James Blood Ulmer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

James Blood Ulmer

Message par Devil's Slide le Jeu 27 Mar 2008 - 10:59



J’ai d’abord hésité à placer cette biographie de James Blood Ulmer dans “autres musiques”, tant l’homme a manié les styles différents. Mais finalement son indéniable orientation vers le blues ces dernières années mérite de le voir figurer ici à mon sens.

James Blood Ulmer fut un jour défini par le grand critique du "Village Voice" Greg Tate comme "le chaînon manquant entre Jimi Hendrix et Wes Montgomery d’une part, P-Funk et Mississippi Fred McDowell d’autre part". L’itinéraire de ce guitariste, chanteur et compositeur sexagénaire le place en effet à la confluence d’une multiplicité de musiques : du gospel au blues et au jazz, du rhythm ’n’ blues au rock et au funk, en passant par les expérimentations "free", "harmolodiques" et psychédéliques, il n’a eu de cesse de croiser les esthétiques afin de trouver sa propre voie.

Aîné de neuf enfants, James Blood Ulmer est né en 1942 en Caroline du Sud, de parents baptistes qui lui donnèrent une éducation religieuse stricte. L’enfant reçut à quatre ans de son père, un preacher, une guitare afin de se préparer à la vie évangélique. C’était sans compter sur la musique qui passait à la radio – le rock & roll des débuts, le western et le country blues, "musiques du diable" disait son père – et concurrença rapidement le gospel.

Avide d’aventures, fasciné par le mythe de la grande ville, Blood partit pour Pittsburgh à l’âge de 17 ans, où rapidement sa vocation musicale se scella. C’est là qu’il fit ses premiers pas de musicien, accompagnant des groupes de rhythm ’n’ blues et de doo-wop, puis des figures telles que Richard "Groove" Holmes et Jimmy Smith, puis Ernie Goldsmith en 1961, et Jewel Bryner l’année suivante.

Au bout de six ans dans ce milieu, James Blood aspirait au changement, et voulait suivre les traces du jazz. Ce fut l’épiphanie d’un soir qui donna au jeune guitariste son viatique. Une nuit qu’il jouait dans un club, son idole, Wes Montgomery, entra et se mit au bar. Toute la soirée, James tenta d’attirer l’attention de ce mythe vivant, cherchant un signe de sa part, qui lui indiquât qu’il suivait bien les pas de son maître. Le signe ne vint pas, Montgomery demeura silencieux. James Blood interpréta ce silence comme un appel à l’autonomie : il devait non pas imiter ses idoles, mais trouver sa propre voie.

Vivant à Détroit entre 1967 et 1971, il officia comme sideman dans de nombreux disques pour le label de jazz Blue Note, mais c’est l’avant-garde de l’époque qui l’attirait. À New York, en 1971, il fit une des rencontres les plus décisives de sa vie : Ornette Coleman. Celui-ci l’initia aux théories "harmolodiques". Ce n’est pourtant qu’en 1978 que les deux musiciens enregistrèrent ensemble, avec le disque "Tales of Captain Black". Bien qu’introduit dans le cercle des musiciens de la "loft generation", James garda un pied dans le milieu du jazz moderne en jouant notamment avec les "Jazz Messengers" d’Art Blakey.

Par la suite, il développa son esthétique dans le mélange entre free funk et jazz, avec le disque "Are You Glad To Be In America ?" Le succès fut tel que la major CBS l’engagea pour trois disques, dont "Free Lancing" en 1981, puis "Black Rock", un disque qui atteint un nouveau stade dans la fusion entre funk, rock et jazz. Le succès critique et public furent au rendez-vous.

La démarche de James Blood Ulmer se révéla pourtant trop radicale pour CBS : elle annula le contrat suite à l’album "Odyssey", une œuvre qui traversait toute l’histoire de la musique afro-américaine, remontant jusqu’à l’Afrique et s’étendant jusqu’au bruitisme libertaire. Marginalisé par l’industrie musicale américaine, les années qui suivirent se révélèrent assez difficiles pour lui, sa conviction et son esthétique semblaient vaciller quelque temps. Il se tourna de plus en plus vers l’Europe, tout en cherchant plus profondément encore ses recherches du côté du jazz. Il a désormais acquis le rang d’icône, auprès de musiciens venant d’univers très divers, tels Medeski, Martin and Wood, The Police…

En 2001, le guitariste du groupe "Living Colour", Vernon Reid, convainquit Ulmer d’enregistrer un disque de standards du blues, qui donna lieu au superbe (et le mot est faible) "Memphis Blood : The Sun Sessions", son plus grand succès depuis dix ans. L’heureuse collaboration des deux hommes se prolongea avec "No Escape From The Blues : The Electric Lady Sessions" (hommage très personnel à Hendrix).

Désormais donc James Blood Ulmer change radicalement de direction, allant vers le blues. En 2005, il sort "Birthright", toujours produit par Vernon Reid. Album comportant douze morceaux crus, personnels et iconoclastes, presque tous des compositions originales. Le chanteur et guitariste affronte ici ses vieux démons, au travers de textes sur la religion, le racisme et les relations humaines, affirmant une fois de plus sa place dans le Panthéon des grandes figures de la musique afro-américaine.

Ce sont finalement en tout cinq albums blues sur lesquels James Blood Ulmer affiche son talent et son originalité. A savoir :

- "Memphis Blood : The Sun Sessions"
- "No Escape From The Blues : The Electric Lady Sessions"
- "Birthright"
- "Black and Blues"
- "The Blues Preacher"










avatar
Devil's Slide
Calembour ... bon
Calembour ... bon

Nombre de messages : 5284
Age : 58
Localisation : In the Deep South
Date d'inscription : 06/11/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: James Blood Ulmer

Message par Jungleland le Ven 28 Mar 2008 - 17:46

je n'accroche pas du tout à James Blood Ulmer Embarassed

je l'ai vu en concert, ça l'a pas fait; j'ai écouté un de ses disques récents, ça l'a pas fait non plus What a Face

Il faudrait certainement que je me penche sur son disque de reprises de standards pour me faire une nouvelle idée Wink

_________________
The blues are the roots
The rest are the fruits

http://aupaysdublues.free.fr/index.php
avatar
Jungleland
Admin
Admin

Nombre de messages : 15006
Age : 55
Localisation : Lost in the flood
Date d'inscription : 20/10/2005

http://mywmym.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: James Blood Ulmer

Message par Devil's Slide le Sam 29 Mar 2008 - 17:50

Jungle je suis prêt à parier qu'avec "Memphis Blood" ça va le faire Very Happy Affaire à suivre...
avatar
Devil's Slide
Calembour ... bon
Calembour ... bon

Nombre de messages : 5284
Age : 58
Localisation : In the Deep South
Date d'inscription : 06/11/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: James Blood Ulmer

Message par Ayler le Sam 29 Mar 2008 - 21:38

+ 1
avatar
Ayler
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 1284
Localisation : South Saturn Delta
Date d'inscription : 22/05/2006

http://www.facebook.com/SugarSweet44

Revenir en haut Aller en bas

Re: James Blood Ulmer

Message par Jipes le Sam 29 Mar 2008 - 22:21

Je le connaissais qu'un peu par sa participation au mouvement Harmolodique avec Ornette Coleman . Je le savais très ancré dans le blues et je l'ai vu à Cognac il y a deux ans et j'ai pris une claque ! Je l'ai vu deux fois, tout d'abord en formation ressérée sur la scène de l'Espace Camus avec batteur et bassiste (jeunes et excellents tous deux) puis sur la Grande scène avec un groupe élargi dont le très fantasque Vernon Reid et un violoniste qui jouait entre cajun et blues. ce fût également un chouette concert ou ils ont alterné les standards remodelés et des compos issus des albums.

Franchement une très bonne surprise cheers
avatar
Jipes
Admin
Admin

Nombre de messages : 8840
Age : 57
Localisation : Mulhouse (Alsace)
Date d'inscription : 29/06/2006

http://www.mojo.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: James Blood Ulmer

Message par Gut bucket le Jeu 6 Juin 2013 - 21:18

Un fan inconditionnel de Blood Ulmer, c'est Rodolphe Burger. Dans beaucoup d'interviews il a déclaré et répété son extase face au jeu de guitare et à l'attitude d'Ulmer.
Moi, c'est un album que j'aime (très hybride, mais finalement c'est Ulmer qui force le respect même si j'aime Burger et Kat Onoma):



Burger a le mérite de faire entrer la poésie française contemporaine dans la chanson.
Avec Olivier Cadiot, et avec sa connaissance des auteurs beat et de la littérature américaine en général.
Grand copain de Bashung.
avatar
Gut bucket
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 2065
Age : 37
Localisation : Le Havre
Date d'inscription : 07/05/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: James Blood Ulmer

Message par Gut bucket le Jeu 6 Juin 2013 - 21:20

et d'Higelin
avatar
Gut bucket
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 2065
Age : 37
Localisation : Le Havre
Date d'inscription : 07/05/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: James Blood Ulmer

Message par Jipes le Jeu 6 Juin 2013 - 21:34

Oui Gut Bucket, Rodolphe Burger a même enregistré une composition de James Blood Ulmer "Marie" une relecture blues superbe, je l'ai entendu le jouer sur scène c'était vraiment excellent cheers
avatar
Jipes
Admin
Admin

Nombre de messages : 8840
Age : 57
Localisation : Mulhouse (Alsace)
Date d'inscription : 29/06/2006

http://www.mojo.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: James Blood Ulmer

Message par Gut bucket le Jeu 6 Juin 2013 - 22:05

Ulmer a une façon de jouer de la guitare avec uniquement son pouce, mais d'une façon virtuose.
avatar
Gut bucket
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 2065
Age : 37
Localisation : Le Havre
Date d'inscription : 07/05/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: James Blood Ulmer

Message par Gut bucket le Jeu 6 Juin 2013 - 22:15

avatar
Gut bucket
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 2065
Age : 37
Localisation : Le Havre
Date d'inscription : 07/05/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: James Blood Ulmer

Message par Flovia le Ven 7 Juin 2013 - 23:34

Excellente initiative de faire remonter ce topic! ça faisait un bon bout de temps que je n'avais pas écouté James Blood Ulmer. Du coup, en fouinant sur le tube, je suis tombée sur un extrait de concert 'The music generation ensemble 2003' avec Pharoah Sanders.
Plus par curiosité qu'autre chose, j'ai voulu me rendre compte de ce qu'ils donnaient ensemble, n'étant par nature (féminine?) pas du tout branchée 'free'. Eh bien, surprise, ce que faisait Sanders, en tout cas sur la partie n°5, m'a plu! Je l'ai trouvé, comment dire (?), plutôt très abordable pour ma petite oreille.
Alors ceci dit, je n'ai pas encore tout écouté, j'aurai peut-être moins de chance par la suite, mais qu'importe!

A tout hasard, je vous mets les liens dans l'ordre:

http://www.youtube.com/watch?v=-TDt5cCHrQg

http://www.youtube.com/watch?v=NPpRbCq2e8s

http://www.youtube.com/watch?v=Tdlhz2Z2PDU

http://www.youtube.com/watch?v=Pd4KQGQa8vA
(Calvin Jones est du tonnerre au début de cet extrait-là! Ulmer enchaîne ensuite sur 'Little red rooster', ça devrait plaire à tout le monde...)



http://www.youtube.com/watch?v=jxjP0jdY3aw

http://www.youtube.com/watch?v=Qf_BlEh9Ue4

avatar
Flovia
The voice of Bluesland
The voice of Bluesland

Nombre de messages : 6682
Age : 60
Localisation : Bourgogne sud
Date d'inscription : 19/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: James Blood Ulmer

Message par Gut bucket le Sam 8 Juin 2013 - 0:09

J'aime pas trop tous les développements Jazz voir free dans ses solos.
Le sax, j'aime pas du tout à la base, et là, pas plus.
Mais le son du bonhomme Ulmer est quand même impressionnant malgré qu'il utilise toujours des effets qui sont ceux que j'évite habituellement.

Quand même, quelle maîtrise!
avatar
Gut bucket
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 2065
Age : 37
Localisation : Le Havre
Date d'inscription : 07/05/2013

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum