Bloomfield/Kooper/Stills - Super Session 1968

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Bloomfield/Kooper/Stills - Super Session 1968

Message par Bloomers le Jeu 8 Mar 2007 - 9:21




Mike Bloomfield - Al Kooper & Steve Stills "Super Session" 1968 (Digitally Remastered - Sony Music 2003)

Al Kooper : Vocals, piano, Organ, Ondioline, Electric Guitar
Mike Bloomfield : Electric Guitar (Side 1 Only)
Steve Stills : Electric Guitar (Side 2 Only)
Barry Goldberg : Electric Piano
Harvey Brooks : Bass
Eddie Hoh : Drums

Principe : une Jam orchestré par Al Kooper, clavier doué ayant joué en compagnie de Mike Bloomfield, sur "Highway 61" de Bob Dylan, momentanément échappé de Blood, Sweat & Tears. le guitariste Mike Bloomfield quant à lui, vient de déposé les armes de son combo psychédélique Electric Flag.

Kooper & Bloomfield enregistrent en une journée plusieurs titres basés sur des jams Blues-Soul & Jazz. Ce qui, normalement, devrait être le cauchemard de tout un chacun se transforme en chef-d'oeuvre ultime.

Tout au long de la première face, Mike Bloomfield assure un jeu de guitare d'une fluidité rarement égalé. Des blues d'une intensité exceptionnelle. Il suffit d'écouter les dialogues orgue/guitare sur "Albert Shuffle", "Really", "Stop" pour s'en convaincre...
Le long titre expérimental "His Holy Modal Majesty" lorgne carrément vers le jazz de John Coltrane tandis que "Man's Temptation" (reprise de Curtis Mayfield) rend hommage à la soul de Chicago...

Malheureusement cette magnifique "Supper Session" tourne court, Bloomfield doit être emmené d'urgence à l'hopital pour une cure de sommeil...Atteint de dépression maladive lié à son mode de vie insomniaque (il pouvait rester 3 jours sans dormir) Mike Bloomfield souffre également de dépendance envers les drogues dures contracté un an plutôt avec l’Electric Flag.

Pour terminer l'album, Al Kooper fait appel au guitariste Steve Stills (ex-Buffallo Sringfield/futur Crosby, Stills & Nash)
Rappelons que nous sommes en 1968, période psychédélique et c'est un peu de cette couleur qu'introduit Stills sur la deuxième face. Son solo Wah-Wah sur "Season Of The Witch" est un morceau d'anthologie. L'amitié qui le liait à Jimi Hendrix à dû lui servir pour aboutir à une telle maitrise de l'instrument...

"Supper Sessions" a été enregistré de façon spontanée par des musiciens heureux d'être ensemble et de communiquer leurs émotions.

Cet album est pour certains, l'un des plus beaux jamais réalisés. Il n'a pas pris une ride, preuve que lorsque la musique est de qualité, le temps n'a plus cours...

PS: la nouvelle édition est augmentée de 4 bonus Track (une version d'"Albert Shuffle","Season of The Witch" sans les cuivres et 2 magnifiques inédits)
avatar
Bloomers
Doctor es Bloomfield
Doctor es Bloomfield

Nombre de messages : 480
Date d'inscription : 24/04/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloomfield/Kooper/Stills - Super Session 1968

Message par Jungleland le Lun 12 Mar 2007 - 11:03

merci de toutes ces précisions car j'ignorais certaines choses (je n'ai l'album qu'en K7 .... )
en tout cas le Season of the Witch est assez superbe effectivement. J'aime assez aussi l'interprétation d'un titre de Dylan qui est présent (impossible de me souvenir du nom)

_________________
The blues are the roots
The rest are the fruits

http://aupaysdublues.free.fr/index.php
avatar
Jungleland
Admin
Admin

Nombre de messages : 15001
Age : 55
Localisation : Lost in the flood
Date d'inscription : 20/10/2005

http://mywmym.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloomfield/Kooper/Stills - Super Session 1968

Message par Be-Bop Tango le Lun 30 Sep 2013 - 19:15

Salut tout le monde !

Comme certains, j'aime bien ce "Super Session", qui m'avait fait connaître Mike Bloomfield et qui résume assez bien, selon moi, la qualité et le style de son jeu, du moins sur une face, comme c'est mentionné.

Cependant, excuses mon audace mais une question me taraude, Bloomers.
Tu as dit ne pas comprendre ceux qui s'arrêtent à "Super Session" pour juger ou apprécier Bloomfield.
Soit.
Si cet album est son chef-d'oeuvre ultime, pourquoi aller voir plus loin ou ailleurs pour creuser son propos ?

Ceux qui ne l'aiment pas n'ont aucune raison d'approfondir, voire même ceux qui l'apprécient d'ailleurs, si les autres albums sont en de-ça. Ils passeront tous à autre chose, sans souci, même si pour ces derniers (ceux qui l'apprécient), une curiosité toute légitime peut inciter à creuser plus, comme tu dis.
Ce qui a été mon cas, même si je ne souhaite pas tout connaître de sa discographie, l'essentiel me suffira bien (cf les autres topics).

Par ailleurs, dommage d'avoir un peu occulté l'apport de Stephen Stills sur la face 2, hormis pour "Season Of The Witch" évidemment superbe aussi, qui me semble aussi intéressant dans cette jam en studio, même si le jeu et le style diffèrent.

Ceci dit, j'aime bien autant, voire plus, le Live "My Labors" avec Nick Gravenites, même si je ne connais pas les deux autres Live de 69, au "Fillmore West" et "l'Adventures ..." comme évoqué ailleurs aussi.
avatar
Be-Bop Tango
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 1310
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloomfield/Kooper/Stills - Super Session 1968

Message par Phil cotton color le Mar 1 Oct 2013 - 9:16

Je ne connaissais pas cette vieille rubrique... Very Happy 
Ben... depuis 2007, Bloomers semble avoir quelque peu changé d'avis sur ce "Super Session"... Wink 
Après tout, c'est possible, on a le droit d'évoluer dans ses opinions... Twisted Evil
avatar
Phil cotton color
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 4926
Age : 63
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloomfield/Kooper/Stills - Super Session 1968

Message par Bloomers le Mar 1 Oct 2013 - 10:12

Be-Bop Tango a écrit:Salut tout le monde !

Comme certains, j'aime bien ce "Super Session", qui m'avait fait connaître Mike Bloomfield et qui résume assez bien, selon moi, la qualité et le style de son jeu, du moins sur une face, comme c'est mentionné.
Bloomfield ne joue que sur une face...réalisé en une journée sur le dos (à cause d'une blessure au pied). pour lui c'est une jam sans importance placé dans un concept inédit pour l'époque
Al Kooper estimait que Mike n'avait jamais été enregistré à sa juste valeur, il voulait montré le talent de bloom en plaçant sa guitare en avant.
Ce qui frappe sur ce disque (si on le prend dans son contexte) est justement l'espace donné à la guitare...aucun enregistrement studio de blues rock US démontrait aussi bien et de façon accessible la virtuosité d'un guitariste de blues blanc.
c'est grâce à ce genre de disque et surtout à son succès qu'un gars comme Winter a trouvé du boulot sur Columbia

Be-Bop Tango a écrit:
Cependant, excuses mon audace mais une question me taraude, Bloomers.
Tu as dit ne pas comprendre ceux qui s'arrêtent à "Super Session" pour juger ou apprécier Bloomfield.
Soit.
Si cet album est son chef-d'oeuvre ultime, pourquoi aller voir plus loin ou ailleurs pour creuser son propos ?
cette question est un classique Wink 
En fait Super Session est son chef d'oeuvre commercial, le disque dans lequel beaucoup de gens l'ont enfermé. un peu comme Alvin Lee et son "Going home" par exemple.
Il faut s'imaginer que dans tous les concerts, on lui demandait du "Super Session" Rolling Eyes 

Be-Bop Tango a écrit:
Ceux qui ne l'aiment pas n'ont aucune raison d'approfondir, voire même ceux qui l'apprécient d'ailleurs, si les autres albums sont en de-ça. Ils passeront tous à autre chose, sans souci, même si pour ces derniers (ceux qui l'apprécient), une curiosité toute légitime peut inciter à creuser plus, comme tu dis.
Ce qui a été mon cas, même si je ne souhaite pas tout connaître de sa discographie, l'essentiel me suffira bien (cf les autres topics).
ses albums live prouvent qu'il pouvait proposer quelque chose de plus consistant et passionnant...tu le dis toi même Basketball 
rien que pour ces 3 albums, il est dommage de s’arrêter à Super Session.


Be-Bop Tango a écrit:
Par ailleurs, dommage d'avoir un peu occulté l'apport de Stephen Stills sur la face 2, hormis pour "Season Of The Witch" évidemment superbe aussi, qui me semble aussi intéressant dans cette jam en studio, même si le jeu et le style diffèrent.
je te le concède...j'ai préféré placé Bloomfield plus en avant car c'est la face la plus bluesy de l'album et qu'il mérite plus d'attention que Stills (qui fait également partit de mes musiciens préférés)

Be-Bop Tango a écrit:
Ceci dit, j'aime bien autant, voire plus, le Live "My Labors" avec Nick Gravenites, même si je ne connais pas les deux autres Live de 69, au "Fillmore West" et "l'Adventures ..." comme évoqué ailleurs aussi.
les live adventure ont été capté en 1968 au fillmore west...il est moins original que "My Labors"/ "Live at BG fillmore west" dans son approche mais plus dense.
le premier 33t du Butterfield Blues Band est également important pour comprendre le BLUES ROCK US dont l'importance est sous représenté dans les livres et sur les forums européens. il y en a que pour les anglais
avatar
Bloomers
Doctor es Bloomfield
Doctor es Bloomfield

Nombre de messages : 480
Date d'inscription : 24/04/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloomfield/Kooper/Stills - Super Session 1968

Message par Bloomers le Mar 1 Oct 2013 - 10:32

Phil cotton color a écrit:Je ne connaissais pas cette vieille rubrique... Very Happy 
Ben... depuis 2007, Bloomers semble avoir quelque peu changé d'avis sur ce "Super Session"... Wink 
Après tout, c'est possible, on a le droit d'évoluer dans ses opinions... Twisted Evil
c'est bien plus vieux que 2007, je pense qu'elle date de 2003...c'est vrai que mon opinion a changé. je me souviens l'avoir défendu comme un bougre face à des musiciens ou amateurs sur une petite dizaine de forums.
Je me disputais notamment avec Ayler (grand fan d'Hendrix qui officie aussi sur ce forum) sans arrêt...mais bon avec l'âge on s'assagit...la preuve on a créé ensemble le forum AMERICAN MUSIC Wink 
avatar
Bloomers
Doctor es Bloomfield
Doctor es Bloomfield

Nombre de messages : 480
Date d'inscription : 24/04/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloomfield/Kooper/Stills - Super Session 1968

Message par Phil cotton color le Mar 1 Oct 2013 - 10:53

Bloomers a écrit:
Be-Bop Tango a écrit:
Cependant, excuses mon audace mais une question me taraude, Bloomers.
Tu as dit ne pas comprendre ceux qui s'arrêtent à "Super Session" pour juger ou apprécier Bloomfield.
Soit.
Si cet album est son chef-d'oeuvre ultime, pourquoi aller voir plus loin ou ailleurs pour creuser son propos ?
cette question est un classique Wink 
En fait Super Session est son chef d'oeuvre commercial, le disque dans lequel beaucoup de gens l'ont enfermé. un peu comme Alvin Lee et son "Going home" par exemple.
Il faut s'imaginer que dans tous les concerts, on lui demandait du "Super Session" Rolling Eyes 
Ouais... enfin dans ta chronique de 2007, tu parles quand même de "Blues d'une intensité exceptionnelle", ce qui me semble, à te lire dans tes interventions dans le topic consacré à MB, assez éloigné de ce que tu peux penser aujourd'hui, et, pour ma part, tout le contraire de ce que j'éprouve en les écoutant !
Le jeu de guitare de MB dans ces Blues est certes d'une "fluidité rarement égalée", mais me paraît bien académique et surtout bien froid. C'est d'ailleurs assez étonnant d'apprendre qu'il était en crise dépressive et junky durant cette période, au point de devoir arrêter l'enregistrement. Cela ne transparaît absolument pas dans son jeu, dont on aurait pu (naïvement ?) penser qu'il aurait du être alors très décousu (voir en comparaison l'album enregistré en France par Otis Rush dans le même état dépressif...).
Encore un point d'interrogation dans la personnalité très complexe de Michael Bloomfield, toute en contradictions, avec une frustration quasi permanente née certainement de l'antagonisme entre ce qu'il était réellement et ce qu'il aurait voulu être. Malheureusement pour lui, il n'a certainement pas su gérer humainement cette frustration, ni même la traduire musicalement de façon assez puissante pour la transfigurer, ce qui lui aurait sans doute permis de ne pas finir si tragiquement.
avatar
Phil cotton color
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 4926
Age : 63
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloomfield/Kooper/Stills - Super Session 1968

Message par Bloomers le Mar 1 Oct 2013 - 12:17

Phil cotton color a écrit:Ouais... enfin dans ta chronique de 2007, tu parles quand même de "Blues d'une intensité exceptionnelle", ce qui me semble, à te lire dans tes interventions dans le topic consacré à MB, assez éloigné de ce que tu peux penser aujourd'hui, et, pour ma part, tout le contraire de ce que j'éprouve en les écoutant !
on rentre dans le subjectif...tout le monde ne pense pas comme toi.

Phil cotton color a écrit:
Le jeu de guitare de MB dans ces Blues est certes d'une "fluidité rarement égalée", mais me paraît bien académique et surtout bien froid. C'est d'ailleurs assez étonnant d'apprendre qu'il était en crise dépressive et junky durant cette période, au point de devoir arrêter l'enregistrement. Cela ne transparaît absolument pas dans son jeu, dont on aurait pu (naïvement ?) penser qu'il aurait du être alors très décousu (voir en comparaison l'album enregistré en France par Otis Rush dans le même état dépressif...).
Encore un point d'interrogation dans la personnalité très complexe de Michael Bloomfield, toute en contradictions, avec une frustration quasi permanente née certainement de l'antagonisme entre ce qu'il était réellement et ce qu'il aurait voulu être. Malheureusement pour lui, il n'a certainement pas su gérer humainement cette frustration, ni même la traduire musicalement de façon assez puissante pour la transfigurer, ce qui lui aurait sans doute permis de ne pas finir si tragiquement.
Rien qu'en lisant les 15 pages sur Bloomfield, il est normal que tu prennes ma chronique avec du recul. c'est pour cela que je n'écrit plus sur lui et préfère le demander à d'autre Wink 
D'après son frère, Mike était Bi-polaire (une maladie non diagnostiquée à l'époque)...ce qui en dit long encore sur ce qu'on peut penser.
Tout les grands guitaristes de l'époque ont soufferts de la dope etc...clapton, winter, richards (je ne parle pas d'hendrix, blind howl) ne sont-ils pas tous passés par des moments de doute, dépression...
avatar
Bloomers
Doctor es Bloomfield
Doctor es Bloomfield

Nombre de messages : 480
Date d'inscription : 24/04/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloomfield/Kooper/Stills - Super Session 1968

Message par Flovia le Mar 1 Oct 2013 - 21:31

Bloomers a écrit:
Phil cotton color a écrit:Ouais... enfin dans ta chronique de 2007, tu parles quand même de "Blues d'une intensité exceptionnelle", ce qui me semble, à te lire dans tes interventions dans le topic consacré à MB, assez éloigné de ce que tu peux penser aujourd'hui, et, pour ma part, tout le contraire de ce que j'éprouve en les écoutant !
on rentre dans le subjectif...tout le monde ne pense pas comme toi.
Je ne suis pas tout le monde (et heureusement, quelque part…), mais je pense exactement comme Phil !

…Et de constater encore une fois que, dans tes réponses, tu esquives les propos dérangeants (ou encore les questions pénibles). C’est si commode de ne reprendre que les derniers mots de la toute dernière phrase de ton interlocuteur, et de les exploiter pour dévier la conversation ou encore orienter à ta guise le débat!

Donc, pour rappel, Phil te parlait de l’évolution de ton jugement concernant le ‘Super Session K.B.S’ , entre 2007 (date à laquelle tu as publié ta chronique) et 2013 (cf les propos que tu as tenus dans la rubrique ‘Bloomfield story’, notamment tes conseils d’albums primordiaux, parmi lesquels, de fait, le 'SS KBS' ne figure pas en premier choix…)!!!  
Ne peux-tu donc simplement admettre que tu as changé d’avis à son sujet?
Eh non, hein, pas si facile, apparemment!...



Bloomers a écrit:on rentre dans le subjectif...
Alors là, c'est la meilleure! lol!
Toi, Bloomers, tu reproches aux autres d’être dans le subjectif ?  Fichtre, t'es sacrément gonflé, quand même ! Ne te rends-tu donc pas compte de n’évoluer toi-même que dans le subjectif ? Laughing


Bloomers a écrit:
Phil cotton color a écrit:
Le jeu de guitare de MB dans ces Blues est certes d'une "fluidité rarement égalée", mais me paraît bien académique et surtout bien froid. C'est d'ailleurs assez étonnant d'apprendre qu'il était en crise dépressive et junky durant cette période, au point de devoir arrêter l'enregistrement. Cela ne transparaît absolument pas dans son jeu, dont on aurait pu (naïvement ?) penser qu'il aurait du être alors très décousu (voir en comparaison l'album enregistré en France par Otis Rush dans le même état dépressif...).
Encore un point d'interrogation dans la personnalité très complexe de Michael Bloomfield, toute en contradictions, avec une frustration quasi permanente née certainement de l'antagonisme entre ce qu'il était réellement et ce qu'il aurait voulu être. Malheureusement pour lui, il n'a certainement pas su gérer humainement cette frustration, ni même la traduire musicalement de façon assez puissante pour la transfigurer, ce qui lui aurait sans doute permis de ne pas finir si tragiquement.
Rien qu'en lisant les 15 pages sur Bloomfield, il est normal que tu prennes ma chronique avec du recul. c'est pour cela que je n'écrit plus sur lui et préfère le demander à d'autre Wink 
Pardon, Phil, de te chiper encore la primeur de la réponse, mais la répartie de notre ami, en apparence anodine, mérite tout de même d'être commentée.

T’es vraiment too much, Bloomers !
De fait, c’est moins Phil que toi-même qui, en la circonstance, a pris du recul … A mes yeux, c’est une évidence !

D’autre part, ôte-moi d’un doute… Insinuerais-tu également que Phil ait pu être influencé par les commentaires de tes précédents interlocuteurs, voire par les critiques de tes ‘pseudo-détracteurs’ ?
Quand même pas ?... Si ?!
Alors si telle est ton intime conviction, sache pour ta gouverne que Phil est suffisamment adulte, calé en blues (versant ‘électrique’, il est même le plus pointu d’entre nous tous ici), et solide musicien pour se forger sa propre opinion sans l’aide de quiconque.  

Et enfin, tu prétends ne plus écrire sur Bloomfield, la bonne blague !...

Mais mon cher, c’est pourtant exactement ce que tu continues de faire !
Certes d’une façon différente ( parce qu’en vertu de je-ne-sais quel critère – ton statut de spécialiste es- bloomfield, sans doute?  - tu t’estimes dispensé de longs plaidoyers ), posture d’ailleurs autrement plus confortable pour toi et dont j’irais même jusqu’à qualifier la visée de beaucoup plus insidieuse.

En effet, parmi la masse des arguments avancés, tu choisis soigneusement ceux que tu peux relever, développer et/ou démonter pour mieux servir ta croisade ‘Bloomfield’.

Le seul problème d’une telle tactique, c’est qu’elle ne dupe pas grand monde.
Eh oui, Bloomers, parce que tu cites de trop larges passages lorsque tu réponds !... Tttt...
Du coup, tout lecteur, y compris le moins attentif, se rend fort bien compte de tout ce que tu éludes et du peu que tu privilégies.
Aussi, à défaut de totalement te justifier, affine au moins ton découpage à l’avenir, tu gagneras en crédibilité ! Si si, je t’assure … Wink

........

Maintenant, pour en revenir à ta chronique du ‘Super session’ (n’aies crainte, je ne te ferai pas l'outrage de revenir sur l’éloge dithyrambique que tu en as faite, et qu'au demeurant je ne partage pas), tu m’excuseras néanmoins de la trouver succincte, et à l’égal de Be-bop, un rien bancale.
Je vise plus précisément ici ton impasse de la face B, celle avec Stills (musicien que pourtant tu déclares apprécier …), démarche (ou plutôt absence de démarche), elle-même hautement subjective...

Bon, ton intérêt se limite à Bloomfield, chacun l’aura compris, mais quand même, en chroniqueur qui se respecte, un minimum d’impartialité aurait voulu que tu ne passes pas délibérément une moitié de LP à la trappe… Laughing
avatar
Flovia
The voice of Bluesland
The voice of Bluesland

Nombre de messages : 6663
Age : 60
Localisation : Bourgogne sud
Date d'inscription : 19/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloomfield/Kooper/Stills - Super Session 1968

Message par sergio88 le Mer 2 Oct 2013 - 0:39

Ah ben là, y'en a qui vont être habillés pour l'hiver. lol! 

_________________
Play fast. Life is short

http://www.youtube.com/user/sergio88000

=================================

Le véritable mélomane est l'homme qui, entendant une femme chanter dans sa salle de bain, s'approche du trou de la serrure et y colle... l'oreille.
Francis Blanche
avatar
sergio88
Admin
Admin

Nombre de messages : 10862
Age : 54
Localisation : Epinal, enfin tout près.
Date d'inscription : 16/05/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloomfield/Kooper/Stills - Super Session 1968

Message par Bloomers le Mer 2 Oct 2013 - 6:58

Flovia a écrit:
Je ne suis pas tout le monde (et heureusement, quelque part…), mais je pense exactement comme Phil !
tiens, une revenante Wink.

Flovia a écrit:
…Et de constater encore une fois que, dans tes réponses, tu esquives les propos dérangeants (ou encore les questions pénibles). C’est si commode de ne reprendre que les derniers mots de la toute dernière phrase de ton interlocuteur, et de les exploiter pour dévier la conversation ou encore orienter à ta guise le débat!
oulaaaaaaaaa, je vois que tu es bien remonté Crying or Very sad je manipule la conversation Very Happy  je te dérange peut être ?


Flovia a écrit:
Donc, pour rappel, Phil te parlait de l’évolution de ton jugement concernant le ‘Super Session K.B.S’ , entre 2007 (date à laquelle tu as publié ta chronique) et 2013 (cf les propos que tu as tenus dans la rubrique ‘Bloomfield story’, notamment tes conseils d’albums primordiaux, parmi lesquels, de fait, le 'SS KBS' ne figure pas en premier choix…)!!!  
Ne peux-tu donc simplement admettre que tu as changé d’avis à son sujet?
Eh non, hein, pas si facile, apparemment!...
tout est facile pour moi parce que je ne me prend pas la tête...tu me connais bien mal.


Flovia a écrit:
Alors là, c'est la meilleure! lol!
Toi, Bloomers, tu reproches aux autres d’être dans le subjectif ?  Fichtre, t'es sacrément gonflé, quand même ! Ne te rends-tu donc pas compte de n’évoluer toi-même que dans le subjectif ? Laughing
je ne reproche rien à personne. l'avis de Phil n'est pas partagé par tout le monde. (Be-bop-tango par ex) c'est le disque le plus commercial/vendu par Bloomfield-Kooper
pour ton info, j'évolue dans le subjectif et j'essaie d'éviter le péremptoire gratuit.

Flovia a écrit:

Pardon, Phil, de te chiper encore la primeur de la réponse, mais la répartie de notre ami, en apparence anodine, mérite tout de même d'être commentée.
T’es vraiment too much, Bloomers !
De fait, c’est moins Phil que toi-même qui, en la circonstance, a pris du recul … A mes yeux, c’est une évidence !
je me suis peut être mal exprimé sur ce coup là Laughing 

Flovia a écrit:
D’autre part, ôte-moi d’un doute… Insinuerais-tu également que Phil ait pu être influencé par les commentaires de tes précédents interlocuteurs, voire par les critiques de tes ‘pseudo-détracteurs’ ?
Quand même pas ?... Si ?!
Alors si telle est ton intime conviction, sache pour ta gouverne que Phil est suffisamment adulte, calé en blues (versant ‘électrique’, il est même le plus pointu d’entre nous tous ici), et solide musicien pour se forger sa propre opinion sans l’aide de quiconque.  
ta parano m'amuse. je n'ai aucun problème avec Phil. de quoi tu te mêle ?

Flovia a écrit:
Et enfin, tu prétends ne plus écrire sur Bloomfield, la bonne blague !...
je n'écris plus de CHRONIQUE...c'est plus précis pour toi ?

Flovia a écrit:
Mais mon cher, c’est pourtant exactement ce que tu continues de faire !
Certes d’une façon différente ( parce qu’en vertu de je-ne-sais quel critère – ton statut de spécialiste es- bloomfield, sans doute?  - tu t’estimes dispensé de longs plaidoyers ), posture d’ailleurs autrement plus confortable pour toi et dont j’irais même jusqu’à qualifier la visée de beaucoup plus insidieuse.

En effet, parmi la masse des arguments avancés, tu choisis soigneusement ceux que tu peux relever, développer et/ou démonter pour mieux servir ta croisade ‘Bloomfield’.

Le seul problème d’une telle tactique, c’est qu’elle ne dupe pas grand monde.
Eh oui, Bloomers, parce que tu cites de trop larges passages lorsque tu réponds !... Tttt...
Du coup, tout lecteur, y compris le moins attentif, se rend fort bien compte de tout ce que tu éludes et du peu que tu privilégies.
Aussi, à défaut de totalement te justifier, affine au moins ton découpage à l’avenir, tu gagneras en crédibilité ! Si si, je t’assure … Wink

........
tout d'abord, je n'ai pas choisi mon statut. Jungleland te le confirmera.
Pour le reste, je me moque de cette "crédibilité"...je veux juste discuter.
Si mes arguments ne te plaise pas...ce n'est pas très grave.

Flovia a écrit:
Maintenant, pour en revenir à ta chronique du ‘Super session’ (n’aies crainte, je ne te ferai pas l'outrage de revenir sur l’éloge dithyrambique que tu en as faite, et qu'au demeurant je ne partage pas), tu m’excuseras néanmoins de la trouver succincte, et à l’égal de Be-bop, un rien bancale.
Je vise plus précisément ici ton impasse de la face B, celle avec Stills (musicien que pourtant tu déclares apprécier …), démarche (ou plutôt absence de démarche), elle-même hautement subjective...
Bon, ton intérêt se limite à Bloomfield, chacun l’aura compris, mais quand même, en chroniqueur qui se respecte, un minimum d’impartialité aurait voulu que tu ne passes pas délibérément une moitié de LP à la trappe… Laughing
tu as tout à fait le droit de ne pas aimer et te concède bien volontiers sa brièveté.
avatar
Bloomers
Doctor es Bloomfield
Doctor es Bloomfield

Nombre de messages : 480
Date d'inscription : 24/04/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloomfield/Kooper/Stills - Super Session 1968

Message par Bloomers le Mer 2 Oct 2013 - 7:39

sergio88 a écrit:Ah ben là, y'en a qui vont être habillés pour l'hiver. lol! 
je serai plutôt partant pour qu'on me taille un short pour l'été...si c'est possible lol! 
avatar
Bloomers
Doctor es Bloomfield
Doctor es Bloomfield

Nombre de messages : 480
Date d'inscription : 24/04/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloomfield/Kooper/Stills - Super Session 1968

Message par BAYOU le Mer 2 Oct 2013 - 9:40

On reste cool SVP sinon cela va partir en sucette

_________________
Mon Blog
http://mick.over-blog.com/
avatar
BAYOU
Admin
Admin

Nombre de messages : 4631
Age : 63
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 28/10/2005

http://mick.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloomfield/Kooper/Stills - Super Session 1968

Message par Jungleland le Mer 2 Oct 2013 - 11:21

idem.

Pour le statut je confirme que c'est bien moi qui l'ait mis autrefois, ainsi que pour certains autres d'entre vous. Après ce n'est que de la musique comme le reste on est d'accord ? ....

_________________
The blues are the roots
The rest are the fruits

http://aupaysdublues.free.fr/index.php
avatar
Jungleland
Admin
Admin

Nombre de messages : 15001
Age : 55
Localisation : Lost in the flood
Date d'inscription : 20/10/2005

http://mywmym.free.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloomfield/Kooper/Stills - Super Session 1968

Message par Old_Debris le Mer 2 Oct 2013 - 11:37

Ben alors Rolling Eyes  on va pas bouder un peu d'animation  Sleep
avatar
Old_Debris
Oldies but goodies
Oldies but goodies

Nombre de messages : 9942
Localisation : Hte Saone
Date d'inscription : 28/10/2006

http://sentiersdublues.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloomfield/Kooper/Stills - Super Session 1968

Message par Bloomers le Mer 2 Oct 2013 - 13:25

Jungleland a écrit:idem.

Pour le statut je confirme que c'est bien moi qui l'ait mis autrefois, ainsi que pour certains autres d'entre vous. Après ce n'est que de la musique comme le reste on est d'accord ? ....
Bayou, Jungle,

sans rancune. je suis modérateur moi-même comme vous le savez.

le sujet/contenu est roi. Par contre les attaques personnelles n'ont pas lieu d'être sur un forum de cette qualité.

Amicalement

Bloomers
avatar
Bloomers
Doctor es Bloomfield
Doctor es Bloomfield

Nombre de messages : 480
Date d'inscription : 24/04/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloomfield/Kooper/Stills - Super Session 1968

Message par BAYOU le Mer 2 Oct 2013 - 15:50

Pas de problème Bloomers on sait ta passion, mais quelquefois les mots dépassent la pensée.

C'est un échange enrichissant, moi j'ai un peu tendance à rejoindre l'idée que Bloomfield était surtout un puriste, un vrai passionné de blues et qu'il ne cherchait pas vraiment à faire "une carrière" contrairement à Hendrix par exemple qui mettait en scène ses prestations, son look sa communication...

En cela Bloomfield avait une démarche proche de Peter Green, assez introspective, privilégiant la pureté, les racines au détriment d'autres paramètres.

_________________
Mon Blog
http://mick.over-blog.com/
avatar
BAYOU
Admin
Admin

Nombre de messages : 4631
Age : 63
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 28/10/2005

http://mick.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloomfield/Kooper/Stills - Super Session 1968

Message par Be-Bop Tango le Mer 2 Oct 2013 - 17:53

Salut tout le monde !

Ah, ben voilà que je vais être le seul à défendre "Super Session", maintenant. Super ! Cherchez l'erreur ...

Je ne veux pas m'immiscer dans le débat avec Flo, mais je suis quand même d'accord avec elle sur certains points, Bloomers, sans relancer ou titiller vos échanges.

Elucider ton propos me semble préférable à éluder celui des autres, comme tu le fais parfois, il faut le reconnaître.
Pour être crédible, un discours doit aussi être, à mon sens, un brin honnête et même aussi subjectif (car on est là pour dire des choses ressenties), mais de circonstance quand c'est possible, et non à outrance si on peut l'éviter.

Perso, et cela n'engage que moi bien sûr, des propos trop dithyrambiques ou enflammés (comme cela a été évoqué sur la chronique de Rising Sun, entre autre) peuvent être un peu rédhibitoires pour leur compréhension, et encore plus pour leur adhésion, par un auditoire que l'on souhaite capter, voire conquérir. Pour les déjà fans, no souci.
La passion doit s'exprimer pour être partagée, mais point trop n'en faut, non ?

Cet aparté étant, et pour en revenir à "Super Session", je ne partage pas tout à fait l'avis de Phil sur le jeu de MB :
Académique ? Oui, on en a assez discuté là-dessus. Bien froid ? Pour autant, je ne trouve pas.

Les trois Blues improvisés "Albert's Shuffle", "Stop" et surtout "Really" sont quand même bien joués et intéressants, de bonne facture quoi, même si - encore une fois - un peu de folie ou de risque, pour sortir de ses sentiers battus, aurait donné une (toute ?) autre envergure au jeu de Mike Bloomfield.

Cela dit, le titre "His Holy Modal Majesty" peut en rebuter plus d'un, j'en conviens, de par son expérimentation de jazz modal. Perso, je le trouve sympa aussi : un peu d'aventure intéressante chez Bloomfield, loin de ses clichés Blues, et un peu risqué, c'est bien clair !
Froid pour le coup ? C'est probable, pour certains.

Enfin, et comme déjà évoqué Bloomers, tu aurais quand même pu te fouler un peu plus sur ta chro, notamment pour la face B avec Stephen Stills, sans oublier le bassiste Harvey Brooks qui ne me semble pas démériter, tout de même.

Bayou,
D'accord avec toi pour la carrière non recherchée de Bloomfield vs Hendrix.
N'empêche, avec la pureté, les racines et toutes ces influences qu'il avait dans son jeu, il aurait peut-être pu (ou pas, in fine ?) se l'approprier davantage ce Blues électrique, plutôt que de le restituer plus ou moins tel quel, ou peu ou prou, avec une technique remarquable pour les 60's et pour certains de ses pairs aussi, c'est entendu !
avatar
Be-Bop Tango
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 1310
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/06/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloomfield/Kooper/Stills - Super Session 1968

Message par Bloomers le Mer 2 Oct 2013 - 18:18

BAYOU a écrit:Pas de problème Bloomers on sait ta passion, mais quelquefois les mots dépassent la pensée.

C'est un échange enrichissant, moi j'ai un peu tendance à rejoindre l'idée que Bloomfield était surtout un puriste, un vrai passionné de blues et qu'il ne cherchait pas vraiment à faire "une carrière" contrairement à Hendrix par exemple qui mettait en scène ses prestations, son look sa communication...

En cela Bloomfield avait une démarche proche de Peter Green, assez introspective, privilégiant la pureté, les racines au détriment d'autres paramètres.  
merci Bayou Wink 

Je pense comme toi et c'est justement ce fameux Hendrix qui lui a certainement coupé les ailes.

Peter Greenbaum/Mike Bloomfield > the jewish pure slow blues connections Cool 
avatar
Bloomers
Doctor es Bloomfield
Doctor es Bloomfield

Nombre de messages : 480
Date d'inscription : 24/04/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloomfield/Kooper/Stills - Super Session 1968

Message par BAYOU le Mer 2 Oct 2013 - 19:14

Moi je peux comprendre la démarche de MB, retrouver l'âme du blues et la restituer de la meilleure façon sans chercher à la modifier.
Alors, dans le monde de la musique cela ne passe pas, on préfère des musiciens qui partent d'un genre, (ou le pille) puis l'adapte à l'époque, mais heureusement que quelques uns gardent la mémoire et peuvent la restituer grâce à leur technique et leur feeling.
Pour le Super Session, je me souviens que dans les 70's c'était une référence vu la qualité des musiciens, même si on sent que c'est quand même pris sur le vif.
Cela fait un bout de temps que je ne l'ai pas écouté....alors...à réentendre.

_________________
Mon Blog
http://mick.over-blog.com/
avatar
BAYOU
Admin
Admin

Nombre de messages : 4631
Age : 63
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 28/10/2005

http://mick.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloomfield/Kooper/Stills - Super Session 1968

Message par Flovia le Mer 2 Oct 2013 - 19:30

Bloomers a écrit:

Peter Greenbaum/Mike Bloomfield > the jewish pure slow blues connections Cool 
Ce style de réflexion, même proféré sous couvert de la langue anglaise, a-t-il vraiment lieu d’être sur un forum musical de cette qualité ?
Je me le demande ?…Tout en m’apercevant n’avoir pas été si éloignée de la vérité lorsque je parlais de ‘croisade’.  
Quoi qu’il en soit, je te souhaite une bonne continuation dans tous tes combats, Bloomers !
Et sans rancune, j’espère… Wink
avatar
Flovia
The voice of Bluesland
The voice of Bluesland

Nombre de messages : 6663
Age : 60
Localisation : Bourgogne sud
Date d'inscription : 19/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloomfield/Kooper/Stills - Super Session 1968

Message par BAYOU le Mer 2 Oct 2013 - 21:38

Je crois que Bloomers a simplement fait un trait d'humour, sur l'origine des deux musiciens.

Le lisant depuis un bout de temps sur un autre forum, il défend son point de vue mais ne dérape jamais.

_________________
Mon Blog
http://mick.over-blog.com/
avatar
BAYOU
Admin
Admin

Nombre de messages : 4631
Age : 63
Localisation : PARIS
Date d'inscription : 28/10/2005

http://mick.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloomfield/Kooper/Stills - Super Session 1968

Message par Phil cotton color le Mer 2 Oct 2013 - 22:47

BAYOU a écrit:C'est un échange enrichissant, moi j'ai un peu tendance à rejoindre l'idée que Bloomfield était surtout un puriste, un vrai passionné de blues et qu'il ne cherchait pas vraiment à faire "une carrière" contrairement à Hendrix par exemple qui mettait en scène ses prestations, son look sa communication...

En cela Bloomfield avait une démarche proche de Peter Green, assez introspective, privilégiant la pureté, les racines au détriment d'autres paramètres.  
 
Je ne suis pas certain que Bloomfield était si humble que cela et ne cherchait pas vraiment à faire une carrière. Si cela avait été le cas, il aurait certes admiré Hendrix, mais sans être traumatisé par sa soudaine arrivée et ça ne lui aurait pas "coupé les ailes".
 
Et ce n'est d'ailleurs pas un reproche. La grande majorité des musiciens rêvent d'être LE meilleur. C'est sans doute un peu puéril, mais c'est humain. Pour beaucoup, le rêve s'éloigne bien vite devant la réalité (pour ma part, ça n'a pas traîné... Very Happy ), mais pour d'autres, même les très bons (j'aurais même tendance à dire "surtout" les très bons), c'est parfois plus difficile à avaler qu'on ne sera jamais CE meilleur, cette référence. Voir à ce propos l'anecdote rapportée par Pete Townsend dans "A film about Jimi Hendrix" qui raconte qu'à l'arrivée d'Hendrix à Londres, il est soudain devenu très ami avec Eric Clapton et que cela a cessé tout aussi soudainement au départ d'Hendrix. Et il explique cela a postériori par le fait qu'Hendrix était trop bon et les menaçait tous deux dans leur statut de guitaristes vedettes.
 
Pour Bloomfield, je pense que c'est encore plus complexe que cela. Attention mes propos n'engagent que moi et sont davantage le fruit d'intuitions personnelles, plutôt que d'une connaissance approfondie du bonhomme et de sa vie. Mais il me semble justement que le problème de MB aura surtout été de réaliser qu'il ne serait jamais celui qu'il aurait voulu être. Et pour corser le tout, je pense qu'il y avait une dualité ambivalente (presque "à 180 °") dans ses désirs entre celui d'être un "vrai" bluesman pur et dur courant le cacheton dans les bouges du Southside/westside et celui de devenir une star rock adulée. Dur de se rendre compte qu'il ne pouvait être ni l'un ni l'autre ! Pas "vrai" bluesman sur le long terme à cause de sa culture et de son éducation de fils de famille bourgeoise (voir son compagnonnage douloureux avec Big Joe Williams), et pas rock star non plus, à cause de sa personnalité trop peu exibitionniste et, sans doute, d'un petit manque d'originalité musicale.
Si on ajoute par dessus une instabilité chronique (Bi polaire, avançait Bloomers), on peut comprendre ses problèmes, mais aussi son cynisme désespéré dans l'interview postée par Bloomers et également son suicide.
 
Mais encore une fois, hypothèses personnelles et donc assez gratuites...Rolling Eyes
avatar
Phil cotton color
Chicago Hero
Chicago Hero

Nombre de messages : 4926
Age : 63
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/12/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloomfield/Kooper/Stills - Super Session 1968

Message par Bloomers le Jeu 3 Oct 2013 - 1:21

Be-Bop Tango a écrit:Salut tout le monde !

Ah, ben voilà que je vais être le seul à défendre "Super Session", maintenant. Super ! Cherchez l'erreur ...
concernant Super Session, mon avis est très tiraillé. je l'aime pour sa production et ses musiciens. autant je l'apprécie moins pour son côté superficiel et mercantile.
Quand au jeu de Bloomfield sur ce disque. c'est un échauffement, une journée de jam, ce n'est pas VRAIMENT représentatif de son POTENTIEL. peux t'on le juger uniquement sur ce disque? NON.
le son glacial (je le trouve chaud moi), son académisme (certainement une tentative de rendre le tout plus accessible)
Je ne le condamne pas car l'idée est finalement bonne, ce disque à ouvert encore plus les portes du blues rock et même plus > des millions d'exemplaire vendu. on joue dans le territoire de la pop.

Be-Bop Tango a écrit:
Elucider ton propos me semble préférable à éluder celui des autres, comme tu le fais parfois, il faut le reconnaître.
Pour être crédible, un discours doit aussi être, à mon sens, un brin honnête et même aussi subjectif (car on est là pour dire des choses ressenties), mais de circonstance quand c'est possible, et non à outrance si on peut l'éviter.
Cela me fait sourire quand on me dit que j'élude les questions sur Bloomfield Laughing je n'élude rien d'autre que l'hostilité.
Je répond à toutes les questions tant que ce ne sont pas des attaques personnelles. Si quelqu'un estime qu'il a besoin d'un complément de réponse, je serai le premier à lui donner Wink 


Be-Bop Tango a écrit:
Perso, et cela n'engage que moi bien sûr, des propos trop dithyrambiques ou enflammés (comme cela a été évoqué sur la chronique de Rising Sun, entre autre) peuvent être un peu rédhibitoires pour leur compréhension, et encore plus pour leur adhésion, par un auditoire que l'on souhaite capter, voire conquérir. Pour les déjà fans, no souci.
La passion doit s'exprimer pour être partagée, mais point trop n'en faut, non ?
je n’arrête pas de lire des propos dithyrambiques dans les chroniques de beaucoup de forum, depuis très longtemps. pardonnez moi de faire un peu de pub avec des chroniques cachés depuis 5 ans dans les limbes de votre forum.
merci pour tes conseils mais nous sommes des passionnés incurables...tu verras que ce n'est pas très grave, ce n'est que de la musique.

Be-Bop Tango a écrit:
Enfin, et comme déjà évoqué Bloomers, tu aurais quand même pu te fouler un peu plus sur ta chro, notamment pour la face B avec Stephen Stills, sans oublier le bassiste Harvey Brooks qui ne me semble pas démériter, tout de même.
j'ai déjà expliqué pourquoi plus haut. la partie de stills est la plus pop. comme on est sur un forum de blues, je voulais mettre bloomfield en avant.


Dernière édition par Bloomers le Jeu 3 Oct 2013 - 1:38, édité 1 fois
avatar
Bloomers
Doctor es Bloomfield
Doctor es Bloomfield

Nombre de messages : 480
Date d'inscription : 24/04/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Bloomfield/Kooper/Stills - Super Session 1968

Message par Bloomers le Jeu 3 Oct 2013 - 1:29

Flovia a écrit:
Ce style de réflexion, même proféré sous couvert de la langue anglaise, a-t-il vraiment lieu d’être sur un forum musical de cette qualité ?Je me le demande ?…
moi je suis étonné que tu ne sache pas qu'on peut tout se permettre tant qu'on reste dans le sujet et si il y a une touche d'humour. ça ne nous fera pas de mal non plus Wink 


Flovia a écrit:
Tout en m’apercevant n’avoir pas été si éloignée de la vérité lorsque je parlais de ‘croisade’.  
Quoi qu’il en soit, je te souhaite une bonne continuation dans tous tes combats, Bloomers !
Et sans rancune, j’espère… Wink
sans rancune Wink
avatar
Bloomers
Doctor es Bloomfield
Doctor es Bloomfield

Nombre de messages : 480
Date d'inscription : 24/04/2006

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum