John Brim

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

John Brim

Message par Old_Debris le Jeu 1 Oct 2009 - 18:36




Pas très connu, mais là au bon moment, quelques enregistrements cependant dont certain en accompagnement d'autres bluesmen auquel il preta main forte en pleine période du Chicago blues.
Quelques infos glanées ça et là.

John Brim est un guitariste américain de Chicago Blues, né le 10 avril 1922 à Hopkinsville dans le Kentucky, et mort le 1er octobre 2003 à Gary, Indiana.

En jouant dans les rues de Crofton proche et d'Elkton, John a rencontré et fait équipe avec le guitariste Homer Wilson. En 1941, à 19 ans, John et Homer quitte le Kentucky pour Indianapolis afin de trouver du travail.
Influencé par Big Bill Broonzy, Tampa Red et Big Maceo Merriweather, John Brim apprend la guitare à Indianapolis durant la seconde guerre mondiale. Il se produit à Chicago après la guerre, accompagné par sa femme Grace à la batterie et à l'harmonica. Dans les années 1950, il s'installe à Gary, Indiana, et perfectionne son style avec des figures importantes du Chicago blues, entre autres Muddy Waters et Little Walter.

Brim enregistra notamment pour les labels blues J.O.B. Records et Chess Records, mais certains de ses morceaux restèrent plusieurs années sans être édités ou ne furent jamais réalisés. Il a notamment écrit Ice Cream Man, qui fut repris par Van Halen (en 1978 sur leur premier album, Van Halen) et Martin Sexton (en 2001 sur le double album Live Wide Open), et Be Careful, repris par Jay Geils (en 1975 sur l'album Hotline).

En 1994, il retourne en studio et le label Tone Cool Records édite l'album Ice Cream Man, qui fut nommé dans la catégorie meilleur album de blues traditionnel (« Best Traditional Blues Album of the Year ») aux Blues Music Awards (alors W.C. Handy Awards). Son dernier album, Jake's Blues, parut en 2000, un an après le décès de son épouse Grace.


Connu pour un poignée d'enregistrements de Chicago blues d'après-guerre, certains non édités pendant des décennies, John Brim restent un artiste de blues important pour l'intégrité de ces quelques faces.


Les premières influences de Brim comptent Big Bill Broonzy, John Lee Williamson et Tampa Red. À Indianapolis à partir de 1941 à 1945, il a chanté entre autre avec Harmon Ray, Scrapper Blackwell et apprit la guitare et le business du pressing, deux activités dont il a dépendu sa vie entière.
À Chicago de 1945 à 1952, quand il s'est installé près de Gary en Indiana, Brim est venu en aide à ses héros d'enfance Tampa Red, Broonzy, Williamson et Big Maceo Merriweather et a perfectionné son jeu avec les nouveaux venus Muddy Waters, Floyd Jones, Little Walter, Sunnyland Slim, Jimmy Reed et d'autres avec qui il a aidé définir le nouveau style de blues de Chicago.

Il a commencé à jouer en 1948 avec sa femme, Grace, qui a chanté, joué de la batterie et de l'harmonica. En 1950 Brim a accompagné Merriweather sur quatre titres publiés pour Fortune à Détroit, où il a aussi enregistré deux titres avec Grâce au chant.


Entre 1951 et 1956 Brim a enregistré plusieurs titres pour Random, JOB, Parrot et checker-Chess, beaucoup publié seulement des années plus tard. Les meilleures chances de Brim pour le succès se sont fanées quand Chess a raté sa promotion et la sortie de sa production.

En plus, "Rattlesnake" réalisé par Brim et écrit à la demande de Leonard Chess en réponse au hit "Hound Dog" de Big Mama Thornton a été mis en suspens quand Don Robey a menacé Sun Records d'une injonction pour le similaire "Bear Cat"
"Ice Cream Man" soutenu par Little Walter, reste un des exemples les plus parfaits du son de Chicago d'après-guerre, une symbiose de balancement, trajet menaçant, tension créatrice et finalement libération. "Tough Times" étaient un blues rare de commentaire social caractérisé, comme la plupart des titres de Brim, par la gravité calme de sa voix de baryton et son jeu de guitare de country blues électrifié.

Brim n'a reçu des redevances significatives seulement qu'après que J. Geils ait couvert "Be Careful" et Van Halen enregistré "Ice Cream Man" dont Brim a fait des remarques à l'auteur Steven Sharp, "Van Halen l'a fait... cela est resté dans les charts depuis 20 ans. Nous l'avons fait, il est resté sur l'étagère 20 années. "
En 1971 John, Grâce et leur fils John Jr ont sorti un 45t leur propre label B&B. Dans les dernières années Brim est apparu sur des CDs pour Wolf, Anna Bea, Delmark et Tone Cool et fait des apparitions occasionnelles dans les clubs et les festivals.

deux skuds
John Brim with Tough Time Boys
Jake's Blues
(Anna Bea Records ABCD 499)


John Brim
Authorized Blues (his Random and JOB Recordings)
(Anna Bea Records ABCD 451)
avatar
Old_Debris
Oldies but goodies
Oldies but goodies

Nombre de messages : 9942
Localisation : Hte Saone
Date d'inscription : 28/10/2006

http://sentiersdublues.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: John Brim

Message par Old_Debris le Jeu 1 Oct 2009 - 20:20

Un petit disque. Tough Times
John Brim vocal, guitare
Jimmy Reed, harmonica
Eddie Taylor, guitare
Grace Brim, drums
enregistré à Chicago en 1953.

http://www.youtube.com/watch?v=QqUkLUsCzb4
avatar
Old_Debris
Oldies but goodies
Oldies but goodies

Nombre de messages : 9942
Localisation : Hte Saone
Date d'inscription : 28/10/2006

http://sentiersdublues.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: John Brim

Message par Invité le Jeu 1 Oct 2009 - 21:13

Merci bien, c'est très intéressant OD !
Perso, je ne connaissais pas le bonhomme, ou plutôt je ne l'avais pas remarqué, vu les pointures qu'il a accompagné...

Ils datent de quand les albums que tu mentionnes ?
Pas faciles à trouver apparemment...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: John Brim

Message par Old_Debris le Jeu 1 Oct 2009 - 21:22

Si apparemment il sont récent années 2000 ils me semble.
Il y en a un qui semble plus facile à trouver dans la collection "the blues collection".

avatar
Old_Debris
Oldies but goodies
Oldies but goodies

Nombre de messages : 9942
Localisation : Hte Saone
Date d'inscription : 28/10/2006

http://sentiersdublues.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: John Brim

Message par Red Lester Forgue le Ven 2 Oct 2009 - 2:34

I saw him perform in Chicago during the 1970's.
Very enjoyable.

Je l'ai vu effectuer à Chicago pendant les années 1970.
Très agréable.
avatar
Red Lester Forgue
Mannish Boy
Mannish Boy

Nombre de messages : 16
Age : 71
Localisation : le long de ce sentier forestier
Date d'inscription : 01/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: John Brim

Message par Old_Debris le Ven 2 Oct 2009 - 7:01

Lucky Red Lester, Laughing je pensais justement à toi avec ce sujet.
avatar
Old_Debris
Oldies but goodies
Oldies but goodies

Nombre de messages : 9942
Localisation : Hte Saone
Date d'inscription : 28/10/2006

http://sentiersdublues.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: John Brim

Message par T.Jiel le Ven 2 Oct 2009 - 8:17

Thank's, Vénérable Odé!!!
Du fond de mon inculture, un son que je trouve très proche de celui de Muddy W. Une question d'époque???
avatar
T.Jiel
ça marche pô chez moi
ça marche pô chez moi

Nombre de messages : 3275
Age : 62
Localisation : Le Mans
Date d'inscription : 26/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: John Brim

Message par Jungleland le Ven 2 Oct 2009 - 10:25

merci OD de faire vivre avec cette biographie cette partie du forum Very Happy

il me semble que Brim a pas mal servi aussi de sessionman pour d'autres artistes chez Chess (mais c'est vrai que c'était assez courant chez Chess)

n'ayant rien de lui je vais essayer de jeter une oreille sur les albums dont tu parles

_________________
The blues are the roots
The rest are the fruits

http://aupaysdublues.free.fr/index.php
avatar
Jungleland
Admin
Admin

Nombre de messages : 15013
Age : 55
Localisation : Lost in the flood
Date d'inscription : 20/10/2005

http://mywmym.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: John Brim

Message par blues53 le Sam 16 Oct 2010 - 17:48

Un petit complément à l'excellente bio de Mr. O.D. sur le bonhomme ! Wink





John Brim était dans les années 50 une figure du Chicago Blues, et bien que sa carrière ait commencé bien avant, elle dura encore pendant plus de 50 ans. Il a enregistré plus de 35 disques entre 1950 et 1956, pour plus d'une demi douzaine de labels.
John Brim est né le 10 avril 1922 dans le Kentucky près de Hopkinsville. Jouant de l'harmonica dans les rues près de Crofton et Elkton, John fit équipe avec le guitarist Homer Wilson. En 1941, à l'âge de 19 ans, John Brim et Homer Wilson quittèrent le Kentucky pour Indianapolis. John décida de se mettre à la guitare et il passa beaucoup de temps à observer Jessie Eldridge, le guitariste de Champion Jack Dupree. En 1945, il décida de suivre sa propre voie et partit pour Chicago, où il joua très rapidement avec Sonny Boy Williamson et Dr Clayton. Pendant les 5 années suivantes John Brim joua avec bon nombre de ceux qui fondèrent le Chicago Blues : Muddy Waters, Little Walter, Memphis Minnie, Big Bill Bronzy, Tampa Red, Earl Hooker.
En 1947, John épousa Grace, qui pratiquait le chant et l'harmonica et qui devint son accompagnatrice aux percussions. Le couple écuma les clubs de Chicago avec différents musiciens. En 1950, le couple fut invité à enregistrer son premier disque pour Fortune Record : Strage Man / Mean Man Blues (Fortune 801). Les 2 années suivantes, John et Grace enregistrèrent une douzaine de disques. En 1953, John Brim enregistra pour Chess, Checker et Parrot, travaillant en studio avec et Dave Myers, Jimmy Little Walter, Louis Reed, Eddie Taylor. Il joua même de la guitare sur le premier disque d'Albert King. Durant ses cessions chez Chess, John Brim enregistra Rattleneke, It Was A dream, LifetimeBaby, et Ice Cream Man. A la fin 1953, John, son épouse Grace aux percussions, Jimmy Reed à l'harmo et Eddy Taylor à la guitare eurent un grand succès avec Tough Times/ Gary Stomp sur le label Parrot. Dans le prolongement de ce succès, Chess invita John dans son studio fin 1955 - début 1956. Ces sessions donnèrent lieu à deux nouveaux classiques : I Would hate to See You Go et Where you Want Me. Malheureusement, un désaccord avec Chess conduit à un ralentissement de la carrière des Brims. Le dernier enregistrement pour Chess fut réalisé avec Little Walter, Willie Dixon, et Robert JR Loockwood. Durant les années 60 et 70, John Brim continua de se produire en apparaissant ponctuellement dans les clubs et les festivals. En 1971, après une interruption de 15 ans, John et Grace enregistrèrent un nouveau disque You Put The Hurt on Me / Movin' Out sur leur propre label. Une autre période de 18 années sépara l'enregistrement de 1989 avec Pinetop Perkins. Entretemps, pour vivre, John avait investi dans un pressing. En 1994, John Brim enregistra avec d'anciens musiciens de Muddy Waters son premier CD Ice Cream Man, qui fut nominé pour les WC Handy Awards au titre du meilleur album de Blues traditionnel de l'année .
Malheureusement son épouse Grace est décédée en juin 1999.
En 2000, 50 ans après son premier enregistrement, John entra de nouveau en studio pour son dernier disque Jake's Blues sur lequel parurent 8 nouvelles chansons (Anna Bea CD 499). La même année 13 anciens titres remastérisés furent aussi édités par Anna bea (Authorized Blues : ABCD 451). John Brim était apparut une dernière fois au Chicago Blues Festival de 2002. Il est décédé le 1er octobre dans sa ville natale de Gary.

avatar
blues53
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 1236
Age : 49
Localisation : Mayenne
Date d'inscription : 22/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: John Brim

Message par Phil cotton color le Dim 17 Oct 2010 - 18:04

Très bonne idée OD et Blues53 que cette bio sur John Brim qui est l'archétype du Blueman de talent qui est passé à côté de la reconnaissance "mondiale" que certains de ses contemporains (Muddy Waters, Jimmy Reed etc...) ont obtenue. Tout autant qu'eux, il fait partie des créateurs du Chicago Blues dit "south side" et était certainement à l'époque presque autant considéré. Le plus étonnant est que, ayant vécu bien plus longtemps que ses illustres collègues, il n'ait jamais pu vraiment profité des vagues d'engouement successives pour le Blues qui ont traversé le monde entier depuis 50 ans.
Ce genre d'histoire fait partie des mystères du monde artistique...
avatar
Phil cotton color
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 4953
Age : 63
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: John Brim

Message par Old_Debris le Mar 15 Déc 2015 - 23:14

On avait assez bien fait le tour je crois, mais c'est quoi exactement la musique de Brim ???

avatar
Old_Debris
Oldies but goodies
Oldies but goodies

Nombre de messages : 9942
Localisation : Hte Saone
Date d'inscription : 28/10/2006

http://sentiersdublues.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: John Brim

Message par Jipes le Mer 16 Déc 2015 - 14:44

Old_Debris a écrit:On avait assez bien fait le tour je crois, mais c'est quoi exactement la musique de Brim ???

Ben ça ressemble fort à du Chicago Blues dans l'esprit de Muddy non ? Etre original dans le Blues et avoir sa propre signature c'est vraiment pas évident d'ou le fait que pas mal de bluesmen passent quasi inaperçus auprès d'un large public (il suffit de voir Bytter Smith dans l'ombre de Magic Slim par exemple)
avatar
Jipes
Admin
Admin

Nombre de messages : 8881
Age : 58
Localisation : Mulhouse (Alsace)
Date d'inscription : 29/06/2006

http://www.mojo.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: John Brim

Message par Phil cotton color le Jeu 17 Déc 2015 - 10:15

Jipes a écrit:Ben ça ressemble fort à du Chicago Blues dans l'esprit de Muddy non ? Etre original dans le Blues et avoir sa propre signature c'est vraiment pas évident d'ou le fait que pas mal de bluesmen passent quasi inaperçus auprès d'un large public (il suffit de voir Bytter Smith dans l'ombre de Magic Slim par exemple)
D'accord et pas d'accord à la fois. Wink

Il est certain que chaque courant musical a ses têtes de proue qui correspondent aux artistes les plus talentueux et originaux, et à qui on attribue d'ailleurs souvent à tort la paternité du courant en question. Par exemple, quand on parle du South side Chicago Blues, on pense toujours à Muddy Waters, alors qu'il n'est "que" le plus connu de toute une kyrielle de musiciens qui, au même moment et au même endroit, ont construit, tout autant que lui, le style.

Que ces "seconds couteaux" soient moins remarquables et donc moins connus que les cadors, c'est logique et il n'est bien sûr pas question, par exemple, de comparer artistiquement John Brim à Muddy Waters. Encore que John Brim avait vraiment beaucoup de talent et était très populaire dans les années 50. Cependant, beaucoup de ces "oubliés" ont quand même réussi à tirer leur épingle du jeu à la faveur de "revival", où on les a (re)découvert subitement, avec souvent pour effet de réajuster à la hausse leur oeuvre passée. C'est ce qui est arrivé à nombre de bluesmen de Chicago des années 50 et 60, certains assez obscurs, qui ont même souvent réussi à faire une deuxième carrière, mondiale cette fois ci.

Ce n'est arrivé que très partiellement à John Brim, en tout cas beaucoup moins que pour certains de ses confrères chicagoans dont il n'avait rien à envier musicalement parlant, bien au contraire. Et c'est cela qui est un peu étonnant.
avatar
Phil cotton color
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 4953
Age : 63
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: John Brim

Message par Hoochie le Mar 17 Mai 2016 - 17:02

Pour moi deux morceaux de John Brim sont au sommet de ce qui a pu être enregistré à Chicago dans les années 50:

"You Got me where you want me" et " Be Careful What You Do" (Chess, 1956)

Tout y est: La très belle voix de John Brim (et sa guitare), la superbe cohésion de l'orchestre (Robert Lockwood Jr; Willie Dixon et Fred Below, excusez du peu) et la déferlante de l'harmonica de Little Walter, le tout dans un shuffle irrésistible .



avatar
Hoochie
Deep South
Deep South

Nombre de messages : 100
Age : 62
Date d'inscription : 17/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: John Brim

Message par Flovia le Mar 17 Mai 2016 - 19:54

Hoochie a écrit:Pour moi deux morceaux de John Brim sont au sommet de ce qui a pu être enregistré à Chicago dans les années 50:

"You Got me where you want me" et " Be Careful What You Do" (Chess, 1956)

Tout y est: La très belle voix de John Brim (et sa guitare), la superbe cohésion de l'orchestre (Robert Lockwood Jr; Willie Dixon et Fred Below, excusez du peu) et la déferlante de l'harmonica de Little Walter, le tout dans un shuffle irrésistible .

Waouh, le jugement tranché, comme ça, d'entrée!  Shocked  bom  Un tantinet réducteur, aussi, non? (Yza, sors de ce corps!!! Laughing )

Mon sentiment, tout personnel, est que ces morceaux 50's de John Brim ont malgré tout assez mal vieilli.

Pour ma part, je préfère nettement ce qu'il a enregistré plus tard (période 1989-90 par ex.), comme les deux titres déjà présentés plus haut par Odé :

Old_Debris a écrit:

ainsi que les deux suivants:



Tous 4 présents sur le Wolf 'Chicago Blues sessions Vol 12', où Brim & Pinetop Perkins se partagent l'affiche.
Bon, d'accord, la voix de Jake a sans doute un peu perdu en clarté, et le personnel n'est peut-être pas tout à fait aussi prestigieux (?), mais enfin, Billy Branch & John Primer, Willie Kent, Timothy Taylor & Pinetop Perkins, ça le fait quand même plutôt bien, je trouve... Wink
avatar
Flovia
The voice of Bluesland
The voice of Bluesland

Nombre de messages : 6718
Age : 60
Localisation : Bourgogne sud
Date d'inscription : 19/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: John Brim

Message par Hoochie le Mer 18 Mai 2016 - 17:50

Ce n'est pas un jugement tranché et réducteur c'est le sentiment de mes oreilles Wink
Et je partage leur avis.
A présent chacun son ressenti
Et pour ma part ces deux morceaux sont comme le bon vin, ils n'en sont que meilleurs avec les années.
Maintenant John Brim après les années 50 je ne le connaissais pas jusqu'à hier quand je suis tombé par hasard sur le site que j'ai ainsi découvert par la même occasion.
De fait les 4 morceaux que tu proposes sont fort plaisants et je les découvre avec plaisir bien que je les trouve un peu "policé".
Mais c'est une question de gout.
Personnellement j'ai une petite préférence pour le blues un peu "crade" ou pour les morceaux où j'ai le sentiment que l'orchestre derrière le chanteur ne fait qu'un, comme dans les deux morceaux de John Brim dont j'ai parlé dans mon précédent message.
avatar
Hoochie
Deep South
Deep South

Nombre de messages : 100
Age : 62
Date d'inscription : 17/05/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: John Brim

Message par Flovia le Jeu 19 Mai 2016 - 0:23

Mon ressenti est différent. Pour ma part, je préfère les enregistrements aux sonorités 'clubs', du moins en blues électrique.
Et si par ''policé'' tu entends relatives finesses de mixage, alors soit, le blues policé fait mon bonheur. Ce qui, ainsi formulé, constitue une aberration assez singulière me concernant, dans la mesure où je suis aussi fervente adepte du blues 'back porch' (style par essence rugueux à souhaits, tu en conviendras).
Ceci dit, une trentaine d'années sépare les titres évoqués, et heureusement qu'en ce laps de temps les techniques de mixage et autres singulières méthodes d'enregistrements ont un peu évolué!
Je n'entends toutefois pas moins de cohésion orchestrale dans les sessions 80's de Brim que dans celles des Chess ou Classics R'n'B series 50's.
J'ajouterais même que ces dernières sonnent, à mon sens, presque trop ''carrées'', la faute aux conditions d'enregistrement de l'époque.
Le personnel, alors très souvent engagé à la journée, ne bénéficiait la plupart du temps que d'une, voire deux prises studio, pour finaliser un titre avant d'embrayer sur le suivant, où, fréquemment le leader du précédent morceau se retrouvait sideman à son tour.
Et si j'arrive à comprendre ta préférence pour le rendu quasi à l'emporte-pièce de ces sessions, je regrette néanmoins que ce genre de performances relève plus d'une technique routinière parfaitement rodée que d'une véritable spontanéité des musiciens. Avec pour effet principal de brider leur feeling, lequel, dans d'autres circonstances nettement plus favorables (soit en d'autres temps) aurait eu tout loisir de s'exprimer.
Mais, comme tu le dis si bien, à chacun ses goûts... Wink
avatar
Flovia
The voice of Bluesland
The voice of Bluesland

Nombre de messages : 6718
Age : 60
Localisation : Bourgogne sud
Date d'inscription : 19/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum