Différence(s) entre le Delta Blues et le North Hills Blues ?

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Différence(s) entre le Delta Blues et le North Hills Blues ?

Message par Blues Rules le Lun 23 Fév 2015 - 12:15

Bonjour, je suis en train d'essayer d'expliquer pourquoi ces 2 Blues sont différents ?
Pourquoi celui des Hills n'a pas été enregistré avant 1960 alors que le folkloriste Howard W. Odum en parle entre 1905 et 1908 ?
Pourquoi n'a-t-il pas subit les influences des voisins (surtout du Delta, juste de l'autre côté du riff de Coctaw) ?
Comment ont su subsister le "talking drum", le diddley bow, la syncopation, l'emphase de la percussion... ?

pour m'aider, j'ai les travaux de Evans, Mitchell, Palmer, Lomax...
et puis l'incontournable Ratel Smile

si vous avez des clefs ! merci
avatar
Blues Rules
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 1078
Localisation : entre Crissier et le North Mississippi
Date d'inscription : 27/12/2010

http://www.Blues-Rules.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Différence(s) entre le Delta Blues et le North Hills Blues ?

Message par Jipes le Lun 23 Fév 2015 - 13:51

Alors là excellente question mais franchement je suis bien incapable de t'aider même si c'est clair on entend ces différences notables notamment dans la pulsion rythmique après pourquoi et comment ???? As tu essayé de chercher sur le Net des interviews qui pourraient causer du sujet ? David evans semble le mieux placö pour en disserter en tous cas Rolling Eyes
avatar
Jipes
Admin
Admin

Nombre de messages : 8875
Age : 58
Localisation : Mulhouse (Alsace)
Date d'inscription : 29/06/2006

http://www.mojo.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Différence(s) entre le Delta Blues et le North Hills Blues ?

Message par Jipes le Lun 23 Fév 2015 - 14:07

J'ai trouvé un PDF qui pourrait t'intéresser a propos de l'authenticité du North Mississipi Country Hill Style

http://www.yale.edu/yalehistoricalreview/The_Yale_Historical_Review/Current_Issue_files/Keepers%20of%20Song,%20Keepers%20of%20Tradition.pdf
avatar
Jipes
Admin
Admin

Nombre de messages : 8875
Age : 58
Localisation : Mulhouse (Alsace)
Date d'inscription : 29/06/2006

http://www.mojo.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Différence(s) entre le Delta Blues et le North Hills Blues ?

Message par Blues Rules le Lun 23 Fév 2015 - 14:10

En fait je cherche un moyen simple d'expliquer à la fois la différence et pourquoi cette différence.
et c'est surtout ce pourquoi qui me pose des soucis...
Et le travail d'Evans (que m'a conseillé Ratel) "Afro-American Folk Music - from Tate and Panola Counties, Mississippi" aide un peu, mais la simplification du Pourquoi (isolation ? taille des exploitations ? courant d'immigration ?) ça je n'ai toujours pas... si tant est que ça existe Smile
avatar
Blues Rules
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 1078
Localisation : entre Crissier et le North Mississippi
Date d'inscription : 27/12/2010

http://www.Blues-Rules.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Différence(s) entre le Delta Blues et le North Hills Blues ?

Message par Blues Rules le Lun 23 Fév 2015 - 14:18

j'y jette des yeux ! merci
avatar
Blues Rules
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 1078
Localisation : entre Crissier et le North Mississippi
Date d'inscription : 27/12/2010

http://www.Blues-Rules.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Différence(s) entre le Delta Blues et le North Hills Blues ?

Message par Phil cotton color le Lun 23 Fév 2015 - 16:31

Jipes a écrit:J'ai trouvé un PDF qui pourrait t'intéresser a propos de l'authenticité du North Mississipi Country Hill Style

http://www.yale.edu/yalehistoricalreview/The_Yale_Historical_Review/Current_Issue_files/Keepers%20of%20Song,%20Keepers%20of%20Tradition.pdf
Elle m'a l'air très intéressante cette étude et bien dans le sujet de Blue Rules ! il devrait y trouver matière à faire avancer le schmilblick... Twisted Evil
Bon... personnellement pas le temps de la lire au boulot... Wink ... surtout que c'est en anglais... Rolling Eyes Very Happy
avatar
Phil cotton color
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 4953
Age : 63
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Différence(s) entre le Delta Blues et le North Hills Blues ?

Message par Blues Rules le Lun 23 Fév 2015 - 16:40

j'ai imprimé les 40 pages... ça va m'occuper ce soir Wink (Mme va râler)
ensuite, comme pour tout, il faudra que je recoupe avec les textes d'Evans, et que je trouve ceux d'Odum pour être sûr qu'il n'y a pas de raccourcis ou d'erreurs...
un grand merci en tout cas !
(dans 2 ans, je pourrai faire conférencier sur le sujet)
avatar
Blues Rules
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 1078
Localisation : entre Crissier et le North Mississippi
Date d'inscription : 27/12/2010

http://www.Blues-Rules.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Différence(s) entre le Delta Blues et le North Hills Blues ?

Message par Blues Rules le Lun 23 Fév 2015 - 17:50

avatar
Blues Rules
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 1078
Localisation : entre Crissier et le North Mississippi
Date d'inscription : 27/12/2010

http://www.Blues-Rules.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Différence(s) entre le Delta Blues et le North Hills Blues ?

Message par Blues Rules le Lun 23 Fév 2015 - 18:21

Il est vachement bien le doc de Yale !

PROMINENT MUSICAL FAMILIES AND THE PERPETUATION OF HILL COUNTRY BLUES
The communal nature of the Hill Country, with its perpetuation of a broad range of non-commodified social relations, extends to how individuals have managed to master the playing of instruments and the musical styles integral to Hill Country blues. In contrast to most localities, where novices have to pay for musical training and where skills may be jealously guarded as private property, Hill Country families and neighbors have typically passed on their musical traditions to kin and neighbors freely. Since families are the building blocks of community, it is significant that a major driving force behind the creation, innovation, and preservation of Hill Country music has been the members of several prominent local families. Members of the Hemphill, McDowell, Kimbrough, Burnside, and Turner families have passed the music down from generation to generation, taught it to members of the wider community, and performed with each other. Ethnomusicologist and Hill Country resident Sylvester W. Oliver, Jr. aptly referred to these musical families as “keepers of song…keepers of tradition.”78
avatar
Blues Rules
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 1078
Localisation : entre Crissier et le North Mississippi
Date d'inscription : 27/12/2010

http://www.Blues-Rules.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Différence(s) entre le Delta Blues et le North Hills Blues ?

Message par Jungleland le Lun 23 Fév 2015 - 18:34

je n'ai pas trop de références là dessus mais voici quelques articles, où finalement il ressortirait que la séparation se serait faite entre ceux qui sont monté à Chicago et ceux qui n'ont pas voulu quitter leur communauté.

http://www.cracked.com/funny-8061-hill-country-blues/
l'auteur y parle d'une obsession à conserver son identité géographique et musicale (percussions plus présentes comme le dit Evans : "His music was heavier on percussive elements and African rhythms than traditional delta blues" ; instruments plus "simples" ) par rapport aux musiciens de Delta qui ont assez tôt émigrés vers Chicago

http://www.hillcountryharmonica.com/hillcountryblues.html
En partant de la même source géographique (émigration/rester sur place) et bien qu'expliquant les différences techniques, l'auteur ici trouve de nombreuses similitudes aux deux styles

http://thinkprogress.org/alyssa/2013/11/01/2872291/legacy-sid-hemphill/
Ici on parle de la méconnaissance de Sid Hemphill par rapport aux musiciens du delta

_________________
The blues are the roots
The rest are the fruits

http://aupaysdublues.free.fr/index.php
avatar
Jungleland
Admin
Admin

Nombre de messages : 15013
Age : 55
Localisation : Lost in the flood
Date d'inscription : 20/10/2005

http://mywmym.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Différence(s) entre le Delta Blues et le North Hills Blues ?

Message par Blues Rules le Lun 23 Fév 2015 - 18:40

Peut-on supposer que la vie était meilleure dans les Hills ?
- climat
- taille des exploitations
- moindre différence sociale blancs/noirs
?

parce que les gars, ils auraient bien pu partir à Chicago (comme les oncles de RL Burnside)
avatar
Blues Rules
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 1078
Localisation : entre Crissier et le North Mississippi
Date d'inscription : 27/12/2010

http://www.Blues-Rules.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Différence(s) entre le Delta Blues et le North Hills Blues ?

Message par BAYOU le Lun 23 Fév 2015 - 18:42

Je dois avoir un truc sur le sujet que j'avais récupéré au Blues Museum de Clarksdale.
Faut juste que je le retrouve !

_________________
Mon Blog
http://mick.over-blog.com/
avatar
BAYOU
Admin
Admin

Nombre de messages : 4682
Age : 63
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 28/10/2005

http://mick.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Différence(s) entre le Delta Blues et le North Hills Blues ?

Message par Blues Rules le Lun 23 Fév 2015 - 18:43

ce serait super !

avatar
Blues Rules
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 1078
Localisation : entre Crissier et le North Mississippi
Date d'inscription : 27/12/2010

http://www.Blues-Rules.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Différence(s) entre le Delta Blues et le North Hills Blues ?

Message par Flovia le Lun 23 Fév 2015 - 19:58

Blues Rules a écrit:Peut-on supposer que la vie était meilleure dans les Hills ?
- climat
- taille des exploitations
- moindre différence sociale blancs/noirs
?

parce que les gars, ils auraient bien pu partir à Chicago (comme les oncles de RL Burnside)

Oui, très certainement!

...Curieux, quand même, que le pdf de Yale ne mentionne pas l'influence amérindienne dans le blues NMHC ! Certes, je n'ai parcouru ce document qu'en diagonale, et l'on doit également bien prendre en compte que l'évocation des natifs est toujours un sujet tabou pour les ricains, mais personnellement, je m'y intéresserais.

Les pulsations syncopées de ce blues particulier me rappellent tout autant les rythmes natifs américains que les rythmes ouest-africains .
Aussi, faudrait-il peut-être rechercher les variantes de métissage dans les populations respectives du  'North Hill' et du 'Delta' pour déterminer l'origine des différences dans leurs blues?  

Il y avait un certain nombre d'ethnies amérindiennes pré-établies dans chacun des deux secteurs au 18è siècle .
Par exemple, d'après les différentes cartes, les 'Chickasaws' apparaissent prépondérants dans le 'Hill Country', d'où sans doute une transmission culturelle (et vraisemblablement musicale) différente.

En tout cas, et toujours à mon sens, des artistes comme Fred McDowell (originaire du Tennessee limitrophe), Junior Kimbrough, Jessie Mae Hemphill & RL Burnside présentent physiquement une ascendance amérindienne certaine. (Jessie Mae Hemphill revendiquait d'ailleurs ses origines Choctaws)

C'est intéressant de regarder les principales ethnies natives en contact avec les français dans la vallée du Mississippi avant 1803: http://international.loc.gov/intldl/fiahtml/map3.html

Leur répartition en 1822, aussi, par ex. :

http://www.usgwarchives.net/maps/mississippi/statemap/ms1822.jpg

ainsi que les frontières franco-américaines au début du XIXè siècle:
http://international.loc.gov/intldl/fiahtml/map8.html#track2


Dernière édition par Flovia le Mar 24 Fév 2015 - 12:44, édité 1 fois
avatar
Flovia
The voice of Bluesland
The voice of Bluesland

Nombre de messages : 6718
Age : 60
Localisation : Bourgogne sud
Date d'inscription : 19/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Différence(s) entre le Delta Blues et le North Hills Blues ?

Message par Phil cotton color le Lun 23 Fév 2015 - 23:45

Piste très intéressante, Flo ! Je pense comme toi que l'influence amérindienne dans la musique américaine, à laquelle on ne pense jamais de prime abord et qui est rarement revendiquée, est en effet sous estimée.
Mais, pour prendre un exemple encore plus moderne, il n'est qu'à écouter l'intro de Voodoo child slight return de Jimi Hendrix (lui-même descendant d'indiens par sa mère) pour se rendre compte qu'elle est bien réelle.
Alors pourquoi pas pour le Blues North Hill ?

avatar
Phil cotton color
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 4953
Age : 63
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Différence(s) entre le Delta Blues et le North Hills Blues ?

Message par Blues Rules le Mar 24 Fév 2015 - 8:20

Flovia a écrit:Jessie Mae Hemphill revendiquait d'ailleurs ses origines Choctaws
Je suis tout a fait d'accord avec toi.

Je suis en train d'essayer de comprendre la sédentarisation des habitants des Hills.

Voici un résumé de la chronologie :
début du XIX° :
arrivée des esclaves noirs dans les Hills
Milieu du XIX° :
gros effort de construction des levees
développement du Delta
migration des populations (blanches et noires) des Hills vers le Delta
Début du XX° :
appauvrissement économique des terres des Hills
les populations noires accèdent à la propriété dans les Hills

voici ce qui aide à comprendre la sédentarisation des familles dans les Hills, la perpétuation des traditions et de la musique

Contrairement à M. Joseph (Yale) qui traite beaucoup du conté de Marshall et terme de démographie, D. Evans lui s'intéresse plus à ceux de Tate et de Panola, plus riches musicalement.
Du coup, est-ce légitime de regrouper les chiffres démographiques de Marshall et la tradition musicale de Tate et Panola ?
avatar
Blues Rules
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 1078
Localisation : entre Crissier et le North Mississippi
Date d'inscription : 27/12/2010

http://www.Blues-Rules.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Différence(s) entre le Delta Blues et le North Hills Blues ?

Message par Flovia le Mar 24 Fév 2015 - 12:43

Ma foi, j'en sais trop rien...  
Tout dépend du point de vue sur lequel tu places ton étude.
Si tu prends également en compte l'aspect population 'native' de ces 3 comtés, le comté de Panola apparaît plus 'Choctaws' que 'Chickasaws', à l'inverse de Tate & Marshall, majoritairement 'Chickasaws'.
Toutefois, et d'après le peu que j'aie lu, il semble que la communauté 'Choctaw' soit qq part dérivée du peuple 'Chickasaw'. A creuser, éventuellement...

Bon courage à toi, en tout cas! ... bom
avatar
Flovia
The voice of Bluesland
The voice of Bluesland

Nombre de messages : 6718
Age : 60
Localisation : Bourgogne sud
Date d'inscription : 19/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Différence(s) entre le Delta Blues et le North Hills Blues ?

Message par Blues Rules le Mar 24 Fév 2015 - 12:50

Merci !

je fais tout ça pour expliquer un peu aux journalistes ce qu'est le Nord Mississippi Hill Country Blues.
N'aborder que le côté musical sans prendre en compte les autres caractéristiques (économiques, migratoires, démographiques) des Hills n'aurait pas expliqué ni les origines, ni la préservation (ou la non-évolution notable) de ce style...
Il faut donc que ce soit synthétique, complet, abordable et juste Wink
avatar
Blues Rules
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 1078
Localisation : entre Crissier et le North Mississippi
Date d'inscription : 27/12/2010

http://www.Blues-Rules.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Différence(s) entre le Delta Blues et le North Hills Blues ?

Message par Gut bucket le Mar 24 Fév 2015 - 14:36

Flo a écrit:
En tout cas, et toujours à mon sens, des artistes comme Fred McDowell (originaire du Tennessee limitrophe), Junior Kimbrough, Jessie Mae Hemphill & RL Burnside présentent physiquement une ascendance amérindienne certaine. (Jessie Mae Hemphill revendiquait d'ailleurs ses origines Choctaws)
RL Burnside aussi.

Je rejoins entièrement Flo sur cette piste à explorer.
C'est aussi la région des fanfares de fifre et percussions, des chants hypnotiques et lancinants, presque chamaniques. C'est essentiellement des métayers. Plus proche aussi de Memphis que le delta.
avatar
Gut bucket
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 2075
Age : 37
Localisation : Le Havre
Date d'inscription : 07/05/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Différence(s) entre le Delta Blues et le North Hills Blues ?

Message par Flovia le Mar 24 Fév 2015 - 15:11

Gut bucket a écrit:
Flo a écrit:
En tout cas, et toujours à mon sens, des artistes comme Fred McDowell (originaire du Tennessee limitrophe), Junior Kimbrough, Jessie Mae Hemphill & RL Burnside présentent physiquement une ascendance amérindienne certaine. (Jessie Mae Hemphill revendiquait d'ailleurs ses origines Choctaws)
RL Burnside aussi.

Hin hin, Gut, c'est bien ce que je disais!   (Déjà au sky, à cette heure?...)
avatar
Flovia
The voice of Bluesland
The voice of Bluesland

Nombre de messages : 6718
Age : 60
Localisation : Bourgogne sud
Date d'inscription : 19/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Différence(s) entre le Delta Blues et le North Hills Blues ?

Message par Gut bucket le Mar 24 Fév 2015 - 15:16

Non Flo, je disais que Burnside aussi revendiquait ses ascendances Choctaws.




BLUES ET AMERINDIENS
Quand les Bluesmen du Delta
Ramassaient des Versets Flottants

"Où est ce que Bo Diddley a bien pu puiser son "Diddley Beat" ? Ca ne ressemble à rien que je connaisse dans le Delta (d'ou il venait). J'ai une vague idée que ça peut effectivement venir des indiens,mais je n'ai aucun élément pour étayer ça. Quelqu'un peut il m'aider?", c'est le genre de question (quasi existentielle) qu'on se pose parfois sur la mailing-list LGDG...
Quand on parle de l'histoire du Blues et de ce qui a pu, outre ses racines africaines, avoir une incidence sur cette musique, les indiens d'Amérique sont parfois évoqués mais rarement étudiés, faute d'éléments tangibles. La Gazette de Greenwood est donc particulièrement fière aujourd'hui de publier un article de Gérard Herzhaft qui nous explique, arguments à l'appui, pourquoi et comment la civilisation et la musique amérindiennes sont aussi des racines du Blues.


Date: 20 Février 2001
De: Gérard Herzhaft
Si on fait généralement (et à juste raison) dériver le blues de la rencontre de traditions musicales africaines - notamment de certaines musiques d'Afrique de l'Ouest - avec les traditions musicales des terres celtiques des Iles Britanniques (Irlande, Ecosse), on a largement sous-estimé jusqu'à une date récente l'influence des traditions orales et musicales amérindiennes sur les musiques sudistes. Alors même que les habitants originaux de ces terres, les Cherokees et les Choctaws ont créé et développé des civilisations originales qui n'ont cessé d'évoluer au contact des "immigrants-envahisseurs" volontaires ou forcés, Blancs et Noirs, de cette partie de l'Amérique.
On écoutera avec intérêt certains artistes indiens contemporains qui mènent un combat pour la reconnaissance de leurs traditions musicales et de leur influence sur le reste des musiques américaines: de remarquables solistes comme Floyd Westerman, Billy Thundercloud, Barney Bush ou John Trudell qui a gravé plusieurs superbes "blues indiens". Le rap indien connaît aussi plusieurs groupes à succès tels les White Boys ou les Wagon Burners.
LES TRADITIONS MUSICALES INDIENNES
Les traditions culturelles - et notamment les musiques - des habitants originaux de l'Amérique du Nord ont été étudiées dès les débuts de la colonisation européenne, en particulier par les missionnaires jésuites et franciscains. Aujourd'hui, les chercheurs disposent d'un très grand nombre d'informations sur les musiques amérindiennes dont plusieurs dizaines de milliers d'enregistrements réalisés sur le terrain entre 1895 et 1939. Depuis 1979 et la création du fameux Federal Cylinder Project, l'American Folklife Center, un Département de la Bibliothèque du Congrès, a restauré et édité plus de 7000 enregistrements effectués par des ethnomusicologues sur des cylindres auprès des Indiens à travers tout le territoire américain. On trouve chansons, pièces musicales, poésies, contes ou interviews. Ces rééditions ont permis à un vaste public, notamment des Amérindiens, d'entendre les plus anciens témoignages preservés des traditions de leurs peuples!
Cela a servi d'aiguillon ainsi que de modèle actif et vivant aux mouvements de Renaissance (ou de Reconnaissance) Indienne qui ont commencé dans les années 70 (Indian Awareness). Aujourd'hui, de nombreux enseignants et chercheurs dont beaucoup d'Amérindiens étudient les musiques originales de l'Amérique du Nord, leurs évolutions au contact des européens et des esclaves africains. Ils mettent aussi avec beaucoup de pertinence l'accent sur les apports, bien plus déterminants qu'on ne le croit généralement, des musiques amérindiennes sur les musiques des États-Unis, du classique au blues et au folk.
L'INFLUENCE DES AMÉRINDIENS SUR LES MUSIQUES AMÉRICAINES
Longtemps négligé, nié ou méprisé, l'apport des Indiens sur les musiques américaines, notamment celles du Sud (blues, country music et peut-être même jazz) est aujourd'hui de plus en plus affirmé, argumenté et étudié (avec les travaux de l'ethnomusicologue Bruno Nettl). Petit à petit, ces travaux remettent en perspective la genèse et l'élaboration des musiques américaines.
Cela n'est en fait surprenant que lorsqu'on ne connaît pas l'histoire des Etats Unis. Comme l'écrit le chercheur américain J. Leitch Wright Jr:
" Pendant longtemps, on a voulu faire croire que les Indiens n'ont que peu affecté la musique sudiste, mais en réalité, toutes les recherches montrent que l'héritage amérindien est absolument considérable et souvent dominant. La culture indienne, sous toutes ses formes, a eu un impact énorme sur les autres populations venues s'installer dans le Sud: autant sur les Européens que sur les Africains ".
En fait, jusqu'au milieu du XIX ème siècle (et la fin du siècle pour la région du Delta dans l'Etat du Mississippi), Indiens, Noirs et Blancs ont coexisté en terre sudiste et n'ont cessé d'échanger les pratiques culturelles, tout autant d'ailleurs que leurs gênes et leur sang! L'influence des Indiens sur les Blancs ne saurait être sous-estimée mais celle des Indiens sur les Noirs est considérable: ils ont vécu associés et interdépendants dans la vallée du Mississippi. En effet, les Indiens ont été pendant longtemps les premiers esclaves forcés à travailler dans les plantations. Afin d'éviter les révoltes, les hommes ont souvent été déportés vers les Antilles britanniques; les esclaves noirs qui devaient les remplacer étaient largement de type masculin et on les mariait aux Indiennes demeurées seules. En fait, les Anglais puis les Américains, ceci contrairement aux Espagnols, n'ont pas fait la différence entre Indiens et Noirs dans leurs plantations. Il n'y avait que des "darkies" devenus "black" et enfin "colored people" qui sont certainement tout autant d'origine africaine qu'amérindienne. Selon tous les spécialistes aujourd'hui, l'apport indien dans la culture sudiste a été énorme autant dans les traditions orales, la toponymie, le langage, la cuisine (la Soul Food notamment!), les coutumes, les modes de vie que dans la danse et la musique. Il y a certainement bien plus d'éléments de musiques indiennes dans la country music et dans le blues ou même dans le jazz que les auteurs trop spécialisés ne l'imaginent!
Enfin, certaines des figures les plus importantes de la musique américaine ont à partir du XVIII ème siècle travaillé sur des thèmes indiens, annotant, recueillant et popularisant: George Herzog, Helen Roberts, David Mc Allester, Gertrude Kurath, Theodore Baker, etc.... Frances Densmore et Alice Fletcher vont encore plus loin. Elles reprennent les thèmes indiens, les traduisent en anglais, arrangent quelque peu l'harmonie et le rythme et les publient sous forme de recueils de "folk songs" qui sont, jusqu'à aujourd'hui, appris dans les écoles américaines, les camps de vacances et font partie intégrante du répertoire folk américain au point de paraître provenir des Iles Britanniques!
CHEROKEES, CHOCTAWS, DELTA ET BLUES
Il ne faut surtout pas confondre la région du Delta avec le "vrai" Delta du Mississippi autour de La Nouvelle Orléans. Il s'agit en fait d'une fertile bande de terre alluviale de dimensions modestes (258 kilomètres dans sa longueur maximale et 80 kilomètres dans sa plus grande largeur) qui s'étend entre Vicksburg et Memphis au centre d'un triangle (qui évoque vaguement la lettre grecque delta) formé par le fleuve Mississippi et son petit affluent, la Yazoo River. Tout le Delta est aujourd'hui administrativement inclus dans l'Etat du Mississippi, s'étalant en totalité ou en partie sur 18 comtés. Mais le Delta ne représente qu'à peine un cinquième de la superficie totale de cet Etat. Et, en matière de blues comme des autres domaines, le reste du Mississippi possède des caractéristiques fort différentes de cette région du Delta.
En fait, le Delta n'a été peuplé par des colons que dans la dernière décennie du XIX é siècle. En effet, plate et fertile, mais constamment inondée par les crues terribles et imprévisibles du fleuve et de son affluent, cette région avait été réservée à des nations amérindiennes christianisées, Cherokees, Creeks et Choctaws. Ces peuples étaient les habitants originaux du Mississippi et de l'Arkansas. Mais, sous la pression de l'économie de plantation et de la spéculation foncière, ils avaient été progressivement refoulés hors de leurs terres, notamment vers l'Ouest (Oklahoma) avec le trise et célèbre épisode de la tragique "trail of tears", déportation massive des Cherokees par l'armée américaine en 1840. Par contre, le Delta, jugé inconstructible par les autorités américaines, leur avait été aussi attribué et n'était pas en 1870 partie de l'Etat du Mississippi mais avait le statut de terre de la "Frontière", c'est-à-dire hors des lois communes de l'Union. Cela signifie sans l'ombre d'un doute que le Delta - berceau supposé du blues - était jusque très tard dans le XIX é siècle une terre presque entièrement amérindienne, non mise en cultures selon les critères américano-européens et n'avait alors jamais connu une économie de plantation!
LE DELTA, CIMETIERE DES ILLUSIONS
A partir de 1880, les progrès technologiques vont permettre la "conquête" du Delta. Le gouvernement américain décide d'y implanter un maillage moderne de digues, solides et efficaces ainsi qu'un réseau ferré qui traverse de long en large le Delta. Mais les Amérindiens sont propriétaires collectifs (communautaires) de ces terres. Cette forme de propriété est alors "illégale" dans tout le territoire de l'Union, ici comme ailleurs, ce qui précipitera la déchéance des Indiens. Privés de leur terre, une partie des Cherokees préfèrent gagner les réserves de l'Oklahoma (ils sont en fait déportés par l'armée américaine) où leurs modes de vie traditionnelles sont en principe garantis. D'autres, encore plus nombreux, demeurent dans le Delta et deviennent officiellement propriétaires d'une parcelle de terrain totalement inadapté à leurs habitudes de vie pas plus qu'à la possibilité de cultures vivrières familiales. Leurs lopins de terre leur sont alors rachetés par des compagnies privées ou par les gouvernements fédéral et local, souvent pour une bouchée de pain, voire quelques bouteilles de whiskey! Officiellement, il n'y a plus d'Indiens dans le Delta. Ceux qui y demeurent ne sont alors plus considérés comme "Indiens" mais comme "gens de couleur" et seront totalement assimilés aux Noirs. En fait, un très grand nombre de "Noirs" du Delta sont d'origine Cherokee comme le prouve leurs caractères physiques (parmi les bluesmen de cette région, Muddy Waters, Big Joe Williams, Jessie Mae Hemphill, R.L. Burnside et quantité d'autres revendiquent en partie leur héritage Indien).
En 1886, la terre du Delta est définitivement parcellisée en petites propriétés et métaieries. Elle attire des Blancs ambitieux qui ont tout perdu après la guerre de Sécession ainsi que des Noirs qui voient là une des meilleures opportunités de tester leur récente liberté. Ils viennent majoritairement des Etats voisins, notamment du Mississippi qui obtient d'ailleurs le rattachement du Delta à son territoire. Tous vont commencer comme métayers et tenter de grimper l'échelle sociale qui, à l'époque, conduit vers la propriété de la terre. Si beaucoup de Blancs (mais certainement pas tous) vont effectivement réussir à s'élever dans le Delta, la plupart des Noirs découvrent très vite les limites de leur "libération". Les promesses qu'on leur a faites se heurtent aux rigidités renforcées d'un système de caste marqué par une ségrégation institutionnelle qui les confine dans un statut semi-servile.
Pour les Noirs, le Delta se révèle le tombeau de leurs illusions. Et bientôt, l'idée s'installe que cette bande de terre n'est en fait qu'une simple escale vers le Nord et surtout Chicago. En effet, à l'aube du XX é siècle, cette grande ville industrielle alors bourgeonnante devient directement accessible depuis le Delta grâce au chemin de fer de l'Illinois Central Railway (ICR) qui sera tant chanté dans le blues.
LES DELTA BLUES
L'histoire, la géographie, la démographie de cette bande de terre réunissent bien sûr tous les ingrédients pour faire du Delta blues un style typé et unitaire. Sans doute encore davantage que pour les styles de blues du Piedmont des Appalaches (East Coast blues) ou pour ceux du Texas, le Delta blues possède-t-il réellement des caractères spécifiques qui le définissent.
En général, le chanteur de Delta blues est totalement impliqué dans sa musique qu'il crée au fur et à mesure que progresse le morceau. Ces bluesmen ont souvent affirmé qu'ils ne composaient pas mais qu'ils "ramassaient des versets flottants" dans l'atmosphère! Une caractéristique de toutes les musiques indiennes, de l'Arctique jusqu'à la Terre de Feu! Le chant est tendu et véhément, les versets pleins de métaphores s'imbriquent les uns dans les autres sans logique apparente mais tissent une trame poétique hautement évocatrice. Le jeu de guitare est avant tout rythmique, semble simple mais se révèle, à l'étude, très imaginatif et parfois d'une réelle complexité, notamment dans l'harmonisation des figures avec le chant.. Le bottleneck ou le slide sont très souvent utilisés, de même qu'une grande variété d'accords ouverts, même si avec le disque, certains (sol et ré ouverts) ont fini par s'imposer comme des normes. Par dessus tout peut-être, le Delta blues se caractérise par des basses puissantes et un rythme lancinant et syncopé qui finissent par décrire une mélopée plus qu'une mélodie. D'ailleurs, nombre de ces blues du Delta ne sont joués que sur un seul accord de la gamme pentatonique mineure (là aussi, celle-ci probablement originaire de Chine est pratiquée par tous les Indiens de toute l'Amérique, des Eskimos aux Incas, au point que Hohner vendra un harmonica "peau-rouge" à la fin du XIXé siècle accordé sur les notes de cette gamme!), notamment dans la partie collineuse du nord de cette région (Hills counties). Il nous semble évident qu'au moins en ce qui concerne cette partie du Delta, la musique, le rythme et le chant amérindiens ont largement contribué à façonner ce style. D'ailleurs, dans cette région, des orchestres de flûtes et de tambours - la marque des musiques traditionnelles Cherokee et Choctaw - comme ceux des frères Young, de Napoleon Strickland ou d'Othar Turner ont jusqu'à une date très récente continué à exister, animant réunions privées, fêtes campagnardes, mariages, pique-niques. On retrouve ces caractéristiques rythmiques transposées à la guitare chez des musiciens encore en activité comme R.L. Burnside, Jessie Mae Hemphill et quelques autres.


Gérard HERZHAFT

Ce texte reprend en partie deux articles de Gérard Herzhaft parus dans la revue musicale "Ecouter/Voir": "Le Delta Blues" (Ecouter/Voir n° 99/ mars 2000) et "La musique des Indiens d'Amérique du Nord" (Ecouter/Voir n° 111/ mars 2001): Ecouter/Voir: Médiathèque Musicale de Paris 8 Porte Saint-Eustache 75001 PARIS/ Abonnement annuel (10 n°s par an: 450 F).
.
avatar
Gut bucket
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 2075
Age : 37
Localisation : Le Havre
Date d'inscription : 07/05/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Différence(s) entre le Delta Blues et le North Hills Blues ?

Message par Blues Rules le Mar 24 Fév 2015 - 15:21

... ce qui n'empèche pas un p'tit ouiski... rendeer
avatar
Blues Rules
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 1078
Localisation : entre Crissier et le North Mississippi
Date d'inscription : 27/12/2010

http://www.Blues-Rules.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Différence(s) entre le Delta Blues et le North Hills Blues ?

Message par Flovia le Mar 24 Fév 2015 - 15:40

Gut bucket a écrit:Non Flo, je disais que Burnside aussi revendiquait ses ascendances Choctaws.
Oh, d'accord! J'ignorais... (tu étais à jeun, en fin de compte...) clown

... Hyper intéressant, ce texte d'Herzhaft!  bounce

Il tendrait donc à confirmer ce qu'instinctivement je ressentais à l'écoute de ces blues.

Merci pour le partage!  cheers
avatar
Flovia
The voice of Bluesland
The voice of Bluesland

Nombre de messages : 6718
Age : 60
Localisation : Bourgogne sud
Date d'inscription : 19/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Différence(s) entre le Delta Blues et le North Hills Blues ?

Message par Blues Rules le Mar 24 Fév 2015 - 15:56

Herzaft a écrit:En fait, un très grand nombre de "Noirs" du Delta sont d'origine Cherokee comme le prouve leurs caractères physiques (parmi les bluesmen de cette région, Muddy Waters, Big Joe Williams, Jessie Mae Hemphill, R.L. Burnside et quantité d'autres revendiquent en partie leur héritage Indien).
Jessie, originaire de Sledge, est effectivement géographiquement du Delta, mais sous l'influence Blues des Hills, et Burnside, lui, est pleinement des Hills...
et puis les  Cherokee, Chickasaw et Choctaw sont 3 tribues différentes...

Si même les experts font des erreurs, ça me complique la tâche !

avatar
Blues Rules
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 1078
Localisation : entre Crissier et le North Mississippi
Date d'inscription : 27/12/2010

http://www.Blues-Rules.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Différence(s) entre le Delta Blues et le North Hills Blues ?

Message par Flovia le Mar 10 Mar 2015 - 0:30

Blues Rules a écrit:Merci !

je fais tout ça pour expliquer un peu aux journalistes ce qu'est le Nord Mississippi Hill Country Blues.
N'aborder que le côté musical sans prendre en compte les autres caractéristiques (économiques, migratoires, démographiques) des Hills n'aurait pas expliqué ni les origines, ni la préservation (ou la non-évolution notable) de ce style...
Il faut donc que ce soit synthétique, complet, abordable et juste Wink

Au fait, l'as-tu terminé, cette étude? Si oui, ce serait bien sympa de nous livrer tes conclusions. Personnellement, ça m'intéresse!
avatar
Flovia
The voice of Bluesland
The voice of Bluesland

Nombre de messages : 6718
Age : 60
Localisation : Bourgogne sud
Date d'inscription : 19/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum