Stevie Ray Vaughan

Page 40 sur 40 Précédent  1 ... 21 ... 38, 39, 40

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Stevie Ray Vaughan

Message par Garbage Man le Ven 9 Oct 2009 - 21:38

Ouai la traduction by google m'a empêcher de lire jusqu'au bout. Sinon ce qui me désole dans les AA c'est le côté evangeliste. "Je m'en suis sorti par la grâce de Dieu" un peu à la Georges W. Bush. Si il avait survécu je ne n'aurais pas été surpris de le voir soutenir le gouvernement Bush dans leur croisade contre l'axe du mal.
D'ailleurs un truc qui m'agace pas mal chez SRV après son passage chez les AA, c'est le petit quart d'heure d'évangilation quasi systématique qu'il fera pendant tous ses concerts sur "Life without you".
avatar
Garbage Man
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 2823
Age : 29
Localisation : (94)
Date d'inscription : 24/07/2007

http://bluesyrootsandfruits.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Stevie Ray Vaughan

Message par Invité le Ven 9 Oct 2009 - 23:48

[quote="Jungleland"]intéressant cet article même si certains passages sont .... curieusement traduits What a Face


Dernière édition par PHILIPP le Mar 20 Oct 2009 - 19:25, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stevie Ray Vaughan

Message par Invité le Sam 10 Oct 2009 - 7:55

Garbage Man a écrit:Ouai la traduction by google m'a empêcher de lire jusqu'au bout. Sinon ce qui me désole dans les AA c'est le côté evangeliste. "Je m'en suis sorti par la grâce de Dieu" un peu à la Georges W. Bush. Si il avait survécu je ne n'aurais pas été surpris de le voir soutenir le gouvernement Bush dans leur croisade contre l'axe du mal.
D'ailleurs un truc qui m'agace pas mal chez SRV après son passage chez les AA, c'est le petit quart d'heure d'évangilation quasi systématique qu'il fera pendant tous ses concerts sur "Life without you".


Dernière édition par PHILIPP le Mar 20 Oct 2009 - 19:26, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stevie Ray Vaughan

Message par Invité le Lun 12 Oct 2009 - 10:57

Une de leurs dernières photos sur scène.


Dernière édition par PHILIPP le Mar 20 Oct 2009 - 19:26, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stevie Ray Vaughan

Message par Invité le Lun 12 Oct 2009 - 20:29

Revoici ladite interview - plus explicite - retraduit par les bons soins de jb28 Wink


Bonjour à tous. Je suis Stevie et je suis un alcoolique, et un drogué et je suis vachement nerveux. Je suis sobre aujourd’hui par la grâce de Dieu, et c’est la seule façon que je connaisse. Tout ce que j’ai fait m’a conduit ici. Je sais que beaucoup de choses qui m’ont conduites ici existent par la grâce de Dieu parce que je n’aurais pu, non jamais pu me poser les questions, ou même trouver les questions dont je cherche aujourd’hui la réponse, sans la grâce de Dieu.

J’ai commencé à boire et à déconner, oh je pense … vers le début des années 60, quand j’avais environ 7 ou 8 ans. J’ai grandi dans une famille d’alcooliques. Mon père était un alcoolique et bien que j’aie vu les problèmes qu’occasionnait l’alcool dans ma famille, je trouvais cela néanmoins attirant. Je ne sais pas pourquoi, je pensais que cela comblerait un vide en moi. J’étais le genre de gosse qui avait toujours peur de rater quelque chose.
Quelque part à cette époque je cherchais à comprendre pourquoi mon père retournait toujours vers l’alcool et continuait de boire, bien qu’à chaque fois la même chose se reproduisait, à savoir de grandes bagarres, vous savez, de la violence. Nous avions toujours vraiment peur de lui. Mais il continuait de le faire quand même. Je n’ai jamais compris de quoi il s’agissait, jusqu’à ce qu’un jour, quelques années plus tard, je me sois rendu compte que je faisais la même chose que lui, sauf que je gagnais un peu plus d’argent, et que j’y ajoutais quelques drogues. Je pense que vers l’âge de 7 ou 8 ans j’ai commencé à voler de l’alcool. Vous voyez, mes parents organisaient des soirées « 42 », et pas mal de gens venaient à la maison pour boire du Tom Collins ou je ne sais quoi. Et quand personne ne regardait, je prenais un des verres et je courrai à la cuisine afin de leur en préparer un autre. Pour « rafraîchir » leur verre (rires), vous comprenez ? En fait cela rafraîchissait ma mémoire quant au goût de ces boissons. En fait, je ne trouvais pas que cela avait un très bon goût après tout.

Et puis un jour j’ai essayé de me préparer un verre avec le Bourbon de mon père qui était dans le frigo. Ce n’était pas très bon non plus. Je pense que ce n’était pas la bonne marque. Je ne sais pas. Mais quelque part j’ai commencé à trouver cela attirant. A la même époque j’ai dû aller consulter un ORL qui, comme à tous ses patients qui venaient le consulter pour un problème nasal, commença par m’administrer un jet de liquide dans le nez, liquide que je sût plus tard être de la cocaïne liquide. Je ne comprenais pas pourquoi mon visage était tout endormi en sortant de son cabinet, et pourquoi je me sentais un peu différent, mais je me suis rendu compte plus tard que je ne savais plus respirer sans ce truc-là. Parce que tout était dans la solution nasale qu’il m’administrait … la première bouteille disait « à utiliser tous les 24 heures », la seconde bouteille disait «utiliser deux ou trois jets tous les 12 heures », et la troisième bouteille disait « utiliser autant que vous en sentez le besoin ». Et … c’est ce que je fis (rires).

Mais … je crois que c’est quand je suis entré au collège que j’ai vraiment commencé à boire. Nous avions déménagé pour aller vivre à Graham au Texas, et je n’avais vraiment pas envie d’y aller … du tout. J’avais enfin réussit à intégrer la bande que je visais et j’en étais tout content, et il a fallu déménager et tout abandonner, même ma bande. Quand nous sommes arrivés à Graham mes parents m’ont dit que nous allions y rester pendant six semaines … mais nous y sommes restés six mois. Le premier jour dans la nouvelle école à Graham Texas, juste pour vous faire comprendre quel type de gamin j’étais, ils me mirent à la porte trois fois dans la journée (rires). Et je n’avais même rien fait … je suis juste allé à l’école, et ils n’ont pas aimé comment je portais ma ceinture, ni ma coupe de cheveux. Alors j’ai vite fait de trouver ce mec qui vendait des bouteilles d’Alka Seltzer remplies d’une mixture amère, et je continuais de le trouver tous les jours, vous savez, même si je n’aimais pas du tout le goût, cela m’aidait à me calmer. Car en fait il n’y avait vraiment rien de ce que je voulais ici … et on me battait tout le temps ici, et il n’y avait personne pour faire de la musique avec moi.

Nous sommes restés environ six mois, et finalement j’ai annoncé à mes parents que je ne retournerai pas à l’école. Ce fut au moment où nous sommes retournés à Dallas. Retourner à Dallas c’était génial pour moi … En fait je ne me rendais pas compte à l’époque, mais la seule chose que je faisais était d’essayer de faire de la musique. Mais en fait je ne faisais que traîner avec les jeunes dans la rue et voir comment ils se shootaient avec telle ou telle drogue, vous voyez. Et moi je croyais que je ne faisais qu’essayer d’être comme eux. En fait j’étais simplement en train d’apprendre comment être shooté en permanence et m’enfuir de la réalité autour de moi. Pour moi les gens grandissaient et apprenaient des trucs à propos de la vie. Moi je n’ai rien appris. J’imaginais qu’on vivait d’un jour à l’autre, et qu’on devenait plus âgé, et que des choses se passaient, et qu’on passait des diplômes comme cela, et … qu’alors on finissait l’école … ou quelque chose comme cela.

En tous les cas j’ai appris comment utiliser de la colle, comment reconnaître telle ou telle pilule et que si tu prenais telle pilule tu serais vraiment shooté très fort. En fait j’avais généralement peur à l’époque. La seule chose que je savais vraiment faire, c’était de vivre d’un jour à l’autre. Je n’apprenais rien à propos de la vraie vie. A la maison il n’y avait aucune information à ce sujet. Parce que je ne pouvais pas … c’était très violent à la maison et je ne pouvais pas aller demander des choses à mon père. Ni au sujet de l’école, ni des filles, ni de rien. C’était … « tu es sensé apprendre ces choses-là tout seul ... ou bien fiche moi la paix … Ou bien c’est quoi ton truc ?… vire-moi ça de cette pièce … » vous voyez ?

Alors j’ai continué d’apprendre des trucs par les jeunes de la rue. Ce n’était pas la bonne façon de s’y prendre, mais je ne le savais pas. Ce que j’apprenais vraiment là bas c’était tout au sujet des bandes… je ne pouvais pas accuser mon alcoolisme, ni les bandes, mais il est certain que j’ai appris beaucoup avec eux. Car c’était, et c’est toujours le cas malheureusement dans beaucoup d’endroits, là qu’on vous apprenait à être shooté en permanence. Et que rien n’était plus ‘dans le coup’ que d’être shooté très fort. C’est là que j’ai tout appris. Et les gens que j’admirais le plus savaient vraiment comment boire et se shooter. Et à chaque fois que j’intégrais une nouvelle bande, il me semblait qu’il y avait de meilleures drogues. Et une meilleure marque de gin, ou je ne sais quoi, vous voyez. Et il me semblait que je devais m’aligner. Pourquoi cela, je ne le savais pas.

Je pouvais voir quelqu’un qui m’était cher et savoir qu’il était fichu. Ceci est un schéma qui a continué toute ma vie et je ne comprends toujours pas pourquoi il m’attire, ou m’a toujours attiré. Je pouvais voir quelqu’un qui m’était réellement cher et qui ne pouvait plus rien faire à moins d’être shooté, et je voyais bien que ça le tuait … et c’était une bonne raison pour moi d’essayer le produit. Je ne sais pas pourquoi … je ne comprends pas. Voilà le schéma que j’ai développé. J’ai vu cela se passer avec mon père, je l’ai vu avec des amis proches, et je l’ai vu avec des personnes qui ne sont plus de ce monde, vous savez.

Je suis heureux de vous dire que je ne fais plus tout ça aujourd’hui … parce que, à un point de ma vie, j’avais commencé à faire des expériences. Je ne savais pas vraiment que je faisais des expériences, mais plutôt « que se passera-t-il si je prends ceci ? », vous voyez. A un moment donné, une journée normale pour moi, c’était de me shooter avec tout ce que je pouvais attraper, et tout de suite. Ce n’était pas «prends-en jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus », mais « prends-en tout de suite … » Et c’étaient des doses à tuer quelqu’un. Pour une raison que j’ignore, je faisais cela. Alors je m’asseyais et me disais « bon, voilà ce qui se passe », et bizarrement je ne suis pas mort. Et je me suis mis dans la tête un verset de la Bible, ou peut être que ce n’est même pas un verset, juste un truc dans la Bible, que dans les derniers jours, les gens seraient en train d’essayer de se tuer eux-mêmes, mais qu’ils n’y arrivaient pas. Et voilà ce que je pensais que j’étais en train de faire, il me semble. Et pour une raison que j’ignore, je pensais que je ne pouvais pas mourir. Ce doit être le syndrome de « Superman » qui me gagnait.

Au cours de ces années, tout ceci me conduisit sur le chemin de l'autodestruction . La seule chose que je faisais, qui ne m’était pas destructrice, était d’essayer de faire de la musique. J’avais toujours l’espoir qu’un jour, sur mon chemin, je trouverai un truc qui aurait un sens pour moi … dans mon cœur … avec quelqu’un ou avec un autre groupe. J’avais encore l’espoir de grandir. Mais petit à petit ce sentiment partait dans le passé où je ne pouvais plus le rattraper. C’était comme quelque chose que je ne pouvais plus attraper … juste un truc dont je pouvais encore rêver. Et les choses que je faisais tous les jours étaient plus pour continuer d’avancer, car je ne savais plus comment arrêter ni enrayer la terrible situation dans laquelle je me trouvais.

Et puis un jour, il y aura bientôt trois ans et demi, je commençai à me rendre compte que je ne pouvais plus vivre de cette façon, mais que je ne pouvais plus m’arrêter non plus. Je ne savais pas m’arrêter, et je savais que je ne pouvais plus continuer non plus. C’était vraiment une drôle de situation pour moi … car je ne pouvais même pas imaginer le lendemain sans une belle dose de drogue et plusieurs bouteilles de whisky. Je pensais, non vraiment je le pensais, que j’allais continuer ainsi jusqu’à ma mort, et qu’après ce serait nettement mieux car je n’aurais plus besoin alors de gérer cette situation. Et dans mon esprit, cela semblait vraiment une excellente solution. Mais par contre les personnes avec qui j’étais fâché, elles, auraient encore à gérer la leur. Je ne sais pas pourquoi cela me paraissait si génial. Et d’ailleurs je ne sais pas pourquoi j’étais si fâché avec ces personnes. J’imagine qu’en fait j’étais fâché avec moi-même, voilà ce que c’était. Car pour être honnête, je pensais sincèrement que ces personnes voulaient se venger de moi. Et voilà pourquoi elles faisaient ce qu’elles me faisaient. Et en fait la vérité, c’est que j’étais juste en train de me venger de personnes que je ne pouvais plus comprendre, vous voyez.

Mais au lieu de continuer jusqu’à ma mort, je me suis écroulé … et j’ai renoncé à lutter. Ce fut assez marrant car en fait je voyais la situation venir depuis un moment déjà. Et la raison pour laquelle je n’avais pas renoncé auparavant, c’est par crainte de ce que les autres penseraient de moi. Ils pourraient imaginer à quel point j’étais mal et penser alors que j’étais faible … parce que j’avais renoncé. Et cela m’a pris du temps pour comprendre que de renoncer était un signe de force et non le contraire. De dire « je ne peux plus continuer, je dois vivre au lieu de mourir ». Alors je me suis réveillé, je me suis levé, et je me suis pointé dans la chambre d’hôtel d’un de mes amis. Je restai là à trembler et j’ai dit « voilà ce qui m’arrive », et ils ont appelé une ambulance. Nous étions en Allemagne à l’époque, et ils m’ont conduit à l’hôpital. Heureusement j’ai réussi à me sauver de là car c’était vraiment bizarre, ils n’arrêtaient pas de me poser des questions et ensuite ils ignoraient complètement mes réponses. Et puis c’est seulement après que je me suis rendu compte qu’ils me parlaient en allemand (rires). C’est normal qu’ils ne m’écoutaient pas, pas vrai ?

Deux jours plus tard j’ai fini par me rendre à un hôpital à Londres où j’ai vu un médecin. C’étaient quelqu’un dont j’avais entendu parler et je savais qu’il pouvait m’aider. Il me fit hospitaliser pendant quelques jours et s’occupa de moi et … théoriquement me désintoxiqua. Je dis théoriquement car le type n’avait pas une idée conventionnelle de la désintox. Par exemple si j’avais besoin mais alors vraiment besoin, d’un verre, je pouvais en prendre un. Et ceci pendant 5 jours. Car sa façon de penser était que si je buvais depuis 25 ans, je n’allais pas m’arrêter en l’espace d’un instant. Au lieu de me donner du phenobarbital ou je ne sais quel truc qu’on vous donne dans ces cas-là, il m’a dit « va prendre un verre si tu en as vraiment le besoin, pendant ces cinq jours ». Et il m’a même offert un verre pour mon anniversaire, qui eut lieu pendant mon séjour à l’hôpital … un tout petit verre de champagne.

Ce qui se passa après ce séjour, c’est que je pus quitter l’hôpital afin de rentrer aux Etats Unis pour suivre un traitement. J’ai essayé de me soûler dans l’avion. Mais cela n’a pas marché. C’était vachement bizarre. En fait j’avais appelé ma mère et ma petite amie pendant que j’étais à l’hôpital pour leur raconter ce qui m’arrivait, et le lendemain elles étaient là. Je leur en suis très reconnaissant. Nous étions donc dans l’avion du retour, et j’étais assis près de ma mère. Comme je n’avais pas d’argent, je lui ai emprunté 20 $ pour aller m’acheter des cigarettes dans l’avion. Elle savait qu’il n’y avait pas de distributeur à bord (rires). En fait j’étais allé voir combien de Crown Royal je pouvais avoir avec 20 $. Mais je ne pouvais pas en avoir assez. J’avais appris cela depuis fort longtemps qu’il n’y avait jamais assez d’alcool et jamais assez de drogue. Soit il y en a trop, soit pas assez. Enfin, j’ai quand même essayé. Alors je suis revenu à ma place et je me suis senti coupable. La culpabilité agit vraiment bien sur moi. Je me suis assis près d’elle et lui ai dit ce que j’avais essayé de faire. Elle m’a répondu qu’elle l’imaginait. Bref, nous avons atterri, j’ai pris une chambre d’hôtel et le lendemain j’ai commencé un traitement. Bon, je ne m’attendais pas à trouver ce centre l’endroit le plus chouette de ma vie. Et pourtant, c’est ce que j’ai découvert. Ce n’était pas du tout ce à quoi je m’attendais. Je suis passé par les étapes habituelles « et s’ils découvrent que je suis ici » … mais c’est qui « ils » ? (rires). Et je ne veux pas être ici, etc. Mais une fois que j’ai enfin essayé de faire attention à mon traitement et à ma guérison, je me suis rendu compte que c’est ce que j’avais toujours souhaité. J’avoue que je n’ai pas toujours été super sage pour me coller à leur programme bien costaud. J’ai juste essayé de trouver un moyen de vivre comme je l’entends, de la façon dont je l’entends, au lieu de me laisser porter par ma vie.

Ce que j’ai essayé de trouver dans ce traitement, c’est la même chose que je trouve dans une réunion quand je suis là où je souhaite être au fond de mon cœur, avec un groupe de personnes qui essaient de s’aider à vivre les uns les autres, et d’en sortir grandis. C’est un truc que j’ai toujours voulu connaître et que j’ai toujours voulu faire. Parfois je ne sais même plus ce que le mot « grandir » signifie. Et cela me reviens et … je trouve « croissance ». Et soudain je me sens moi-même de nouveau. Et quand parfois je n’ai pas ce sentiment à ce moment là, alors je me sens comme une coquille vide, avec plein d’électricité statique qui se ballade là-dedans. Vous voyez, c’est vraiment ainsi que je me sens.

Je sais que dans le programme, avec AA, j’ai trouvé le seul véritable bonheur que je n’ai jamais eu. Et cela dure, que je puisse réellement l’atteindre ou pas. Cela vous paraît peut-etre idiot, mais moi je le sens en moi, même si je ne le sens pas tout le temps. Car je sais que cela ne vient pas d’un truc que j’ai acheté ou bien escroqué à quelqu’un. C’est quelque chose qui est forcément réel. Et je le vois dans d’autres personnes qui arrivent à sortir de leur merdier pour se retrouver dans un état nettement plus confortable. Et je sais que la croissance, c’est cela. Ce n’est pas juste une nouvelle paire de bottes, vous voyez ?

Les choses les plus difficiles que j’ai apprises jusqu’ici, je pense, c’est probablement d’abandonner mes vielles habitudes et d’en prendre de nouvelles. De voir les autres personnes agir de la façon dont je pense qu’elles devraient agir, ou avoir le look que je pense qu’elles devraient avoir. Je n’arrive pas à me défaire de cette idée. C’est juste que c’est ma façon de voir, et ma façon n’est pas forcément la bonne, loin de là. Et c’est dur à admettre. C’est dur d’admettre que je n’y connais rien. Je pensais que si les choses n’étaient pas faites à ma façon, alors elles étaient mal faites, parce que je n’y connaissais rien. Et je découvre que c’est en fait très agréable de ne pas tout savoir, en fait de ne rien savoir du tout. La vérité c’est que ça m’est vachement difficile de vous dire cela aujourd’hui (rires). Mais c’est la vérité ! Tout ce que je sais, quand je prends le temps de prier, et d’écouter, et de me regarder dans la glace, et d’essayer de changer, c’est là que je grandis. Et quand j’essaie d’offrir cela à quelqu’un d’autre, je me sens mieux, et je n’ai plus besoin de boire ou de prendre de la drogue. Et si c’est ça le but de ce programme, alors je peux dire que ça m’a vraiment aidé. Parce que tout ce que je savais faire autrefois c’était boire et me shooter. C’est vraiment tout ce que je savais faire. Souvent je me sens encore tout perturbé à propos de mes pensées et de mes sentiments. Je n’arrive pas à faire la part des choses. Et ça me fait parfois peur. Mais lentement, jour après jour, les problèmes se résolvent pour le mieux.

Cela fait trois ans et demi que je ne bois plus. Et cela m’a frappé, le soir du Nouvel An, de constater que je faisais des choses si différentes de ce que je faisais autrefois ce soir-là. Cette année j’étais carrément heureux d’être vivant et j’ai remarqué que je n’avais pas besoin d’être shooté pour resté éveillé jusqu’à 5h du matin. Et que je pouvais m’apercevoir que je commençais une nouvelle année, avec plein de nouvelles choses à réaliser … et de nouvelles activités à découvrir et à aimer. Et une de ces choses, c’était moi, et ce que je ferai de ma vie, et une autre de ces choses c’était vous autres.

Les engagements. Les engagements sont encore un truc pour lesquels je n’ai pas été très bon dans ma vie, voyez-vous. J’avais trop peur de ne pas pouvoir m’y tenir. Et puis je me suis aperçu que j’étais toujours vivant, et ça, c’est un truc incroyable pour moi. Quand j’ai eu 17 ans, je ne croyais pas vivre jusqu’à 21 ans. Quand j’ai finalement eu 21 ans, je me suis dit que quelque chose n’allait pas …où on va là ?? (rires). Et quand j’ai eu 30 ans, j’ai vraiment cru que quelque chose allait tout de travers (rires). Je ne sais pas, je n’ai pas grand-chose à dire, à part le fait que, si je laisse tomber ce programme et si je laisse Dieu faire ce qu’Il souhaite faire de ma vie, à travers vous autres, ou à travers je ne sais quoi … en tous les cas ce sera infiniment mieux que ce que j’aurais pu faire tout seul sans ce programme.

Je vous remercie tous de m’avoir laissé être avec vous aujourd’hui. Que je sache quoi dire ou pas, ce qui compte c’est que tout ceci est énorme pour moi, et je vous en remercie, d’accord ?


Dernière édition par PHILIPP le Mar 20 Oct 2009 - 19:24, édité 2 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stevie Ray Vaughan

Message par vincent le Mar 13 Oct 2009 - 0:51

avatar
vincent
Mannish Boy
Mannish Boy

Nombre de messages : 47
Age : 41
Localisation : planète Terre
Date d'inscription : 26/08/2007

http://www.stevierayvaughan.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Stevie Ray Vaughan

Message par vincent le Mar 13 Oct 2009 - 0:51

avatar
vincent
Mannish Boy
Mannish Boy

Nombre de messages : 47
Age : 41
Localisation : planète Terre
Date d'inscription : 26/08/2007

http://www.stevierayvaughan.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Stevie Ray Vaughan

Message par vincent le Mar 13 Oct 2009 - 0:53

avatar
vincent
Mannish Boy
Mannish Boy

Nombre de messages : 47
Age : 41
Localisation : planète Terre
Date d'inscription : 26/08/2007

http://www.stevierayvaughan.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Stevie Ray Vaughan

Message par vincent le Mar 13 Oct 2009 - 0:55

C'est pour te remercier PHILIPP
avatar
vincent
Mannish Boy
Mannish Boy

Nombre de messages : 47
Age : 41
Localisation : planète Terre
Date d'inscription : 26/08/2007

http://www.stevierayvaughan.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Stevie Ray Vaughan

Message par Jungleland le Mar 13 Oct 2009 - 11:23

merci Jb28 pour cette traduction retravaillée Very Happy c'est nettement plus lisible

_________________
The blues are the roots
The rest are the fruits

http://aupaysdublues.free.fr/index.php
avatar
Jungleland
Admin
Admin

Nombre de messages : 14995
Age : 55
Localisation : Lost in the flood
Date d'inscription : 20/10/2005

http://mywmym.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Stevie Ray Vaughan

Message par Invité le Mar 13 Oct 2009 - 13:11

Oui, le passage à l'hôpital en Allemagne est très drôle.. Laughing

Lereste est plutôt émouvant...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stevie Ray Vaughan

Message par jb28 le Mar 13 Oct 2009 - 15:03

Jungleland a écrit:merci Jb28 pour cette traduction retravaillée Very Happy c'est nettement plus lisible

mais de rien, ce fut un plaisir, d'autant que j'ai profité d'un (gros) coup de main d'une amie anglaise, et je trouve que ce texte est assez émouvant et intéressant Wink
avatar
jb28
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 4326
Age : 61
Localisation : eure & loir
Date d'inscription : 04/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Stevie Ray Vaughan

Message par Jungleland le Mar 13 Oct 2009 - 16:09

What a Face je n'ose ............... : si ton ami anglaise a un peu de temps j'ai un texte que j'avais publié ici sur Robert Johnson et que j'ai eu la flemme de traduire

mais faut pas te sentir obligé évidemment Wink

_________________
The blues are the roots
The rest are the fruits

http://aupaysdublues.free.fr/index.php
avatar
Jungleland
Admin
Admin

Nombre de messages : 14995
Age : 55
Localisation : Lost in the flood
Date d'inscription : 20/10/2005

http://mywmym.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Stevie Ray Vaughan

Message par Invité le Mar 13 Oct 2009 - 19:45

vincent a écrit:C'est pour te remercier PHILIPP
De rien vincent

Vivement l'an prochain, on aura peut-être de l'inédit à se mettre sous la dent pour les 20 ans Cool


Dernière édition par PHILIPP le Mar 20 Oct 2009 - 19:24, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Stevie Ray Vaughan

Message par Old_Debris le Mar 13 Oct 2009 - 20:16

Merci à vous deux pour ce billet, j'espère que vous ne prendrez pas sa jeunesse comme exemple. Laughing
avatar
Old_Debris
Oldies but goodies
Oldies but goodies

Nombre de messages : 9942
Localisation : Hte Saone
Date d'inscription : 28/10/2006

http://sentiersdublues.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Stevie Ray Vaughan

Message par Invité le Mar 13 Oct 2009 - 22:21

Old_Debris a écrit:Merci à vous deux pour ce billet, j'espère que vous ne prendrez pas sa jeunesse comme exemple. Laughing

-------

http://www.aupaysdublues.com/viewtopic.forum?t=4823


Dernière édition par PHILIPP le Mar 20 Oct 2009 - 19:18, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Page 40 sur 40 Précédent  1 ... 21 ... 38, 39, 40

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum