Memphis Willie B

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Memphis Willie B

Message par Old_Debris le Sam 20 Juin 2009 - 21:41



Willie Borum, mieux connu sous son sobriquet d'enregistrement de Memphis Willie B., était un des piliers principal du blues de Memphis et du circuit des jug band. Expert tant à l'harmonica qu'à la guitare, Borum pouvait ajouter du dynamisme à n'importe quelle formation quand il travaillé dans cette configuration, aussi bien qu'au départ en donnant impression frappante d'un artiste solo.


Il est né en 1911 dans le Comté Shelby, TN. Sa capacité musicale était évidente dès son plus jeune âge et de son père, qui était aussi un bon musicien, lui a enseigné la guitare, il apprend également avec la star du Memphis medicine show, Jim Jackson. A la fin de l'adolescence, il travaillait avec Jack Kelly's Jug Busters, travaillant aux coins des rues, occasionnellement dans les "house party" et "country supper" complétant ainsi son maigre salaire. Cela n'a pas duré longtemps, Borum rejoint 'the Memphis Jug Band', une de deux formations professionnels existantes en ce temps-là.


Le groupe travaillait souvent dans ce qui est devenu plus tard le W.C. Handy Park à Memphis, leur tournée se faisant essentiellement à le Nouvelle-Orléans pendant le Mardi Gras. Au cours des années 30 il apprend à jouer de l'harmonica, qui lui est enseigné par un maître qui n'est autre que Noah Lewis, le meilleur souffleur d'harmonica de Memphis et acteur principal du Gus Cannon's Jug Stompers.
Il enregistre probablement avec Hattie Hart et Allen Shaw en 1934, mais rien n'est sûr.
Comme son style a commencé à évoluer davantage d'une approche stricte de jug band, Willie B. a commencé à travailler avec différent autres bluesmen itinérant du Delta, en jouant différentes fonctions avec Rice Miller, Willie Brown, Garfield Akers, et Robert Johnson.


Il a finalement fini faire quelques enregistrements à New York sous son propre nom en 1934 pour Vocalion, mais s'est vite retiré dans le jeu des juke joints et des gambling houses jouant avec Son Joe, Joe Hill Louis et Will Shade environ jusqu'en 1943, quand il est devenu un membre de l'Armée américaine.


Le monde dans lequel il est revenu était bien différent et après une brève et pénible tentative de revenir sur le circuit, il abandonne. Borum est bientôt sans un sous en poche et a commencé à chercher un emploi. Cela aurait été la fin de l'histoire, sauf qu'en 1961, avec le folk and blues revival en plein boom, Borum a été retrouvé et a enregistré une absolument merveilleuse séance aux studios Sun pour Bluesville du label Prestige.

Se détournant un petit peu d'une carrière professionnelle durant les quelques années suivantes, Willie B. commence à travailler dans les festivals et le circuit des bars avec de vieux copains de Memphis Gus Cannon et Furry Lewis. Mais alors aussi vite, il abandonne la scène de musique et finalement disparait complètement. Les rapports de sa mort au début des années 70 restent toujours non confirmés à partir de la presse de l'époque.

En écoute ici : http://www.musicme.com/#/Memphis-Willie-B./titres/L-&-N-Blues-t1209974.html


Introducing Memphis Willie B.

Hard Working Man Blues
avatar
Old_Debris
Oldies but goodies
Oldies but goodies

Nombre de messages : 9942
Localisation : Hte Saone
Date d'inscription : 28/10/2006

http://sentiersdublues.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Memphis Willie B

Message par Old_Debris le Dim 21 Juin 2009 - 9:59

Memphis Willie B, Furry Lewis & Gus Canon
par Jim Delehant
Publié dans Jazz Journal
Mai 1965

Un peu de musique pour s'imprégner de l'atmosphère: http://www.deezer.com/fr#music/album/254063

Qu'est ce qui fait donc que votre cœur s'ouvre au blues ? Cela doit être une sorte de vénération du héros ou un grand désir de vivre la façon qu'ils ont d'être dans leurs chaussures et voir qu'ils y sont à l'aise. Quand vous les entendez parler et rire, étant à peine capables de comprendre ce qu'ils disent, vous regrettez juste que vous ne puissiez pas vous trouver présent et suivre leur route. Mais vous sentez aussi l'embarras d'être un étranger, presque un voleur. C'est comme ça que je l'ai ressenti en entrant pour la première fois au contact de ces trois hommes légendaires.


Plus que probable c'était le mauvais début. Sam Charters m'a présenté et quand j'ai fini de serrer la main de Willie B., ma main a reculé contre la guitare de Furry Lewis et j'ai cassé une corde. Mais il n'a pas semblé en tenir rigueur et il a été la réparer sur-le-champ. Les trois hommes, Gus Cannon, Memphis Willie B. et Furry Lewis se sont assis sur des chaises accordant leurs instruments dans un petit coin des coulisses qui a servi de vestiaire, de régie et de studio d'éclairage.
Leurs vêtements étaient fatigués à l'image des hommes assis sous la véranda du magasin général de Brownsville. Willie et Furry portaient des vestes sportives d'hiver qui n'ont pas semblé les tracasser bien que la soirée soit plutôt chaude. Gus était plus conservateur dans son costume pourpre sombre. Gus a un peu plus de soixante dix ans et ses mains tremblent un peu, mais son âge n'était pas si lourd que ne s'impose son exubérance innocente. Il est réservé, aussi, parce que Furry l'a beaucoup charrié sur son âge et sa tête chauve et Gus se contentait de regarder le sol et de sourire.

Un récipient couleur cuivre était posé sur le bord de la plate-forme de stade et Gus a commencé à y faire des références insidieuses. Il l'à retourné et dit "It's empty boys". Il s'est révélé être son "Sunday go-to-meeting Jug", un objet fait à la main avec les coutures soudées et une bande couleur cuivre pour sangle. Spécialement fait pour les concerts, je suppose.

Willie et Furry donnaient des coups de pied en duo ça et là et Gus a esquissé un pas de danse en se retournant pour voir si quelqu'un le regardait. "Wish I could do that again", a-t-il dit.

Willie s'est levé pour se dérouiller les jambes. J'ai marché avec lui et nous avons parlé.
"Nous sommes partit en bus de Memphis, ça nous a pris environ trois ou quatre jours. Je me souviens quand nous avons eu l'habitude de voyager, de disparaître pendant une année ou plus, ne retournionsmême pas à la maison pendant longtemps. Jouant dans beaucoup d'endroits reculés d'alors. Fait beaucoup de disques, aussi. Nous avons joués toujours ensemble autour de Memphis. Cependant, les gens ne sont plus attirés qu'ils l'étaient autrefois, et nous ne jouons pas assez souvent. Sam nous a appelés ici et nous sommes venus. Je suis prêt à jouer jusqu'au matin. Vous savez, j'ai peur de cette ville n'ai pas d'endroit pour rester trop longtemps. Vous avez un endroit ?" Si j'ai vécu à New York je lui aurais demandé de rester.

Nous nous sommes dirigés vers le hall. Furry et Gus regardaient la foule par une déchirure dans les rideaux. "Où est Sam ? Est-ce lui là ?"
"Ils semblent tous pareils à moi", a dit Gus.

Furry fumait une cigarette que n'importe qui d'autre aurait jeté. elle était si courte que la cendre touchait presque sa lèvre. Avec sa langue, il a continué à déplacer le mégot d'un coin à l'autre de sa bouche. Finalement il l'a enlevé, l'a examiné pour s'assurer qu'il ne pouvait pas en arriver à en extraire plus. Il a mis une autre dans sa bouche et en parlant, a trituré une allumette sur la boite comme s'il tournait une clé. Il a tiré quelques bouffée et Sam est entré. "Okay, c'est l'heure. Vous êtes le premier, Furry". Furry a serré le bout de la cigarette entre ses doigts, en faisant tomber la cendre au sol. Il a humecté son doigt, a tapé le bout carbonisée de sa cigarette et l'a posé sur le bord de la plate-forme. Sam a dit, "Gus, vous pouvez attendre la fin dans le rang de devant si vous voulez et faites des grimaces à Furry quand il arrivera ici. Vous êtes prêt, Furry ?"

Sam est allé au microphone annoncer des choses. Furry a attendu pour continuer avec une impatience qui l'a projeté presque en avant au milieu de l'introduction de Sam... "Memphis est le croisement ... les chanteurs de blues itinérants ... le passé historique riche"... Furry ridé son visage dans une expression trouble s'est retourné vers les autres, en tournant sa tête dans la direction de Sam avec un "get him" gestuel.
Furry est sorti comme s'il évitait des flaques d'eau et s'est assis sur la chaise. Il a tortillé sa tête et a sourit à l'acclamation. Puis il a dit une plaisanterie que seulement les gens dans le rang de devant ont comprit et quand il a ri, tout le monde a ri.
Il a commencé à jouer, en utilisant un tube en métal sur son médius pour appuyer sur les cordes. Il a accroché son corps sur les notes, en se poussant et en se tirant lui même avec chaque accord. Puis il a placé la guitare en travers ses genoux et a tenu le morceau en métal dans sa main, en frottant les cordes comme une "steel guitar". Il a joué quelques notes grêles très douces et les gens on dut tendre l'oreille pour l'écouter, sa bouche s'ouvrait à peine pour former les sons. Il a remis la guitare sous son bras et a joué durement, en y répondant insolemment, en l'imitant, sa voix ayant besoin de jus. Son set terminé, il est parti sous un tonnerre d'applaudissement.

"vous avez trouvez ça comment ?", dit-il en passant derrière le rideaux. "Assez bon hein ?" Il a serré la mains de Willie et Gus a tendu la sienne, mais Furry a fait comme s'il ne serrerait pas la main d'un joueur de banjo. Sam a continué à parler pour présenter Willie qui attendait avec encore un peu plus de patience que Furry l'avait fait.
Il a poussé le rideau de côté et a marché sur la scène. Une salve d'acclamation l'a surpris et il a soulevé son bras pour protéger ses yeux des lumières de la scène. Il s'est retourné en se demandant que faire. L'endroit s'est calmé et il a dit, "Well — evening!" alors la salle s'est assagit. Willie s'est assis. Il a réglé son support d'harmonica et l'instrument était au niveau de sa bouche, il a joué une introduction de guitare, avec battement du pied, alors que le beau son de l'harmonica épais fouettait la foule.
Willie les a conquit directement. Son honnêteté et sa franchise étaient écrasantes. Tous les regards se sont tournés l'homme. Il a déplacé son corps doucement et ensuite, en pivotant sur sa chaise comme une girouette météorologique rouillée dans un vent indécis, il a permit au rythme de le prendre. Il a mis tout son itinéraire dans ses sonorités, ses veilles terminées quelquefois dans la douleur et ses souffrances, dans sa voix. Il a chanté les choses qu'il m'avait dites. Il a tenu sa guitare comme un père fier et certains dans la foule était ému par sa délicatesse, mais les notes gémissantes fragiles se sont transformées en un harmonica grognant et klaxonnant durement.
Il a eu l'air d'un homme furieux coupant le bois. Willie a accepté leurs louanges avec une révérence et a fait sa sortie, en évitant n'importe quelles pitreries de "showman antics". Victoria Spivey est entrée avec trois bardes recueillis autour d'elle pour écouter, à moitié avec envie, forte de son succès récent, une séance d'enregistrement avec Big Joe et un voyage futur en Europe.

Une personne de la scène a couru demander à Willie quelque chose à propos de trois chaises et de l'éclairage. Lenny Kunstadt prenait des photos de Victoria tenant un des albums de Furry et Furry a voulu être sur la photo. Un "poussin du Bronx" s'est promené dans de la foule, dans le hall et a demandé à Willie sur quel guitare il avait joué, et auquel il a répondu, "je ne sais pas, je l'ai emprunté à Dave!" Dave était un technicien de scène et cela doit l'avoir beaucoup déçu. Une fille d'un journal scolaire interviewait Sam; Gus accordait son banjo.

Willie a demandé s'il pouvait enlever sa veste, mais pas parce que cela devenait chaud — il a relevé son support d'harmonica. Sam a continué sur scène, pour présenter Gus... "Vous pourriez avoir entendu dire que Gus était le créateur de Walk Right In, ce qui en a surpris quelques un, en faisant le "Top Ten" des "Hit Parade charts". Je ne crois pas qu'il ait surpris quelqu'un autant qu'il a surpris Gus lui même".

Alors les trois sont allés jouer ensemble. Ils ont pris leurs places avec Gus au milieu. Ils ont commencé à gratter et pincer les cordes de leurs instrument, se sont accordés du mieux qu'ils pouvaient. Alors ils y sont allés, Furry faisait de gros rire et disait des choses bizarres, la tête de Gus hochait comme celle d'un poulet et Willie, sérieux, tout seul. Furry a continué à regarder la tête de Gus fixement et comme les instruments ont marqués une pause, la main de Furry s'est déplacé jusqu'en haut du crane de Gus et il y a posé la paume un instant, puis l'a reposé sur ses genoux comme si rien n'est arrivé et Gus riait doucement avec une réserve de petit garçon. À un moment donné, Gus a semblé utile participer avec son jug et il s'est penché en bas de sa chaise pour le ramasser, tout en continuant à jouer du banjo en même temps. Ce qui s'est révélé être une véritable affaire. Chacun l'a regardé comme si cela a fait partie du show. Il s'est penché en avant pour équilibrer le banjo entre ses jambes, toujours en jouant et avec sa main gauche, il a soulevé le manche vers sa tête pour essayer de le coincer. Alors il s'est rendu compte qu'il devrait enlever ses lunettes. À contrecœur il a mis le banjo sur ses genoux, a enlevé ses lunettes et placé le jug de telle façon que la sangle du jug lui arrive au beau milieu de la tête. Pendant ce temps Furry inquiet de le voir en terminer, donne une chiquenaude à la sangle mettant enfin le jug en place. Gus a gloussé et a remis ses lunettes, qui avaient de gros morceaux de scotch d'emballage sur les fines branches de sa monture à l'emplacement des oreilles à l'arrière . Il a soulevé le banjo et a commencé à jouer.
Ses lèvres visaient du trou de pot et il était si confus qu'il ne pouvait pas placer sa bouche correctement, mais finalement le son de tuba comique est arrivé. Il l'a fait avec la langue entre ses lèvres dans le style "bronx cheer" à la mode et je me suis demandé s'il y avait une valve de salive sur la chose.

Ils ont racontés des histoires de leur sud natal et des plaisanteries qui, pour la plupart, étaient au ras des pâquerettes et quand j'ai vraiment ri, avec le reste de l'audience, je crois qu'il était évident que ces trois hommes avaient le pouvoir de rendre les gens heureux.
Quand le set du trio fut terminé, Willie et Furry sont sortit, laissant Gus faire sa partie solo. Gus a croisé ses jambes et a commencé à raconté une histoire avec son grand-père qui l'a emmené chasser l'opossum quand il était un petit garçon. Subitement Furry a foncé sur la scène, a donné une vigoureuse tape sur la tête de Gus et a filé. Évidemment l'audience riait et Gus a semblé un peu embêté. Il n'a pas sourit cette fois et a fini l'histoire.
"Maintenant vous savez.... s'il y a des erreurs dans ce morceau....." a-t-il dit. C'était un instrumental et il y avait quelques petits break dans la chanson qu'il doit avoir pensé être assez bon. Il a tendu le banjo devant lui avec une main, en lui permettant d'osciller comme un pendule alors il a saisi la caisse et avec sa main libre a frappé répétitivement l'air pendant quelques temps, mais ses doigts ont eut l'air de ne jamais touché les cordes.

Quand son set s'est terminé il ne pouvait pas croire à l'acclamation. Ils ont aimé. Une foule s'est rassemblée, certains pour recevoir des autographes, d'autres juste pour recevoir un regard plus intime. Quelqu'un a donné à Willie un crayon et un bout de ticket mais Willie à dit qu'il ne savait pas écrire. Il a écrit quelque chose en tout cas. Gus et Furry lui ont demandé d'inscrire leurs noms aussi et il a écrit quelque chose d'autre.

Furry était assit comme un manager qui vient juste de conclure une affaire et il a levé les yeux vers les visiteurs. "Bien vous avez aimé ? Vous m'écrivez et nous nous déplaceront de nouveau comme autrefois" a-t-il dit.
avatar
Old_Debris
Oldies but goodies
Oldies but goodies

Nombre de messages : 9942
Localisation : Hte Saone
Date d'inscription : 28/10/2006

http://sentiersdublues.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Memphis Willie B

Message par Jungleland le Dim 21 Juin 2009 - 11:34

très intéressant tout ça, je connais très peu la carrière des membres du Memphis jug band et j'ai appris plein de trucs Very Happy

j'aime bien l'album en écoute sur musicme : c'est très traditionnel aussi bien dans le chant que dans le jeu d'harmonica. quant au jeu de guitare je lui trouverais (toute proportions gardées bien sûr) des similitudes avec celui de Mississippi John Hurt

du coup je me suis commandé Hardworking man blues

_________________
The blues are the roots
The rest are the fruits

http://aupaysdublues.free.fr/index.php
avatar
Jungleland
Admin
Admin

Nombre de messages : 15013
Age : 55
Localisation : Lost in the flood
Date d'inscription : 20/10/2005

http://mywmym.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Memphis Willie B

Message par Old_Debris le Dim 21 Juin 2009 - 11:40

Ben moi, j'ai l'autre celui de Deezer, et je le trouve super top, mais je trouverai l'autre.
avatar
Old_Debris
Oldies but goodies
Oldies but goodies

Nombre de messages : 9942
Localisation : Hte Saone
Date d'inscription : 28/10/2006

http://sentiersdublues.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Memphis Willie B

Message par Flovia le Dim 21 Juin 2009 - 12:28

Excellent, OD! Et l'opus, et la petite histoire! cheers

Argh, j'adore la voix de Memphis Willie B, pis son jeu de guitare, extraaaa!
L'accompagnement à l'harmonica masque pas la gratte: bref, comme je l'aime!

Pis, merci pour la découverte (je savoure là... Very Happy )

Wink
avatar
Flovia
The voice of Bluesland
The voice of Bluesland

Nombre de messages : 6718
Age : 60
Localisation : Bourgogne sud
Date d'inscription : 19/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Memphis Willie B

Message par Old_Debris le Dim 22 Sep 2013 - 23:27

Hop hop hop maintenant il y a du son, laissez vous imprégner par l'univers de  Memphis Willie Borum, enregistré en 1961.
avatar
Old_Debris
Oldies but goodies
Oldies but goodies

Nombre de messages : 9942
Localisation : Hte Saone
Date d'inscription : 28/10/2006

http://sentiersdublues.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Memphis Willie B

Message par Jungleland le Lun 23 Sep 2013 - 11:29

et une autre :



et à noter que Mailman Blues figure également sur la compilation Lightnin' Hopkins Prestige Profiles volume 8 en duo (enregistré vers 1964 ??? )

voici l'original :


_________________
The blues are the roots
The rest are the fruits

http://aupaysdublues.free.fr/index.php
avatar
Jungleland
Admin
Admin

Nombre de messages : 15013
Age : 55
Localisation : Lost in the flood
Date d'inscription : 20/10/2005

http://mywmym.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Memphis Willie B

Message par Old_Debris le Lun 23 Sep 2013 - 11:32

La grande partie des enregistrements de Willie B. datent de la période du revival au début des années 60's. Beaucoup plus tôt il avait rejoint le Memphis Jug Band vers la fin des années 20 début des 30 mais ne semble pas avoir enregistré avec eux, Il semble cependant avoir enregistré avec Hattie Hart et Allen Shaw durant une semaine de septembre 1934 où il était tous trois en studio.
Hattie Hart  I'm Missing That Thing   :  Hattie Hart, voc; Allen Shaw, g; prob. Willie Borum, g


Allen Shaw  Moanin' The Blues     :   Allen Shaw, voc, g; prob. Willie Borum, 2nd g


Les enregistrements de Willie Borum lors de ces sessions sont resté inédits.
avatar
Old_Debris
Oldies but goodies
Oldies but goodies

Nombre de messages : 9942
Localisation : Hte Saone
Date d'inscription : 28/10/2006

http://sentiersdublues.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum