Arthur Crudup

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Arthur Crudup

Message par Freaks le Dim 21 Mai 2006 - 18:42



Arthur "Big Bill" Crudup (1905-1974)

Arthur Crudup vient au blues de façon tardive puisqu'il n'apprend vraiment la guitare qu'âgé d'une trentaine d'années, ce qui ne contribuera pas à faire de lui un virtuose de l'instrument mais suffira à accompagner sa voix puissante et à composer quelques classiques du blues tel que "That's All right", "Mean Ol' Frisco Blues", "Rock Me Mama" et quelques autres.

Vers 1940, il quitte le Mississippi pour Chicago ou, après des débuts plus que difficiles, il signe et enregistre pour RCA quelques Blues et Rhytm & Blues.

Au milieu des années 50, le blues rural de Crudup ne fait plus recette et il décide de retourner dans son Mississippi natal ou il se produit le soir et enregistre à l'occasion pour des labels comme Chess ou Ace.

Son nom réapparaît en minuscule en 1954 quand Elvis Presley grave pour Sun Records un version enflammé de "That's All right (Mama)" qui lui ouvrira les portes de la gloire. Presley enregistrera également "My Baby Left Me" et "So Glad You're Mine" sans que Crudup ne touche un cent de royalties, tout juste Elvis lui offrira t'il, dans sa grande générosité, la plaque du disque d'or de "That's All right (Mama)".

Loin du succès du futur "King", Crudup continue néanmoins son chemin, quelques enregistrements inégaux et concerts dans les clubs et lors de festivals lui assurant quelques revenus qui ne l'empêcheront pas de mourir dans la misère en 1974.

Quelques disques :
- "Mean Ol' Frisco", une compilation plutôt bien faite ou des titres moins connus cotoient "Mean Ol' Frisco" ,"That's Alright"et "Rock Me Mama".

- "Complete Recorded Works", pour les inconditionnels, quatre volumes couvrant une période entre 1941 et 1954.
avatar
Freaks
Delta King
Delta King

Nombre de messages : 321
Localisation : In The Silent Way
Date d'inscription : 22/03/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arthur Crudup

Message par Jungleland le Dim 21 Mai 2006 - 19:40

c'est grâce à Elvis que je connais Arthur Crudup ! En plus ça m'a permis de le connaitre bien avant d'autres bluesmen plus connus.

grâce à That's all right Mama donc j'avais cherché l'auteur à l'époque

et en plus son nom m'avait marqué donc je m'en suis souvenu facilement


musicalement j'avoue ne connaitre surtout que ses grands classiques ainsi que quelques autres titres que j'avais repiqué sur une antique K7

donc l'occasion de fouiner un peu chez amazon ...

_________________
The blues are the roots
The rest are the fruits

http://aupaysdublues.free.fr/index.php
avatar
Jungleland
Admin
Admin

Nombre de messages : 15006
Age : 55
Localisation : Lost in the flood
Date d'inscription : 20/10/2005

http://mywmym.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arthur Crudup

Message par Tumbleweed Les le Lun 22 Mai 2006 - 21:10

J'aime bocu la musique de Arthur Crudup.
J'ai très peu de CD, mais certainement un d'entre eux est Arthur Crudup.
Je préfère cette musique simple.
Je ne préfère pas des tours magiques de guitare complexe.
J'aime la musique simple comme de Crudup, de Lightning Hopkins, etc.
Une fois j'ai entendu Arthur Crudup. Il était à Toronto, Canada. Il était au festival de Mariposa. Il y avait en outre un orchestre de langue française, la famille d'Adoin. Les fils d'Amade Ardoin, le violinist Cajun/Créole de la Louisiane. Il était un bon chanteur de bleus, Amade Ardoin.

Arthur Crudup, si vous entendez une chanson à lui, vous les avez entendus tous.
Ils sont plus ou moins identiques.
Mais pourtant moi aimer sa musique.
avatar
Tumbleweed Les
Texas Howler
Texas Howler

Nombre de messages : 207
Age : 70
Localisation : Chicago
Date d'inscription : 09/05/2006

http://www.soundclick.com/bands/pagemusic.cfm?bandID=428789

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arthur Crudup

Message par badlieut2002 le Dim 11 Juin 2006 - 20:44

+1 avec vous
je viens de finir ça : quel disque ! du blues bien cool et plein de feelings come je l'aime
avatar
badlieut2002
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 2177
Age : 49
Localisation : Rillettes land (72)
Date d'inscription : 12/03/2006

http://blackandblue.forumprod.com/forum.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arthur Crudup

Message par Flovia le Dim 28 Mar 2010 - 23:12

Juste quelques éléments informatifs de plus concernant Big Boy Crudup, afin de compléter la bio de Freaks Wink



Arthur ‘Big Boy’ Crudup (1905 – 1974) est donc né à Forest, une petite bourgade agricole du Mississippi, à mi-chemin entre Jackson et Meridian.

Peu d'éclairage concernant les premières années de sa vie, mais il n’est pas difficile d’imaginer les conditions précaires dans lesquelles a pu grandir un jeune black en ces contrées reculées, avant les années 30!... Un travail dur dans les champs, les bois, aux les digues, dans les scieries, et même la contrebande, était le lot d’une journée standard à cette époque.
Crudup n’a jamais vraiment quitté cette vie simple tout au long de sa carrière artistique, des enregistrements par touches émaillant cette première.

Arthur commence à jouer de la guitare en 1937, alors âgé de 32 ans.
Il apprend seul, d’où une relative faiblesse audible sur ses enregistrements.
En premier influencé par Papa Harvey, un bluesman forestier du coin, il découvre vite combien les riches plantations du Delta sont plus à même de le soutenir en tant qu’artiste face aux pauvres collines de son enfance.
Aussi fait-il rapidement de Silver City son point d’attache.

En 1940, Big Boy tourne dans cette partie du pays avec un quartet Gospel dans lequel il officie en qualité de chanteur. Il poussera même le voyage jusqu’à Chicago où il échouera sans travail ni argent.

Pour survivre, il utilise dès lors la force de sa voix puissante, et accompagné de sa guitare, il chante le blues aux coins des rues. Le peu qu’il gagne ainsi lui suffit pour se sortir de cet emballage carton qu’il nomme sa ‘maison’.
Alors qu’il joue sur les trottoirs de Chicago, il est remarqué par le fameux pianiste et chanteur de blues Doctor Clayton, ainsi que par Lester Melrose, un éditeur de musique bien connu du lieu.
Lester travaille pour le label Victor, réputé dans l’enregistrement des Country bluesmen.

En tant que manager de nombreux Chicago bluesmen, il invite donc Crudup à participer à une réunion au domicile de Tampa Red, où toute la crème des artistes se retrouve habituellement.

Là, Big Boy écoute très attentivement, dans un premier temps, des pointures telles que Memphis Slim, Big Bill Broonzy, Washboard Sam et évidemment Tampa Red.
Dans un deuxième, il chante, et tous sont impressionnés par ce nouveau à la voix puissante, si haute et aigüe chez un tel gaillard. Il leur soumet ses chansons, déclinées dans un savant mélange de vocaux à la Field Hollers et de chants Gospel.
Aussi Melrose entrevoit-il en lui un autre Tommy McClennan., qui, tout comme Arthur venait du Mississippi, mais aussi utilisait sa guitare uniquement pour accompagner sa voix puissante. Tommy étant très prisé par le public, il pense immédiatement qu’Arthur devrait être rentable en matière de ventes discographiques.

Ainsi lui fait-il signer chez Victor, et en Septembre 41, pour sa première session, quatre des chansons de Crudup se retrouvent-elles gravées, parmi lesquelles ‘Black Pony Blues’ et ‘King Lover Blues’. Le disque paru début 42 se vend assez bien pour que Lester s’intéresse à continuer leur collaboration. La même année, donc, il lui envoie un billet de train pour Chicago afin de le réenregistrer. Cette fois, Arthur est accompagné par un contrebassiste qui aide à donner du corps à ses compo.
A partir de là, il est rappelé de sa lointaine contrée, une ou deux fois par an, pour enregistrer de nouveau.
La relation entre Melrose et Crudup va durer ainsi pendant environ 13 ans, soit environ quatre-vingt chansons réalisées.
C’est ainsi que Big Boy devient un artiste à succès.

Il déclarait d’ailleurs : "Tous mes gamins étaient encore petits à l’époque, aussi je continuais juste à enregistrer aussi souvent qu’on me demandait, et restais à travailler à la ferme le reste du temps. Pendant toute cette période, je jouais aussi souvent que possible devant n’importe quel public, autant que je me souvienne. L’unique endroit où je me produisais régulièrement restant l’Indiana Theater à Chicago.".

En Septembre 1946, Arthur enregistre un air appelé ‘That’s all right’. Celui-ci est joué sur un tempo rapide où Arthur ajoute ses vocaux puissants et si expressifs, avec une succession de lourds staccato guitare. Et même si nombreux sont les artistes précurseurs pouvant prétendre au titre honorifique de ‘Père du Rock’n’roll’ plus qu’Arthur, en vérité, pour beaucoup, c’est ce morceau-là qui symboliserait le mieux cette pseudo distinction.

Huit ans plus tard, la version d’Elvis Presley semblerait confirmer ces propos.
D’ailleurs Presley ne s’y est pas trompé puisqu’il enregistrera encore deux autres succès de Big Boy : ‘My Baby Left Me’ et ‘So Glad you’re mine’.

Le début des Fifties est une bonne période pour tout musicien.
Arthur forme donc à cette époque un orchestre et commence à jouer dans les bars et autres endroits dansants autour de Forest.
Il se produit également à Jackson, et encore un peu partout en remontant le Delta jusqu’à Memphis.



Il contacte bientôt Elmore James , de même que Sonny Boy Williamson, lesquels joueront avec lui, notamment sur la radio KFFA d’Helena (Arkansas).

Il continue à enregistrer des titres tels ‘Gonna find my baby’, ‘Make a little love with me’, mais sous le pseudonyme d’Elmer James, en remplacement d’Elmore, et ce pour ‘Trumpet Record Company’.

A Jackson encore, ‘Checker Records’ le grave la même année (1952), cette fois en utilisant le nom de son fils : Percy Lee Crudup. Il intéresse également Johnny Vincent du label ‘Champion’, lequel rééditera ses titres plus tard sous le label ‘Ace Records’.

Arthur est de plus sous contrat RCA à cette époque (le fait de signer sous divers pseudo selon les maisons d’éditions étant assez courant chez la plupart des bluesmen, désireux qu’ils étaient de gagner un peu plus d’argent).
Mais en 1954, sa collaboration avec RCA expire et le voilà désormais replongé dans l’anonymat artistique.

Cependant, en 1959, ‘Fire Records’ réalise deux singles de Crudup, suivi d’un excellent LP, paraît-il, aujourd’hui rarissime. La controverse entoure d’ailleurs les enregistrements avec Mike Leadbitter, celui-ci clamant à qui veut l’entendre que les titres ont été enregistrés aux studios ‘Bell Sound’ de New-York (et produits par Bobby Robinson), alors que Doctor Ross affirme, lui, qu’elles l’ont été à Nashville sous la férule d’Elvis Presley.

Hélas, malgré l’excellente qualité des gravures, les ventes, elles, ne sont pas au rendez-vous. Aussi, Crudup, alors âgé de 55 ans, se retire-t-il du milieu musical.

Toutefois, avec le British Boom du début des sixties, le regain d’intérêt pour les légendes encore vivantes du blues, pour la plupart oubliées dans les profondeurs du Sud, ressurgit.

C’est le cas pour Big Boy qui répond un jour à un courrier de Robert Koester (‘Delmark Records’), envoyé à une adresse quelque part à Franktown (Virginia).
Suite à cet échange de missives, Arthur réapparaît presque aussitôt sur scène dans le cadre du Rhythm & Blues Festival de l’Université de Chicago.

En mai 1967, il réenregistre de nouveau, faisant équipe avec un vieil ami, le bassiste Ransom Knowling. Deux albums seront réalisés chez ‘Delmark’.

Crudup peut alors faire de nouvelles apparitions en concert. Il signe dans la foulée avec l’impresario blues Dick Waterman, lequel lui donne l’opportunité de se produire dans la plupart des festivals de blues, comme le Washington Blues Festival (1970) ou encore le Newport Fest.
Il fait aussi une brillante tournée britannique en 70 et enregistre en sus l’album ‘ Roebuck Man’ chez ‘United Artists’, peu avant son décès.

Big Boy Spires, Eddie Taylor, Johnny Shines, Johnny B. Moore et Blue Smitty ont tous déclaré avoir été inspirés par l’oeuvre de Crudup.

Dans ses multiples façons de décrire l’amour, sous toutes ses formes colorées, ou encore d’aborder les thèmes de la solitude, du désespoir, comme le sentiment d’être laissé pour compte, il aura laissé son empreinte.
Il était également sur la même longueur d’ondes, tant idéologique que musicale, qu’un Jimmy Rogers, auquel il a emprunté le thème anti-guerre (cf ‘The world is in a tangle’) pour composer ‘I’m gonna dig myself a hole’.
Il évoquait de même la seconde guerre mondiale dans ‘Cool disposition’, ‘Boyfriend blues’ et ‘Give me a 32-20’ (1941). Alors que ‘Hoodoo Lady Blues’ apportait l’éclairage de ses réflexions concernant le vaudouisme louisianais.

Arthur Crudup composait ses blues en ‘E’, son jeu de guitare apportant juste le support syncopé nécessaire pour accompagner son chant.
Il utilisait la plupart du temps seulement deux tempos, l’un rapide (accentué par le rythme basse + batterie) très propices à la danse, l’autre lent (maintenant cet effet rythmique dit "d’homme en marche") qu’accompagnait ici un chant des plus tourmentés.
Cependant, l’ajout de ses textes apporte une autre vraie dimension pour tout auditeur attentif.

Crudup s’est souvent plaint que ses chansons aient rendu célèbre un "homme blanc", mais c’est surtout du fait qu’il n’a jamais perçu aucunes royalties. Pour lui, c’était non seulement une question d’argent, mais aussi de respect. Elvis Presley a semble-t-il eu quelque torts dans cette histoire, néanmoins Lester Melrose, beaucoup plus.
Arthur était en effet rémunéré de 75 à 200 $ par titre après chaque session, point final.
Pas de droits d’auteur, ni aucun pourcentage perçu sur les ventes (à l’instar de la majorité des bluesmen de l’époque!).
Lorsque John Carter s’est penché sur le sujet afin d’obtenir un statut honorable concernant les droits d’auteur d’Arthur, le décès de Melrose a fortement compliqué l’affaire, tous les droits et obligations de ce dernier ayant été revendus à un label "major".

Deux avocats se seraient succédés pour démêler l’affaire, l’épilogue, au goût amer, ayant voulu que Crudup décède dans la misère, avant d’avoir touché le moindre sou.*

Discographie sélective complémentaire :









- Arthur ‘Big Boy’ Crudup – Vol 4 (Document Records)



Plus deux-trois p’tites vidéo:









Et en guise de témoignage oral:




*NB : Traduction libre issue d’un texte de Staffan Solding (verso de la pochette album ‘Give me a 32-20’)
avatar
Flovia
The voice of Bluesland
The voice of Bluesland

Nombre de messages : 6682
Age : 60
Localisation : Bourgogne sud
Date d'inscription : 19/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arthur Crudup

Message par Old_Debris le Lun 5 Avr 2010 - 8:49

200 dollars par sessions, la possibilité de gain à cause d'une ressemblance avec un autre bluesmen qui marche bien, faut bien dire que c'est grâce à ce foutu mercantilisme et à l'exploitation de la misère que tout ces chefs d'œuvres son parvenu jusqu'à nous. PPPfffff heureusement que certains y ont décelé du talent.
Bon boulot Flo et qui mérite de trouver sa place sur le site où on est loin de tout trouver, serait peut être utile de faire le tour des bios du forum pour voir celles qui ne sont pas sur le site.
Sinon j'avais déjà parlé, je ne sais plus où de deux albums remarquables de Crudup, Mean Ol' Frisco et Roebuck Man qui me paraissait un des meilleurs albums enregistré à Londres par un Bluesman Lors de la période disons Psychédélique du revival.
avatar
Old_Debris
Oldies but goodies
Oldies but goodies

Nombre de messages : 9942
Localisation : Hte Saone
Date d'inscription : 28/10/2006

http://sentiersdublues.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arthur Crudup

Message par Old_Debris le Lun 5 Avr 2010 - 12:29

Influencé par Papa Harvey........... Je connais un Papa Harvey Hull est-ce lui ? Qui pourra répondre à cette question métaphysique qui me taraude ? scratch

Bon d'accord voici un lien vers un titre. http://www.publicdomain2ten.com/?s=papa+harvey+hull
avatar
Old_Debris
Oldies but goodies
Oldies but goodies

Nombre de messages : 9942
Localisation : Hte Saone
Date d'inscription : 28/10/2006

http://sentiersdublues.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arthur Crudup

Message par Jungleland le Mer 28 Mar 2012 - 20:13

en ce jour anniversaire de sa mort on se fait un petit Crudup ?



Angel Child, enregistré en 1962 et qu'on peut trouver sur Mean Ol' Frisco et Rock Me Ma entre autre


NB : au sujet de cette collection youtube "Rare Gems of Blues" on y trouve au détour des petites merveilles

_________________
The blues are the roots
The rest are the fruits

http://aupaysdublues.free.fr/index.php
avatar
Jungleland
Admin
Admin

Nombre de messages : 15006
Age : 55
Localisation : Lost in the flood
Date d'inscription : 20/10/2005

http://mywmym.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arthur Crudup

Message par TheLeper le Ven 18 Jan 2013 - 11:14

Je viens de recevoir une compilation de Crudup. Eh bien ça s'écoute très bien. Et j'avoue que je suis amateur de jeu de guitare très simple. Je ne sais pas s'il s'ajoutera à mes bluesmen favoris (vu la concurrence très rude...) mais en tout cas j'aime beaucoup.
avatar
TheLeper
Fever In The Bayou
Fever In The Bayou

Nombre de messages : 556
Date d'inscription : 23/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arthur Crudup

Message par Old_Debris le Sam 19 Avr 2014 - 23:15

Flovia a écrit:
Il fait aussi une brillante tournée britannique en 70 et enregistre en sus l’album ‘ Roebuck Man’ chez ‘United Artists’, peu avant son décès.

Le line up était:
ARTHUR "BIG BOY" CRUDUP - Guitare et Chant
HUGHIE FLINT - Drums (les Bluesbreakers de John Mayall, McGuinness Flint)
BENNY GALLAGHER - Guitare, Basse et Voix (McGuinness Flint, Gallagher & Lyle)
DAVE GELLY - Tenor Sax
JOHN LEWIS - Piano
TOM McGUINNESS - Guitare (Manfred Mann, McGuinness Flint)
I Don't Worry
avatar
Old_Debris
Oldies but goodies
Oldies but goodies

Nombre de messages : 9942
Localisation : Hte Saone
Date d'inscription : 28/10/2006

http://sentiersdublues.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Arthur Crudup

Message par fred-51 le Sam 3 Juin 2017 - 11:43

en 74 ,
à la fin d'un concert , presley et ses gardes toutous ! fonce à tombeau ouvert à l'hotel .
il apprend à la radio que crudup est en train de pourrir dans un hopital .

le mec ( presley ) va péter un plomb dans la bagnole .
voulant réparer l'injustice des royalties non touché , il sera trop tard et crudup meurt comme il est dit plus haut dans la
misère .
presley comblera par la suite ses ayants droits héritiers ( faible reconnaissance ) mais bon c'est toujours sa .

avatar
fred-51
Delta King
Delta King

Nombre de messages : 413
Date d'inscription : 01/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum