Ch un polyglotte parlant l'Epiphone sans accent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ch un polyglotte parlant l'Epiphone sans accent

Message par lstelie le Jeu 28 Juin 2012 - 14:31

Bonjour jeunes gens,

J'ai acquis a vil (très très vil) prix une guitare vis à vis de laquelle je frise la passion quasi charnelle et sur laquelle je peine a trouver de la doc (quand j’aime, j’aime bien tout savoir.. à chacun ses névroses hein..).



Elle est visible en photo ici
http://www.flickr.com/photos/audioblog/sets/72157630249172924/

Au premier abord, elle ressemble à une vraie 335 (tête mise et part et manche moins épais), elle en a le même niveau de qualité de fabrication le même look, presque (pas tout à fait) le même niveau de finition etc…

Selon Gibson a qui j’ai posé la question elle aurait été fabriquée en 1980 en Corée mais ils n’ont pas été vraiment capables de m’en dire plus

Les Dot existent depuis 1997 (17 ans plus tard donc) , et ces DOT n’ont pas exactement les mêmes dimensions que les ES-335 (ouies différentes, cornes différentes etc). Par ailleurs, mis à part quelques rares séries récentes (Elitist, '59 réissue et Royale) les DOT n'ont pas de liseret de manche.
Cette Epiphone ES-335 a exactement les dimensions d’une Gibson ES-335, c'est en fait une copie studieuse de Gibson ES-335 Dot d'origine (les repères carrés ont été ajoutés à la Gibson en 1962)
Le son en acoustique est top, à priori elle a été faite en vrai bois d'arbre.



J’ai trouvé sur le nain ternette un gars qui a la même c’est ici :
http://www.youtube.com/watch?v=n6Im32081zQ


Sauf qu’il se goure, la sienne n’est pas plus japonaise que la mienne, les fabrications Epiphone Japon ont repris la fixation du couvercle de truss rod « à la Gibson » avec deux vis seulement, nos guitares ont trois vis, ce qui , a priori, est une signature coréenne.

De la même façon on la lui a vendu en 1990 or les séries Elitist des Epiphone Dot sont sorties en 2002

Bref, y a comme un trou noir.

A priori a un moment donné, avant de lancer le modèle Dot, Epiphone a fait fabriquer par un coréen (Samick a priori) des copies à peu près fidèles des ES-335 mais je n’en sais guère plus, pourquoi, comment etc…

Ami lecteur si toi tu sais, pourquoi , comment ou si tu sais qui tuer pour avoir un catalogue Epiphone de l'époque, etc.. je t’épouse

Luc
avatar
lstelie
I've got my guitar
I've got my guitar

Nombre de messages : 5
Age : 57
Localisation : Paris (Yvelines en fait)
Date d'inscription : 29/03/2012

http://luc.saint-elie.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ch un polyglotte parlant l'Epiphone sans accent

Message par jb28 le Jeu 28 Juin 2012 - 17:26

Belle guitare, je te comprends , d'autant mieux que j'ai un projet étrangement ressemblant :



pour le reste, malheureusement pas de piste de recherche en ce qui me concerne
avatar
jb28
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 4329
Age : 61
Localisation : eure & loir
Date d'inscription : 04/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ch un polyglotte parlant l'Epiphone sans accent

Message par MERDRIN le Jeu 28 Juin 2012 - 19:05


Elle est belle et en plus elles est bellle !!!
Mais je doute qu'Epiphone ait publié des catalogues détaillés sur ces modèles à cette époque.
Au mieux un catalogue avec une photo par guitare, mais surement pas les caractéristiques techniques de l'instrument ...
et dis moi, il te servirait à quoi le catalogue ???
avatar
MERDRIN
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 3366
Age : 68
Localisation : 77 Marne la Vallée
Date d'inscription : 12/02/2009

https://www.youtube.com/user/MERDRIN

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ch un polyglotte parlant l'Epiphone sans accent

Message par lstelie le Jeu 28 Juin 2012 - 20:53

MERDRIN a écrit:
et dis moi, il te servirait à quoi le catalogue ???


A quoi il me servirait ? ah mais à rien, enfin juste à savoir ou elle s’inscrit dans l’histoire des Epiphone.
J’aime bien les objets qui ont une histoire, je suis entouré de bout de bidules sans valeur mais qui ont (pour moi) une histoire.
Par exemple je traine depuis des lustres une des premières Strato mexicaines, parce que pour moi la strato c’est la gratte de Hendrix, de Blackmore etc.. et le jour ou Fender a annoncé qui lançaient une série moins chère (à l’époque pour avoir une vraie américaine, fallait prendre un crédit sur trois vies) j’en ai acheté une.. qui a passé pratiquement 15 ans dans son étui, mais j’aime bien qu’elle soit là.
Je reviens à la guitare avec cette imitation de 335 et je voudrais juste savoir ce que c’était exactement à l’époque etc…(je suis un grand malade.. je sais)
avatar
lstelie
I've got my guitar
I've got my guitar

Nombre de messages : 5
Age : 57
Localisation : Paris (Yvelines en fait)
Date d'inscription : 29/03/2012

http://luc.saint-elie.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ch un polyglotte parlant l'Epiphone sans accent

Message par MERDRIN le Jeu 28 Juin 2012 - 21:09

geek oui je vois ça Pat !!! lol!
Sans être attaché comme toi au détail, moi c'est l'objet dans sa fonctionnalité qui m'accroche et surtout dans sa sonorité pour ce qui est des guitares.
J'ai gardé ma toute première électrique une EKO 1964. Par contre, je me suis débarrassé d'une Strat L63 qui était une vraie m...... No (je regrette maintenant pour le prix qu'elle aurait).
Pour rebondir sur ta Strat mex, quand je me suis remis à la guitare (épisode 2), j'ai acheté un des premiers modèle de copie Strat par Ibanez juste avant le procès pour copie meilleure que l'originale (ce qui n'était pas très difficile à l'époque) et qui avait une novation qui a changé la vie des Stratmen: le selecteur à 5 positions. ... je l'ai toujours aussi ma Blackie.
avatar
MERDRIN
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 3366
Age : 68
Localisation : 77 Marne la Vallée
Date d'inscription : 12/02/2009

https://www.youtube.com/user/MERDRIN

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ch un polyglotte parlant l'Epiphone sans accent

Message par Iceman le Jeu 28 Juin 2012 - 21:50

Epiphone c'est très bien, surtout les modèles fabriqués par Samick. Personnellement j'ai un modèle Les Paul un peu spécial fabriqué en Chine (série limitée pour l'anniversaire de la LP59) et franchement je suis bluffé par cette pelle, aussi bien sur le plan sonore que sur le plan de la lutherie et du confort de jeu. Certes, c'est pas une Gibson, mais franchement pour l'avoir comparée à une vraie, sur un ampli identique, elle n'a pas à rougir (bon ok, les bois sont un peu moins bons, les frettes s'usent assez vites et le vernis est un peu épais, mais c'est à peu près tout). Alors je comprends tout à fait ton attachement, d'ailleurs j'ai des guitare bien plus chères à la maison, mais rien à faire c'est celle-ci ma préférée.

Pour revenir sur la DOT, les modèles chinois sont quand même un peu cheap sur le plan de la lutherie, mon pote en possédait une avant de la revendre pour une Gibson 335, le manche était tout de même assez grossier et les finitions étaient vraiment basiques. Je serais curieux de pouvoir admirer de près la tienne, histoire de vérifier que la qualité à nettement baissé par rapport aux modèles construits par Samick.
avatar
Iceman
Mississippi Singer
Mississippi Singer

Nombre de messages : 919
Age : 41
Localisation : Deep south
Date d'inscription : 20/04/2008

http://www.cafardcosmique.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ch un polyglotte parlant l'Epiphone sans accent

Message par Peps le Sam 16 Fév 2013 - 1:39

Salut,
Je me permets de déterrer ce topic, car comme vous j'aime me rendre au pays du blues et aussi parce que moi aussi je recherche des infos sur ce modèle de chez Epi, l' "ES 335 dot".

J'ai toutefois quelques renseignements pour Istelie et tous ceux que ça pourrait intéresser, si quelqu'un est encore à l'écoute :

- Modèle vraisemblablement produit à la fin des années 80-début 90 (le siècle passé!!!)
- Fabriqué en Corée(?) Très probablement à l'usine Samick (pour Epiphone, Hohner, et Samick...) (??)
- Guitare en (presque) tous points identiques à la Hohner SE-35 du début des 90's, à l'exception de la forme et du filet de tête de manche, du logo de marque (forcément!), et des coloris appliqués (naturel, sunburst bordeaux, sunburst tobacco, sunburst orangé... Rouge et sunburst tobacco pour Epiphone).
Et aussi à l'exception du matériau du manche (érable chez Hohner ; acajou chez Epiphone), et du matériau des éclisses (érable extérieur chez Hohner ; acajou chez Epiphone)
Boutons de potentiomètres sans "reflector" chromé, + généralement chez Hohner...




Pourtant, la guitare Epiphone que j'ai dénichée il y a peu est la seule que je connaisse en finition sunburst, et qui plus est, elle n'a aucun numéro de série en haut du manche, ni aucune étiquette (ni aucune trace de colle ou d'étiquette) dans le corps qui pourrait me révéler son pedigree!


Toutes les autres Epi ES-335 Dot sont identiques à celle d'Istelie : cherry red. Comme celle-ci :

A noter la plaque de truss-rod différente sur celle-ci et sur celle de la video...

Avatars? Perles rares? Prototypes? Bizarreries? Essais non pérènisés? Transfert de modèle d'Epiphone à Hohner? Années de fabrication? Lieu? Mes questions restent en suspens...

"Plus on apprend, plus on ne sait rien...", dit la chanson.
avatar
Peps
Mannish Boy
Mannish Boy

Nombre de messages : 31
Localisation : Maine-et-Loire
Date d'inscription : 16/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ch un polyglotte parlant l'Epiphone sans accent

Message par lstelie le Sam 16 Fév 2013 - 14:04

Merci beaucoup pour toutes ces infos

Luc
avatar
lstelie
I've got my guitar
I've got my guitar

Nombre de messages : 5
Age : 57
Localisation : Paris (Yvelines en fait)
Date d'inscription : 29/03/2012

http://luc.saint-elie.com

Revenir en haut Aller en bas

[u][b]Le roman du retour du « Mystère de l’ES-335 Dot »…[/b]

Message par Peps le Mar 26 Fév 2013 - 15:19

Ou « A force de chercher la lumière, on finit par rencontrer les ténèbres… » ; proverbe tchèco-coréen.

Désolé par avance de vous endormir avec mon laïus... Après quelques recherches supplémentaires et une enquête dignes de Sherlock Holmes, voilà ce que j’ai pu déduire sur toutes les Epiphone observées :

- Un instrument fabriqué en 1988 comporte un numéro de série commençant par « 80……. », qui n’était pas encore précédé du chiffre de dizaine (rares exemples avec 880…..), et comportant 8 chiffres (ou 9, donc), comme sur cette sheraton II coréenne de 1988, estampillée « Epiphone by Gibson ».


Même système de datation sur ces Sheraton de 1987 et 89, estampillées elles aussi « Epiphone by Gibson » dont le numéro commence par « SL 70……. » (le « S » pour Samick ? Le « L » pour limited/Launch/ ???) et par « 90….. ».


Quant à la forme de la numérotation de série :
• Tamponnée sur ou dans le bois avec « Made in Japan » sur étiquette auto-collante avant 89 et sous le vernis ensuite, pour les nippones :


• Sur étiquette auto-(dé)collante avec « made in Korea » sur étiquette aussi ou peint sur le vernis, avant 1991 voire 92.


• Toutes les inscriptions sous le vernis dans le courant 1992 et années suivantes, avec la numérotation classique : une lettre correspondant à l’usine, 1 ou 2 chiffres pour l’année, 2 autres pour le mois. « S9307… » ou « S307… » = Samick, juillet 1993.



De plus, il semblerait que les copies de Gibson Les Paul faites par Epiphone au Japon aient une forme de tête de manche « open-book » identique à celles des Gibson, et avec une seule pièce de bois pour le manche, comme celle-ci :


Les copies de Les Paul réalisées en Corée avant 1990 semblent avoir la forme « open-book » mais évasée vers le sillet, et un collage de tête rapportée sous les mécaniques, comme sur ces exemples :


A partir de 1991, les copies Gibson d’Epiphone (Les Paul et autres) héritent de la tête de manche à la forme caractéristique qui est encore d’actualité sur les Les Paul chinoises et indonésiennes, avec une tête rapportée collée sous les 3-4 premières frettes :



Pourtant les demi-caisse Epiphone type ES 335 semblent avoir déjà hérité de cette silhouette de manche directement héritée des Sheraton II, mais légèrement affinée et modifiée, et du collage sous la touche dès 1988, (c'est le cas sur la tienne?) si l’on se réfère au numéro de série de la tienne Lstelie!!! (technique propre à l'usine Samick???)

Et pour embrouiller un peu plus les choses voici un exemplaire de ES 335 Dot déclaré comme Coréen datant de 1988 :

Au vu du « 3 » gravé bizarrement et de la silhouette de la tête, on pourrait penser à tort à un modèle japonais, ou bien à un prototype… Mais il reste des traces de colle des étiquettes de numéro de série!!!


Derniers petits détails à observer du côté du haut du manche : le fond et le bois de caisse, le sillet de tête et le cache de truss-rod.

Le fond de caisse des premières Sheraton II, ES 335 Dot, Hohner SE 35 (jusqu’à 1997 ?) laisse apparaître une couche d’acajou. Les nouvelles Epiphone Dot, les Sheraton (1997 et suivantes) sont, elles, parées d’érable au fond…

Sillet noir en plastique sur tous les exemples type 335 observés y compris sur les Hohner SE 35 du début des années 90, sauf sur la tienne Lstelie !!! Il me paraît être en os, donc pas forcément d’origine.

Quant au cache de truss-rod, il a généralement la forme caractéristique des Epiphone avec « Gibson » inscrit, sur la plupart des modèles comme celui de Lstelie et le mien.


MAIS certains exemplaires comme celui de la video plus haut ou celui-ci (indiqué comme étant de 1993) comportent un cache identique à ceux des Hohner SE 35 !



Donc :
-Ta guitare daterait donc bien de 1988.
-Les copies ES 335 de la fin des ‘80’s auraient été les premières à être affublées de la découpe de tête de manche des Sheraton II retravaillée, encore en vigueur aujourd’hui chez Epiphone.
-Aucune trace dans les catalogues Epiphone de 1988 à 1994!!!
-Sur 5, seule la mienne est sunburst.
-Une autre a une tête type Gibson.
-2 autres ont un cache de truss-rod Hohner atypique pour Epiphone.
-Les « ES-335 Dot » de cette période semblent avoir disparu de chez Epiphone pour continuer leur carrière sous la marque Hohner SE 35 vers 1991 ( ?) D’où les caches de truss-rod atypiques ?
-Des 4 que j’ai pu « observer » sur nénette, seule la tienne semble avoir une étiquette de fond de caisse et un sillet blanc. La mienne comporte une espèce de trace de craie rougeâtre au fond en lieu et place du « serial number label », et plus aucune trace d’étiquette quelconque sur le manche.


Mais voici la dernière étrangeté : l’étiquette de numéro de série de ta guitare est une copie des étiquettes employées pour les Epiphone fabriquées par Gibson de 1957 à 1970, dans l’usine historique de Kalamazoo, Michigan, USA !!!


Etaient-elles considérées comme le modèle de base des « Epiphone by Gibson » Sheraton II apparues vers 1986-87 ? Une pré-série avortée ? Un essai timide qui n’a pas été retenu chez Epiphone ? Une série commencée qui n’a pas marché ?
Je pencherai pour un peu tout ça : Epiphone avait déjà la Sheraton. Pourquoi introduire un modèle similaire, aussi attrayant, moins onéreux et donc concurrentiel aux Sheraton qui démarraient tout juste, sachant que les guitares ES ne sont pas ce que l’on peut appeler « les plus courues » ou « le plus gros segment de vente » en langage marketing-commercial ? Autant saborder ce nouveau modèle et rester sur les Sheraton – fort bonnes guitares au demeurant !

Bref, il y a certainement des erreurs dans ma recherche, mais très peu de traces subsistent de cette guitare. On peut dire que ce modèle "ES-335 Dot" a été quasi-confidentiel! Voire peut-être précurseur...
avatar
Peps
Mannish Boy
Mannish Boy

Nombre de messages : 31
Localisation : Maine-et-Loire
Date d'inscription : 16/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ch un polyglotte parlant l'Epiphone sans accent

Message par jb28 le Mar 26 Fév 2013 - 18:00

Quel boulot Shocked un vrai "privé" Razz

En ce qui me concerne, bien que non directement concerné, (ouh là, c'est français ça ?) je trouve ces recherches remarquables. Et ça semble dire une chose : tellement de fabrications différentes pour une même marque, avec des niveaux qualitatifs probablement variables, prouvent bien que l'objet compte avant la marque.
avatar
jb28
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 4329
Age : 61
Localisation : eure & loir
Date d'inscription : 04/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ch un polyglotte parlant l'Epiphone sans accent

Message par Peps le Mar 26 Fév 2013 - 23:42

Merci pour le compliment jb28, mais je crois bien que ma quête d'infos va malheureusement s'arrêter là : je ne trouve rien de plus sur cet engin, et à moins que quelqu'un ne sache vraiment...

PS : nos images d'avatar montrent le même "personnage" à "quelques" années d'intervalle... A propos, c'est toi qui a réalisé la "Riley Ben King"?
avatar
Peps
Mannish Boy
Mannish Boy

Nombre de messages : 31
Localisation : Maine-et-Loire
Date d'inscription : 16/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ch un polyglotte parlant l'Epiphone sans accent

Message par jb28 le Mer 27 Fév 2013 - 9:23

Non, je me suis contenté de la commander au luthier que voici :

http://www.lightandblueguitars.com/

qui me l'a fabriquée sur mesure (surtout pour la largeur du manche, adaptée à mes gros doigts). Elle se marie parfaitement avec mon ampli Blues Junior. Environ 6 mois d'attente, mais un bonheur sans restriction à l'arrivée, pour la moitié du prix d'une ES 335 Gibson Very Happy
avatar
jb28
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 4329
Age : 61
Localisation : eure & loir
Date d'inscription : 04/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ch un polyglotte parlant l'Epiphone sans accent

Message par Peps le Mar 5 Mar 2013 - 23:12

Fort belle réalisation en effet.

Pour le sujet qui concerne plus ce topic, j'ai beau gratter dans tous les coins du net, l' "Epiphone ES-335 Dot" ne se laisse rien révéler de plus.
Tant pis.
avatar
Peps
Mannish Boy
Mannish Boy

Nombre de messages : 31
Localisation : Maine-et-Loire
Date d'inscription : 16/02/2013

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum