Le blues, les textes et la poésie

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le blues, les textes et la poésie

Message par sami le Jeu 10 Déc 2009 - 4:30

Note de Jungleland : Nouveau sujet créé à partir d'une discussion sur les textes et la poésie du blues qui avait débuté dans le topic de Lightnin' Hopkins




Oui... D'abord, il y a les seconds degres. Dust my broom, il ne s'agit pas d'epousseter un balai, a proprement parler, n'est ce pas.
Et puis, au-dela des allusions, erotiques, et autres multitude d'argot qui nous passe au-dessus de la tete, il est vrai que les textes de blues sont d'une grande simplicite. Il decrivent une vie, une vie necessairement simple (en apparence, mais si compliquee au niveau de la galere). Un peu d'amour, d'alcool, de sexe, la route, la tristesse, le desespoir, parfois un bohneur fugitif, l'ironie des choses, la mort, etc... C'est ca leur vie, et pas autre chose.

Et qui a dit que la simplicite extreme serait denuee de poesie, de profondeur ?... C'est le contexte, le style, l'emotion sucitee, etc... qui font que telle chose est chargee d'emotion et de poesie, et une autre non, serait-elle d'une complexite profonde... (suis-je clair ? Laughing )

Imaginons un blues ou on nous parlerait emphatiquement de profontitude, de concepts hautement abscons, d'images a rendre Rimbaud fou de jalousie...

Ca ne serait pas le blues. Ca serait ridicule et inutilement pretentieux. Ca serait faux (Hendrix dans la deuxieme partie de Voodoo Chile (un peu aussi dans Slight return) s'y essaye, mais le contexte psychedelique de l'epoque rend la tentative heureuse). Or le blues (pas les bluesmen, qui etaient souvent de secres numeros...), le blues, en tant que tel, c'est la verite nue, primaire. Mais aussi une poesie qu'il faut savoir ressentir, au-dela de l'apparente simplicite des textes.

Il faut l'imaginer, ce carrefour hors du temps, ce crossroad ou arrive un mec, couvert de poussiere, seul, avec sa guitare, rien autour, juste un "rising sun going down" (eh oui !), desolation, solitude... Et ce mec est tellement epuise, tellement fatigue, par la vie, fatigue de tout, qu'il en tombe sur ses genoux, et il demande alors a Dieu de lui accorder sa misericiorde...

Oui, le sexe est decrit de maniere grivoise, primitive, humoristique meme... Oh que cela nous change des rapports hyper tordus genre qui se grattent le nombril a l'infini, que cela nous change de l'erotisme tellement alambique, intellectualise a outrance, nos nevroses et autres folies des epoques dites modernes... La pornographie erigee en systeme abrutissant et vulgairement democratisee, l'amour devenue pure marchandise...

Les textes de blues parlent juste d'une femme, d'un mec, de leur rencontre, de leurs petits problemes (necessairement petits), on tire un coup, on aime un peu, et on se casse pour aller voir ailleurs...

Ca nous repose des lamentations tortueuses et pseudo complexes genre couples-dans-le-cinema français-actuel, ou bien des rapports erotico-pathetiques dans les emissions de teleralite tres regardees par ailleurs (les exemples de la faillite de """l'amour""" dans nos societes actuelles sont nomreux)...

Surtout, comme le fait remarquer Jungle, il faut se mefier des traductions. Elles ne doivent avoir qu'un interet intellectuel. La veritable poesie du blues est INNHERENTE a la musicalite specifique de l'anglais.
avatar
sami
Old School Vigilante
Old School Vigilante

Nombre de messages : 505
Localisation : La Reunion
Date d'inscription : 29/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le blues, les textes et la poésie

Message par Devil's Slide le Jeu 10 Déc 2009 - 13:21

Qu'est ce que tu causes bien Sami ! Ceci dit, en plus d'être fort bien tourné, c'est superbement vrai.
avatar
Devil's Slide
Calembour ... bon
Calembour ... bon

Nombre de messages : 5284
Age : 58
Localisation : In the Deep South
Date d'inscription : 06/11/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le blues, les textes et la poésie

Message par sami le Jeu 10 Déc 2009 - 17:37

Merci pour le compliment. Je ne sais pas si ce que je dis est vrai (et qu'est ce que la verite...), mais en tout cas c'est juste ma sincere opinion...
avatar
sami
Old School Vigilante
Old School Vigilante

Nombre de messages : 505
Localisation : La Reunion
Date d'inscription : 29/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le blues, les textes et la poésie

Message par Old_Debris le Jeu 10 Déc 2009 - 17:47

En tout cas, je suis bien content de te retrouver Sami, c'est vrai que c'est un plaisir de lire toutes ces choses qu'on pense, mais que par dilettantisme on ne dit pas.
avatar
Old_Debris
Oldies but goodies
Oldies but goodies

Nombre de messages : 9942
Localisation : Hte Saone
Date d'inscription : 28/10/2006

http://sentiersdublues.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le blues, les textes et la poésie

Message par sami le Jeu 10 Déc 2009 - 17:52

Old_Debris a écrit:En tout cas, je suis bien content de te retrouver Sami

et tu sais a quel point c'est reciproque...
avatar
sami
Old School Vigilante
Old School Vigilante

Nombre de messages : 505
Localisation : La Reunion
Date d'inscription : 29/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le blues, les textes et la poésie

Message par WillieBrown le Jeu 10 Déc 2009 - 20:40

Je trouve ça très cool aussi. Je l'ai dit au téléphone à ma chérie, elle m'a dit qu'elle était d'accord, surtout avec l'idée de la musicalité inhérente à l'anglais.
avatar
WillieBrown
Mannish Boy
Mannish Boy

Nombre de messages : 37
Date d'inscription : 05/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le blues, les textes et la poésie

Message par Phil cotton color le Jeu 10 Déc 2009 - 23:08

Bon Sami, je vais encore faire le coupeur de blue notes en quatre (même le bend de BB King n'y arrive pas ! Smile ), mais je ne suis pas tout à fait d'accord avec certaines parties de ton exposé vibrant et brillant sur les textes de Blues. Enfin, "pas d'accord", c'est beaucoup dire puisque je souscris à l'essentiel de tes dires. Il y a juste quelques petis trucs qui me chagrinent :

Le Blues serait "la vérité nue, primaire". Ok sur le côté simple et direct des paroles. Maintenant "la vérité", c'est moins sûr. Je veux dire par là que les paroles des Blues représentent avant tout le parti pris de l'interprète qui s'implique totalement dans ce qu'il dit (le "je" est presque toujours de mise dans le Blues) parfois avec un peu d'humour, voire de mauvaise foi et même, malgré ce que tu dis, de l'emphase. Il cherche a faire approuver "sa" vérité par son public, lequel se retrouve d'autant plus facilement dans ce qu'il entend qu'il est de la même communauté, possède les mêmes codes, et vit la même vie. C'est effectivement en cela qu'un Blues maniant un langage châtié et des concepts compliqués ne serait plus exactement le Blues tel qu'on l'aime, c'est à dire musique issu de la communauté noire-américaine populaire. Mais je peux très bien imaginer d'autres musiciens de part le monde s'exprimant dans l'idiome du Blues et dans leur langue pour leur public avec un style d'écriture et des considérations tout autres, faisant donc LEUR Blues, sans que l'on puisse dire par ailleurs que c'est à proprement parler DU Blues

Concernant l'amour, c'est vrai que le sexe est très présent dans le Blues et de façon très décoincée. Cependant, les textes de Blues ne parlent pas "juste d'une femme, d'un mec, de leur rencontre, de leurs petits problèmes, on tire un coup, on aime un peu et on se casse...". Beaucoup de Blues parlent également de l'amour en tant que sentiment et souvent avec emphase, rejoignant en cela toutes les autres formes artistiques. Quoi de plus simple, poignant et romantique que le "I love my baby, my baby don't love me" de Robert Johnson dans "Kindhearted woman" ?

Enfin, j'avoue que je suis toujours un peu circonspect quand on parle de la poésie dans le Blues. Non pas parce qu'elle n'existerait pas, même si on peut considérer qu'elle est naïve (ce n'est pas péjoratif). Certains artistes (je citerai de nouveau Robert Johnson) ont composé des textes magnifiques peuplés d'images poétiques admirables de simplicité et de fulgurances, mais ce n'est pas la majorité. De plus, cette dimension poétique n'a jamais été ni assumée ni revendiquée par les bluesmen eux mêmes. Un poète écrit un poème dans le but de faire de la poésie, ce n'est pas souvent le cas d'un parolier de chansons (voir les réticences de Brassens quand on lui lancait du "poète" à tout bout de champ), et encore moins des bluesmen qui se contentent le plus souvent de raconter simplement des petites histoires le plus directement possible sans autre ambition que d'être immédiatement compréhensibles de leur public. Je sais que M. Jourdain faisait de la prose sans le savoir mais quand même ! Je ne placerai pas la poésie parmi les composantes essentielles du Blues et ce n'est pas une question de simplicité ou pas. Alors on peut bien sûr parler de poésie au sens large du terme comme on dirait de quelqu'un que "c'est tout un poème", mais pour moi, l'aspect poétique du Blues, même s'il est parfois réel, ne me paraît ni un objectif ni une conséquence incontournable du genre. Quant aux traductions qui ne rendraient pas justice au côté poésie du Blues à cause de la musicalité spécifique de l'anglais, peut être... Il est vrai que la poésie et la littérature en général s'apprécient mieux "dans le texte" si on a de bonnes connaissances des langues étrangères. Mais dans ce cas, aucun poète ou écrivain anglophone traduit en français ne trouverait grâce à nos yeux et oreilles, ce qui n'est pas le cas...
avatar
Phil cotton color
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 4928
Age : 63
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le blues, les textes et la poésie

Message par sami le Ven 11 Déc 2009 - 11:09

Tes remarques sont tres pertinentes. Je m'en va essayer de preciser tout de meme ma pensee, pour etre plus clair...
Lorsque je parle de verite et de blues, il ne s'agit pas de la veracite de ce que racontent les lascars de la route (j'ai bien precise que tres souvent, ce sont de sacres numeros !)... Il s'agit de la verite emotionnelle de leur art. Le Blues ne supporte pas l'artificiel. Instantanement, quelqu'un qui n'est pas vrai dans sa "bluesitude" (1000 pardons ! Laughing ), ca se voit illico presto. Voix trop forcee, confinant a l'imitation vulgaire, academisme de la musique, accent approximatif (et ca concerne aussi les anglo saxons : un mec qui parle avec l'accent d'Oxford, eh bien, les poules auront des dents avant qu'il n'approche la "veracite blues" de la diction d'un Lightnin Hopkins : ce dernier n'a pas simplement un accent texan, il a un accent "blues", inne, estampille VRAI...), etc... (tu remarques que je ne parle pas des texes). La verite n'est pas dans les propos, dans les textes, mais dans l'emotion, dans leur vecu profond, dans la relation entre leur musique et leur vie de chien, leurs souffrances dues a l'esclavagisme ou tout au moins, a la violente segregation qui a suivi. Ce qui est verite, ce sont leurs emotions et celles qu'ils transmettent, etc...

Mais bien sur qu'il y a de l'amour dans le blues ! Encore heureux. C'est juste que le sexe, l'amour, retrouvent dans le blues une fraicheur qui nous manque cruellement actuellement. Dans le blues, la simplicite des sentiments est une maniere d'aller droit au but, a l'essentiel (l'essentiel de l'amour), au lieu de se tortiller lamentablement et inutilement...

Quant a la poesie, bien sur que Brassens fait de la poesie. Peu importe qu'il le nie. C'est a chacun d'en decider. La poesie du blues, elle est dans les textes, plus ou moins... On peut en discuter...
PAr contre, la poesie dont je te parle moi, n'est pas tant celle dans la structure textuelle et litteraire du blues, mais la poesie plus generale du blues en lui meme. Un monde nostalgique, chaleureux, qui nous reconcilie avec l'humanite, dans toute la splendeur de sa simplicite... Le monde du blues... Des hommes et des femmes simples, profonds, oh.. pas intellos pour 2 sous, mais un tel lien avec leur environnement, le soleil qui se couche, se leve, la poussiere de la route, de l'amour tout le temps, la mort, du reve, de l'evasion, loin d'un monde souvent cruel... Et ce lamento, qui vient de si loin, de la Mere Afrique... Voila la poesie qui suinte du blues, comme elle peut suinter d'un beau vieux mur recouvert de mousse, au detour d'un chemin campagnard de la Frane profonde... LA poesie est partout, pour qui sait la ressentir. Elle n'est pas que dans la structure savante des mots... Elle est dans l'emotion qu'elle exprime..
etc etc etc ...... Laughing
avatar
sami
Old School Vigilante
Old School Vigilante

Nombre de messages : 505
Localisation : La Reunion
Date d'inscription : 29/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le blues, les textes et la poésie

Message par sergio88 le Ven 11 Déc 2009 - 12:28

sami a écrit:Oui, le sexe est decrit de maniere grivoise, primitive, humoristique meme... Oh que cela nous change des rapports hyper tordus genre qui se grattent le nombril a l'infini, que cela nous change de l'erotisme tellement alambique, intellectualise a outrance, nos nevroses et autres folies des epoques dites modernes... La pornographie erigee en systeme abrutissant et vulgairement democratisee, l'amour devenue pure marchandise...

Les textes de blues parlent juste d'une femme, d'un mec, de leur rencontre, de leurs petits problemes (necessairement petits), on tire un coup, on aime un peu, et on se casse pour aller voir ailleurs...

Du coup je me dis que ma grand-mère étaient une sacrée blueswoman, elle chantait des trucs du genre le ramoneur qui doit s'en aller entretenir la cheminée de la p'tite dame... C'était en allemand, mais dans le même esprit.


...les emissions de teleralite...
(les exemples de la faillite de """l'amour""" dans nos societes actuelles sont nomreux)...

T'as perdu des touches dans le déménagement Sami ? Laughing
J'aime toujours autant lire tes écrits Sami. Wink

@+

_________________
Play fast. Life is short

http://www.youtube.com/user/sergio88000

=================================

Le véritable mélomane est l'homme qui, entendant une femme chanter dans sa salle de bain, s'approche du trou de la serrure et y colle... l'oreille.
Francis Blanche
avatar
sergio88
Admin
Admin

Nombre de messages : 10868
Age : 54
Localisation : Epinal, enfin tout près.
Date d'inscription : 16/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le blues, les textes et la poésie

Message par sami le Ven 11 Déc 2009 - 15:45

Laughing

Salut Sergio !

J'ai renverse du cafe sur mon clavier, et ca colle et ca coince de partout, malgre le nettoyage ! Et comme je n'ai pas relu ...
avatar
sami
Old School Vigilante
Old School Vigilante

Nombre de messages : 505
Localisation : La Reunion
Date d'inscription : 29/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le blues, les textes et la poésie

Message par Phil cotton color le Ven 11 Déc 2009 - 16:47

sami a écrit:Lorsque je parle de verite et de blues, il ne s'agit pas de la veracite de ce que racontent les lascars de la route (j'ai bien precise que tres souvent, ce sont de sacres numeros !)... Il s'agit de la verite emotionnelle de leur art.
Ok d'accord avec toi, mais pourquoi le Blues serait-il plus représentif de cette vérité ? Tous les arts aspirent et conduisent à une certaine vérité émotionnelle, quelle que soit la sophistication des sentiments décrits et des techniques employées. Après ce n'est qu'une affaire de ressenti personnel, mais aussi de connaissances et d'initiation. Par exemple je n'ai jamais cru, comme je l'entends souvent venant d'amateurs de Blues, que le Jazz est "intello", alors que le Blues serait "primaire" aux oreilles des amateurs de jazz. De même, la musique classique peut parfaitement plaire à n'importe qui et représenter, tout comme le Blues, une certaine vérité émotionnelle. Et dans tous les arts, comme dans le Blues, l'artiste qui n'atteint pas cette vérité émotionnelle ne touche pas vraiment son public. Il est vrai que la simplicité et le dépouillement du Blues en font un cas un peu à part et constituent à la fois un avantage et un inconvénient pour atteindre l'objectif : l'émotion passe sans doute plus directement, mais il est tellement difficile de rendre la sobriété intéressante !
Je pourrais également argumenter sur le fait que l'art ne peut se réduire à l'émotion, mais le débat nous amènerait bien trop loin Rolling Eyes
sami a écrit:Mais bien sur qu'il y a de l'amour dans le blues ! Encore heureux. C'est juste que le sexe, l'amour, retrouvent dans le blues une fraicheur qui nous manque cruellement actuellement. Dans le blues, la simplicite des sentiments est une maniere d'aller droit au but, a l'essentiel (l'essentiel de l'amour), au lieu de se tortiller lamentablement et inutilement...
Effectivement, il y a beaucoup de simplicité et de fraicheur dans l'amour et le sexe décrits par le Blues, et bien sûr que j'apprécie cette façon de voir les choses. Mais là pour le coup ça ne reflète malheureusement pas beaucoup la réalité No . Je dirais même que c'est peut être le côté le plus "poétique" du Blues Laughing
sami a écrit:PAr contre, la poesie dont je te parle moi, n'est pas tant celle dans la structure textuelle et litteraire du blues, mais la poesie plus generale du blues en lui meme... LA poesie est partout, pour qui sait la ressentir. Elle n'est pas que dans la structure savante des mots... Elle est dans l'emotion qu'elle exprime..
etc etc etc ...... Laughing
Bien d'accord que l'on peut trouver des éclairs de poésie partout, comme également de la beauté ou... du Blues ! On peut même dire que certaines personnes ont des vies "poétiques" etc... Je ne trouve absolument pas iconoclaste de penser comme cela. Mais à prendre toujours les termes au sens large, on va finir par trouver que tout est dans tout !
Personnellement ce qui me gène le plus, c'est qu'une des caractéristiques première de la poésie est de présenter une image décalée, voire parfois onirique, de la réalité. Or c'est tout le contraire de la majorité des Blues qui parlent du quotidien le plus directement et le plus "low down" possible.
Et franchement, même si j'essaie de mettre de côté "la structure savante des mots" et de considérer comme toi que c'est principalement l'ensemble du Blues et son contexte qui sont poétiques, je ne vois pas bien où se situe la poésie dans le fait d'avoir été esclave, de subir la ségrégation, de vivre dans un monde violent et de crever la dalle.
avatar
Phil cotton color
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 4928
Age : 63
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le blues, les textes et la poésie

Message par Old_Debris le Ven 11 Déc 2009 - 18:48

Ben si justement, la poésie sert à se sortir de ce contexte, regarde le dormeur du val c'est plutôt violent comme truc. Et puis j'ai lu aussi que certain bluesmen (parfois quasi inculte) attachaient une grande importance la rime et s'agit pas non plus d'aligner des mots, faut leur donner un sens et que ça colle avec la musique.
On peut retrouver cette poésie jusque dans la musique blues.
avatar
Old_Debris
Oldies but goodies
Oldies but goodies

Nombre de messages : 9942
Localisation : Hte Saone
Date d'inscription : 28/10/2006

http://sentiersdublues.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le blues, les textes et la poésie

Message par Phil cotton color le Ven 11 Déc 2009 - 21:41

Old_Debris a écrit:Ben si justement, la poésie sert à se sortir de ce contexte, regarde le dormeur du val c'est plutôt violent comme truc. Et puis j'ai lu aussi que certain bluesmen (parfois quasi inculte) attachaient une grande importance la rime et s'agit pas non plus d'aligner des mots, faut leur donner un sens et que ça colle avec la musique.
On peut retrouver cette poésie jusque dans la musique blues.
Bien sûr OD que la poésie peut s'appliquer à tous les contextes, même les plus sordides, et d'une certaine façon aider à en sortir. Ton exemple du "dormeur du val" est symptomatique de la poésie qui décale la réalité (la mort) en la transformant en une image la suggérant (le sommeil). On peut d'ailleurs retrouver ce type d'image dans certains Blues (par exemple "Strange fruits" de Billy Holliday, si on peut considérer que c'est un Blues...).
Mais la question n'était pas là. Je répondais à sami qui considére que même si les paroles des Blues ne sont pas forcément poétiques, c'est le Blues lui-même qui l'est. Or le Blues et son contexte ne me paraissent pas spécialement poétiques, mais au contraire très terre à terre. Ce qui n'empêche pas certains Bluesmen d'avoir un sens de la poésie aigüe. Mais ça ne me paraît pas la majorité, et la poésie ne me semble pas une composante majeure et essentielle du Blues.
avatar
Phil cotton color
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 4928
Age : 63
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le blues, les textes et la poésie

Message par sami le Sam 12 Déc 2009 - 4:32

La discussion est passionnnante !
Il est 7h30 ici, et on doit partir pour une randonnee... Or donc, je repondrai plus longuement ce soir...
Le sujet est suffisamment important pour meriter un topic a lui seul (Blues et poesie, blues et textes...), pour ne pas trop detourner celui-ci, consacre tout de meme a l'un des plus grands du Blues, Sam Lightning...
A ce soir donc les mecs !
avatar
sami
Old School Vigilante
Old School Vigilante

Nombre de messages : 505
Localisation : La Reunion
Date d'inscription : 29/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le blues, les textes et la poésie

Message par T.Jiel le Sam 12 Déc 2009 - 8:19

J'avais pas vu, ici. Y avait un trou dans le sac et hop ça s'échappe par là... De Lihtnin' Hopkins on en arrive à un échange endiablé sur la poésie dans le Blues ...

A propos de poésie : C'est comme "l'art" en général. Avant la Renaissance, il n'y avait pas d'artistes, pas d'art pas de poésie (je fais court). Après on a inventé les artistes, l'art et la poésie. Du coup on s'est retrouvé avec tout en double mais avec des sens différents.
Je veux dire, pour la poésie par exemple, y a la poésie institutionnalisée en dehors de quoi la poésie n'existe pas, et il y a l'autre, celle de l'origine, qui la contient et en rit. Car la poésie est rieuse de nature.
Pour m'essayer à une définition, je dirais que la poésie (mais ça vaut pour l'art en général) permet de voir qque chose qui est derrière l'écran, sous la ligne, au fond du sac, et que l'oeil ne perçoit pas de prime abord mais qui fait réellement partie du paysage. Dès qu'il y a de la vie, y a de la poésie (attention c'est réservé qu'aux ceussent qui rêvent!), c'est pourquoi le plus analphabète et le moins académique peut faire de la poésie ou la comprendre, et qu'il ne s'en est pas privé avant qu'on invente .... l'Académie de la Poésie.
avatar
T.Jiel
ça marche pô chez moi
ça marche pô chez moi

Nombre de messages : 3255
Age : 62
Localisation : Le Mans
Date d'inscription : 26/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le blues, les textes et la poésie

Message par Invité le Sam 12 Déc 2009 - 11:59

poï poï poï !!!!
On est dans les hautes sphères de la poésie ici.
Bon c'est pas trop mon truc mais c'est intéressant.

T.Jiel a écrit:
Pour m'essayer à une définition, je dirais que la poésie (mais ça vaut pour l'art en général) permet de voir qque chose qui est derrière l'écran, sous la ligne, au fond du sac, et que l'oeil ne perçoit pas de prime abord mais qui fait réellement partie du paysage.

La définition de T.Jiel m'as fait penser à un truc.
Il y à des années j'avais noté sur mon meuble de cuisine une phrase entendu je ne sais où et qui m'as bien plu,
Je vous la donne telle quelle:

" L'éblouissement du banal nous cache souvent des merveilles et c'est quand l'éclipse est totale que l'on voit la couronne du soleil."

Au delà de la référence astronomique, qui est exacte, je l'ai vu en direct lors de l'éclipse du 11 Août 1999 en France,
ça peut s'appliquer à la vie en général...

Je ne sais pas si c'est de la poésie, mais je l'aime bien cette phrase. Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le blues, les textes et la poésie

Message par sami le Sam 12 Déc 2009 - 14:58

Le blues n'est certainement pas plus porteur de poesie que d'autres formes d'expressions. N'oublions pas le postulat de depart : l'apparente simplicite, si ce n'est le simplisme, des textes de blues. Partant de la, le blues, avec une extraordinaire economie de moyens, distille une immense masse emotionnelle. Il se permet meme le luxe d'influencer d'une maniere determinante, tout ce qui va venir apres lui, le rock n roll, le rythm n blues, le hard rock.... On retrouve la pentatonique, dans le moindre solo de guitare du fin fond d'une quelconque varietoche serbo-croate, etc etc... Meme le jazz (allez, admettons le...) avec son immense bagage technique, avec sa richesse qui le fait concurencer l'ultime expression musicale du patrimoine universel, j'ai nomme ce qu'on appelle la musique classique (europeenne), meme le jazz donc, tout sentiment de superiorite avale, ne cessera de s'inspirer du cousin pauvre, cette musique des gueux, des traînes savates, des voyous de bouges mal fames... Le jazz va produire une immense litterature savante. On va ecrire des kilometres de laius pour expliciter tel ou tel phrase de Coltrane, ou telle intention harmonique de Monk, de Tatum, ou de Parker... Mais ca sera toujours le jazz qui ira s'abreuver chez le blues, et jamais, ou quasiment jamais le contraire.

Bref...

La simplicite des textes du blues, est en parfaite adequation avec sa simplicite technique. On peut discuter longuement de la technique diabolique de Robert Johnson, on reste, avouons-le, a des annees lumieres de la technique necessaire pour interpreter correctement du Django Reinhardt, ou du Mac Laughlin, pour rester dans le Jazz.

Pourquoi parler de tout cela ?

Pour dire que si le blues n'est pas la seule forme qui peut generer de l'emotion, de la poesie (heureusement !), il est difficile de trouver une expression artistique de structure aussi "simple", soutenant des textes qui font meme rire une fois traduits, et qui pourtant en VERITE, est a ce point capable de generer tant d'influences, tant d'emotions, tant d'energie...

Bon, apres, tout le reste est subjectif. On peut tres honorablement considerer le blues comme une musique de vagabonds noirs, superficielle, pauvre, et sans interet.
Ca, c'est une opinion. Parfaitement honorable et recevable.
Le Blues a influence profondemment l'ensemble de la musique populaire contemporaine, Jazz y compris.
De mon point de vue, CA, c'est un FAIT.

Encore une fois, je me repete, car la est le miracle du blues : ce qui est etonnant, c'est la simplicite d'un cote, le denuement... et de l'autre cote, la masse emotionnelle immense, que genere cette musique, textes y compris.

Juste une remarque sur la poesie. Elle n'est pas uniquement d'ordre onirique. Et cela importe peu. La poesie a mes yeux, c'est ce qui genere en nous, une emotion chaleureuse, genereuse, nostalgique, cette vague impression qui nous fait croire, malgre l'horreur de ce monde si presente, que peut etre, ce monde peut aussi etre beau, beau a vivre, passionnant a vivre.

Je reviens a mon vieux mur recouvert de mousse, au fin fond du Morvan. Il est reel. Il n'est pas un reve. Il est un lien, avec notre environnement, il est l'expression d'une beaute, d'une profondeur des choses... Il me parle de mon humanite, de mon histoire d'Humain... Et pourtant il est palpable, ce mur, present, et bien reel... LA poesie resulte de mon interpretation et de ma perception de ce mur. Et non du reve d'un mur...

Alors le blues qui parle du quotidien, de la part frustre de la vie...
Le blues parle d'un monde qui est passe, fini, termine... Maintenant, la technique est partout dans nos vie. Omni-presente. Sous 1000 formes. Tout passe au travers du filtre de la technique. L'information, l'amour, la musique, les voyages... Tout.
Lorsque j'ecoute du blues, soudain, autour de moi, la technique disparait, a tout point de vue. Aussi bien l'I Pod, que le MAc, Internet, les choses et les etres marchandises, etc... Tout disparait, et le blues, GRACE A SA FORMIDABLE CAPACITE D'EVOCATION (il n'est pas le seul j'en conviens, et chacun voit midi a sa porte), le blues soudain, me fait voir et ressentir un autre monde. Au-dela de leurs douleurs, de leurs joies, de leur peines, les blues men, par quelques notes magiques, par une complainte inimitable, par une attitude, par leurs textes tellement simples, genereux, humains, ces blues men donc me font ressentir peut etre la sensation d'un paradis perdu, d'un monde autre, d'une vie differente. On atteint l'Universel, au dela des petites histoires du fin dond du Delta...
Une vie ou les Hommes sont simples, une vie ou le monde semble valable d'etre vecu, une vie plus vraie, plus semblable a ce dont nous revons de vivre en tant qu'humains libres et fraternels, et non en tant que parts de cerveaux que TF1 vend a Coca Cola...

Tel est la poesie du blues, telle est l'emotion qu'il reveille en moi.
avatar
sami
Old School Vigilante
Old School Vigilante

Nombre de messages : 505
Localisation : La Reunion
Date d'inscription : 29/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le blues, les textes et la poésie

Message par Phil cotton color le Sam 12 Déc 2009 - 18:43

Sami, je partage à 100 % ton ressenti envers le Blues, et c'est bien là l'essentiel que de "profiter" d'une expression artistique qui est, c'est une évidence, très importante dans ta vie comme elle l'est dans la mienne et dans celle de beaucoup des forumistes de Bluesland.
Après c'est une histoire de définitions. Après tout peu importe que tu vois beaucoup de poésie dans le Blues et moi un peu moins si notre ressenti pour cette musique et ce qu'elle nous apporte est finalement comparable.

Mais si l'on veut discutailler, ma conviction personnelle, suite à de nombreuses discussions et réflexions sur le sujet, me conduirait plutôt à penser que la poésie (l'art en général) est avant tout une "invention" humaine et que de ce fait ne doit être considéré que comme la rencontre entre l'intention et la volonté de l'artiste et le ressenti de celui qui la reçoit. Bien entendu, l'émotion artistique peut se ressentir partout et de façon parfois involontaire. La nature, par exemple, peut engendrer de magnifiques oeuvres, mais que je ne qualifierai pas "d'art".
Ton exemple du mur moussu est parfait. Ce mur est ce qu'il est et ne cherche nullement à évoquer quoi que ce soit à personne et, en l'occurence, le seul poète de l'histoire, c'est toi ! ça me rappelle les oeuvres d'artistes comme Marcel Duchamp (par exemple, la fameuse "roue de bicyclette") qui posent le problème de savoir ce qu'est l'art, si il peut se trouver sans la "patte", la technique et l'intention humaine.

Enfin, tout cela est finalement peu important.
avatar
Phil cotton color
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 4928
Age : 63
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le blues, les textes et la poésie

Message par sami le Dim 13 Déc 2009 - 6:00

Je te suis parfaitement. Rien a rajouter.

Pour la petite histoire, l'art, selon donc ma definition personnelle, c'est notre part de divin au summum (faudrait-il encore croire en "quelque chose") qui s'exprime, en un acte de pure creativite. C'est une des 2 ou 3 petites choses qui nous distinguent definitivement de tous les autres animaux.

Vaste debat en effet !...
avatar
sami
Old School Vigilante
Old School Vigilante

Nombre de messages : 505
Localisation : La Reunion
Date d'inscription : 29/05/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le blues, les textes et la poésie

Message par Phil cotton color le Dim 13 Déc 2009 - 17:13

T.Jiel a écrit:A propos de poésie : C'est comme "l'art" en général. Avant la Renaissance, il n'y avait pas d'artistes, pas d'art pas de poésie (je fais court). Après on a inventé les artistes, l'art et la poésie. Du coup on s'est retrouvé avec tout en double mais avec des sens différents.
Je veux dire, pour la poésie par exemple, y a la poésie institutionnalisée en dehors de quoi la poésie n'existe pas, et il y a l'autre, celle de l'origine, qui la contient et en rit. Car la poésie est rieuse de nature.
Hum... Que voilà une vision bien manichéenne des choses... Ainsi donc, jadis il y avait un art et une poésie libres qui vivaient leurs vies en dehors de toutes contraintes, et soudain il furent définis, encadrés, "encartés" même, développant en réaction une cohorte de rebelles qui, eux, pratiquent le vrai art et la vraie poésie ?...

Je ne suis pas un spécialiste de l'histoire de l'art et je te fais confiance pour dater de la renaissance ce carnage, mais je ne suis pas vraiment d'accord sur les conséquences de cette institutionnalisation. Je crois qu'elle a seulement officialisé des critères certes certainement contestables (surtout en matière d'art) mais qui existaient déjà auparavant. De plus, l'histoire de l'art de tous les temps connus étant jalonné de contestations et de "révolutions", je ne crois vraiment pas que cette institutionnalisation ait empêché son évolution, les rebelles d'une époque étant eux mêmes sacralisés et institutionnalisés l'époque suivante !

Et puis, de tous temps, et bien avant avant la renaissance, il y a eu des courants, voire des modes (encore que ce mot ne peut pas avoir exactement le même sens que maintenant), des artistes en cour et d'autres méprisés. Et, je pense même intuitivement que dans les grottes de Lascaux, ce sont des artistes reconnus par la communauté, et selon des critères précis, qui ont peint ces magnifiques fresques et que n'importe qui n'avait pas le droit de faire son petit gribouillage sur les parois. Mais bon, peut être me trompè-je...
avatar
Phil cotton color
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 4928
Age : 63
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le blues, les textes et la poésie

Message par JackOfHearts le Mar 12 Juin 2012 - 14:12

Je viens de lire vos écrits, et je souhaite vous remercier, c'est tout bonnement passionnant !

Je m'aventure que depuis peu (autour d'un an) dans le blues, et je suis bien partie pour devenir sérieusement dépendante.

Pour dire sans prétention mon avis personnel concernant la poésie dans le blues.
Le concept que j'ai de la poésie, est large, et en même temps restreint.
Pour moi est poésie tout ce qui exprime de façon sincère des émotions et des sentiments, et par là, émeut.

De cette façon, oui, le blues est poétique.
J'écoute Son House se donner intégralement dans son Death Letter, à en être épuisé, j'entend sa respiration saccadée, je sens qu'il y met tout ce qu'il est capable d'y mettre, que ça lui tient à coeur. Et moi j'ai les larmes aux yeux, oui, je me sens touchée.
La poésie, ne réside pas uniquement dans les textes, elle ressort parfois uniquement d'une interprétation. Ce qui est souvent le cas dans le blues.

Mais j'ajouterais aussi que ce n'est pas parce qu'un texte semble simplet et quotidien, qu'il n'est pas poétique.
La poésie ressort très souvent de la simplicité.

Ca reste mon avis, tout dépend bien sûr de la définition que l'on donne au terme de poésie.

avatar
JackOfHearts
Mannish Boy
Mannish Boy

Nombre de messages : 15
Age : 24
Localisation : banlieue parisienne
Date d'inscription : 18/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le blues, les textes et la poésie

Message par miraldo le Mar 12 Juin 2012 - 15:46

JackOfHearts a écrit:Je viens de lire vos écrits, et je souhaite vous remercier, c'est tout bonnement passionnant !

Je m'aventure que depuis peu (autour d'un an) dans le blues, et je suis bien partie pour devenir sérieusement dépendante.

Pour dire sans prétention mon avis personnel concernant la poésie dans le blues.
Le concept que j'ai de la poésie, est large, et en même temps restreint.
Pour moi est poésie tout ce qui exprime de façon sincère des émotions et des sentiments, et par là, émeut.

De cette façon, oui, le blues est poétique.
J'écoute Son House se donner intégralement dans son Death Letter, à en être épuisé, j'entend sa respiration saccadée, je sens qu'il y met tout ce qu'il est capable d'y mettre, que ça lui tient à coeur. Et moi j'ai les larmes aux yeux, oui, je me sens touchée.
La poésie, ne réside pas uniquement dans les textes, elle ressort parfois uniquement d'une interprétation. Ce qui est souvent le cas dans le blues.

Mais j'ajouterais aussi que ce n'est pas parce qu'un texte semble simplet et quotidien, qu'il n'est pas poétique.

La poésie ressort très souvent de la simplicité.

Ca reste mon avis, tout dépend bien sûr de la définition que l'on donne au terme de poésie.


je partage le meme point de vue, mais tu l'exprime beaucoup mieu que je ne saurais le faire.

pour la phrase en gras, j'ai toujours pensé que la poésie était partout, dans les magnifique coucher de soleil qu'on voit en ce moment par exemple. donc les texte simple du quotidien peuvent évidement etre poétique.
avatar
miraldo
Fever In The Bayou
Fever In The Bayou

Nombre de messages : 686
Date d'inscription : 17/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le blues, les textes et la poésie

Message par JackOfHearts le Mar 12 Juin 2012 - 19:41

miraldo a écrit:
JackOfHearts a écrit:Je viens de lire vos écrits, et je souhaite vous remercier, c'est tout bonnement passionnant !

Je m'aventure que depuis peu (autour d'un an) dans le blues, et je suis bien partie pour devenir sérieusement dépendante.

Pour dire sans prétention mon avis personnel concernant la poésie dans le blues.
Le concept que j'ai de la poésie, est large, et en même temps restreint.
Pour moi est poésie tout ce qui exprime de façon sincère des émotions et des sentiments, et par là, émeut.

De cette façon, oui, le blues est poétique.
J'écoute Son House se donner intégralement dans son Death Letter, à en être épuisé, j'entend sa respiration saccadée, je sens qu'il y met tout ce qu'il est capable d'y mettre, que ça lui tient à coeur. Et moi j'ai les larmes aux yeux, oui, je me sens touchée.
La poésie, ne réside pas uniquement dans les textes, elle ressort parfois uniquement d'une interprétation. Ce qui est souvent le cas dans le blues.

Mais j'ajouterais aussi que ce n'est pas parce qu'un texte semble simplet et quotidien, qu'il n'est pas poétique.

La poésie ressort très souvent de la simplicité.

Ca reste mon avis, tout dépend bien sûr de la définition que l'on donne au terme de poésie.


je partage le meme point de vue, mais tu l'exprime beaucoup mieu que je ne saurais le faire.

pour la phrase en gras, j'ai toujours pensé que la poésie était partout, dans les magnifique coucher de soleil qu'on voit en ce moment par exemple. donc les texte simple du quotidien peuvent évidement etre poétique.

Heureuse que tu te retrouves dans mes dires.

Au vu de ta signature (qui est fantastique d'ailleurs..) serais-tu toi aussi un grand amateur de Dylan? On va donc bien s'entendre Wink
avatar
JackOfHearts
Mannish Boy
Mannish Boy

Nombre de messages : 15
Age : 24
Localisation : banlieue parisienne
Date d'inscription : 18/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le blues, les textes et la poésie

Message par Rob' Moan le Mer 13 Juin 2012 - 11:33

Bonjour à vous tous Wink

Aimant et écrivant beaucoup de poésie, aimant et écoutant beaucoup de Blues, je ne pouvais que répondre. Je m'excuse de suite du pavé que je risque d'écrire. Mais je voulais donner mon point de vue Neutral
Comme je dit souvent: " Il y a autant de poésies que de poètes. "
C'est pourquoi je prendrais, et désolé de cet ethnocentrisme, spécifiquement celle française.

Je trouve que dans la forme et dans le fond la poésie et le blues est historiquement très proche.
On peut considérer notre héritage poétique, à l'aube de la littérature française, datant du Moyen-age. Les premiers chanson de gestes (1050-1150), comme celle de Roland, ont été écrite en langue populaire et étaient chantées par des trouvères, des troubadours itinérant. Une forme musicale simple, un langage simple. Un instrument, une voix. Cela ne vous rappelle rien? Wink
Les sujet, s'il n'était pas épique, traités...de l'amour, de la femme, ses problèmes et de la nature.
Si par la suite les choses ont changées la base, elle, reste la même.

Ce n'est d’ailleurs pas pour rien que Victor Hugo, De Nerval et tant d'autre poètes romantiques ont défendu une simplification des vers: Hugo disait avoir « essayé de donner quelque idée de ce que pouvaient être les poèmes des premiers troubadours du moyen-âge, de ces rapsodes chrétiens qui n’avaient au monde que leur épée et leur guitare, et s’en allaient de château en château, payant l’hospitalité avec des chants. ». Avec un aspect « populaire », « qui plaît au peuple » et « qui a ses origines dans le peuple ». (1826)
Comme disait Claudel il est impossible de définir la poésie, comme le blues d'ailleurs, car: « Les mots que j’emploie / Ce sont les mots de tous les jours, et ce ne sont point les mêmes ».

Tout ce que je vois entre poésie et blues c'est un "Je", de la musicalité, de la simplicité et des sentiments. Bref un rapport presque charnel et sensuel entre un instrument, une voix et des mots Smile
avatar
Rob' Moan
Mannish Boy
Mannish Boy

Nombre de messages : 47
Age : 26
Localisation : St Omer
Date d'inscription : 17/04/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le blues, les textes et la poésie

Message par JackOfHearts le Mer 13 Juin 2012 - 19:42

Rob' Moan a écrit:Bonjour à vous tous Wink

Aimant et écrivant beaucoup de poésie, aimant et écoutant beaucoup de Blues, je ne pouvais que répondre. Je m'excuse de suite du pavé que je risque d'écrire. Mais je voulais donner mon point de vue Neutral
Comme je dit souvent: " Il y a autant de poésies que de poètes. "
C'est pourquoi je prendrais, et désolé de cet ethnocentrisme, spécifiquement celle française.

Je trouve que dans la forme et dans le fond la poésie et le blues est historiquement très proche.
On peut considérer notre héritage poétique, à l'aube de la littérature française, datant du Moyen-age. Les premiers chanson de gestes (1050-1150), comme celle de Roland, ont été écrite en langue populaire et étaient chantées par des trouvères, des troubadours itinérant. Une forme musicale simple, un langage simple. Un instrument, une voix. Cela ne vous rappelle rien? Wink
Les sujet, s'il n'était pas épique, traités...de l'amour, de la femme, ses problèmes et de la nature.
Si par la suite les choses ont changées la base, elle, reste la même.

Ce n'est d’ailleurs pas pour rien que Victor Hugo, De Nerval et tant d'autre poètes romantiques ont défendu une simplification des vers: Hugo disait avoir « essayé de donner quelque idée de ce que pouvaient être les poèmes des premiers troubadours du moyen-âge, de ces rapsodes chrétiens qui n’avaient au monde que leur épée et leur guitare, et s’en allaient de château en château, payant l’hospitalité avec des chants. ». Avec un aspect « populaire », « qui plaît au peuple » et « qui a ses origines dans le peuple ». (1826)
Comme disait Claudel il est impossible de définir la poésie, comme le blues d'ailleurs, car: « Les mots que j’emploie / Ce sont les mots de tous les jours, et ce ne sont point les mêmes ».

Tout ce que je vois entre poésie et blues c'est un "Je", de la musicalité, de la simplicité et des sentiments. Bref un rapport presque charnel et sensuel entre un instrument, une voix et des mots Smile

Merci, cet aspect historique est très intéressant.

Je suis tout à fait d'accord avec ce que tu écris.
Même si finalement, je ne m'attacherais même pas à forcément y dénicher une musicalité, une simplicité, et des sentiments.

Je pars avant tout du ressentis. Le seul fait qu'une chose m'émeuve et me touche, me fait me dire que j'y ressens de la poésie.
Je vois de la poésie tout autant dans Kind of Blue de Miles Davis, que comme disait Miraldo un coucher de soleil, ou même, un simple sourire de quelqu'un, une peinture.
J'attache moins d'importance aux mots, qu'au ressentis face à la chose.

Mais j'avoue avoir des difficultés à définir des notions si vastes.
Je vois l'Art, la poésie, le Beau, comme trois choses similaires voire identiques: un sentiment de quelque chose qui transcende, de sincérité et de vérité.

Il est aussi possible que je fasse confusion entre poétique, et la poésie.

avatar
JackOfHearts
Mannish Boy
Mannish Boy

Nombre de messages : 15
Age : 24
Localisation : banlieue parisienne
Date d'inscription : 18/03/2012

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum