DAVID GILMOUR : Rattle That Lock

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

DAVID GILMOUR : Rattle That Lock

Message par Phil le Mer 21 Oct 2015 - 11:32



Un bien bel album doté d'émotion sur la quasi-totalité des morceaux proposés et ce, grâce à un David Gilmour qui nous gratifie d'un opus très personnel, très intimiste aussi. Alors oui, il y a cette fameuse polémique autour du jingle SNCF sur le morceau-titre. Sans être trop envahissant, ce jingle se fond parfaitement dans le mid-tempo de ce titre savamment construit. L'ambiance est floydienne bien évidemment (comment renier ses origines musicales à son âge ?????). C'est trop tard mdrrr. Ceci dit, un titre plus jazzy intitulé A Girl In A Yellow Dress marque sa différence et demeure, à mon avis un des points d'orgue de cet album qui suinte la Beauté avec un "B"", Beauté qui transparaît dans cette pochette absolument superbe. Cet album est pour moi, une bien belle réussite, apaisant à souhait (je n'ai pas dit "soporifique"), mettant en exergue tout le talent de ce GRAND Monsieur de la Musique.


Dernière édition par Phil le Mer 21 Oct 2015 - 11:50, édité 1 fois
avatar
Phil
Delta King
Delta King

Nombre de messages : 312
Age : 55
Date d'inscription : 30/12/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: DAVID GILMOUR : Rattle That Lock

Message par BAYOU le Mer 21 Oct 2015 - 11:35

Evoquer un album d’un artiste archi-connu, qui quoiqu’il arrive fera des grosses ventes, est toujours un exercice de haute voltige. David Gilmour et PINK FLOYD suscitent toujours les passions, le débat est vif, en gros on peut trouver ces différentes approches : « Cétait mieux avant, le Floyd c’est fini depuis le départ de Syd Barrett, Gilmour fait du blé, il n’a plus rien à dire, le Floyd c’est ringard, Gilmour il pique le jingle de la SNCF n’importe quoi… ». Inversement, « Gilmour est un génie, c’est lui le son du Floyd (la guitare et la voix comme dit la pub) » … J’en passe.

Nous sommes ici plutôt pro-Gilmour, déjà parce qu’il est un des rares à nous faire passer des frissons partout avec sa guitare. Il semble être un mec assez simple, il n’a pas un ego démesuré comme Waters, il écrit des choses plutôt cool et ses performances live sont toujours d’immenses moments. On objectera que ce n’est pas un guitariste hyper technique, qu’il construit toujours ses chorus de la même façon. Nous ne sommes donc pas chez Robert Fripp qui exige de l’improvisation pour chaque nouveau concert de KING CRIMSON. Et alors, on s’en fout non ? Gilmour ne doit pas être dans le besoin financièrement, il ne tourne pas et n’enregistre pas pour payer ses impôts comme Léonard Cohen, mais simplement parce qu’il aime jouer de la guitare. Et la pochette recto résume bien cette approche : Juste un homme et sa guitare.

Après une intro très « pink-floydienne post-Waters » on trouve donc le fameux morceau avec le jingle de la SNCF, celui qui dans les gares est souvent utilisé pour annoncer un retard de train. Au-delà de ce gimmick sonore « Rattle That Lock » est un morceau sympa, avec deux superbes chorus de guitares. Tout de suite après on entre dans le sérieux, avec « Faces of Stone », le plus floydien des morceaux, époque Wish You Where Here. Certainement le plus réussi du CD. « A Boat Lies Waiting » est très émouvant, c’est écrit, vraisemblablement, en hommage à Rick Wright, le clavier du Floyd disparu en 2008, et grand amateur de voiliers. Les vieux copains Graham Nash et David Crosby ont répondu présent pour les choeurs. Et pour ceux qui pensent que Gilmour se conjugue au passé, les deux chansons. « Dancing Right in Front of Me » et « The Girl in the Yellow Dress » sont imprégnées d’une atmosphère très jazzy. J’ai d'ailleurs une petite préférence pour la fille à la robe jaune qui sent bon les bars de la Nouvelle-Orleans. En tout cas ce genre de morceaux est très inhabituel chez le guitariste.

On revient dans la tradition avec « In Any Tongue » guitare acoustique, chant mélodieux, on oublie trop souvent que Gilmour est un excellent chanteur, qui peut changer de registre en passant du très doux au plus agressif, du murmure au majestueux. C’est cool, reposant. Et nanti d'un superbe solo. L’ouverture de « Beauty » est somptueuse avec un dialogue guitare/claviers de ahute intensité. Gilmour est toujours un sacré mélodiste, même si après l’introduction de la basse on tombe un peu dans le genre prog-rock. Avec « Today » on retrouve du Gilmour classique sans surprise, mais qui va s’en plaindre ? « And Then… » en final ferme l’album, comme 5 A.M. l’avait commencé. Tout a un début et une fin.

Un bel album, très représentatif de son auteur, avec une guitare qui restera toujours enchanteresse, réalisé avec des musiciens de haute volée (Phil Manzanera, Guy Pratt, John Carin, Andy Newmark…) magnifié par sa tournée européenne.

_________________
Mon Blog
http://mick.over-blog.com/
avatar
BAYOU
Admin
Admin

Nombre de messages : 4683
Age : 63
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 28/10/2005

http://mick.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: DAVID GILMOUR : Rattle That Lock

Message par Phil le Mer 21 Oct 2015 - 11:51

cheers cheers cheers
avatar
Phil
Delta King
Delta King

Nombre de messages : 312
Age : 55
Date d'inscription : 30/12/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: DAVID GILMOUR : Rattle That Lock

Message par Herve62 le Jeu 22 Oct 2015 - 15:57

Un bon album au final, avec des plus et des moins.

Gilmour en solo ce n'est jamais évident. Il y a toujours de bonnes choses sur ses albums, mais ça reste "bancal" avec des passages à vide évidents. Tous ses albums solos avant en portent l'empreinte. IL est la guitare du Floyd, mais ça ne suffit pas. Bien accompagné il peut réussir à atteindre le panthéon du rock anglais, tout seul on sent que certains domaines ne sont pas trop sa tasse de thé: les paroles, la construction de la chanson, les idées-concept, rien de tout ça non.
En 1978 Comfortably Numb était à l'origine prévu sur son premier album solo, mais pas avec ce titre ni cette progression. L'abominable Waters y a ajouté sa touche (et capté de suite la pépite que lui offrait Gigi) pour en faire ce que l'on en sait aujourd'hui.
Depuis le Division Bell (1994), Polly Samson oriente DG plus ou moins bien niveau paroles. C'est plus ou moins heureux. Un peu bizarre dans le sens où PF a toujours été un groupe très masculin dans son approche avec un rôle féminin toujours minimaliste au regard de la discographie du groupe (Emily Play, Summer 68, Mother, etc...). Bah après tout, pourquoi pas.

Rattle that lock reste une bonne surprise, on sent que tous les titres ont été travaillés, et on ne se retrouve pas avec des pistes un peu brutales (style Take a Breath du précédent opus..) qui font remplissage. Sans revenir sur tous les titres (combien d'écoutes faut-il pour approcher l'objectivité d'un avis sur un album...?):
- la pochette: hmmm... de fausses couleurs photoshop et une parabole hypgnosisienne capilotractée. Lourde. Ceci dit à part On an Island toutes ses pochettes n'ont jamais cassé des briques.
- Rattle that lock: très énervant single au début ("Misère, il est tellement cuit qu'il réutilise les jingles de la SNCF..."), au fil du temps c'est plutôt un titre pop rock sympa et énergique, lointain descendant des Learning to Fly ou Take it back. On oubliera le clip animé qui ne convint pas. Excellent tour de force puisqu'aujourd'hui quand j'entends le jingle SNCF c'est la chanson de Gilmour qui me trotte ensuite dans la tête..
- Face of Stone: tout le monde s'extasie devant. Je ne vois pas pourquoi. Triste. La voix trop grave aussi.
- A Boat lies waiting: magnifique. Très triste aussi, puisque semble évoquer le départ de Rick Wright. J'ai appris aussi le mot "barcarolle", que j'avoue je ne connaissais pas. C'est ce genre de petit bateau qui ressemble aux gondoles de Venise. Samson aux lyrics, je ne sais pas à quoi elle carbure car il fallait le placer, ça, barcarolle.. Mais bon très belles paroles et mélodie. On comprend aussi l'allusion à la dernière pochette des albums du Floyd...
- Dancing in front of me: comme dit précédemment surprenant de la part de l'artiste, mais très plaisante et gaie.
- Le reste est plutôt bien joué mais pas d'avis pertinent.

Un bon opus dans l'ensemble, un petit regret cependant c'est qu'il n'y ait pas un titre nettement au dessus du reste, qui marque clairement la fascination que peut entraîner cet artiste par son potentiel (un titre ravageur style No way out of here, ou divinement doux comme Where we start ou encore qui atteint un climax incroyable dans son solo comme On an Island...).
avatar
Herve62
Deep South
Deep South

Nombre de messages : 167
Localisation : One foot in the Blues
Date d'inscription : 19/12/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: DAVID GILMOUR : Rattle That Lock

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum