bibliographie sur le blues... noir ou blanc

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

bibliographie sur le blues... noir ou blanc

Message par polofrfr le Sam 23 Oct 2010 - 12:59

Salut à toutes zé tous ;-)

Je m'intéresse à l'histoire du rock, à la fois à titre perso et comme documentaliste (Bibliorock, pour ceux à qui ça parlerait ;-) et je cherche une bibliographie sur le blues, sous la forme d'une liste ou d'un bouquin. Je suis sûr que ça existe qq part :-)

Mes goûts ? Oulaaa, ça va du blues trad' comme Ligthnin' Hopkins ou John Lee Hooker à ce que j'appelle le blues blanc (blues rock), avec une préférence pour les ceusses qui ont vraiment qq chose à dire/exprimer, sur leur gratte comme par leur voix. Donc je vais de John Mayall à Nico Wayne Toussaint, en passant par Roy Buchanan, Mike Bloomfield ou les qq blues de Led Zep' et de Jeff Healey. Quand j'arrive à Popa Chubby, je décroche un peu, eh oui...

Et j'attends toujours une véritable histoire du blues "vu par les Blancs", un panorama historique complet... en français, passeque y a déjà de très bons bouquins en anglais, mais... toujours RIEN en français ;-(

Si vous avez des pistes, je prends !

Thanks a lot in advance and... to be continued :-)

polo




Thanks a lot in advance

polofrfr
I've got my guitar
I've got my guitar

Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 25/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: bibliographie sur le blues... noir ou blanc

Message par Old_Debris le Sam 23 Oct 2010 - 13:07

Descends un peu plus bas dans cette section et tu trouvera déjà pas mal de chose, vas voir dans les styles de blues aussi, bon en gros cherches un peu dans le forum et aussi ici http://aupaysdublues.free.fr/
Faut fouiller un peu quoi.... Laughing
avatar
Old_Debris
Oldies but goodies
Oldies but goodies

Nombre de messages : 9942
Localisation : Hte Saone
Date d'inscription : 28/10/2006

http://sentiersdublues.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

merciii mais...

Message par polofrfr le Sam 23 Oct 2010 - 13:20

...je tenais en même temps à lancer un appel à une "histoire du blues blanc" passeque j'y participerais bien, mais... jamais tout seul !

Et ça serait quand même mieux de la créer en français, plutôt que de traduire un des 7 ou 8 bouquins anglais, non ? (même si y sont excellents :-)

Pour les bouquins sur le blues noir, t'as raison, je vais creuser le forum !

polo

Blues ain't nothing but a good man feeling bad

polofrfr
I've got my guitar
I've got my guitar

Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 25/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: bibliographie sur le blues... noir ou blanc

Message par blues bibliophilia le Mer 17 Aoû 2011 - 17:04

Salut, si tu cherches une biblio, je suis en train de mettre en ligne (blues-bibliophilia.eklablog.com) le catalogue commenté de ma bibliothèque de livres et partitions sur le blues en français et en anglais (documentaliste moi aussi je suis...).
Je n'ai pas encore fait la page sur le blues et le rock, mais ça va pas tarder. J'ai également l'intention de rédiger régulièrement des articles sur certains de ces bouquins, qu'il soient anciens ou récents.
En ce qui concerne ta question. A part les bio, il n'y pas grand chose en français sur le blues blanc, à moins que tu remontes à l'époque du Rock n' Roll (Elvis c'était déjà du blues blanc...). Une partie du livre de Bas-Raberin "le Blues Moderne" est consacré au blues blanc, mais attention ce livre à plus de trente ans, pas la peine d'y chercher SRV ou Bonamassa.
Sinon, un livre sur le British Blues est annoncé pour cet automne (chez Castor Astral, je crois), à moins que sa parution ne soit encore repoussée.

avatar
blues bibliophilia
Texas Howler
Texas Howler

Nombre de messages : 247
Age : 53
Localisation : Genève
Date d'inscription : 17/08/2011

http://blues-bibliophilia.eklablog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: bibliographie sur le blues... noir ou blanc

Message par polofrfr le Jeu 18 Aoû 2011 - 5:46

Tous ici, nous aimons le blues, sans lequel 90 % du rock n’auraient jamais existé

Tu le joues, j’en ai jamais eu le courage ni la patience… pour l’un comme pour l’autre

Entre la guitare, les disques, les concerts et les films, ceux qui suivent ce sujet se rejoignent… sur les livres (au moins)

Y a l’anglais, omniprésent, mais nous sommes francophones… et souvent bilingues (enfin... presque ?)

Je vends mon livre depuis 16 ans, tu t’essayes au blog… 7 mois après moi, mais je déteste le virtuel, bien que le ‘net soit aussi fascinant qu’incontournable

…Ce ‘net, de + en + mercantile et frimeur, qui bouffe tout… sauf une poignée d’rêveurs (utopistes ?)

T’as probablement plus 20 ans, j’en ai 64 (... et demi ;-) et pas question d’abandonner ;-)

Mais je suis pas d’accord avec toi : le rock’n’roll (rockabilly) de Presley n’a pas grand-chose à voir avec le blues… même blanc ! Il y a, il restera toujours une frontière entre les 2, il faut être clair, objectif, honnête, sitople ;-) Le blues blanc – appellation que je préfère à blues rock - n’est ni du rock, ni du blues noir, évidemment ! Il est… qq part au milieu, c aussi simple que ça ;-) Sa naissance, en Angleterre au tout début des 60s, s’est faite, en marge de l’explosion pop des fabulous swinging sixties, à partir d’une combinaison de reprises de blues et de folk, + ou – teintés de jazz et de rock’n’roll (Alexis Korner). Pour moi, c John Mayall, mieux que les Yardbirds, qui a su catalyser ces influences et parvenir à le faire décoller, avec Clapton, dans l’album « Beano », mi-66. En termes de ventes de disques, il était très difficile de lutter contre la folie pop-rock autour de la Beatlemania, des Stones et autres Who. Et, même à leur apogée, les plus grands artistes/groupes de blues, noirs comme blancs, sont soit restés derrière/en marge, soit se sont + ou – compromis avec d’autres genres ou courants, avec + ou – de bonheur artistique comme de réussite commerciale. Le blues boom anglais n’a en réalité duré qu’un maximum de 4 ou 5 ans (65-69), pour retomber dans la marge ou partir vers d’autres formes/styles. Qu’on aime la forme ou les couleurs du blues, qu’on y soit (très) sensible, est une chose, mais il faut reconnaître qu’il n’a jamais eu et n’aura jamais les mêmes capacités/richesses mélodiques, instrumentales et rythmiques que le rock. Mais j’admets aussi les limites du rock, avec ses cul-de-sac, revivals, répétitions/tournages en rond et autres débordements en tous genres…

Ta biblio est intéressante, mais incomplète et je me permets qq remarques/suggestions :

1. Dans chaque section, il aurait mieux valu classer les titres par ordre alpha d’auteur, ou alors il faut expliquer/justifier ton critère de classement, mais c toujours une prise de risque sujette à caution… Dieu sait que ma norme de catalogage et ma mise en page sont originales, totalement personnelles, mais le classement alpha par auteur est impératif parce qu’universel, et je n’y ai pas dérogé. Que veut dire l’étoile devant le titre de certains livres ?

2. En français, il te manque qq ouvrages de référence et autres. Bibliorock est plus large que toi, puisque j’inclue les recueils de photos, BD, romans, Hors série de magazines, thèses et mémoires. Ce qui fait que j’ai recensé une petite centaine d’ouvrages généraux sur le seul blues noir (+ les biog’ d’artiste), une liste que je t’enverrais avec plaisir par courriel si ça peut t‘aider, comme celle pour le gospel (10), la country (14). Par contre, tu as cité tous ceux concernant le R’n’B et la soul… sauf 1, excellent, qui suit :

3. JUMP BLUES GT KILLERS, de Phil Dubois, un ancien gt qui doit avoir à peu près mon âge ;-) Tape ça sur google ou directement sur YouTube et tu seras étonné qu’un Frenchy ait pu pondre ça… sans rencontrer le moindre succès ;-( Y me semble que son bouquin papier est épuisé, mais je lui ai acheté son cédérom + son poster (splendide !) et son travail est extrêmement riche et pointu.

J’attends de pied ferme le bouquin de Blampain et, si tu veux ajouter dans ton blog une biblio (anglophone) spécifique sur le blues blanc, tu trouveras la mienne sur la wikipedia francophone (comme anglophone), mise en ligne il y a 2 ans. Sur les 7 titres, y en a bien 1 ou 2 que tu découvriras avec plaisir… j’espère ;-)

Merci pour ton message et ta réponse par mon blog, bon courage pour tout et… bonne chance pour « le reste » ;-)

PS 1 C vraiment exagéré que les 2 bibliog’ sur le blues, de Ford comme de Meadows, soient vendues si cher : comment veux-tu qu’un brave individuel – même mordu – consacre plus de 100 euros pour de tels bouquins, même celui de 1.400 pages (surtout des réf. de milliers d’extraits de périodiques que tu ne trouveras jamais !) Et c encore + ridicule pour celui de Meadows, presque aussi cher avec ses seulement 416 pages ;-( 95 % des acheteurs seront uniquement des biblis ! Je sais parfaitement les milliers d’heures qu’il m’a fallu… en 26 ans, pour aboutir à ma base de données B’rock actuelle, unique en francophonie. Mais je vends mon bouquin 60 euros pour les biblis et 40 pour les particuliers, ce qui est nettement + abordable ! De +, je suis co-auteur (depuis ‘94) d’une biblio anglo-américaine sur le rock, avec un canadien anglophone (hélas perdu de vue depuis 10 ans), parue chez un éditeur aussi prestigieux que Routledge. Tape Brady Leyser sur amazon (inutile de demander en rayon livres !) et notre bouquin apparaîtra en premier résultat (avec mon nom en premier, alors que c lui l’auteur ppal !), au prix de 60 euros en neuf (inchangé depuis 14 ans) et… 7 euros en occase, et il a 300 pages.

PS 2 Dans un premier temps, j’avais décidé de te répondre uniquement par courriel, car je déteste tous ces forums avec les fils à la patte que ça implique ET l’illusion de contact, nettement + frustrante que celle du courriel. J’ai fait ma pub pour mon bouquin sur une cinquantaine (essentiellement de rock), mais j’y retourne très rarement, et sur 1 ou 2 seulement. Tu as lu les résultats 6 mois après sur mon blog ;-( Et les 15 commandes que j’ai eues depuis janvier sont toutes venues de biblis, pas une seule de particulier ! Et pi, allez, je vais quand même mettre l’intégralité de cette réponse sur aupaysdublues… pour une fois ;-)

polofrfr
I've got my guitar
I've got my guitar

Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 25/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: bibliographie sur le blues... noir ou blanc

Message par Old_Debris le Jeu 18 Aoû 2011 - 8:29

polofrfr a écrit:

Je vends mon livre depuis 16 ans, tu t’essayes au blog… 7 mois après moi, mais je déteste le virtuel, bien que le ‘net soit aussi fascinant qu’incontournable

…Ce ‘net, de + en + mercantile et frimeur, qui bouffe tout… sauf une poignée d’rêveurs (utopistes ?)


Ben oui commencez par laisser des liens vers vos blogs, ça ne coute rien.......
avatar
Old_Debris
Oldies but goodies
Oldies but goodies

Nombre de messages : 9942
Localisation : Hte Saone
Date d'inscription : 28/10/2006

http://sentiersdublues.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: bibliographie sur le blues... noir ou blanc

Message par blues bibliophilia le Jeu 18 Aoû 2011 - 12:29

j' ai bien essayé, mais je suis un nouveau... donc je dois attendre la semaine prochaine pour mettre mon lien.
avatar
blues bibliophilia
Texas Howler
Texas Howler

Nombre de messages : 247
Age : 53
Localisation : Genève
Date d'inscription : 17/08/2011

http://blues-bibliophilia.eklablog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: bibliographie sur le blues... noir ou blanc

Message par BAYOU le Jeu 18 Aoû 2011 - 13:08

blues bibliophilia a écrit:j' ai bien essayé, mais je suis un nouveau... donc je dois attendre la semaine prochaine pour mettre mon lien.

Même qu'en tant que nouveau, tu peux passer par la rubrique présentation Very Happy

Au fait oui ici c'est un forum, ce qui est différent d'un espace de pub où on balance un post et puis on ne revient que plusieurs mois plus tard !

_________________
Mon Blog
http://mick.over-blog.com/
avatar
BAYOU
Admin
Admin

Nombre de messages : 4612
Age : 63
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 28/10/2005

http://mick.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: bibliographie sur le blues... noir ou blanc

Message par blues bibliophilia le Jeu 18 Aoû 2011 - 14:51

Polofrfr,
Super ta réponse, Je ne suis pas d’accord avec tout, mais il y a des idées, ça change !

Je tente de te répondre point par point.

1) je n’aime pas trop le net, moi non plus, mais en presque cinquante ans d’existence je n’ai jamais croisé un fondu de blues, des amateurs de jazz, classiques, rock, j’en connais plein, de blues non. Donc ça fait plaisir de lire sur les forum des personnes qui ont la même passion que toi.

2) mon site n’est pas une bibliographie, mais le catalogue de ma bibliothèque de livres, partitions et films autour blues, Même il si il plusieurs centaines de documents, je ne prétends évidemment à aucune exhaustivité. J’essaye fais le site que je n’ai pas trouvé quand je voulais faire progresser ma collection. Je ne compile pas des informations péchées ici et là sur la toile accompagnées des textes de quatrième de couverture pondus par les éditeurs. Les livres dont je parle, je les ai sous les yeux.

3) je n’ai pas fini l’encodage, patience, patience… dans les rubriques à venir « rock et blues », « les photographes du blues », « littérature et blues », « les méthodes de blues », « song book », « litterature musicale », « documentaires vidéos.

4) D’accord sur la créativité du rock (je suis également un amateur de prog rock des 70’s, de Eno, de Krautrock, d’ambient, etc. ). Mais il ne faut pas juger de la créativité du blues sur des musiciens qui en sont toujours à ressasser Hideway, Voodoo chile ou Thrill is gone Il faut prendre la musique afro-américaine, dans sa totalité du ragtime et Gospel à la Deep house et au Rap, passant par les cases Funk, free Jazz, Soul, et tu verras l’extraordinaire créativité de cette musique.

5) je ne crois pas que la distinction entre blues et rock, soit si simple. Il existe une fascination de la musique noire sur les musiciens blancs qui remonte aux Minstrels shows. Dans la country des années 30, il existe déjà des formes de blues blanc, qui déboucherons sur la création du Western Swing et du style Honky tonk, autres ancêtres du Rock n’ Roll et Rockabilly. Inversement il y a des influences des musiques folkloriques européennes et peut-être indiennes sur le blues à ses débuts. D’ou l’importance de bien connaître également les autres musiques nord américaines. Good rocking tonight, That’s all right ma, Reconsider Baby, Hound dog, proviennent du répertoire noir. Donc Je persiste à dire qu’Elvis faisait une sorte de « blues blanc », à ces débuts au moins. Enfin je rappelle qu’il existe également un rock n’ roll noir (Berry, Bo Diddley), très proche du blues. Les Yardbirds, comme les Stones ou le Who, font partie de la première vague du British blues, orientés Chicago blues et Rhythm blues, Mayal, Fleetwood Mac, Free font partie de la deuxième, plus orientées guitare et est à l’origine de ce qu’on appelé le blues rock, mais également du métal.

6) pour les prix des livres de Ford et Meadows, je suis d’accord. Je n’ai pas les moyens moi non plus. J’ai acheté le Ford dans la première édition, qui est soldée par l’éditeur autour des 30 euros, pour l’instant ça me suffit.

7) Pour le livre de Dubois, je connaissais parce qu’il est cité dans un site sur les guitaristes. Par contre où l’acheter ?


avatar
blues bibliophilia
Texas Howler
Texas Howler

Nombre de messages : 247
Age : 53
Localisation : Genève
Date d'inscription : 17/08/2011

http://blues-bibliophilia.eklablog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: bibliographie sur le blues... noir ou blanc

Message par polofrfr le Jeu 18 Aoû 2011 - 17:38

Thanks a looot for this nice... and detailed answer ;-)

Phil Dubois est joignable en écrivant à duboisphilcarole-arobase-orange-point-fr Il habite qq part dans le sud de la France. C'était son adresse en avril 2010 et elle devrait être encore bonne. Nos échanges m'ont montré que c un chic type, connaisseur, passionné et... discret, ce qui ne gâte rien ;-)

Creuser/approfondir les origines du rock est une de mes passions depuis... toujours, et c'est une quête jamais assouvie ;-) d'autant plus longue que je ne suis qu'un simple mélomane, cad sans la moindre connaissance théorique ni pratique de la musique... Plus je lis, plus j'écoute, plus je cherche et... plus j'en r'demande ;-) J'ai ainsi découvert récemment que certains blues étaient joués en ternaire, pas opposition au rock, qui est, le + souvent, joué en binaire. Bien entendu, ce n'est pas aussi simple que ça, surtout que je te rejoins parfaitement sur les interférences et influences réciproques entre musiques noires et blanches, et ce pratiquement depuis que les esclaves noirs ont rencontré les musiques blanches de leurs "patrons", cad pendant 2 siècles avant les prémices du blues.

Il n'empêche qu'il y a bien, à un moment, un glissement puis une séparation entre ce que Wexler a appelé à partir de 1947 le rhythm'n'blues (rock'n'roll noir) et ce qu'on a très vite appelé le rockabilly (rock'n'roll blanc). Et ce sont les étapes de ce "passage", que je cherche à reconstituer, pièce par pièce, comme pour un puzzle. Les éléments du rock'n'roll, essentiellement noirs, existaient bien avant les années 50, on est d'accord, mais c grâce un Blanc que la catalyse s'est faite, que la mayonnaise a enfin réussie, grâce à un enchaînement, une combinaison d'éléments musicaux et vocaux, de personnes, de matos et de circonstances. J'irai jusqu'à dire que, dans l'hypothèse où Presley n'avait pas existé ou n'aurait pas réussi (entre autres grâce à Sam Phillips), c le génial Chuck Berry qui aurait créé le rock'n'roll, qui, pour moi, n'a pas fait grand chose (de marquant) en matière de blues. Et regarde l'évolution du 'countryman' Bill Haley, dont le Rock around the clock a mis un an pour "exploser" et arriver en N°1 du Billboard - seulement en juillet 55 - grâce au film Blackboard Jungle, alors que son Rock the Joint aurait 'normalement' dû y parvenir dès mi-1952 ! Quant à la version de Presley de That's allright mama, elle est moins carrée, moins "brute" (plus polissée, voir édulcorée) que celle d'Arthur Crudup... 8 ans avant ! Et tu auras du mal à me faire admettre que Presley a créé une sorte de blues blanc : il en a pris un ...ooops plusieurs ! et les a mis à sa sauce, pour en faire le rockabilly-rock'n'roll blanc... mieux que Bill Haley, parce que Presley avait la fougue de la jeunesse et... le look, encore un autre élément du puzzle ;-)

Quand on en arrive au blues blanc, c encore + complexe et subtil, paceque je reconnais tout à fait que des musiciens/chanteurs de folk et de country en jouaient déjà, à leur sauce, dès les années 20 ! Mais, là aussi, y a un moment, avec des étapes, où, de musique locale (marginale), il est devenu une musique internationale et universelle. Par contre, j'aime bien ta distinction entre les 2 vagues du British blues, elle est bien vue et claire. Quant à embrasser toutes les musiques noires actuelles, c hors de ma porté et... de mes goûts. Et ya quand même des musiciens, des chanteurs qui ressassent sans arrêt la même chose, comme d'autres qui tentent des fusions et autres mariages trop aventureux, voire antinomiques.

Une autre partie de ma quête consiste à prendre un standard (de blues, de r'n'B ou de r'n'r) ou un trad et de dérouler 10, 20... 100 reprises ou covers, noires comme blanches (et dans les 2 sens) et, bien sûr, dans différentes musiques. L'ensemble du rock enregistré depuis 60 ans est composé d'à peu près (au moins ?) 25 % de reprises : pourquoi en parle-t-on si peu ? Pourquoi les ouvrages sur cette partie (...non négligeable !) du rock n'a pratiquement jamais fait l'objet d'études approfondies ?

1. Comment/ quand peut-on dire d'une cover qu'elle est géniale ou... ratée ? (à part les celles en disco et en variétoche) Comment réussir à trouver et séparer les critères subjectifs (perso) des critères objectifs "mesurables" (tous les éléments musicaux, TOUS) ?

2. Pourquoi la version de Cocker de W/ a littlle help, celle de Black magic woman de Santana ou celles de Patti Smith et des Doors de Gloria sont-elles si "fortes" (réussies) ? Pourquoi les covers de Brel par Bowie sont-elles, pour moi, ratées ? Uniquement parce que sa voix me gêne, me met mal à l'aise, à titre strictement personnel (j'ai jamais aimé sa voix...) ou pour d'autres critères ? Car j'aime bcoup la reprise de "Ces gens-là" et de "À jeun" (ce dernier en blues, au hasard !) par Ange : serait-ce seulement paceque j'aime bien la voix (toute la voix !) de Xian Décamps et la musique de son groupe ?

3. Certains morceaux sont-ils tellement parfaits à leur création, qu'ils ne supporteront jamais la moindre cover, blanche comme noire, dans qq autre genre musical et... pourquoi ?

Qui a vraiment envie de creuser tout ça et, surtout, qui est prêt à y consacrer du temps pour échanger/discuter à plusieurs, sans parti pris ni oeillères, pour essayer de savoir et comprendre la chronologie et l'enchainement de ces processus ? Mais tu nous vois faire ça sur un forum, en virtuel ? Niet !

Sinon, as-tu vu les 7 bouquins en bibliographie du Blues rock, sur les wp, anglophone et francophone ?

Aimer, bien ressentir une musique ou un morceau est une chose, avoir de la doc' est indispensable, savoir la jouer est un plus évident. Mais savoir écrire dessus, de manière correcte et agréable... pour le lecteur, est une autre chose... que j'ai encore beaucoup de mal à réussir, même après plusieurs essais comme pigiste, eh oui ! je suis bcoup + à l'aise en discutant live ;-) Last but not least, il est très difficile de faire abstraction de tes goûts et préférences personnels, cad de rester neutre et honnête tout en disant... la vérité de ce que tu penses et ressens, tu me comprends ? J'ai pas vraiment encvie ni le courage de me lancer à pondre de tels papiers, surtout quand je vois les dizaines (centaines ?) de sites, blogs et autres webzines qui le font déjà... Corriger/compléter/améliorer les articles de wp me prendra déjà les 30 dernières années de ma vie... et ne sera jamais terminé !

Bon courage pour ton blog...

To be... continued, de temps en temps ;-)


PS Savais-tu que l'actualisation du "pavé" d'Assayas est (en principe) pour le printemps prochain ? (disons l'été... au mieux) J'ai relu et corrigé (bénévolement), entre janvier et mars, une cinquantaine de notices (de mon choix), en commençant par la lettre A. Arrivé au milieu des C, j'ai abandonné, surtout pace qu'Assayas a refusé - jusqu'à présent - de me dire s'il prendra en compte mes (petites) corrections... ou non geeeee ! D'façon, j'vais écrire à Laffont pour savoir si la date de publication est maintenue... donc à suivre ;-)

Edit Sergio88 : j'ai modifié l'adresse mail de Mr DUBOIS, afin de lui éviter autant que faire se peut le spam.

polofrfr
I've got my guitar
I've got my guitar

Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 25/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: bibliographie sur le blues... noir ou blanc

Message par Phil cotton color le Ven 19 Aoû 2011 - 13:31

Puisque qu'avec blues bibliophilia, vous avez eu la bonne idée de faire profiter à tout le forum de votre débat très intéressant, je me permets d'intervenir pour apporter mon opinion sur quelques points.

Je voudrais d'abord dire que, contrairement à toi, je pense qu'un forum est l'endroit idéal pour débattre largement d'un sujet complexe, l'écrit permettant un recul et une réflexion que la conversation directe, forcément plus passionnée, a parfois tendance à mettre en retrait. Le forum permet aussi de mettre en relation des gens qui ne peuvent pas forcément se rencontrer facilement, ne serait-ce que pour des problèmes de distance. Je m'étonne aussi que tu puisses considérer ce moyen de communication comme étant "virtuel". Certes, il est moins direct que la conversation "de visu", mais l'écrit a toujours été un puissant moyen de relier les esprits. Nos ancêtres, parfois célèbres, entretenaient des relations épistolaires suivies sans qu'il leur vienne à l'esprit de les qualifier de "virtuelles".

Bien entendu, le forum, forcément plus "lent", a ses limites et ses inconvénients, mais pas plus que la conversation directe qui peut aussi facilement dériver et qui supporte finalement moins bien que l'écrit un nombre important d'intervenants. Evidemment, il est alors important de "savoir écrire", mais pas plus que "savoir parler" dans un débat oral !
polofrfr a écrit:Creuser/approfondir les origines du rock est une de mes passions depuis... toujours, et c'est une quête jamais assouvie ;-) d'autant plus longue que je ne suis qu'un simple mélomane, cad sans la moindre connaissance théorique ni pratique de la musique... Plus je lis, plus j'écoute, plus je cherche et... plus j'en r'demande ;-) J'ai ainsi découvert récemment que certains blues étaient joués en ternaire, pas opposition au rock, qui est, le + souvent, joué en binaire. Bien entendu, ce n'est pas aussi simple que ça, surtout que je te rejoins parfaitement sur les interférences et influences réciproques entre musiques noires et blanches, et ce pratiquement depuis que les esclaves noirs ont rencontré les musiques blanches de leurs "patrons", cad pendant 2 siècles avant les prémices du blues.
Je pense qu'il est quand même un peu embêtant de ne pas avoir de notions musicales quand on essaie de reconstituer l'évolution d'une musique à travers le temps. C'est bien évidemment un tout, pas toujours facile à démêler, mais l'analyse sociologique ne suffit pas.
polofrfr a écrit:Il n'empêche qu'il y a bien, à un moment, un glissement puis une séparation entre ce que Wexler a appelé à partir de 1947 le rhythm'n'blues (rock'n'roll noir) et ce qu'on a très vite appelé le rockabilly (rock'n'roll blanc). Et ce sont les étapes de ce "passage", que je cherche à reconstituer, pièce par pièce, comme pour un puzzle. Les éléments du rock'n'roll, essentiellement noirs, existaient bien avant les années 50, on est d'accord, mais c grâce un Blanc que la catalyse s'est faite, que la mayonnaise a enfin réussie, grâce à un enchaînement, une combinaison d'éléments musicaux et vocaux, de personnes, de matos et de circonstances. J'irai jusqu'à dire que, dans l'hypothèse où Presley n'avait pas existé ou n'aurait pas réussi (entre autres grâce à Sam Phillips), c le génial Chuck Berry qui aurait créé le rock'n'roll, qui, pour moi, n'a pas fait grand chose (de marquant) en matière de blues. Et regarde l'évolution du 'countryman' Bill Haley, dont le Rock around the clock a mis un an pour "exploser" et arriver en N°1 du Billboard - seulement en juillet 55 - grâce au film Blackboard Jungle, alors que son Rock the Joint aurait 'normalement' dû y parvenir dès mi-1952 ! Quant à la version de Presley de That's allright mama, elle est moins carrée, moins "brute" (plus polissée, voir édulcorée) que celle d'Arthur Crudup... 8 ans avant ! Et tu auras du mal à me faire admettre que Presley a créé une sorte de blues blanc : il en a pris un ...ooops plusieurs ! et les a mis à sa sauce, pour en faire le rockabilly-rock'n'roll blanc... mieux que Bill Haley, parce que Presley avait la fougue de la jeunesse et... le look, encore un autre élément du puzzle ;-)
C'est effectivement passionnant d'essayer de reconstituer les chaînons musicaux de cette courte période d'après guerre qui ont conduit au foisonnement observé. Mais j'avoue que ton raisonnement me laisse parfois circonspect, certainement parce qu'il mêle et confond parfois la stricte évolution musicale à la reconnaissance de celle ci. Pour tout dire, j'ai peur qu'en abordant les choses de cette façon, on se "morde rapidement la queue".

Par exemple, j'ai l'impression que l'on confond "l'invention" du rock & roll avec sa reconnaissance par le public blanc, et encore sous la seule forme du rockabilly qui n'est qu'un courant de ce rock & roll. Et dans ce cas, rien d'étonnant à ce que ce soient des blancs qui aient "inventés" le rockabilly puisque, dans ces temps d'apartheid, il était destiné uniquement à un public blanc ! Plus généralement, je crois, et c'est peut être paradoxal, que si l'on veut analyser l'évolution musicale dans sa continuité et sa pleinitude, il faut le plus possible faire abstraction de l'apport des "grandes figures", qui ont certes une importance certaine, mais qui ont tendance à masquer les phénomènes de fond. Soyons réalistes : si Elvis Presley n'avait pas existé, il est fort probable que le Rockabilly aurait quand même été créé par un autre "blanc bec", tout simplement parce que la jeunesse blanche américaine de l'époque était mûre pour ce genre de révolution. Et à l'inverse, a supposer que le rockabilly n'ait jamais vu le jour (ce que donc je ne crois pas...), certainement que des gens comme Eddie Cochran, Gene Vincent ou Buddy Holly seraient des inconnus ou tout du moins n'auraient pas fait la même musique, mais je suis persuadé que Little Richard, pourtant considéré comme un grand du Rock & roll, aurait existé avec la même musique tant elle me semble bien différente de celle de ses homologues blancs. Simplement aurait-elle eu, du moins dans un premier temps, une diffusion plus confidentielle.

polofrfr a écrit:Quand on en arrive au blues blanc, c encore + complexe et subtil, paceque je reconnais tout à fait que des musiciens/chanteurs de folk et de country en jouaient déjà, à leur sauce, dès les années 20 ! Mais, là aussi, y a un moment, avec des étapes, où, de musique locale (marginale), il est devenu une musique internationale et universelle.
Là encore, de quoi parles-tu ? de l'évolution musicale proprement dite avec la création de caractéristiques spécifiques ou de sa reconnaissance par un public de plus en plus large ?
polofrfr a écrit:Par contre, j'aime bien ta distinction entre les 2 vagues du British blues, elle est bien vue et claire. Quant à embrasser toutes les musiques noires actuelles, c hors de ma porté et... de mes goûts. Et ya quand même des musiciens, des chanteurs qui ressassent sans arrêt la même chose, comme d'autres qui tentent des fusions et autres mariages trop aventureux, voire antinomiques.
Pour le coup, je suis assez d'accord avec toi. Le sujet de la création du Rock est déjà assez vaste et compliqué, celui de l'évolution jusqu'à nos jours de la musique noire américaine me paraît une véritable gageure, d'autant plus que ces musiques sont devenues peu à peu universelles !

polofrfr a écrit:Une autre partie de ma quête consiste à prendre un standard (de blues, de r'n'B ou de r'n'r) ou un trad et de dérouler 10, 20... 100 reprises ou covers, noires comme blanches (et dans les 2 sens) et, bien sûr, dans différentes musiques. L'ensemble du rock enregistré depuis 60 ans est composé d'à peu près (au moins ?) 25 % de reprises : pourquoi en parle-t-on si peu ? Pourquoi les ouvrages sur cette partie (...non négligeable !) du rock n'a pratiquement jamais fait l'objet d'études approfondies ?

1. Comment/ quand peut-on dire d'une cover qu'elle est géniale ou... ratée ? (à part les celles en disco et en variétoche) Comment réussir à trouver et séparer les critères subjectifs (perso) des critères objectifs "mesurables" (tous les éléments musicaux, TOUS) ?

2. Pourquoi la version de Cocker de W/ a littlle help, celle de Black magic woman de Santana ou celles de Patti Smith et des Doors de Gloria sont-elles si "fortes" (réussies) ? Pourquoi les covers de Brel par Bowie sont-elles, pour moi, ratées ? Uniquement parce que sa voix me gêne, me met mal à l'aise, à titre strictement personnel (j'ai jamais aimé sa voix...) ou pour d'autres critères ? Car j'aime bcoup la reprise de "Ces gens-là" et de "À jeun" (ce dernier en blues, au hasard !) par Ange : serait-ce seulement paceque j'aime bien la voix (toute la voix !) de Xian Décamps et la musique de son groupe ?

3. Certains morceaux sont-ils tellement parfaits à leur création, qu'ils ne supporteront jamais la moindre cover, blanche comme noire, dans qq autre genre musical et... pourquoi .

Qui a vraiment envie de creuser tout ça et, surtout, qui est prêt à y consacrer du temps pour échanger/discuter à plusieurs, sans parti pris ni oeillères, pour essayer de savoir et comprendre la chronologie et l'enchainement de ces processus ? Mais tu nous vois faire ça sur un forum, en virtuel ? Niet !
Questions en effet très intéressantes à mon goût, mais de nature plus personnelle et subjective. Le forum n'est peut être pas en effet le support le mieux adapté (et encore...)

polofrfr a écrit:Aimer, bien ressentir une musique ou un morceau est une chose, avoir de la doc' est indispensable, savoir la jouer est un plus évident. Mais savoir écrire dessus, de manière correcte et agréable... pour le lecteur, est une autre chose... que j'ai encore beaucoup de mal à réussir, même après plusieurs essais comme pigiste, eh oui ! je suis bcoup + à l'aise en discutant live ;-)
Allez Allez tu n'écris pas mal du tout... Tu pourrais parfaitement supporter le virtuel d'un forum Wink Very Happy
avatar
Phil cotton color
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 4886
Age : 62
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: bibliographie sur le blues... noir ou blanc

Message par sergio88 le Ven 19 Aoû 2011 - 14:41

Je vois que Phil tient à conserver son statut de posteur le plus bavard.

Le duo d'enfer polofrfr / Phil cotton color ! Veuillez prendre une journée de congé pour tout lire.

Ceci dit, c'est très intéressant.

@+

_________________
Play fast. Life is short

http://www.youtube.com/user/sergio88000

=================================

Le véritable mélomane est l'homme qui, entendant une femme chanter dans sa salle de bain, s'approche du trou de la serrure et y colle... l'oreille.
Francis Blanche
avatar
sergio88
Admin
Admin

Nombre de messages : 10831
Age : 54
Localisation : Epinal, enfin tout près.
Date d'inscription : 16/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: bibliographie sur le blues... noir ou blanc

Message par Phil cotton color le Ven 19 Aoû 2011 - 15:41

sergio88 a écrit:Je vois que Phil tient à conserver son statut de posteur le plus bavard.
Ben là j'ai trouvé à qui parler... enfin écrire... Wink
sergio88 a écrit:Le duo d'enfer polofrfr / Phil cotton color ! Veuillez prendre une journée de congé pour tout lire. @+
C'est même un trio avec blues bibliophilia qui n'est pas en reste ! Si finalement polofrfr surmonte son angoisse du virtuel Wink Very Happy , va falloir que Jungle nous réserve quelques centaines de pages...
Bon... je pars demain matin pour une semaine de vacances sans internet (mais pas sans intérêt j'espère...), ça va laisser le temps aux plus courageux de digérer les premiers échanges de ce topic... Twisted Evil Laughing
avatar
Phil cotton color
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 4886
Age : 62
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: bibliographie sur le blues... noir ou blanc

Message par blues bibliophilia le Mer 24 Aoû 2011 - 15:43

bienvenue Phil
Bon je dois répondre aux deux à la fois, dur, dur... (au moins quatre pages A4 à vous deux).

Premièrement, j’ai du mal m’exprimer… J’ai pas dit qu’il fallait prendre en compte toutes la musique afro-américaine pour comprendre le blues-rock ou le blues blanc. C’est juste quand on dit que le Rock est plus créatif que le Blues, on compare un style musical esseulé à un autre qui aggloméré une grande quantité de styles musicaux (Jump blues, Rhythm n’Blues, folk, jazz, musique classique, reggae, etc) et dont le nombre de pratiquants est infiniment plus élevé. Je pense seulement que la musique afro-américaine prise dans son ensemble est tout aussi créative que le rock pris dans son ensemble.

Pour revenir au Rock n’Roll, je pense effectivement que Presley ne faisait pas du blues blanc à proprement parlé. Il faisait une sorte de rhythm and blues «blanc », appelé Rock n’roll. Je rappelle qu’à l’époque Rhythm and blues désignait exclusivement les musiques noires, y compris le blues, c’est l’appellation qui avait succédé à celle (malencontreuse) de « Race records ». Ca n’avait pas de sens de dire qu’un blanc fasse du blues ou du Rhythm n’blues, surtout quand on connaît le niveau de la ségrégation à l’époque… (Herzhaft, dans son encyclopédie, parle l’apparition d’une notion de blues blanc, à la fin des 50’s, mais dans les milieux intellectuels newyorkais) Mais je suis accord avec toi polofrfr la musique de Presley et des autres rock n’roller ne sont pas des reprises essayant de coller à l’original. L’emploi de musicien venant sans doute du country, donne un côté plus poli à la musique. Les voix restent très blanches et n’essayent pas de se « noircirent ». Mais je dirais que la plus grande différence entre Rhythm and Blues et Rock n’Roll est dans la signification « politico-sociale » de chacune de ces musiques, la première est une musique de divertissement et de défoulement d’une communauté opprimée, la seconde exprime un conflit de génération dans la communauté dominante, le rock n’roll incarne la révolte, voir la violence, l’adolescence, la vitesse, etc.. Ce qui n’est pas le cas du « Rhythm n’Blues » noir. Le seul point commun, c’est peut-être la célébration d’une sexualité libérée. (A ce propos, je rappelle aussi que la censure s’exerçait plus violemment sur les textes des musiques blanches que celles noires, évidemment on considérait les noirs comme des bêtes, alors…).
Je suis d’accord avec toi Phil, le Rock n’roll ne serait pas né une décennie plus tôt, il fallait la conjonction de plusieurs éléments, notamment le changement de niveau de vie, le développement des médias, la guerre froide, etc. le Rock n’Roll s’inscrit dans un mouvement qui va de la Beat génération aux manifestations estudiantines de la fin des années soixantes et aux mouvements d’extrème gauche des 70’s. A l’origine le coté jouissif et hédoniste du blues venue de Californie (West Cost Blues, Jump blues, etc.) a pu servir de détonateur subversif dans la société conservatrice et puritaine américaine. Dans ce sens la reprise de ce repertoire est beaucoup plus signifiante que Bowie reprenant Brel (je connais pas, mais rien qu'à l'idée, beurk effectivement, déjà Ange j'aimais pas trop leur reprise)

Pour moi le Rock n’Roll marque tout de même la naissance d’un blues joué par des Blancs, car c’est une musique originale qui puise dans le blues, sans simplement l’agglomérer à répertoire comme le ferait un groupe de bal. Presley reprends Crudup et Mamma Thornton et invente le Rock n’Roll, les groupes anglais du début des sixtie’s reprennent le Chicago Blues et le Rock n’Roll et en font ce que l’on appelle le Rock. Mayal, Clapton, Green, Hendrix, Alvin Lee s’inspirent des trois King et créent le Blues-Rock et son dérivé le Hard Rock. C’est le même schéma qui se reproduit. Si on reste au niveau de la reprise, on est pas créatif, tous ces musiciens ont créé des musiques différentes que celles qu'il admirait au départ. Le « blues rock » doit être vu maintenant, à mon avis, comme une division du Rock, qui met en avant la guitare, les structures en douze mesure et l’emploi des gammes pentatoniques. C’est vague je sais… mais entre « Brown Sugar » des Stones, « Since Ive been Lovin you » de Led Zep ou « Oh Well » de Fleetwood Mac, qui fait du rock et qui fait du blues-rock ?
Quant au terme « blues blanc » j’ai beaucoup de réserve à ce sujet, ce n’est pas en tout cas un synonyme de « blues rock », les premiers enregistrements de « blues blancs » remontent au début des années soixante et sont le fait de musiciens issus du Folk Revival (Dave van Ronk, le premier disque ou les « Minesota tapes »de Dylan, etc.). Aujourd’hui la majorité des musiciens de blues et leur publiques sont blancs, jaunes, bruns, rouges etc. paraît même qu’il y aurait quelques Noirs …
Le blues aujourd’hui n’étant plus l’expression d’un ghetto est devenu une musique universelle comme le Jazz ou le Rock, et comme ces musiques, elle se métisse . A titre personnel, je suis fatigué du blues rock que je trouve répétitif et dans une impasse créative, avec ces guitaristes qui passent leur temps à imiter Hendrix mort il y quarante. D'ailleurs, les meilleurs disques sont les plus anciens )"le beano", les hendrix, les premiers Fleetwood mac et Led Zep, etc.).

Alors c'est qui le plus bavard ? Very Happy
avatar
blues bibliophilia
Texas Howler
Texas Howler

Nombre de messages : 247
Age : 53
Localisation : Genève
Date d'inscription : 17/08/2011

http://blues-bibliophilia.eklablog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: bibliographie sur le blues... noir ou blanc

Message par BAYOU le Mer 24 Aoû 2011 - 16:45

Pas mal de choses à dire sur le sujet même si comme je le dis souvent, cela ne sert pas à grand-chose de se poser de telles questions existentielles, e ten plus j'ai pas vraiment envie de me lancer dans de longues disgressions.

Il faudrait déjà définir la notion de blues rock.
Qui aujourd’hui est représentatif de ce courant ?

Par ailleurs, le british blues n’est que l’expression anglaise d’un courant qui puise ses racines aux USA, un musicien comme Mike Blomfield dès 1964 joue avec le Paul Butterfield Blues Band dont plusieurs membres sont derrière Dylan en juillet 1964 pour son passage à Newport bien connu et qui est un évènement fondateur pour la musique américaine jusqu’à nos jours.

Le récent bouquin de François DUCRAY «Bob Dylan, le country rock et autres Amériques» même avec ses manques, explique bien les passerelles nées de cet évènement et le nombre incroyable de sous-genres qui en a découlé (du country-rock, à l’acid-rock, à l’américana…) qui chacun dans sa catégorie ont des références au blues.

Pour en revenir à l’impasse créative du blues rock, comme je le souligne plus haut tout dépend de qui et de quoi on parle.
Des musiciens comme Bonamassa n’apportent rien de nouveau, par contre Derek Trucks revitalise le genre en le transcendant.
Après est ce du blues rock ?
Finalement, ce n’est peut être pas le vrai problème.
Je me souviens qu’aux USA, les publics, dans les festivals, ont une approche beaucoup moins encyclopédique de la musique, la priorité est cela me plait/cela me déplait, si c’est bon je regarde, sinon je vais boire une bière et je passe à autre chose, alors qu’en France on commence par théoriser (et sur ce post nous en avons des preuves vivantes), couper les cheveux en quatre…étant précisé que c’est votre droit le plus strict.
Enfin, je me dis souvent qu’un musicien comme Bonga par exemple, de son Angola (enfin il vit à Lisbonne) est plus dans une forme de blues que pas mal de musiciens reconnus comme «bluesmen»

Pour finir sur Jimi Hendrix, il est à mon sens réducteur de le considérer comme un bluesman, disons que le blues a été une de ses influences, mais loin d’être la seule.

_________________
Mon Blog
http://mick.over-blog.com/
avatar
BAYOU
Admin
Admin

Nombre de messages : 4612
Age : 63
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 28/10/2005

http://mick.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: bibliographie sur le blues... noir ou blanc

Message par Old_Debris le Mer 24 Aoû 2011 - 17:39

blues bibliophilia a écrit:

Alors c'est qui le plus bavard ? Very Happy
.

C'est pas moi. Evil or Very Mad

Simplement il y a une espèce de logique dans tout ça, on chante pour ne pas oublier son pays, puis pour se donner du cœur à l'ouvrage, puis comme maintenant on sait bien et qu'on a assimilé ce qui traine autour on chante pour faire la fête, on rentre dans les salles avec plein d'instrument, on commence à coucher tout ça sur le papier, on enregistre, puis vient la fée électricité les voisins commencent à trouver ça pas mal, essaie de le copier, mais n'ont pas la même culture alors c'est pas pareil, puis le monde s'industrialise, tout va plus vite, même la musique.......etc. etc.etc.
avatar
Old_Debris
Oldies but goodies
Oldies but goodies

Nombre de messages : 9942
Localisation : Hte Saone
Date d'inscription : 28/10/2006

http://sentiersdublues.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: bibliographie sur le blues... noir ou blanc

Message par blues bibliophilia le Mer 24 Aoû 2011 - 18:29

On se pose des questions existentielles, quand des gens rangent des mecs comme Walter Trout ou Bonamassa comme Bluesmen. Je suis guitariste, mais moi ces orgies de guitare, ca me gonfle, comme dans les années 70, Alvin Lee (un super guitariste quand il joue Jazzy) ou Leslie West. Allez le meilleur guitariste de blues blanc : David Gilmour ?
Hendrix disait de lui-même quelques choses du style "je ne fais que jouer le blues". Cela dit je suis vraiment d'accord avec toi. Hendrix est l'un des grands de l'histoire du rock, comme compositeur et parolier aussi. Ce qui me tue, c'est quand quarante après on ne retient de lui seulement qu'il jouait avec les dents et avec une montagne de Marshall derrière lui. Ses épigones n'ont fait que le parodier.

Dereck Truck, c'est bien, il est assez original pour qu'on le reconnaisse quand il joue derrière d'autres musiciens. Il a vraiment un bon son. Sa femme S. Tedeschi sort des albums sympas aussi. Ahh le rock sudiste... j'aime- Allez, je le dis ! mon groupe de rock préféré : Lynyrd Skynyrd (j'ai honte, on dit qu'ils étaient racistes dans leurs chansons...mais comme disait à leur propos le regretté Alain Dister, les paroles on s'en tape)

Je vais de ce pas m'acheter le livre de François Ducray dont je ne connaissais pas l'existence (François Ducray, il écrivait pas dans Rock & Folk dans le temps ?)
avatar
blues bibliophilia
Texas Howler
Texas Howler

Nombre de messages : 247
Age : 53
Localisation : Genève
Date d'inscription : 17/08/2011

http://blues-bibliophilia.eklablog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: bibliographie sur le blues... noir ou blanc

Message par BAYOU le Mer 24 Aoû 2011 - 19:24

Ducray écrivait en effet dans Rock and Folk quand ce mag parlait de musique.

LYNYRD SKYNYRD a eu en effet une superbe période, avant le crash mais maintenant c'est une pâle copie alors que Medlocke est quand même un bon guitariste (cf Blackfoot) et Rossington en live est un fantôme
Pour moi Trout ou Bonamassa ne sont pas des bluesmen à la limite c'est de la bonne musique pour les radios américaines.

Gilmour est un fabuleux guitariste, mais mis à part quelques participations, son jeu est assez loin du blues même si l'origine de Pink Floyd vient des prénoms de bluesmen on connait l'histoire.

Je me suis empaillé sur ce forum avec des fans d'Alvin LEE (voir le sujet)
Pour Leslie West, certes il a joué bourrin mais il a aussi sorti quelques morceaux où il démontre qu'il sait faire autre chose.

Et je confirme que les paroles des chansons de Skynyrd sont très racistes et les musiciens de bons américains du sud républicains tendance tea party

_________________
Mon Blog
http://mick.over-blog.com/
avatar
BAYOU
Admin
Admin

Nombre de messages : 4612
Age : 63
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 28/10/2005

http://mick.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: bibliographie sur le blues... noir ou blanc

Message par Invité le Jeu 25 Aoû 2011 - 0:30

sergio88 a écrit:Je vois que Phil tient à conserver son statut de posteur le plus bavard.

Le duo d'enfer polofrfr / Phil cotton color ! Veuillez prendre une journée de congé pour tout lire.

Ceci dit, c'est très intéressant.

@+
mdr c'est clair! et encore, prévoir plutôt un week Laughing

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

... jusqu'à plus soif ? ;)

Message par polofrfr le Jeu 25 Aoû 2011 - 16:27

Well... ça fait pas mal de possibilités de discussion/échanges en termes de sujets/thèmes et de niveaux/degrés :

1. Du côté musicien (vu par un non m., je sais ;-)
2. Le niveau/envie de recherche : le simple auditeur vs. le mélomane fondu/pointu (j’allais dire « ouf » ;-)
3. Analyse / comparaison des musiques
4. Évolution avec l’âge... de chacun
5. Consensus ?

1. Un musicien ne cherche pas forcément (pas souvent) la même chose qu’un non musicien. Le besoin de s’exprimer par la musique, par la création, peut le mener loin… s’il a qq chose à dire et… l’envie de le dire. De même que son inspiration/ses motivations peuvent évoluer comme… se tarir ;

2. Un non musicien peut être un simple amateur, sans vouloir se poser trop de questions, mais aussi un mélomane pointu/exigeant… curieux, ayant envie de creuser/comparer très TRÈS loin, quitte à ne jamais être rassasié ;-) Avec à la fois des critères objectifs et d’autres + ou – subjectifs (y en a, c certain !), voire... strictement personnels. C sûr qu’arrivé à un certains niveau de « creusement », un non musicien sentira - souffrira de- son manque de connaissance/ pratique musicale, mais son ressenti est aussi irremplaçable qu’il peut, lui aussi, évoluer dans le temps ;-) Et, parmi ceux qui ont les 2 casquettes, certains sont même capables de séparer les 2 !?

3. Du côté des comparaisons entre les musiques, genres/courants, styles (et sous- !), le problème des classifications/appellations - et donc des différences/frontières - ne date pas d’aujourd’hui et évolue sans cesse, entre les pays et les époques. De même qu’on est très vite amené à tenir compte de différents éléments et critères (contexte social… et musical, progrès technique et matos, inter-influences blancs/noirs inéluctables, showbiz etc).

4. En +, le musicien comme le non m. n’approchent pas ces musiques de la même façon, selon qu’il a 25 ans ou… 40 de plus. Dans mon cas, la « maladie » augmente avec l’âge ;-)

5. Au final, on peut passer des heures (des années !) à discuter (pinailler ? ergoter ?) et se rejoindre… en partie, comme camper sur ses positions… J’avoue avoir souri (et apprécié) de lire que certains Blacks en viennent à se tourner vers le blues blanc, faute de « renouveau » dans le blues noir ;-) Tiens, juste un p’tit sujet (parmi tant d’autres, comme celui des covers) : le rock (au sens large) est-il mort et se contente-t-il de se répéter ? Si c non, des exemples sont bienvenus. Et si c oui, depuis quand ?

Tout ça pour dire que j’ai des doutes sur l’utilité (pertinence) de continuer sur un forum, sorry… D’un autre côté, je m’évertue, depuis 3 ans, à contribuer sur wikipedia, en un travail infini de fourmi laborieuse : à défaut de débats live, passer le relai en transmettant mes (maigres) connaissances – surtout pas mes goûts… - sur une (utopique) encyclopédie… « virtuelle » ?

Have a nice day ;-)

PS 2 pépites en matière de blues blanc :
1 La version de Stormy Monday par Lee Michaels (1969) : je tremble chaque fois que j’écoute ce B3
2 Tram 12 blues, du Beau lac de Bâle (1981), autant pour l’humour que pour l’interprétation instrumentale et vocale

Tiens, à propos du BLB, j’en suis arrivé à me créer, y a 20 ans pile, une C100 « 30 ans de blues francophone, 1958-89 » qui ‘marche’ tjrs, mais oui ! Allez, v’la la liste des 24 morceaux :

Face 1 :
1. Le blouse du dentiste (Vian/Salvador), par Henri Salvador (58)
2. Peur de rien blues, de/par Jean-Jacques Goldman (89, live)
3. Je reprends la route demain, de/par Antoine (66)
4. Les blues de cajun , de/par les Frères Balfa (75)
5. Polochon blues (Claude Engel/Gotainer), par Gotainer (77)
6. C’est dur, de/par Bill Deraime (80)
7. Neuilly blues, de/par Gilbert Laffaille (79)
8. Qué-can-blues, de/par Robert Charlebois (74, live)
9. Joueurs de blues, de/par Michel Jonasz (81)
10. Les pauvres, de/par Plume Latraverse (78)
11. Barjoland, de/par Paul Personne (84)
12. Backstage pour une star (Mimi Bastille), par Guesch Patti (88)
Face 2 :
1. Tram 12 blues (John Cipolata), par Le beau lac de Bâle (81, live… en studio)
2. Banlieue boogie blues, de/par jacques Higelin (78)
3. Le blues de la Porte d’Orléans, de/par Renaud (77)
4. Stetson blues (Chritian Marquilly), par Stocks (82, live)
5. Rice Miller, de/par Jean- Jacques Milteau (74)
6. Le blues de l’océan (Laurent Chavreul), par Jean-François Guierre (84)
7. La musique que j’aime (J. Hallyday/Philippe Mallory), par Johnny Hallyday (73)
8. Muddy Waters, de/par Patrick Verbeke (84)
9. Dommage, de/par Graeme Allwright 66)
10. À jeun (Jacques Brel), par Ange (82)
11. Le boogie du bagout (A. Massart/Maurane), par Maurane (88)
12. Sarbacane, de/par Francis Cabrel (89)

Comment j’ai choisi les morceaux et le montage ? Uniquement au feeling, comme depuis… plus d’50 ans ;-)

Any comment ?

http://bibliorock.canalblog.com

polofrfr
I've got my guitar
I've got my guitar

Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 25/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: bibliographie sur le blues... noir ou blanc

Message par Invité le Jeu 25 Aoû 2011 - 23:15


SALUT POLO
il t'arrive de dire salut de temps en temps! ou t'as pas le temps!??dis donc polo tu n'as pas mal au doigts a force de tapoté tes big messages??? Razz

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: bibliographie sur le blues... noir ou blanc

Message par BAYOU le Ven 26 Aoû 2011 - 8:59

Laulie a écrit:
SALUT POLO
il t'arrive de dire salut de temps en temps! ou t'as pas le temps!??dis donc polo tu n'as pas mal au doigts a force de tapoté tes big messages??? Razz

Intéressant et passionnant ta contribution au débat !

_________________
Mon Blog
http://mick.over-blog.com/
avatar
BAYOU
Admin
Admin

Nombre de messages : 4612
Age : 63
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 28/10/2005

http://mick.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: bibliographie sur le blues... noir ou blanc

Message par Flovia le Ven 26 Aoû 2011 - 10:43

A la défense de Laulie, j'éprouve un peu de mal à suivre le cheminement de pensée de Polofrfr sur son dernier post.... Pis, je ne sais pas mais ce 'débat' me donne plutôt l'impression d'un dialogue à huis clos...
Tentez d'y prendre part, les deux principaux protagonistes vous répondent-ils vraiment?
Je crois plutôt qu'ils poursuivent chacun leur idée sans vraiment tenir compte des interventions externes, comme entre 'pro' du sujet, non?
D'ailleurs, quel est le véritable but poursuivi en venant poster ici Question (j'ai bien une petite idée, mais bon, il y a des courtoisies élémentaires auxquelles, personnellement, je ne saurais déroger)
Mille excuses, mais ça me paraît presque limpide, d'autant plus après ce genre de réflexion :

polofrfr a écrit:

Tout ça pour dire que j’ai des doutes sur l’utilité (pertinence) de continuer sur un forum, sorry… D’un autre côté, je m’évertue, depuis 3 ans, à contribuer sur wikipedia, en un travail infini de fourmi laborieuse : à défaut de débats live, passer le relai en transmettant mes (maigres) connaissances – surtout pas mes goûts… - sur une (utopique) encyclopédie… « virtuelle » ?
Have a nice day ;-)
...

Quoiqu'il en soit, il y a néanmoins un ou deux points que j'aimerais relever, notamment:

blues bibliophilia a écrit:Mais je dirais que la plus grande différence entre Rhythm and Blues et Rock n’Roll est dans la signification « politico-sociale » de chacune de ces musiques, la première est une musique de divertissement et de défoulement d’une communauté opprimée, la seconde exprime un conflit de génération dans la communauté dominante, le rock n’roll incarne la révolte, voir la violence, l’adolescence, la vitesse, etc.. Ce qui n’est pas le cas du « Rhythm n’Blues » noir.

C'est un peu vite oublier le 'Black Power', et les incidences qu'ont eu tous ces mouvements sur la musique noire américaines, non?

En élargissant le cas de figure à la soul, juste un exemple, celui de ce titre de James Brown (d'ailleurs cité par Bas-Rabérin, une commune lecture de jeunesse, si je me souviens bien...):

James Brown – ’Say It Loud ( I'm Black and I'm Proud )

"Uh, with your bad self
Say it louder (I got a mouth)
Say it louder (I got a mouth)

Look a'here, some people say we got a lot of malice
Some say it's a lotta nerve
I say we won't quit moving
Til we get what we deserve
We've been buked and we've been scourned
We've been treated bad, talked about
As just as sure as you're born
But just as sure as it take
Two eyes to make a pair, huh
Brother, we can't quit until we get our share

Say it loud,
I'm black and I'm proud
Say it loud,
I'm black and I'm proud, one more time
Say it loud,
I'm black and I'm proud, huh

I've worked on jobs with my feet and my hands
But all the work I did was for the other man
And now we demands a chance
To do things for ourselves
we tired of beating our heads against the wall
And working for someone else

Say it loud,
I'm black and I'm proud
Say it loud,
I'm black and I'm proud
Say it loud,
I'm black and I'm proud
Say it loud,
I'm black and I'm proud, oowee

Ooowee, you're killing me
Alright uh, you're out of sight
Alright, so tough, you're tough enough
Ooowee uh, you're killing me, oow

Say it loud,
I'm black and I'm proud
Say it louder,
I'm black and I'm proud

Now we demand a chance to do things for ourselves
We tired of beating our heads against the wall
And working for someone else
A look a'here,
One thing more I got to say right here
Now, we're people like the birds and the bees
We rather die on our feet,
Than keep living on our knees

Say it loud,
I'm black and I'm proud, hu ..."


…Tiens, Bas-Rabérin citait également Johnny Shines:

Johnny Shines – ’Black Panther’
http://www.deezer.com/fr/music/track/860922

Alors, un brin ironique, peut-être, mais les paroles sont aussi significatives.
Eh oui, pas faciles pour les anciens d’admettre que dès lors, le rôle de la femme noire ne se cantonnerait plus à s’activer tant aux fourneaux qu’à éducation de leur progéniture… Pis, ils sont un brin macho, nos chers bluesmen, hein? Laughing

D’un point de vue général, il me semble que si à cette époque la nouvelle génération black s’est détournée si radicalement du blues, c’est justement parce qu’un vent de révolte se levait, et qu’avec lui, une nouvelle motivation émergeait, pas tant celle d’oublier ses racines et toute la sombre période qui s’y rattachait, mais plutôt de laisser ce douloureux bât derrière elle, de relever la tête, de s’amuser certes, mais également de faire front et revendiquer ses droits légitimes.


blues bibliophilia a écrit:les premiers enregistrements de « blues blancs » remontent au début des années soixante et sont le fait de musiciens issus du Folk Revival (Dave van Ronk, le premier disque ou les « Minesota tapes »de Dylan, etc.).

De ce côté-ci de l’atlantique, tu omets Korner (enregistrement blues dès 1957), et aussi Davy Graham qui dès 1959, fut qq part lui aussi un pionnier en matière de folk-blues.
Et dans l’autre sens, american side, John Fahey fut aussi très impliqué dans cette quête du blues primitif (premier enregistrement dès 1958), peut-être même avant Van Ronk…

Wink
avatar
Flovia
The voice of Bluesland
The voice of Bluesland

Nombre de messages : 6638
Age : 60
Localisation : Bourgogne sud
Date d'inscription : 19/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: bibliographie sur le blues... noir ou blanc

Message par Old_Debris le Ven 26 Aoû 2011 - 11:30

Ouais ben moi je pense qu'avec le revival du blues dans les 60's bien des bluesmen noirs se sont tourné vers le blues blancs, je ne sais pas si c'est faute de manque de renouveau dans leur façon de jouer le Blues, mais sans doute parce que celui rapportait plus de public donc + de monnaie.
Pis la liste de 30 ans de blues francophone. Rolling Eyes
Moi aussi je donnerais raison à Laulie, beaucoup de texte alors qu'il suffirait de lire un peu les sujets existants du forum, tout ces thèmes ont été abordés et ne demande qu'a refaire surface.
avatar
Old_Debris
Oldies but goodies
Oldies but goodies

Nombre de messages : 9942
Localisation : Hte Saone
Date d'inscription : 28/10/2006

http://sentiersdublues.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: bibliographie sur le blues... noir ou blanc

Message par Invité le Ven 26 Aoû 2011 - 12:11

BAYOU a écrit:
Laulie a écrit:
SALUT POLO
il t'arrive de dire salut de temps en temps! ou t'as pas le temps!??dis donc polo tu n'as pas mal au doigts a force de tapoté tes big messages??? Razz

Intéressant et passionnant ta contribution au débat !
Salut Sergio
perso! je n'en es rien a faire que tu puisse pensé que ma contribution sur ce sujet ou un autre soit un rien débile!je passe au dessus! comme d'hab!
Flo a tout compris!merci d'ailleurs flo
quand a la démarche moulin a paroles euh non!! protagonistes! ma langue a fourché!SORRY j'ai 'impression de lire un récit! et non une discussion!
sur ce bonne journée a toutes et tous! eh polo ça bouillonne jamais son ton capot??
geek ça c'est pour sergio Laughing Very Happy

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum