Eddy Clearwater, Jazz club Lionel Hampton, 29/03/07

Aller en bas

30032007

Message 

Eddy Clearwater, Jazz club Lionel Hampton, 29/03/07




Bon, je crois que celle-là va être plus longue -et bien plus positive- que pour Otis Taylor !

Je suis obligé de commencer par un grand merci à Eldoro et Pat327 pour leurs recommandations, sans quoi je n'aurais sans doute pas fait le déplacement hier soir

Mes potes s'étant débinés un à un, trop de boulot, je ne me suis finalement décidé qu'à 22h15, en me disant que c'était vraiment trop con de rater le Chief, et hop, 20 minutes plus tard je pousse la porte du Méridien (si on veut...) et... J'ai tout de suite compris que j'allais pas regretter !
Le premier set venait juste de commencer, direct sous le charme du Chief. Et comme il y avait pas grand monde, je vais carrément m'assoir juste devant Eddie au premier rang (un peu à droite quand même Wink
(j'avais même les pieds posés contre son retour, vous voyez le topo Very Happy )
Et c'était parti pour 3 heures de très très grande musique !

Le groupe, à l'allure invraisemblable mais parfait, comprend un second guitariste (un noir de moins de 1m50 !) bigrement efficace comme l'écrivait Eldoro, un bassiste extrêmement discret (un frêle métis chinois) et un batteur aussi à l'aise dans le rapide que dans le lent (un grand blanc flegmatique). Ajouter le Chief avec sa grande carcasse et ses accoutrements top kitch : chemise bleue électrique à paillettes et casquette souvenir "Paris" assortie, pantalon blanc pour le premier set -imaginez avec sa guitare rouge Shocked , et "chemise" blanche 100% vinyl et chapeau Stenson à motif vache normande pour le second set... sans oublier sa légendaire coiffe indienne de (fausses ?) plumes, qu'il n'aura supporté que qqs minutes.
Une fois la surprise passée, on est conquis par la cohésion musicale de l'ensemble. Et au Méridien, l'acoustique est vraiment top et la balance parfaite, ce qui justifie les 26 € à payer (1 conso incluse tout de même).

A 72 ans, donc, le Chief envoie toujours avec la même générosité : 2 sets de 90 minutes quand même, qu permettent de faire le tour des multiples facettes -et talents- du personnage.

Un premier set éclectique, 1/3 blues, 1/3 rock et 1/3 country ou autre,
très inspiré par Chuck Berry pour les rocks, très West Side pour les Blues (fantastique version de "I came up the hard way", très émouvante tirade largement autobiographique -dont vous trouverez les paroles sur http://www.lyricsdownload.com/eddy-clearwater-came-up-the-hard-way-lyrics.html) et très personnel pour les autres morceaux.

Au chant, Eddie a un peu perdu de sa puissance, mais chante toujours avec beaucoup d'émotion et de conviction.

Mais venons-en à la guitare, et quelle guitare !
Hier soir, il n'a joué que sa Gibson 335, malgré la présence sur scène d'une Strato dont il me promit pourtant de jouer aussi à la pause.
Donc pour ce qui est de la maîtrise de l'instrument, ça en impose (je ne suis pas un spécialiste), sonorité extra, quelque part entre Otis Rush, Magic Slim et T-Bone Walker, effets subtils, facilité déconcertante à manipuler les boutons pendant les soli et surtout, toujours la bonne note au bon moment. Et jamais trop de notes, jamais. Plus une tension extrême, qui se manifeste souvent par des grimaces inouïes pendant les soli, il est vraiment dedans !
Et nous aussi, bien sûr !!!
Un autre excellent blues, fort évocateur, illustre bien son style de guitare, finalement : "Slow & Easy" qui charme forcément.

A la pause, vu la salle clairsemée, bonne occasion d'aller féliciter le maître, et après une dédicace assez comique (il en a mis partout sur la pochette), j'ai pu causer un bon moment avec le Chief, jovial et chaleureux, il avait l'air content de sa tournée française (il rentre aux US dimanche) et garde une bonne répartie (quand je lui fais "And that guitar, you got it right from T-Bone?", il me sort "Hey man, what the hell, that can't be : He was not left-handed, right ?!").
Après une bonne vingtaine de poignées de mains, c'était reparti pour un second set bien plus blues, encore meilleur de mon point de vue, malgré une audience très réduite après 1 heure du mat', même si les gens avaient évidemment du mal à partir Very Happy
Très blues, donc, avec par exemple "Don't take my blues" à l'humour étonnant et à la conviction absolue.
Et très "groove" aussi, surtout sur une très très longue pièce "Cool blues walk", à l'atmosphère envoutante et finalement trop courte... (20 minutes ???)
Puis "Hoochie Coochie Man", assez fidèle à Muddy sauf pour un solo très personnel. Saviez-vous que son nom de scène "Clearwater" (il s'appelle Harrington sur son passeport) vient de l'époque où il parodiait Muddy Waters (c'était même "Clear Waters" au début Cool )

Et comme tout ça se finit à 2 heures, une dernière vigoureuse poignée de mains et un "Thanks for your support !" qui fait plaisir, il faut dire que où j'étais placé, il devait m'entendre !!!
Un grand bonhomme, sincère et généreux, et quel guitariste !!!
Sans aucun doute un des 10 meilleurs concerts que j'ai vu.

Il joue encore ce soir, donc je ne dirai qu'une chose aux parisiens : FONCEZ-Y !!! C'est un ordre !
(Je crois qu'il y a aussi une date samedi dans le Nord)

PG

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Eddy Clearwater, Jazz club Lionel Hampton, 29/03/07 :: Commentaires

Message le Sam 31 Mar 2007 - 17:22 par pat327



Photo souvenir samedi dernier au Passage Blues Festival

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Dim 1 Avr 2007 - 14:21 par Jipes (En ligne)

Excellente chronique PG, il se trouve que la chanteuse de mon groupe SoulManiacs etait là ce soir là et a eu la chance de prendre le petit déjeuner avec le Big Chief Wink C'est un type charmant un rien hableur même à 72 ans lol!

Sinon je suis bien fan de son style a la limite du Rock'n roll je reprennais souvent son titre Two times nine un bon rock dans l'esprit Chuck Berry.

Jipes

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Dim 1 Avr 2007 - 23:05 par Eldoro

Pas de quoi Wink moi de mon coté je sais qu'il faut éviter la fille de qui tu sais lol

Came up the hard way, pour moi le meilleur morceau du concert de vaulx en velin, la bonne note au bon moment le style de guitare West side... le chant, vraiment dedans et pour cause...

as tu retenu le nom du sideman a la 2e gratte ? (pas comme moi qui l'ai oublié)

Don't take my blues il est sur l'album Mean case of the Blues qui est bien sympa plein de supers morceaux (Check up on my baby, Send for me...)

Blues hang out est terrible aussi, il y a Will Crosby a la 2e guitare, entre autres

Revenir en haut Aller en bas

Message le Lun 2 Avr 2007 - 10:39 par Invité

Merci pour cette belle photo Pat327, avec ça on y est encore un peu Very Happy

Pour répondre à Eldoro, désolé, je n'ai pas non plus capté le nom du guitariste, assez étonnant il est vrai Shocked

Revenir en haut Aller en bas

Message le Lun 2 Avr 2007 - 21:32 par pat327

Je crois qu'il s'appelle Charlie Love.

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Mar 3 Avr 2007 - 0:03 par Eldoro

merci et merci pour ta photo !

Revenir en haut Aller en bas

avatar

Message le Ven 23 Sep 2011 - 14:48 par RichBlues

Même si le post date de quelques années déjà, je n'ai pas résisté à la tentation d'y mettre mon grain de sel.

En 2008, j'étais au 25ième festival de blues de Chicago et j'ai assisté au spectacle du Chief Clearwater. J'ai été très impressionné par la prestance de ce bluesman sur scène et de sa façon de maitriser sa 335. J'avais déjà vu des gauchers jouer sur une guitare pour droitier mais lui il dépassait les limites avec ses doigts qui sont environ le double plus long que les miens.

Bien que le festival de blues de Chicago soit loin de chez-moi, je vais sûrement y retourner malgré les 1700km de route qu'il faut parcourir.

Revenir en haut Aller en bas

Message  par Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum