CAMPBELL BROTHERS BLUES SUR SEINE POISSY LE 08/11/2013

Aller en bas

10112013

Message 

CAMPBELL BROTHERS BLUES SUR SEINE POISSY LE 08/11/2013






Soirée d’ouverture du festival Blues sur Seine au Théâtre de Poissy le vendredi huit novembre avec en première partie Beauty and The Beast un duo qui a obtenu le Prix Révélation 2012 du tremplin du festival.
Composé d’une jeune et  blonde et d’un musicien plus âgé, le show lorgne vers le cabaret et je me suis pas mal ennuyé, c’est mignon, mais l’humour est téléphoné, j’ai un peu de mal à comprendre comment un tel spectacle peut être qualifié de blues.
En plus, la version de Higway to Hell à la mandoline et à la contrebasse peut amener l’Australie à nous déclarer la guerre.
Petit débriefing sur les Campbell Brothers. Dans les années 1930, quelques églises pentecôtistes ont intégré la steel guitar dans leurs orchestresen leur donnant le nom de sacred steel.
Cette tradition s’est perpétuée au point que pendant plusieurs années le groupe ne pouvait pas se produire en dehors d’un contexte religieux.
Heureusement cette situation a évolué et le groupe, qui a obtenu le soutien d’un autre grand de la steel, Robert Randolph,  peut maintenant se produire sur scène (seule date européenne ce soir).
Alors, les frères Campbell sont physiquement des costauds, Chuck à la pedal steel, Darick à la lap steel, Carlton à la batterie, Phil le boss à la guitare, avec Daric Bennett à la basse et Tiffany Godette au chant.
Très rare d’entendre le sons d’une lap steel et d’une steel dans un même groupe d’autant que ces instruments sont souvent associés dans l’imaginaire à la musique country des blancs.
Mais les notes s’envolent évoquant subtilement la vie des noirs  du début du siècle, des grincements des chaînes, au champ/chant de coton, la douleur et la souffrance sont transmises dans les notes….
Le chant de Tiffany Godette ajoute une émotion, cette soul et ce gospel,
Certes, quelques morceaux sont des prières, des louanges à la gloire de Dieu, mais les instrumentaux blues sont magnifiques, Chuck crée le bruit du train, son sifflement, qui nous transporte sur les rives du Mississippi et on imagine le train arrivant dans une petite gare, la locomotive crachant sa fumée pendant que les voyageurs s’affairent pour descendre et monter.
Une beauté quasi mystique habite cette musique, les musiciens semblent hantées par une force mystérieuse, est-ce le dieu du gospel ou le diable du blues ? Peu importe finalement, l’important est dans l’émotion, dans les notes vrillées des slides, dans le feeling du groupe qui fait se lever la salle pour un superbe final.

Chuck Campbell pedal steel guitare
Darick Campbell lap steel guitare
Carlton Campbell batterie,
Phil Campbell guitare
Daric Bennett basse
Tiffany Godette chant.

_________________
Mon Blog
http://mick.over-blog.com/
avatar
BAYOU
Admin
Admin

Nombre de messages : 4930
Age : 64
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 28/10/2005

http://mick.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

CAMPBELL BROTHERS BLUES SUR SEINE POISSY LE 08/11/2013 :: Commentaires

avatar

Message le Dim 10 Nov 2013 - 17:41 par BAYOU

Bouh et pourquoi mes photos ne s'affichent pas ?

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 9 Avr 2014 - 14:27 par Flovia

Désolée de réagir aussi tardivement à ta chronique, Bayou, sa parution m'avait tout simplement échappé...

Très intéressant, ton témoignage!
Et si je n'ai pas eu la chance de voir les Campbell brothers en concert, d'une manière plus générale, ton ressenti de cet univers 'Sacred steel' rejoint beaucoup celui tiré de ma propre expérience.

En vérité, les frères Campbell me disaient bien quelque chose, mais voilà, sur quel album avais-je donc lu leur nom ?...
L'indice d'une relation avec Robert Randolph en mémoire, une rapide vérification disco eut tôt fait de me renseigner : en fait, il s'agissait d'un enregistrement des Slide brothers, précisément produit par le dernier jeune prodige de la steel, sous l'appellation ''Robert Randolph presents'' et regroupant, outre Calvin Cook (une sommité) et Aubrey Ghent, notamment deux des frères Campbell, Chuck & Darick.




Alors, que Randolph profite de sa notoriété pour non seulement sortir cette musique religieuse de son contexte initial (milieu encore très fermé il y a peu) mais aussi faire connaître ses pairs (eux-aussi de sacrées pointures) à une échelle internationale, voilà une brillante initiative!
Parce que ces musiciens issus de la traditionnelle 'House of the living God'  gagnent tous à être connus. Et d'ajouter que leurs talents explosent littéralement sur scène. Un pur bonheur !
Il faut vraiment aller voir ces ambassadeurs de la Sacred steel en concert! Impossible d'en sortir déçus.
Randolph et son Family band, à Vienne 2011, c'était fabuleux !

A mon avis, l'écoute de productions studio ne rendra jamais la même sensationnelle impression qu'en live, ces gars-là ayant besoin d'un public pour donner le meilleur d'eux-même .
A leur contact, l'on se trouve instantanément embarqué par leur musique, mélange incroyablement pêchu de sacred steel-funk-rock & blues.
Nous fûmes à tel point transportés par l'énergie de ce mémorable show viennois que l'atterrissage s'avéra un choc en soi.

D'ailleurs, je crois bien n'avoir jamais connu auparavant un aussi long moment de flottement post-concert. Silence quasi absolu du public après de gigantesques salves d'applaudissements.
Alors, bien sûr, échanges d'impressions, un moment plus tard, mais, curieusement, à voix chuchotées, afin de ne pas gêner les voisins encore en apnée. Oui vraiment, une ambiance très particulière, ce soir-là, assez proche de celle d'une église en plein recueillement
Singulière expérience, à l'issue de laquelle je me suis personnellement sentie tout à la fois vidée et comblée, comme si cette musique ultra fortifiante avait eu aussi quelque part le pouvoir de m'élever l'âme...

Ah pis, tiens, retrouvé le 'Morning train ' des Campbell brothers, que tu évoquais de si belle manière :

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mer 9 Avr 2014 - 15:59 par jb28

j'avais zappé ça aussi; ouah la vache, que c'est bon, la claque ce Morning Train    (et je suis sûr que ma petite femme va adorer ça aussi ! vivement un nouveau passage près de chez nous, j'y cours, surtout après ce que vous nous en dites)
Thank You, Oh Lord  Very Happy 

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Jeu 10 Avr 2014 - 14:42 par Flovia

Moui, hein, ils sont sacrément fortiches avec une pedal steel! Et l'utilisation qu'ils en font est tellement différente de celle des musiciens country ou hawaïens (et tellement moins mièvre, aussi...), que forcément ça scotche.
Pour ma part, c'est Hop Wilson, le bluesman texan, qui m'a réconciliée avec l'instrument. ( http://www.aupaysdublues.com/t5755-hop-wilson ) Il se défendait plutôt bien, je trouve...

Revenir en haut Aller en bas

Message  par Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum