Otis TAYLOR Hey Joe Opus Red Meat

Aller en bas

28022015

Message 

Otis TAYLOR Hey Joe Opus Red Meat






Quoi?????

Vous en voulez encore ????

01. Hey Joe
02. Sunday Morning
03. Heart Is a Muscle Used to Play the Blues
04. Red Meat
05. Peggy Lee
06. They Wore Blue
07. Hey Joe
08. Sunday Morning
09. Cold at Midnight
10. Sunday Morning

Avec des versions acoustiques et électriques de Hey Joe, et Sunday Morning

Bon je vous en causerai (si vous êtes sage) bientôt je vais le voir en concert fin mars !

_________________
Mon Blog
http://mick.over-blog.com/
avatar
BAYOU
Admin
Admin

Nombre de messages : 4907
Age : 64
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 28/10/2005

http://mick.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Otis TAYLOR Hey Joe Opus Red Meat :: Commentaires

avatar

Message le Sam 28 Fév 2015 - 17:45 par mud

Je l'ai mais pas encore écouté. Loin dans ma liste album acheté et en instance d'écoute faudra attendre encore un peu les loulous pour une critique...

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Sam 28 Fév 2015 - 18:42 par Flovia

Hin hin!!! P'tite flo, elle en veut plus encore!  bounce

Vous avez intérêt à nous les rendre, vos copies, les garçons!!!  C.R concert pour Bayou et critique CD chez Mud, sinon gare!  

lol!

En attendant, 3 extraits:





Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Sam 28 Fév 2015 - 19:08 par sergio88

Il a l'air bon cet album, ces trois extraits me plaisent bien. Merci Floflo.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 2 Mar 2015 - 22:57 par Astor

Yes, çà a l'air très bien.

Décidément, Hey Joe, on ne s'en lasse pas. Du moins, je ne m'en lasse pas !

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Ven 13 Mar 2015 - 17:48 par Flovia

Suite aux trois morceaux entendus sur le web, j'étais très impatiente (trop peut-être?) à l'idée de savourer l'intégralité de cet album, occasion qui m'a été offerte par Michel, avec sa gentillesse coutumière.
Aussi, conséquence de cette fébrilité un rien démesurée, ma déception n'en fut-elle que plus vive.

Je m'attendais à une production d'aussi bonne qualité et d'une puissance au moins égale à celle du précédent opus 'My world is gone'.
J'avais hélas par trop anticipé!

Ici, le potentiel de suggestion du musicien perdure encore sur 'Heart is a muscle used to the blues', 'Cold at midnight', 'Hey Joe (a)' ou 'Peggy Lee', les intermèdes instrumentaux dont ceux des 'Sunday Morning (a, b, c)' n'étant là que pour combler les vides entre ces titres phares. Cet habile subterfuge permet à Taylor d'approcher les constructions musicales dites ''progressives''.
Cependant, si nulle coupure n'existe entre les plages, la narration, elle, en revanche, ne présente aucun fil conducteur commun susceptible de l'y rattacher.

Et si, l'instrumental 'Sunday morning (a)' prolonge, dans ses moments forts, la capacité évocatrice de 'Hey Joe (a)', je n'ai guère retrouvé dans les titres suivants l'espèce d'exaltation volontairement bridée dont Taylor avait le secret. Ni l'expression musicale de cette volonté presque farouche de progresser à contre vent.
Du reste, l'atmosphère générale de l'album se révèle beaucoup moins plombée qu'à l'ordinaire et les instruments acoustiques y sont quasi absents, excepté sur 'Red meat' dont on se demande bien ce qu'il vient faire dans l'aventure.

Certains passages sont davantage perceptibles en tant qu'hommages (à Hendrix – qui, comme chacun le sait, avait jammé avec le jeune Otis, à l'actrice/chanteuse Peggy Lee - tous deux originaires du nord-ouest américain, ainsi qu'au peuple natif US...).
Ici, pas de dénonciation d'injustices, la période actuelle s'y prêtant évidemment mal.
Globalement, je qualifierais plutôt cet enregistrement de méditation apaisée.

Et sans avoir prêté réelle attention aux lyrics, les sonorités spécifiques utilisées dans 'Sunday morning (a-b-c)', 'Cold at midnight' et 'They Wore Blue' entraînent néanmoins une fois encore mes pensées vers la nation indienne, et je songe en particulier aux émotions qui pourraient être miennes face à un site comme le '' Wounded knee'' memorial, à la lueur d'un petit matin blême.

Enfin, voilà mon ressenti livré à chaud.

Sur l'ensemble, j'ai trouvé Taylor moins éloquent qu'à l'accoutumée. Moins expansif, moins viscéral, et aussi très redondant (trop de variations sur un même thème).
L'inspiration lui aurait-elle fait défaut ? Ou alors, probable qu'il ait été pressé de rendre sa copie ...
Maintenant, il en est de même pour toutes les productions du compositeur: il faut s'en imprégner pour mieux les apprécier.

On retiendra toutefois la contribution très finement ourlée de Warren Haynes aux guitares sur deux des versions de 'Hey Joe (a-b) ', la présence au chant de Langhorn slim dans 'Hey joe (b)', et enfin celle du toujours magistral Ron Miles au cornet.
Quant aux interventions de la violoniste Anne Harris, dans une optique semblable, elles se font forcément discrètes.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 16 Mar 2015 - 9:15 par BAYOU

Je ne suis pas un grand fan d'Otis Taylor, et ce n'est pas ce CD qui me fera changer d'avis.
C'est bien interprété, mais on cherche une once d'originalité là dedans. Et puis ressortir Hey Joe et un petit coup de Jimi, certes cela marche toujours mais cela ne fait pas avancer le schmilblick.
On va voir ce que cela donne en concert samedi prochain, même si j'y vais surtout pour la première partie CAPTAIN IVORY.

Revenir en haut Aller en bas

Message le Lun 13 Mar 2017 - 18:02 par Invité

Je viens d'entendre un titre de son nouvel album sur FIP, vraiment sympa..

Fantasizing About Being Black


Il est a l'écoute en entier sur DEEZER
...
http://www.deezer.com/album/15445498
...
La critique sur Amazon:

Suite à sa grande oeuvre de 2015 « Hey Joe Opus/Red Meat », le nouvel album du visionnaire Otis Taylor est une leçon austère et poétique sur le traumatisme historique de l'expérience afro-américaine, depuis les voyages des bateaux négriers jusqu'au Delta du Mississippi. L'auteur fait un retour dans le passé tout en avançant dans le temps de par sa position de musicien. Il explique que « ce 15ème album est à propos des différents niveaux de racisme dans le contexte afro-américain qui malheureusement ont toujours cours aujourd'hui. L'histoire des afro-américains est l'histoire des Etats-Unis. », dit-il. « Après 15 albums, j'ai pris toutes mes réflexions sur l'histoire de l'injustice raciale et j'ai créé une interprétation musicale des temps modernes. Quand j'ai commencé l'enregistrement l'an dernier, je n'avais aucune idée que ces thèmes seraient encore plus d'actualité maintenant. », ajoute-t-il. Musicalement, Taylor produit un son unique qui dessine la culture afroaméricaine et qui est tout à fait innovant dans son instrumentation et ses arrangements. « J'utilise le banjo et le violon parce que les esclaves dans les plantations jouaient de ces instruments et je voulais inclure la richesse de ces anciennes sonorités dans mes enregistrements. Si vous fermez les yeux, vous pouvez imaginer le passé, voir encore que les liens sont pertinents avec ce qui se passe de nos jours. » En plus de la réinterprétation de quelques-uns de ses titres d'albums précédents, Otis Taylor propose ici sept nouveaux morceaux. Le guitariste et chanteur a toujours mêlé habilement les échos du monde moderne avec ceux de l'Afrique antique, des Appalaches et bien d'autres encore, en voici un tout nouveau bel exemple.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 13 Mar 2017 - 22:07 par T.Jiel

On va encore me chambrer, mais là je découvre. Je ne connaissais pas ce gars là. Merci Mr Pape! J'apprécie le côté roots sans chichis. Je viens d'écouter (et de charger, merci Flo) Seven hours of light. Peut être aurais tu un album en particulier à me proposer, dispo sur You Tube?

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Lun 13 Mar 2017 - 23:23 par Blind Willie Régis

Pour ma part T.Jiel, je te conseille l'album "Respect The Dead" d'Otis Taylor qui contient notamment la tuerie "Ten Million Slaves".
J'ai presque fini d'écouter ce Fantasizing about being black.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 14 Mar 2017 - 11:29 par mud

j'adore cet artiste j'ai écouté le cd il n'y a pas si longtemps que ça ( oui j'ai du retard je le sais ) et j'ai beaucoup apprécié ce disque quant au nouveau il est bon aussi je préfète "red meat "

Revenir en haut Aller en bas

Message le Mar 14 Mar 2017 - 13:28 par Invité

T.Jiel a écrit:On va encore me chambrer, mais là je découvre. Je ne connaissais pas ce gars là

Moi non plus... avant de l'entendre hier sur FIP . Wink

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 14 Mar 2017 - 17:04 par Jipes

Je l'ai eu à chroniquer pour le Power Blues du Collectif Radios Blues et j'étais super heureux de le découvrir mais tout comme Flo j'ai été criellement déçu. J'ai l'impresion qu'il se contente de refaire sans arrêt les même morceaux mais sans plus aucune inspiration c'est très plat et surtout hyper répétitif mais sans provoquer la transe que peuvent parfois provoquer certaines musiques ethniques (chant Gnaoua, chants Soufis ou bien entendu certains blues comme John Lee Hooker)

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 14 Mar 2017 - 17:40 par BAYOU

Pareil que Jipes, il devient gonflant sur ses vieux jours !

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 14 Mar 2017 - 18:49 par jb28

Ste Honorine ?

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 14 Mar 2017 - 21:51 par Blind Willie Régis

J'avoue que je trouve un peu plat et sans vie ce "fantasizing about being black". Aucun titre ne m'a donné envie de vite le réécouter ... Par contre, je réitère, pour moi, "respect the dead" a plusieurs très bons titres.

Revenir en haut Aller en bas

Message  par Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum