.
La profondeur devra attendre, bien que, émanant d'un natif de la Caroline du Sud, je doute que ses prises de conscience futures rejoignent jamais les miennes ...  

Faute de mieux, le potentiel compositeur et interprète de Marcus King est, lui, manifeste. Et même impressionnant.
Ses qualités instrumentales et vocales en font un artiste d'ors et déjà complet, à suivre de très près dans l'avenir!

@ Michel: Un peu tôt pour un éventuel parallèle avec son précédent 'Soul inside', reçu aujourd'hui-même, quoiqu'à première écoute je craigne en effet qu'il lui soit inférieur. Selon toute vraisemblance, Haynes aura entre temps apporté à Marcus son sens de la synthèse. Wink

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 2 Nov 2016 - 19:08 par BAYOU (En ligne)

Je vais vous raconter prochainement les deux shows d'hier soir....3h30 de musique, et après une petite interview ....

Ce mec est impressionnant en live, son groupe est soudé et possède une belle marge de progression.

Pour info c'est Mme Haynes qui est le manager de Marcus....ce qui explique certaines choses sans rien enlever à son talent.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 3 Nov 2016 - 10:32 par Jipes

Franchement fait du bien d'entendre cet artiste il y a de très belles choses et c'est prometteur ! Cette soul sudiste me ravit, d'ailleurs je ne sais pas si la crise du disque ets si importante qu'on le dit mais en tous cas il y a un tas d'albums superbes qui sorte ou sont sorti cette année j'ai vraiment l'impression que le blues sous toute ses formes se porte finalement plutôt bien !

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 3 Nov 2016 - 18:45 par Flovia

BAYOU a écrit:Je vais vous raconter prochainement les deux shows d'hier soir....3h30 de musique, et après une petite interview ....
Hâte de te lire! bounce
Nous feras-tu la grâce de quelques extraits sonores en supplément Question

BAYOU a écrit:Ce mec est impressionnant en live, son groupe est soudé et possède une belle marge de progression.

Pour info c'est Mme Haynes qui est le manager de Marcus....ce qui explique certaines choses sans rien enlever à son talent.

Oh oh !... En effet, si Stefani Scarmado, impresario de son état et qui bénéficie apparemment aussi d'entrées privilégiées dans l'univers radiophonique US, est l'épouse de Haynes (j'ignorais...), je comprends mieux ton insinuation . Marcus King est décidément bien entouré!
Tiens bon la barre, matelot, ton équipage veille au grain!!! lol!

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Sam 5 Nov 2016 - 17:16 par BAYOU (En ligne)



Comme vous avez été sage, le War Pigs de Black Sabbath....

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mer 16 Nov 2016 - 11:27 par Invité

Il a été " Le Coup de Cœur de FIP "  hier... Wink

https://www.facebook.com/fipradio/posts/10157710779360291

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 17 Nov 2016 - 15:32 par BAYOU (En ligne)




A vingt ans, Marcus KING semble promis à un bel avenir dans la musique. Déjà deux albums dont le somptueux MARCUS KING BAND (disque du trimestre dans le dernier numéro de Bands of Dixie), et une première tournée européenne de sept dates dont une au Sunset à PARIS.
Voici donc l’histoire récente mais déjà riche de ce futur grand musicien.

Marcus est né le 11 mars 1996 à Greenville (Caroline du Sud), un état du Sud, géographiquement assez proche de Spartanburg le fief du Marshall Tucker Band, et un peu plus éloigné de Macon ville de l’Allman Brothers Band. Pas très loin aussi, se trouve Asheville lieu de naissance de Warren HAYNES où se déroule, chaque année au mois de décembre, la fameuse Chistmas Jam organisé par Warren et qui propose toujours un somptueux plateau.
Greenville est la ville la plus importante de la Caroline du Sud et peut se définir comme une synthèse du « Vieux Sud » avec ses maisons anciennes dans les quartiers, et des immeubles modernes dans son centre-ville.

« J’ai grandi dans une famille de musiciens, mon père était bluesman et mon grand-père jouait également dans des groupes locaux. Très tôt je suis monté sur scène pour les accompagner »*. Comme Derek Trucks à qui il est souvent comparé, il joue dès son plus jeune âge avec des adultes dans les différents clubs de sa ville et des alentours puis vient le moment de prendre son envol « Tous les membres sont des musiciens de Greenville, et le groupe s’est formé au fur et à mesure des rencontres et des jams sur la scène musicale locale ».

Ainsi le groupe est composé de Jack Ryan batterie, Stephen Campbell basse, Justin Johnson: trompette et trombone, Matt Jennings orgue et keyboards et Dean Mitchell: saxophone.
Un premier album Soul Insight sort en octobre 2015 sur Evil Teen Records le label de Warren Haynes.
Le groupe semble chercher sa voix en proposant différents styles de musique. De ce fait l’album manque un peu de cohésion, mais laisse poindre déjà un énorme potentiel qui n’échappe pas à Warren qui le « confie » à Stefanie SCAMARDO (Mme HAYNES dans la vie) qui devient le manager du groupe.
A partir de 2015 ils ouvrent pour Gov’t Mule aux USA sur plusieurs dates, et on peut trouver sur You Tube quelques vidéos dont celle de Hot 'Lanta" à la Mountain Jam 2016 où Warren rejoint le MKB. Rien d’étonnant donc de retrouver Warren Haynes à la production du second album qui sort en octobre 2016 « Warren est un homme et un musicien extraordinaire, il sait écouter, trouver la bonne direction, c’est vraiment un mec super ». « L’album a été enregistré « live in studio » et nous n’avons quasiment pas ajouté d’overdubs.
Cerise sur le gâteau Derek Trucks vient croiser le manche sur un morceau (« Self Hatred »). Avec de tels parrains, rien moins que les deux derniers guitaristes de l’ABB, Marcus est quasiment adoubé/adopté par la grande famille sudiste.

Le Sunset est bondé en cette douce soirée de novembre, et dans cette petite salle, qui ressemble à une station de métro avec ses faïences d’époque, on ressent l’atmosphère des grands soirs. La grande famille sudiste de Paris et alentours est présente et Marcus a lu dans la journée la double chronique de son CD dans le BOD tout juste sorti des presses.
Les musiciens sont décontractés et heureux, ils traversent la salle et le public pour atteindre la scène minuscule. Il est prévu deux shows de soixante-quinze minutes avec un entracte, pour laisser le temps à la salle de se vider puis de refaire le plein.
A 18h15 le premier show démarre, tout de suite on est scotché par le jeu de guitare de Marcus, qui va nous offrir un véritable récital dans cette première partie, très blues-rock. Visuellement, avec son chapeau, il nous rappelle Stevie Ray Vaughan (ce n’est pas un hasard) et il nous propose des titres de son nouveau CD « Radio Soldier », « Guitar In My Hands » « Virginia » mais aussi des cover comme le « Whipping Post » des Allman mais aussi « War Pigs » de Black Sabbath comme un clien d’œil à Gov’t Mule, qui a repris ce morceau dans son superbe live « With A Little help…

Dans ce set on remarque que le groupe et les cuivres sont relativement effacés, et que Marcus qui se taille la part du lion (pas celui de la pochette) joue (trop) fort et a tendance à produire trop de notes, Deux petits défauts de jeunesse qui n’enlèvent rien à la dextérité et au feeling du guitariste qui est aussi excellent à la slide qu’il utilise relativement peu toutefois.
Son timbre de voix est aussi surprenant, avec ce léger voile un peu comme Janis, et vers la fin du set on peut entendre des intonations à la Robert Plant. (Il sera très heureux de cette comparaison quand elle sera évoquée à la fin des shows au cours de notre entretien).

La nuit d’automne est toujours douce, et pendant l’intervalle nous discutons avec les membres du groupe pendant que Marcus en termine avec les selfies et les dédicaces de CD. Le bassiste repère ma chemise en jean siglé George Dickel (un fameux Teennesse Whiskey que je vous recommande par ailleurs) et on discute bourbon…Les musiciens sont tous très jeunes et ont (encore) la spontanéité, l’envie de discuter avec le public, la modestie et la gentillesse des gens qui savent qu’ils vivent une superbe aventure.

Beaucoup de spectateurs sont restés pour le second show et la salle est de nouveau archibondée. Cette deuxième partie sera complètement différente, Marcus se fond dans le groupe, les cuivres groovent parfaitement et le répertoire est très soul. Pour situer mon propos, le premier show s’inspirait de Gov’t Mule, le second est plus proche de Tedeschi Trucks Band avec aussi des sonorités jazzy comme ce clin d’œil à « Footprints » de Wayne Shorter. Ce show montre un groupe soudé avec de superbes lignes d’orgue de Matt Jennings et une belle prestation du duo de cuivres Justin Johnson et Dean Mitchell.

Il est vingt- trois heures, le groupe a joué plus de trois heures, nous échangeons quelques mots avec Marcus que nous félicitons pour la diversité des deux shows, il nous citera dans ses groupes préférés « Tedeschi Trucks Band, Led Zeppelin, Janis Joplin, Black Sabbath, Gov’t Mule bien sûr, les grands groupes des seventies et bien entendu l’ABB» et nous expliquera comment il crée ses chansons « La plupart de nos chansons évoquent des situations vécues, j’essaie de transmettre ce que ressens là (il se touche le cœur)», c’est un peu comme une libération, le fait de faire partager ses émotions avec le public, de lui dire que nous partageons les mêmes choses, les mêmes douleurs. »

Dans les projets, une nouvelle tournée européenne est programmée au printemps 2017, et beaucoup de dates aux USA ; Un troisième album devrait aussi voir le jour bientôt mais il est possible qu’un live sorte avant afin de capter l’énergie du groupe en concert.

Nous avons assisté à une superbe prestation qui confirme et amplifie les qualités de l’album.
Marcus est un excellent performer, il sait déjà transmettre son feeling et sa fougue au public, son groupe a encore une grosse marge de progression mais tourne déjà comme une redoutable machine à swing. On tient là un grand guitariste dont la carrière devrait démarrer en flèche, et atteindre très vite des sommets. C’est avec impatience que nous attendons la suite….

*Les phrases entre guillemets sont extraites de l’interview de Marcus à la fin du concert au Sunside



Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 17 Nov 2016 - 19:29 par Flovia

Sur les vidéo de cette soirée 'Sunset', j'ai remarqué qu'il arrivait à Marcus de jouer dos tourné au public, notamment durant ses soli. Était-ce occasionnel, ou fréquent?  J'ai supposé qu'il cherchait ainsi une meilleure cohésion avec son groupe, mais les curieux de son doigté guitaristique en auront probablement été dépités. Il faut dire que l'étroitesse de cette scène ne semble guère favoriser les échanges visuels ni les mouvements des musiciens, batteur et bassiste disparaissant souvent derrière le trompettiste-tromboniste et le sax, tous deux debout au premier plan. Qu'as-tu pensé d'un tel positionnement, Michel?

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 17 Nov 2016 - 21:29 par Iceman

Et voilà, je viens pas pendant plusieurs semaines sur le forum, j'arrive et paf je prends un méchant uppercut dans les gencives, c'est vachement bon. Merci pour la découverte.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Sam 19 Nov 2016 - 12:37 par BAYOU (En ligne)

@Flo
En effet il tourne le dos au public mais ce n'est pas tout le temps, d'autant qu'il chante donc fatalement il est en front.
Son attitude ressemble à celle de Derek Trucks quand il se produisait avec le DTB, en plus Derek ne chante pas.
Je crois, qu'en tant que jeune leader, il doit en effet donner la direction au groupe et assurer ainsi la cohésion.
Et c'est vrai que la scène minuscule impose une économie de mouvements sinon il risque d'amocher un musicien.
Mais on a pu apprécier son toucher de guitare, j'ai discuté avec pas mal de copains et tous ont été scotchés par sa dextérité, son feeling, il joue quasiment son médiator (comme Derek) et c'est du grand art.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 9 Nov 2017 - 7:54 par Flovia

Pour ceux qui n'auraient encore pas eu l'occasion d'écouter l'album en entier:

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 9 Nov 2017 - 10:26 par Jipes

Merci Flovia, décidemment je le trouve quand même hyper talentueux a défaut d'être révolutionnaire sa musique a un côté ancré dans la terre que j'aime bien c'est à la fois sophistiqué et ça reste aussi un peu brut et roots comme si il y avait une force tellurique chez cet artiste

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 9 Nov 2017 - 14:23 par Blind Willie Régis

Damn! En allant sur leur page wiki, je me rends compte que l'album éponyme n'était pas le 1er du nom! Leur 1er album est SOUL INSIGHT! Ca va faire 12 nouvelles chansons à déguster religieusement!!  Razz

Je vois que tu l'avais mentionné dans ta chronique initiale Bayou! Je vais vite rattraper ce retard même si tu semblais indiquer que c'était plus convenu! Je veux me forger mon opinion! Very Happy

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 9 Nov 2017 - 14:36 par BAYOU (En ligne)

Oui le premier CD est assez moyen

Revenir en haut Aller en bas

Message  par Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum