Gil Scott-Heron

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Gil Scott-Heron

Message par Mrs Pitiful le Lun 8 Fév 2010 - 17:35

Gil Scott-Heron revient.
Je n'ai pas trouvé beaucoup de chroniques.

Gil Scott-Heron - I’m New Here
Article de type Chronique publié dans le genre Rap US le 08/02/2010 par Jean-Pierre Simard

Après seize ans de silence, une addiction aux drogues durs, des violences conjugales et un séjour aux frais consécutifs (aux bons soins de l’administration Bush), l’un des principaux poètes noirs américains et père fondateur du rapréapparaît enfin avec un aussi sobre que bouleversant : I’m New Here.

Celui qui, avec les Last Poets, fut le premier à donner un autre son au talking blues, en le transformant en rap en 1969, délivre cette fois un album tout en nuances. Là, il offre aussi bien des touches électro avec Me & the Devil, que des morceaux qui fonctionnent uniquement avec une voix et des claquements de mains sur New York is Killing Me, qu’un sobre duo voix-guitare sur le morceau-titre. L’important est que le principal propagateur de la cause noire des 30 dernières années sorte enfin du cercle vicieux des addictions qu’il avait si bien chanté et dénoncé, une par une, au fil de ses albums des années 70 d’Angel Dust à The Bottle, sur l’alcoolisme des ghettos, à la pseudo prise de conscience politique de The Revolution Will Not Be Televised (qui reste de circonstance) en passant par les classiques de la musique noire John Coltrane & Lady Day ou même le premier hymne anti-apartheid Johannesburg (1975).

Toujours sur le front de la dénonciation, il avait commencé, après avoir écrit son premier roman à 19 ans Le Vautour (Poche Seuil), à stigmatiser les médias blancs sur Whitey On The Moon en 1970, qui ne parlait pas de l’homme sur la lune, mais de l’acculturation des populations noires soumises à la mainmise des médias blancs ou, sous l’ère Reagan avec B-Movie, d’une Amérique en recul qui se cherchait dans le passé, même proche et préférait élire un héros de western d’un passé supposé heureux pour fantasmer à sa guise pendant que les déshérités se voyaient coupés des aides des administrations précédentes Winter In America…

Si on ne le connaît pas, on se dit aussitôt que ça va être barbant et pontifiant. Que nenni, c’est juste oublier que l’homme à la voix de basse qui aurait pu se contenter d’aligner des tubes anodins et y faire fortune, a le groove dans la peau et que ses compositions empruntent autant au funk qu’à la soul ou au jazz quand tout son art a consisté à faire groover le verbe. De retour en forme, assagi à l’aube de la soixantaine, si sa voix a perdu en puissance, elle a gagné en clarté et en douceur. Un bonheur qui tourne autour de l’étonnement d’avoir traversé, en vie, les cinquante dernières années en temps qu’homme noir aux USA. Aussi beau que glaçant. Grand disque.

Bon RapUS c'est un torchon aussi, faut voir.

Sinon l'autre avis que j'ai c'est "télémoutsique" qui met *** sur quatre.

Le bizare "Me and Devil"
avatar
Mrs Pitiful
Delta King
Delta King

Nombre de messages : 454
Date d'inscription : 12/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gil Scott-Heron

Message par Ayler le Lun 8 Fév 2010 - 17:47

avatar
Ayler
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 1284
Localisation : South Saturn Delta
Date d'inscription : 22/05/2006

http://www.facebook.com/SugarSweet44

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gil Scott-Heron

Message par Mrs Pitiful le Lun 8 Fév 2010 - 18:04

C'est justement les albums que j'ai Razz
Et que j'ai écoutés 1000X (sauf que le blabla je ne comprend pas bien Crying or Very sad merci le pote qui était à coté de moi au cours d'anglais!)
Une de mes voix préférées en plus, tous styles confondus.

Mais je n'avais pas suivi le JSH moderne. Du coup je suis surprise par le single. Mais très curieuse pour le disque.

Tu l'as écouté?
avatar
Mrs Pitiful
Delta King
Delta King

Nombre de messages : 454
Date d'inscription : 12/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gil Scott-Heron

Message par Invité le Lun 8 Fév 2010 - 18:40

Intéressant, en effet. J'aime beaucoup ce type à la voix "engagée" et au groove si particulier.
Il n'a pas fait grand chose depuis 1993, hélas, à part se camer et plusieurs séjours en prison...
Juste une apparition sur l'album "Blue Third" de Milteau (1993), une reprise de "Home is where the hatred is" pas si mal, et une autre en 1992 sur un album de Blackalicious que je ne connais pas.

Faut voir ce qu'il reste de son groove et de sa poésie...
Question

PS : JSH ? Connais pas. D'ailleurs pour info, Gil se prononce "guil" en anglais

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Gil Scott-Heron

Message par Mrs Pitiful le Lun 8 Fév 2010 - 19:24

a oui hihi
Guil???? Hé bé! Et dire que pendant toutes ces années j'ai dit "gilles scott-heron"
Maintenant ne venez pas me dire qu'il faut prononcer heron comme l'animal!! Suspect
avatar
Mrs Pitiful
Delta King
Delta King

Nombre de messages : 454
Date d'inscription : 12/05/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Gil Scott-Heron

Message par Invité le Lun 8 Fév 2010 - 21:04

Non non, son nom se prononce bien presque comme "héroïne", n'est-ce pas...
Rolling Eyes

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Gil Scott-Heron

Message par Ayler le Mar 9 Fév 2010 - 5:37

Mrs Pitiful a écrit:Tu l'as écouté?
Non. Ce que j'avais écouté de plus récent ne m'avait pas plus plu que ça. Mais je vais jeter une oreille à l'occasion.
avatar
Ayler
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 1284
Localisation : South Saturn Delta
Date d'inscription : 22/05/2006

http://www.facebook.com/SugarSweet44

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum