J'espere que vous n'avez pas raté ca !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

J'espere que vous n'avez pas raté ca !

Message par papiblues le Sam 25 Avr 2009 - 10:01

avatar
papiblues
Fever In The Bayou
Fever In The Bayou

Nombre de messages : 547
Localisation : Paris
Date d'inscription : 03/03/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: J'espere que vous n'avez pas raté ca !

Message par Invité le Sam 25 Avr 2009 - 10:13

Pas amateur du tout de cet univers artistique Evil or Very Mad

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: J'espere que vous n'avez pas raté ca !

Message par papiblues le Sam 25 Avr 2009 - 10:38

Tu est sur que Ray charles,Dizzy Gillespie,Clark Terry,Lionel Hampton,Sarah Vaughan, Count Basie,Frank Sinatra, Barbra Streisand, Tony Bennett, Duke Ellington,Aretha Franklin, Peggy Lee, Count Basie, Joe Williams, le groupe Chicago ca ne t'a jamais attiré ?

Ses musique de films !!!

Musiques de films [modifier]
1964 : Le Prêteur sur gages (The Pawnbrocker) de Sidney Lumet
1965 : Mirage de Edward Dmytryk
1965 : Trente minutes de sursis (The Slender Thread) de Sydney Pollack
1966 : Rien ne sert de courir (Walk don't run) de Charles Walters
1966 : M15 demande protection (The Deadly Affair) de Sidney Lumet
1967 : Dans la chaleur de la nuit (In the heat of the night) de Norman Jewison
1967 : Banning de Ron Winston
1967 : De sang froid (In cold blood) de Richard Brooks
1967 : L'homme de fer (Ironside) de Don Weis
1968 : Maldonne pour un espion (A Dandy in aspict) de Anthony Mann
1968 : Jigsaw de James Goldstone
1968 : Mon homme (For love of Ivy) de Daniel Mann
1968 : Tous les héros sont morts (The Hell of heroes) de Joseph Sargent
1968 : Crime C est notre business (The Split) de Gordon Flemyng
1969 : Of men and demons de John Hubley
1969 : L'Or de MacKenna (McKenna's gold) de J. Lee Thompson
1969 : L'Or se barre (The Italian job) de Peter Collinson
1969 : L'Homme perdu (The Lost man) de Robert Alan Aurthur
1969 : Bob et Carole et Ted et Alice (Bob & Carol & Ted & Alice) de Paul Mazursky
1969 : John et Mary (John and Mary) de Peter Yates
1969 : Cactus flower de Gene Saks
1970 : Mother de Don Joslyn
1970 : Last of the mobile hot shots de Sidney Lumet
1970 : Escapade à New York (The Out-of-towners) de Arthur Hiller
1970 : They call me Mister Tibbs ! de Gordon Douglas
1971 : Bang bang de Andrea Tonacci
1971 : Brother John de James Goldstone
1971 : Le Gang Anderson (The Anderson tapes) de Sidney Lumet
1971 : Honky de William A. Graham
1971 : Dollars ($) de Richard Brooks
1972 : Dig de John Hubley
1972 : Les Quatre Malfrats (The Hot rock) de Peter Yates
1972 : Les Flics ne dorment pas la nuit (The New centurions) de Richard Fleischer
1972 : Le Guet-apens (The Getaway) de Sam Peckinpah
1973 : Don Angelo est mort (The Don is dead) de Richard Fleischer
1978 : The Wiz de Sidney Lumet
1985 : Lost in America de Albert Brooks
1985 : Match à deux (The Slugger's wife) de Hal Asby
1985 : La Couleur pourpre (The Color purple) de Steven Spielberg
1985 : Listen up : the lifes of Quincy Jones de Ellen Weissbord
2003 : Kill Bill de Quentin Tarantino
2005 : Get Rich or Die Tryin' de Jim Sheridan

Eddie Barclay (Paris, 19 mai 1921 - Boulogne-Billancourt, 13 mai 2005), de son vrai nom Édouard Ruault est un producteur de musique français. Fils d'un couple de cafetiers du boulevard Diderot, il découvre le jazz avant-guerre et devient pianiste de bar autodidacte. Sous l'occupation, il organise des soirées clandestines où la jeunesse zazou vient écouter, entre autres, Django Reinhardt. À la Libération, il est un des premiers à ouvrir une « discothèque », le Barclay’s club, à Saint-Germain-des-Prés, sur le modèle des « clubs » américains. On le croise alors en compagnie de Boris Vian, Henri Salvador ou encore Michel Legrand. Avec son orchestre il accompagne Louis Armstrong, Ella Fitzgerald, Dizzy Gillespie, Sacha Distel ou encore Quincy Jones qui sera d'ailleurs le directeur artistique des disques Barclay à la fin des années 1950.

Son premier attaché de presse sera Philippe Bouvard. Les premiers disques Barclay étaient stockés dans la baignoire du minuscule appartement qui tenait lieu de siège social, et étaient distribués à vélo. En 1954, il fonde Jazz Magazine avec son épouse Nicole. En 1955, il importe en France un nouveau procédé de restitution et de diffusion musicale : le vinyle microsillon (45 et 33 tours). Cela lui vaudra longtemps le surnom de « roi du microsillon ». À la fin des années 50 et dans les années 60, il sent venir le vent du rock et la vague yéyé, et il découvrira d'autres talents, notamment Léo Ferré, Hugues Aufray, Michel Delpech, Dalida, Charles Aznavour, Mireille Mathieu ou Eddy Mitchell.

Il intègre également Jacques Brel et Juliette Gréco lorsque ceux-ci quittent Philips. Son flair n'a pas été infaillible pourtant : il a refusé de signer Johnny Hallyday et Bob Marley, il n'a pas réussi à continuer sa collaboration avec Pierre Perret et se sépare de Michel Sardou, quatre ans après l'avoir découvert en lui disant «Mon petit vieux, écris des chansons si tu veux, mais surtout ne les chante pas. Tu n'as aucun talent !». Au début des années 80, atteint d'un cancer de la gorge, il vend 80% de son label à Polygram, et se retire à Saint-Tropez faisant venir la jet-set pour rythmer ses fêtes. En 1988, il publie une autobiographie aux éditions Robert Laffont, Que la fête continue.

Il est décédé le 13 mai 2005 à l’hôpital Ambroise Paré à Paris, où il avait été admis deux semaines plus tôt. Il avait déjà subi, en mars 1994, un quadruple pontage à la suite d’un malaise cardiaque, après avoir lutté avec une volonté farouche contre un cancer de la gorge en 1979. Ouvert à de nombreux styles musicaux et à de nombreuses cultures, toujours à l'écoute des nouveautés, il n'hésite pas à faire de la world music avant la lettre. Il laisse le souvenir d'un homme élégant, talentueux, dur en affaires et fidèle en amitié.
avatar
papiblues
Fever In The Bayou
Fever In The Bayou

Nombre de messages : 547
Localisation : Paris
Date d'inscription : 03/03/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: J'espere que vous n'avez pas raté ca !

Message par Invité le Sam 25 Avr 2009 - 11:36

papiblues a écrit:Tu est sur que Ray charles,Dizzy Gillespie,Clark Terry,Lionel Hampton,Sarah Vaughan, Count Basie,Frank Sinatra, Barbra Streisand, Tony Bennett, Duke Ellington,Aretha Franklin, Peggy Lee, Count Basie, Joe Williams, le groupe Chicago ca ne t'a jamais attiré ?
Eh non aucun de ces artistes sans oublier Mickael Jackson non plus Evil or Very Mad

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: J'espere que vous n'avez pas raté ca !

Message par papiblues le Sam 25 Avr 2009 - 13:49

Moi j'aime un peu tout les styles sauf le RAP

http://www.dailymotion.com/video/x938ie_dracula-rap-hiphop_fun

avatar
papiblues
Fever In The Bayou
Fever In The Bayou

Nombre de messages : 547
Localisation : Paris
Date d'inscription : 03/03/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: J'espere que vous n'avez pas raté ca !

Message par Eldoro le Sam 25 Avr 2009 - 14:35

inoui et instructif, je savais que Quincy avait fait pas mal de trucs énormes, mais autant Shocked
avatar
Eldoro
The fucking shuffle machine
The fucking shuffle machine

Nombre de messages : 3933
Age : 37
Localisation : Isère
Date d'inscription : 05/08/2006

http://boogieramblers.bandcamp.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: J'espere que vous n'avez pas raté ca !

Message par Invité le Sam 25 Avr 2009 - 16:09

Ce que je comprends pas c'est ce que la bio d' Eddie Barclay vient faire ici.. scratch

C'est juste pour ça..? Suspect

ou encore Quincy Jones qui sera d'ailleurs le directeur artistique des disques Barclay à la fin des années 1950
.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: J'espere que vous n'avez pas raté ca !

Message par papiblues le Sam 25 Avr 2009 - 20:13

Ce que je comprends pas c'est ce que la bio d' Eddie Barclay vient faire ici..

Tout simplement que Quincy etait un grand pote a Eddie.
"Quincy Jones qui sera d'ailleurs le directeur artistique des disques Barclay à la fin des années 1950"


"Le musicien-producteur américain Quincy Jones a salué vendredi 13 mai la mémoire d'Eddie Barclay, décédé à l'âge de 84 ans, rendant hommage à "un frère" qui "restera à jamais" dans son coeur.
"Un ami chéri et adoré, un frère et l'un de mes mentors pendant près de 50 ans, a quitté la scène, mais il restera à jamais dans mon coeur", a déclaré dans un communiqué Quincy Jones, ancien collaborateur et grand ami d'Eddie Barclay.
"J'ai rencontré Eddie Barclay pour la première fois à 24 ans lorsqu'il m'a engagé comme directeur musical des disques Barclay, et, au cours de notre amitié, nous avons eu la chance de travailler et de jouer ensemble à tous les niveaux, et Eddie m'a fait découvrir une vie dont je n'aurais jamais rêvé", a expliqué l'artiste américain.
"Il va vraiment me manquer", a-t-il conclu.
Quincy Jones a composé et arrangé les albums "Et Voila" (1957) et "Twilight Time" (1960) d'Eddie Barclay. Nommé par le producteur français directeur artistique des disques Barclay, il a notamment collaboré avec plusieurs artistes français, dont Michel Legrand, Charles Aznavour et Henri Salvador"

"Mais à l'aube de la deuxième guerre, l'adolescent commence à en pincer grave pour le jazz.

Edouard, beau garçon élancé à la mèche qui tombe, succombe au charme de la négritude venue de l'Amérique. Il tripatouille la radio familiale et court les disquaires à la recherche des sons d'outre-Atlantique. Il se met au piano sans connaître le solfège, organise les premières boums. La guerre se rapproche, mais lors des soirées dans des clubs, il entraîne des musiciens à venir le rejoindre sur scène. En cela il est le père de la fusion, lorsqu'il réussit à réunir un créole (Henri Salvador), un gitan (Django Reinhardt) et deux jeunes parisiens (Boris Vian et Moustache).

Durant la guerre, Eddie Barclay mènera une résistance particulière. Au risque de se faire embarquer par les flics de l'Occupation, il multiplie des soirées clandestines de jazz, dans des caves et même dans le café des parents. L'arrivée des Alliés à Paris va lui permettre de se rebaptiser Eddie Barclay et d'ouvrir le Barclay's club. C'est l'époque où Eddie voit arriver dans son club des Lionel Hampton et autres maîtres du jazz. C'est aussi le moment où la chanson française, et particulièrement à texte, est minée par la culpabilité de la guerre. Eddie Barclay n'a qu'une idée en tête: comment marier la modernité musicale du jazz avec le terreau français. En 1949, le pianiste se transforme en producteur de disque, et croit trouver sa première star franco-américaine en la personne d'Eddie Constantine.

Déjà, les femmes –il en épousera huit– jouent un premier rôle dans ses affaires, notamment à l'administratif. Aux débuts de son premier label, «Blue Star», il circule en motocyclette à Paris, avec femme et cartons de disques à l'arrière. Un jour de 1955, Nicole Barclay reçoit un coup de fil des Etats-Unis. Un nouveau support de musique vient d'être découvert. Eddie saute dans l'avion et revient avec un procédé de restitution sonore révolutionnaire: le microsillon. Avec le 33 tours et le 45 tours, il devient le roi des producteurs. Les stars noires américaines succombent au charme de ce dandy. Quincy Jones dira: «c'est le plus grand». La maison de disque Barclay prend de l'essor et Eddie aide tout ceux qui défendent le jazz, notamment Daniel Filipacchi (il a commencé comme photographe chez Barclay) et Frank Ténot pour la presse, Lucien Meurisse pour la radio, Bruno Coquatrix pour le spectacle vivant"

Je pense que tu dois savoir que dans les années 50 la ségrégation existait encore aux Etas-Unis. Dans son autobiographie Quincy raconte qu'il fut surpis d'etre si bien acceuilli en France et en particulier par les epoux Barclay.

http://boomer-cafe.net/version2/index.php/Modes-de-vie-des-annees-50/Annees-50-annees-rock-n-roll.html

Donc Quincy doit beaucoup a Eddie...
avatar
papiblues
Fever In The Bayou
Fever In The Bayou

Nombre de messages : 547
Localisation : Paris
Date d'inscription : 03/03/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: J'espere que vous n'avez pas raté ca !

Message par Invité le Sam 25 Avr 2009 - 22:55

Ha ben voilà. Very Happy

j'ai bien fait de poser la question, je comprends mieux maintenant...

Merci Mr papiblues...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: J'espere que vous n'avez pas raté ca !

Message par Eldoro le Dim 26 Avr 2009 - 2:22

je le répète, c'est instructif !
avatar
Eldoro
The fucking shuffle machine
The fucking shuffle machine

Nombre de messages : 3933
Age : 37
Localisation : Isère
Date d'inscription : 05/08/2006

http://boogieramblers.bandcamp.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum